Analyse Linguistique des Anciennes Langues Celtiques

Article

Helene Perdicoyianni-Paleologou
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 22 juin 2022
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol

Les langues celtiques constituent une branche de la famille des langues indo-européennes (IE). Elles dérivent du proto-celtique et se divisent en langues celtiques continentales (lépontique, gaulois, galate, norique, celtibère, gallaïque) et en langues celtiques insulaires (six langues vivantes : breton, irlandais, écossais, gaélique et gallois ; deux langues réssuscitées : le cornique et le mannois).

Lezoux Plate
Assiette de Lezoux
Elliott Sadourny (CC BY-SA)

Les langues celtiques anciennes étaient parlées en Europe et en Anatolie. Les preuves épigraphiques, les gloses et les commentaires des anciens écrivains grecs et romains sont les sources qui nous renseignent sur les systèmes d'écriture alphabétique, la structure des systèmes phonologique, morphologique et syntaxique de ces langues, ainsi que sur la tradition sociale et culturelle.

Supprimer la pub

Advertisement

Les langues protoceltiques

Le proto-celtique, alias le celtique commun, est un descendant du proto-indo-européen (PIE). Il était parlé entre 1300 et 800 avant notre ère.

Reconstruction du système consonantique

Plosive Nasale Fricative Approximative Trille
Bilabiale b m φ
Alvéolaire t, d n s l r
Vélaire k, g x
Vélaire labialisé kw, gw w
Palatale j

Les arrêts aspirés vocaux indo-européens (*bh, *dh, *gh/ǵh) perdent leur aspiration et fusionnent avec les arrêts vocaux (*b, *d, *g/ǵ), à l'exception du labiovelar aspiré vocalique *gwh, qui n'a pas fusionné avec *gw.

Supprimer la pub

Advertisement

Le *p proto-indo-européen a été perdu en proto-celtique. Avant d'être perdu complètement, il est passé par les étapes *φ (<*ph) et *h.

Adjacent aux consonnes, le proto-celtique *φ a subi les changements suivants :

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

  • Les groupes *φς et *φt sont devenus *xs et *xt.
  • Le sp PIE est devenu s en vieil irlandais et f en brittonique.
  • En gaulois et dans les langues brittoniques, *p est un reflet du *kw PIE .
  • Dans le proto-celtique tardif, les changements suivants sont observés : les plosives sont devenues *x avant une plosive différente ou *s ; p est devenu b avant les liquides ; p est devenu w avant les nasales ; p est devenu φ (sauf après *s) ; ō est devenu ā ; ew est devenu ow ; ewa est devenu owa.

Reconstruction du système vocalique

Monophtongues :

  • antérieure fermée longue : i :
  • postérieure fermée longue : u :
  • postérieure fermée courte : u
  • semi-ouverte antérieure courte : e
  • semi-ouverte postérieure courte : o
  • ouverte centrale longue : a :
  • ouverte centrale courte : a

Diphtongues :

  • e- avec -i > ei
  • a- avec -i > ai
  • o- avec -i > oi
  • a- avec -u > au
  • o- avec -u > ou

Système morphologique

Supprimer la pub

Advertisement

Le système morphologique proto-celtique est constitué du système nominal et du système verbal. Le système nominal comporte trois genres (masculin, féminin, neutre), trois nombres (singulier, duel, pluriel) et cinq à huit cas (nominatif, vocatif, accusatif, datif, génitif, ablatif, locatif et instrumental).

Les noms se répartissent en neuf déclinaisons, selon le radical : *o-, *a-, *i-, *u-, vélaires et dentales, nasales, *s-, *r-.
Le système verbal comporte au moins trois modes (indicatif, impératif, subjonctif) et quatre temps (présent, prétérit, imparfait, futur). Les verbes étaient formés en ajoutant des suffixes à un radical verbal thématique ou athématique.

Lépontique

Le lépontique était parlé en Rhétie et en Gaule cisalpine entre 550 et 100 avant notre ère.

Le lépontique était parlé en Rhétie et en Gaule cisalpine entre 550 et 100 avant notre ère. Le lépontique a d'abord été assimilé par le gaulois suite à l'accord des tribus gauloises au nord de la rivière Padus (Pô), puis par le latin, après la conquête romaine au cours des 2ème et 1er siècles avant notre ère. Certains spécialistes considèrent qu'il s'agit d'une langue celtique continentale distincte, tandis que d'autres considèrent le lépontique comme une forme ancienne du gaulois. D'autres encore pensent que le lépontique est une langue indo-européenne occidentale "para-celtique", peut-être liée au ligure. Ce point de vue a été rejeté par ceux qui pensaient que le ligure est similaire au celtique commun mais n'en est pas dérivé.

