Pizarro et la Chute de l'Empire Inca

Article

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 01 juillet 2016
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, grec, espagnol

En 1533, l'empire inca était le plus grand du monde. Il s'étendait à travers l'ouest de l'Amérique du Sud, de Quito au nord à Santiago au sud. Cependant, le manque d'intégration des peuples conquis dans cet empire, combiné à une guerre civile pour revendiquer le trône inca et à une épidémie dévastatrice de maladies apportées par les Européens, signifiait que les Incas étaient mûrs pour la cueillette. Francisco Pizarro arriva au Pérou avec une force étonnamment réduite d'hommes dont le seul objectif était la récolte de trésor. Grâce à des armes et des tactiques supérieures, et à l'aide précieuse de la population locale désireuse de se rebeller, les Espagnols balayèrent les Incas en un peu plus d'une génération. L'arrivée des visiteurs dans le Nouveau Monde et l'effondrement de l'empire inca qui s'ensuivit furent le plus grand désastre humanitaire qui ait jamais frappé les Amériques.

Empire inca

Les Incas eux-mêmes appelaient leur empire Tahuantinsuyu (ou Tahuantinsuyo), ce qui signifie "Terre des quatre quartiers" ou "Les quatre parties ensemble". Cuzco, la capitale, était considérée comme le nombril du monde, et des routes et des lignes de visée sacrées (ceques) rayonnaient vers chaque quartier: Chinchay Suyu (nord), Anti Suyu (est), Qulla Suyu (sud) et Kunti Suyu (ouest). S'étendant sur l'ancien Équateur, le Pérou, le nord du Chili, la Bolivie, les hautes terres d'Argentine et le sud de la Colombie, sur une distance de 5 500 km du nord au sud, 40 000 Incas seulement gouvernaient un immense territoire comptant environ 10 millions de sujets qui parlaient plus de 30 langues différentes.

Supprimer la pub

Advertisement

Les Incas pensaient avoir le droit divin de régner sur les peuples conquis car, dans leur mythologie, ils avaient été créés à Tiwanaku (Tiahuanaco) par le dieu du soleil Inti. En conséquence, ils se considéraient comme les élus, les "enfants du soleil", et le souverain inca était le représentant et l'incarnation d'Inti sur terre. En pratique, cela signifiait que tous les locuteurs de la langue inca, le quechua (ou runasimi), bénéficiaient d'un statut privilégié et que cette classe noble dominait tous les rôles politiques, religieux et administratifs importants au sein de l'empire.

Inca Empire - Expansion and Roads
Empire inca - étendue et routes
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

L'ascension de l'empire inca fut spectaculairement rapide. Bien que Cuzco soit devenu un centre important au début de la période intermédiaire tardive (1000-1400), le processus d'unification régionale ne commença qu'à la fin du 14e siècle et les conquêtes importantes au 15e siècle. L'Empire était encore jeune lorsqu'il dut relever son plus grand défi.

Supprimer la pub

Advertisement

Pizarro et les Conquistadors

Francisco Pizarro et son partenaire Diego de Almagro avaient tous deux une cinquantaine d'années, étaient issus de milieux modestes et n'avaient pas acquis de renommée dans leur Espagne natale. Aventuriers et chercheurs de trésors, ils étaient à la tête d'un petit groupe d'aventuriers espagnols désireux de trouver les trésors d'or que leurs compatriotes avaient trouvés dans le monde aztèque du Mexique une décennie plus tôt. Descendant la côte Pacifique depuis Panama à bord de deux petites caravelles marchandes, ils cherchèrent en Colombie et sur la côte équatorienne mais ne trouvèrent pas l'or qu'ils cherchaient si désespérément. C'était la troisième expédition de Pizarro et cela semblait être sa toute dernière chance de gloire et de célébrité.

Puis, en 1528, un certain Bartolomé Ruiz (le pilote de l'expédition) captura un radeau rempli de trésor au large de la côte. Après tout, il y avait peut-être quelque chose à explorer plus profondément en Amérique du Sud. Pizarro se servit de cette découverte pour obtenir du roi d'Espagne Charles Quint le droit d'être gouverneur de tout nouveau territoire découvert, la Couronne recevrait son habituel pourcentage de tout trésor trouvé (20%). Avec une force de 168 hommes, dont 138 vétérans, 27 chevaux de cavalerie, de l'artillerie et un frère, le père Valverde, Pizarro se dirigea vers les Andes.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Francisco Pizarro
Francisco Pizarro
Llull (Public Domain)

En 1531, progressant lentement et prudemment, il atteignit et conquit Coaque sur la côte équatorienne et attendit des renforts. Ceux-ci arrivèrent l'année suivante et firent passer la force espagnole à 260 hommes, dont 62 cavaliers. La force descendit la côte jusqu'à Tumbes, pillant au passage et passant les indigènes au fil de l'épée. En continuant leur route, ils commencèrent à voir les signes révélateurs d'une civilisation prospère - des entrepôts et des routes bien construites. Ils fondèrent une nouvelle colonie à San Miguel (l'actuelle Piura) et, à la fin de l'année 1532, Pizarro était fin prêt à établir le premier contact avec les dirigeants de ce qui semblait être un empire immense et riche.

Troubles dans l'empire

Lorsque les envahisseurs étrangers arrivèrent au Pérou, les Incas étaient déjà en proie à de graves problèmes internes. Comme nous l'avons vu, leur empire massif était une intégration politiquement fragile et lâche des états conquis dont la soumission provenait de la domination militaire inca et de la prise d'otages - à la fois des personnes importantes et des artefacts religieux importants - pour assurer une conformité continue, bien que difficile, à la règle de Cuzco. Des taxes impopulaires étaient prélevées sous forme de biens ou de services (travail militaire et général), et de nombreuses communautés étaient réinstallées de force dans d'autres parties de l'empire ou devaient accueillir de nouvelles communautés de personnes plus fidèles à leurs suzerains.

Les Incas imposaient également leur religion aux peuples conquis, même s'ils autorisaient la poursuite du culte de certains dieux à condition de leur accorder un statut inférieur à celui d'Inti. Les Incas imposaient même leur propre art à travers l'empire comme un moyen d'impressionner visuellement qui était la classe dirigeante. Le règne des Incas présentait quelques avantages : un approvisionnement alimentaire mieux régulé, de meilleures routes et communications, la possibilité d'une protection militaire inca et des fêtes occasionnelles organisées par l'État. Dans l'ensemble, cependant, le sort d'une région conquise était tel que, dans de nombreux cas, lorsqu'une puissance rivale menaçait la domination inca, la loyauté pour préserver l'empire faisait quelque peu défaut. Certaines régions, en particulier dans les territoires du nord, étaient constamment en rébellion, et une guerre continue en Équateur nécessita l'établissement d'une seconde capitale inca à Quito.

Supprimer la pub

Advertisement

Peut-être plus significatif que cette agitation, lorsque Pizarro fit son entrée dans la région, les Incas se battaient entre eux. À la mort du souverain inca Huayna Capac en 1528, deux de ses fils, Huascar et Atahualpa, s'affrontaient au cours d'une guerre civile de six ans pour le contrôle de l'empire de leur père. Atahualpa finit par gagner, mais l'empire était toujours assailli par des factions qui ne s'étaient pas encore totalement réconciliées avec sa victoire.

Atahualpa
Atahualpa
Brooklyn Museum (CC BY-NC-SA)

Enfin, si tous ces facteurs ne suffisaient pas à donner un sérieux avantage aux Espagnols, les Incas étaient à l'époque frappés par une épidémie de maladies européennes, comme la variole, qui s'était propagée depuis l'Amérique centrale encore plus rapidement que les envahisseurs européens eux-mêmes. Une telle maladie tua Huayna Capac en 1528 et, dans certains endroits, un pourcentage stupéfiant de 65 à 90 % de la population mourut de cet ennemi invisible.

Pizarro rencontre Atahualpa

Le vendredi 15 novembre 1532, les Espagnols s'approchèrent de la ville inca de Cajamarca, sur les hauts plateaux du Pérou. Pizarro fit savoir qu'il souhaitait rencontrer le roi inca, qui profitait des sources locales et se reposait de sa récente victoire sur Huascar. Atahualpa accepta de rencontrer enfin les hommes blancs barbus dont on disait qu'ils se battaient depuis la côte depuis un certain temps. Confiant et entouré de son armée de 80 000 hommes, Atahualpa ne semble pas avoir perçu la menace d'une si petite force ennemie et fit attendre Pizarro jusqu'au lendemain.

Supprimer la pub

Advertisement

La première rencontre officielle entre Pizarro et Atahualpa se traduisit par quelques discours, un verre pris en commun pendant qu'ils regardaient un spectacle équestre espagnol, et pas grand-chose d'autre. Les deux parties repartirent en prévoyant de capturer ou de tuer l'autre partie à la première occasion. Le lendemain, Pizarro, utilisant à son avantage l'architecture labyrinthique de la ville inca, plaça ses hommes en embuscade pour attendre l'arrivée d'Atahualpa sur la place principale. Lorsque la troupe royale arriva, Pizarro tira avec ses petits canons, puis ses hommes, en armure, attaquèrent à cheval. Au cours de la bataille qui s'ensuivit, où les armes à feu n'étaient pas adaptées aux lances, flèches, frondes et massues, 7 000 Incas furent tués contre zéro perte espagnole. Atahualpa reçut un coup sur la tête et fut capturé vivant.