Supprimer la pub

Advertisement

Les 140 inscriptions lépontiques trouvées dans le nord de l'Italie et le canton du Tessin permettent d'établir l'alphabet de Lugano qui fut utilisé du 7e au 5e siècle avant notre ère. Cet alphabet de 18 lettres est dérivé de l'alphabet étrusque archaïque. Il ne fait pas de distinction entre les occlusives voisées et non voisées. En revanche, on distingue u/u/ et v/w/, et on utilise probablement z pour /ts/, θ pour /t/ et x pour /g/. Il est à noter que l'alphabet de Lugano était également utilisé par d'autres tribus alpines, comme les Salasses, les Salyens et les Cavares.

Gaulois

Le gaulois était parlé par les habitants celtes de la Gaule. Le gaulois attesté en France et dans le nord de l'Italie est connu sous les noms de gaulois transalpin et gaulois cisalpin, respectivement. Le gaulois comprend des variétés de celte qui étaient parlées en Europe centrale et orientale et en Anatolie, comme le norique et le galate. Les traces écrites du gaulois remontent au IIIe siècle avant notre ère. En effet, des noms de personnes gauloises sont gravés sur des inscriptions en alphabet grec, inscriptions que l'on trouve principalement dans la région du Rhône, dans le sud de la France, notamment dans les environs de la colonie grecque Massalia. Cependant, les premières véritables inscriptions en gaulois apparaissent au IIe siècle avant notre ère.

Après la conquête romaine de la Gaule (58-50 avant notre ère), le système d'écriture du gaulois passa à l'alphabet latin. La langue latine fut rapidement adoptée par l'aristocratie gauloise pour maintenir son pouvoir politique, ce qui conduisit à un trilinguisme dans le sud de la Gaule. En Galatie, une région située dans les hautes terres de l'Anatolie centrale (les provinces d'Ankara et d'Eskisehir dans la Turquie moderne), la langue gauloise resta stable face à l'invasion linguistique romaine. Aucune source littéraire et historique du IIe au Ve siècle de notre ère n'indique un quelconque remplacement de la langue. La date de l'extinction du gaulois est inconnue, mais on pense qu'elle eut lieu après la chute de l'Empire romain d'Occident.

Supprimer la pub

Advertisement

Le Recueil des Inscriptions Gauloises comprend plus de 760 inscriptions. Parmi celles-ci, on dénombre des dédicaces, des épitaphes, des accords de propriété, des documents juridiques et magico-religieux. La tablette du Larzac (vers 100 de notre ère) a été trouvée dans la commune de l'Hospitalet-du Larzac, dans le sud de la France. Le texte est écrit en cursive latine sur une tablette de plomb et contient plus de 1000 lettres ou 160 mots qui ne peuvent être traduits avec certitude. Cependant, le contexte de la tablette et les noms des femmes laissent penser qu'il s'agit d'un texte de nature magique. La tablette de Chamalières (50 avant J.-C. à 50 après J.-C.) est également une tablette en plomb. Elle a été découverte en 1971 à Chamalières, à la Source des Rochers, en France. Le texte est écrit en langue gauloise avec des lettres latines cursives. La plaque de Lezoux est une plaque de céramique découverte en 1970 à Lezoux, Puy-de-Dôme, France. Le texte gravé est l'un des plus longs de la langue gauloise dans une écriture cursive gallo-latine.

Larzac Tablet
Tablette du Larzac
Pankratos (Public Domain)

Le plus célèbre, cependant, est le calendrier de Coligny, un calendrier celtique lunisolaire du IIe siècle de notre ère, avec un cycle de cinq ans, découvert en 1897 à Coligny, en France, aujourd'hui au Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière. Le calendrier est gravé sur une tablette de bronze, la langue est gauloise et les lettres utilisées sont latines. Dans le calendrier, chaque semaine est composée de 5 jours, chaque mois est composé de 6 semaines et de 29 ou 30 jours, et chaque année compte 12 mois, soit 354 jours au total. Un cycle calendaire comprend 5 années de ce type, 60 mois réguliers plus 2 mois intercalaires. Le cycle de cinq ans durait 1831 jours afin que le calendrier puisse rester en synchronisation avec les phases lunaires. Ainsi, le calendrier aurait perdu la synchronisation avec les saisons de presque un jour chaque année. Selon les sources littéraires romaines, le calendrier celte avait un cycle de 30 ans. Le problème de perte de synchronisation aurait pu être lié à la suppression d'un mois tous les 30 ans. D'après Pline l'Ancien, chaque mois commençait le sixième jour du cycle lunaire. Les noms des mois sont les suivants :

  1. Quimonios - 30 jours
  2. Samonios - 30 jours
  3. Dumannios - 29 jours
  4. Rivros - 30 jours
  5. Anagantios - 29 jours
  6. Ogronios - 30 jours
  7. Cutios - 30 jours
  8. Sonnocingos - 30 jours
  9. Giamonios - 29 jours
  10. Simivisonnios - 30 jours
  11. Equos - 29/30 jours
  12. Elembivios - 29 jours
  13. Edrinios - 30 jours
  14. Cantlos - 29 jours

La poterie de La Graufesenque est la source la plus significative des chiffres gaulois, qui sont gravés en cursive latine. Le système numéral se présente comme suit :

  1. cintus, cintuxos - " premier ".
  2. allos, alos - "deuxième
  3. tri[tios] - " troisième "
  4. petuar[ios] - "quatrième
  5. pinpetos - "cinquième
  6. suexos - "sixième
  7. sextametos - "septième
  8. oxtumeto [s] - "huitième
  9. namet[os] - "quatre-vingt-dixième".
  10. decametos, decometos - "dixième".

Des ordinaux différents sont inscrits sur certaines inscriptions latines (petrudecamentos - "quatorzième" - et tricontes - "trente") et l'inscription en plomb de Rezé remonte au IIe siècle. Cette inscription a été trouvée dans la Loire. Il s'agit d'un compte ou d'un calcul et elle contient différents ordinaux : trilu ("troisième"), paetrute ("quatrième"), pixte ("cinquième"), etc.

Le système vocalique du gaulois se compose de :

  • voyelles courtes : a, e, i, o, u
  • voyelles longues : ā, ē, ī, ō, ū
  • diphtongues : ai, ei, oi, au, eu, ou

Le système consonantique comprend :

  • occlusives : muettes : p, t, k ; voisées : b, d, g
  • résonantes : nasales m, n ; liquides : r, l
  • sibilante : s
  • affriquée : ts
  • semi-voyelles : w, y.

Les plosives lenis étaient muettes. Le système phonologique gaulois est caractérisé par les traits suivants :

  • Le labiovélaire sans voix du kw PIE est devenu p.
  • Le labiovelaire voisé proto-celtique *gw (<*gwh) est devenu w.
  • ds, dz PIE > /sz/.
  • ew PIE > eu ou ou > ō.
  • ey PIE > ei, ē et ī.
  • Intervocalique /st/ > l'affriquée [ts].
  • Intervocalique /sz/ > [str] > [θr].
  • Les occlusives labiales + vélaires ont fusionné en la fricative [x], lorsqu'elles sont attestées avant /t/ ou /s/.

Au cours de la période historique, la transformation suivante a eu lieu :

  • ai + oi > ī
  • eu a fusionné avec ou, les deux se sont transformés en ō
  • ei > ē
  • i > e
  • un stop + s > ss
  • une nasale + vélaire devient /ŋ/+vélaire
  • Les diphtongues longues sont le plus souvent devenues des diphtongues courtes, puis des voyelles longues.
  • Les voyelles longues se sont raccourcies avant les nasales en coda.

La langue gauloise utilisait trois alphabets :

  • l'alphabet de Lugano (en Gaule cisalpine)
  • le grec oriental (en Gallia Narbonensis)
  • et le latin cursif (en Gaule romaine)

Le gaulois avait deux nombres (singulier et pluriel), sept cas (nominatif, vocatif, accusatif, génitif, datif, instrumental, locatif), et cinq radicaux : ā-, ō-, i-, n-, r-.

Les verbes gaulois avaient quatre temps (présent, futur, parfait, imparfait), quatre modes (indicatif, subjonctif, optatif, impératif) et deux voix (active et passive). Le système verbal était caractérisé par les transformations suivantes :

  • s-aoriste IE est devenu t-prétérit, formé par la combinaison d'une ancienne terminaison imparfaite de la troisième personne du singulier -t- à une terminaison parfaite de la troisième personne du singulier -u- ou -e- et l'affixation ultérieure à toutes les formes du temps t-prétérit.
  • Le s-prétérit est créé par l'extension de -ss et l'affixation de -it à la troisième personne du singulier.
  • Le pluriel de la troisième personne est obtenu par l'ajout de -s au prétérit.

Les phrases en gaulois ont le schéma suivant :

  • Sujet-Verbe-Objet
  • Verbe-Sujet-Objet
  • Sujet-Objet-Verbe

La clause principale est suivie de clauses subordonnées, qui sont introduites par un élément fléchi (jo). Jo est également utilisé dans les clauses relatives. Dans ce cas, il a la même fonction et le même sens que "que". Le gaulois possède des pronoms objets et des pronoms disjonctifs qui se présentent comme des clitiques (mi, tu, id).