Rançon et mort d'Atahualpa

Soit détenu en rançon par Pizarro, soit offrant lui-même une rançon, le retour d'Atahualpa sain et sauf à son peuple était promis si une pièce de 6,2 x 4,8 mètres était remplie de tous les trésors que les Incas pouvaient fournir jusqu'à une hauteur de 2,5 m. C'est ce qui fut fait, et la chambre en question fut remplie d'objets en or, des bijoux aux idoles. Elle fut ensuite remplie deux fois encore d'objets en argent. L'ensemble de la tâche prit huit mois, et la valeur actuelle des trésors accumulés aurait largement dépassé les 300 millions de dollars. Pendant ce temps, Atahualpa continuait à diriger son empire depuis sa prison, et Pizarro envoya des expéditions d'exploration à Cuzco et à Pachacamac en attendant des renforts de Panama, en envoyant une quantité d'or pour faire allusion aux richesses offertes. Puis, ayant obtenu sa rançon, Pizarro fit juger Atahualpa manu militari et l'exécuta quand même le 26 juillet 1533. Le roi inca avait été condamné à l'origine à la mort sur le bûcher, mais après que le monarque ait accepté d'être baptisé, la peine fut commuée en mort par strangulation.

Inca Gold Sun Mask
Masque du soleil en or inca
Andrew Howe (CC BY-NC-SA)

Certains des hommes de Pizarro pensèrent que c'était la pire réaction possible, et Pizarro fut critiqué par le roi d'Espagne pour avoir traité un souverain étranger de façon si dédaigneuse, mais le rusé leader espagnol avait vu à quel point les Incas étaient soumis à leur roi, même lorsqu'il était retenu en captivité par l'ennemi. En tant que dieu vivant, Pizarro savait peut-être que seule la mort du roi pouvait entraîner la défaite totale des Incas. En effet, même dans la mort, le roi inca exerçait une influence sur son peuple, car la tête coupée d'Atahualpa donna naissance à la légende durable des Inkarri. Les Incas croyaient en effet qu'un jour, la tête ferait pousser un nouveau corps et que leur souverain reviendrait, vaincrait les Espagnols et rétablirait l'ordre naturel des choses. La période de captivité d'Atahualpa montra aux Espagnols qu'il existait des factions profondes dans l'empire inca et qu'elles pouvaient être exploitées à leur avantage.

Supprimer la pub

Advertisement

La chute de Cuzco

Après avoir coupé la tête du serpent, les Espagnols entreprirent la conquête de Cuzco et de ses vastes trésors d'or rapportés par Hernando Pizarro à la suite de son expédition de reconnaissance. Après cela, ils pourraient s'occuper du reste de l'empire. La première bataille eut lieu contre les troupes fidèles à Atahualpa près de Hatun Xauxa, mais les Espagnols furent aidés par la population locale ravie de pouvoir se débarrasser des Incas. Les Espagnols furent approvisionnés par les entrepôts locaux des Incas et Pizarro y établit sa nouvelle capitale. L'aide locale et le pillage des entrepôts des Incas deviendraient un modèle familier qui aiderait Pizarro pour le reste de sa conquête.

Les envahisseurs troimphèrent ensuite d'une armée en retraite à Vilcashuaman, mais ils n'obtinrent pas tout à leur manière et subirent même une défaite militaire lorsqu'une force avancée fut attaquée par surprise sur le chemin de Cuzco. Le lendemain, les visiteurs de l'Ancien Monde reprirent leur marche ininterrompue et balayèrent tout sur leur passage. Une brève résistance à Cuzco fut réprimée, et la ville tomba entre les mains de Pizarro le 15 novembre 1533. Les trésors de la ville et les merveilles d'or du temple Coricancha furent impitoyablement dépouillés et fondus.

Sacsayhuaman Fortifications
Fortifications de Sacsayhuamán
David Stanley (CC BY)

La première tentative de Pizarro d'installer un dirigeant fantoche - Túpac Huallpa, le frère cadet de Huaskar - ne réussit pas à restaurer un quelconque ordre politique et il mourut rapidement de maladie. Un deuxième dirigeant fantoche fut alors installé - Manco Inca, un autre fils de Huayna Capac. Tout en veillant à ce que l'État ne s'effondre pas de l'intérieur, Pizarro et ses hommes partirent "pacifier" le reste de l'empire et voir quels autres trésors ils peuvent trouver.

La conquête de l'empire

Les Espagnols furent mis à rude épreuve dans les territoires du nord où les armées dirigées par Rumiñahui et Quizquiz résistèrent, mais elles capitulèrent également en raison de luttes internes et leurs chefs furent tués. L'implacable conquête des Européens se prouvait être inéxorable. En cela, ils furent grandement aidés par le mode de guerre inca qui était hautement ritualisé. Des tactiques telles que la tromperie, l'embuscade et le subterfuge leur étaient inconnues dans la guerre, tout comme le fait de changer de tactique au milieu de la bataille et de saisir les occasions de faiblesse de l'ennemi lorsqu'elles se présentaient. En outre, les guerriers incas étaient très dépendants de leurs officiers, et si ces individus remarquables tombaient au combat, une armée entière pouvait rapidement s'effondrer dans une retraite paniquée. Ces facteurs et l'armement supérieur des Européens signifiaient que les Incas avaient très peu de chances de défendre un immense empire déjà difficile à gérer. Les Incas apprirent rapidement à riposter et à faire face à la cavalerie, par exemple en inondant les zones attaquées ou en combattant sur des terrains accidentés, mais leurs lances, frondes et massues ne pouvaient rivaliser avec les balles, les arbalètes, les épées et les armures d'acier. Les Espagnols avaient aussi près de la moitié de la population de l'ancien empire de leur côté alors que les anciennes rivalités et factions réapparaissaient.

Les Espagnols s'aperçurent très vite que la vaste étendue géographique de leur nouvel empire et les difficultés inhérentes à la communication et au contrôle (même si leurs prédécesseurs avaient construit un excellent réseau routier) leur créaient les mêmes problèmes de gestion qu'aux Incas. Les rébellions et les défections se multiplièrent, et même Manco Inca se rebella et forma sa propre armée pour essayer de gagner un réel pouvoir. Cuzco et la nouvelle forteresse espagnole de Cuidad de Los Reyes (Lima) furent assiégées par deux énormes armées incas, mais les Espagnols tinrent bon jusqu'à ce que les attaquants ne battent en retraite. Les armées incas étaient en grande partie composées de fermiers, et ils ne pouvaient pas abandonner leur récolte sans affamer leurs communautés. Le siège reprit de plus belle l'année suivante, mais une fois de plus les Espagnols résistèrent, et lorsqu'ils tuèrent les chefs de l'armée lors d'une attaque délibérément ciblée, la résistance au nouveau régime diminua. Manco Inca fut contraint de fuir vers le sud où il établit une enclave inca à Vilcabamba. Lui et ses successeurs résisteront encore pendant quatre décennies. Enfin, en 1572, une force espagnole dirigée par le vice-roi Toledo captura le roi inca Túpac Amaru, le ramena à Cuzco et l'exécuta. Le dernier souverain inca avait disparu et avec lui tout espoir de restaurer leur grand empire.

Inca Road Rest Station
Relais sur une route inca
Tyler Bell (CC BY-SA)

Conclusion

Atahualpa, après sa victoire dans la guerre contre son frère, avait tué les historiens et détruit les documents incas quipu dans ce qui devait être un renouvellement total, ce que les Incas appelaient un pachakuti ou "retournement du temps et de l'espace", un changement d'époque que les Incas croyaient se produire périodiquement à travers les âges. Il est donc ironique qu'Atahualpa ait lui-même été victime d'un pachakuti et que les nouveaux dirigeants aient pillé, brûlé et détruit tous les vestiges de la culture andine qu'ils pouvaient trouver. L'arrivée de l'Ancien Monde dans le Nouveau le mit sens dessus dessous. Rien ne serait plus jamais comme avant.

Les Espagnols, après des décennies de problèmes internes, dont l'assassinat de Pizarro, finirent par établir un gouvernement colonial stable en 1554. Pour le peuple andin, son mode de vie, qui remontait à des millénaires malgré l'interruption des Incas, allait être à nouveau remis en question par la nouvelle époque. Ceux présents pouvaient se considérer chanceux car en 1570, 50 % de la population andine précolombienne avait été décimée. Pour les gens ordinaires qui survécurent aux ravages de la guerre et de la maladie, il n'y aurait pas de répit face à un suzerain rapace, une fois de plus désireux de voler leurs richesses et de leur imposer une religion étrangère.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un master en philosophie politique et est le directeur d'édition de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2016, juillet 01). Pizarro et la Chute de l'Empire Inca [Pizarro & the Fall of the Inca Empire]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-915/pizarro-et-la-chute-de-lempire-inca/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Pizarro et la Chute de l'Empire Inca." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juillet 01, 2016. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-915/pizarro-et-la-chute-de-lempire-inca/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Pizarro et la Chute de l'Empire Inca." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 01 juil. 2016. Web. 30 sept. 2022.

Adhésion