Indo-European language family tree
Arbre généalogique des langues indo-européennes
Multiple authors (CC BY-SA)

Galate

Le galate était étroitement lié au gaulois. Il était parlé par les Galates en Galatie, dans le centre de l'Anatolie, du 3e siècle avant notre ère jusqu'au 4e siècle de notre ère. Il avait été introduit en Anatolie par les tribus celtes, comme les Trocmes, Tolistobogiens et Tectosages. Selon Strabon, les Tectosages d'Anatolie étaient apparentés aux Voques Tectosages de Gaule. L'épigraphie est la seule source qui nous fournisse des données onomastiques et topographiques. La seule et unique collection complète du corpus galate à ce jour a été réalisée en 1931. Des études linguistiques ultérieures ont montré que de nombreux noms de personnes, de tribus, de divinités et de lieux galates sont créés en combinant des éléments de base trouvés dans d'autres noms et mots communs à la Gaule-Bretagne et ailleurs dans le monde celtique ancien. Les éléments de base sont :

  • ad-
  • alb-
  • ambi-
  • ate-
  • bit(u)-
  • bog-
  • boud-
  • brig-
  • brog-
  • catu-
  • devo-
  • dumno-
  • epo-
  • gnato-
  • maro-
  • rig-
  • -rix
  • sag-
  • sin-
  • taro-
  • tecto-
  • teuto-.

Aux preuves épigraphiques s'ajoutent des gloses et de brefs commentaires d'écrivains grecs classiques. Dans ces sources, des noms nononomastiques sont certainement attestés, comme δροῦγγος (" nez "), τασκός (" blaireau "), ou ὗς (" chêne kernes "). Seuls deux d'entre eux sont d'origine celtique, le ὗς étant probablement emprunté au grec.

Le bilinguisme entraîna l'introduction de nombreux mots galates dans la langue grecque.

La langue galate était tenace et survécut à l'époque hellénistique et romaine.
Au 1er siècle de notre ère, les Galates parlaient aussi bien le galate que le grec qui était le principal moyen de communication dans les régions orientales de l'Empire romain. L'épître aux Galates écrite en grec par l'apôtre Paul montre que les Galates étaient déjà bilingues. Un commentaire de Cicéron en faveur du célèbre dirigeant galate du Ier siècle avant J.-C., Déiotaros, prouve également qu'au moins la classe supérieure de la société galate avait une bonne connaissance de la langue et de la culture grecques.

Le bilinguisme entraîna l'introduction de nombreux mots galates dans la langue grecque. Au IIe siècle de notre ère, le médecin Galien de Pergame signala que le grec parlé couramment était corrompu par l'utilisation de mots provenant de langues étrangères, comme le cilicien, le syriaque et le galate.

Au IVe siècle de notre ère, saint Jérôme remarqua que les Galates parlaient, outre le grec, une langue très semblable à celle utilisée par la tribu gauloise des Trévires, près du Rhin. En outre, au 6e siècle, Cyrille de Scythopolis, un moine chrétien, rapporta que le galate était encore parlé à son époque. Il raconte qu'un moine de Galatie avait été temporairement possédé par Satan et était incapable de parler ; une fois rétabli, il ne répondait aux questions des autres que dans sa langue maternelle, le galate.

Norique

La langue norique ou celtique orientale est attestée dans deux inscriptions fragmentaires de la province romaine de Noricum: dans l'inscription de Ptuj (Slovénie), trouvée en 1894 et écrite de droite à gauche dans un alphabet italique du nord, et dans l'inscription de Grafenstein (Autriche) (IIe siècle de notre ère), découverte en 1977. L'inscription de Ptuj contient deux noms de personnes : ARTEBUDJ [fils de] BROGDUOS.

L'inscription de Grafenstein semble être une transaction financière contenant un nom de personne (MOGE), une abréviation latine indiquant un poids (P II-Iav), une forme verbale (NE SADIÍES - "tu ne mets pas"), une forme nominale (OLLO SO - "ce montant") et un autre nom de personne (LUGNU).

Grafenstein Inscription
Inscription à Grafenstein
Unknown Author (Public Domain)

Celtibère

Le celtibère ou hispano-celtique du nord-est était parlé aux 2e et 1er siècles avant notre ère par les Celtibères dans la région de la péninsule ibérique située entre les cours supérieurs des fleuves Douro, Tage, Júcar et Turia et l'Èbre. Le celtibère était apparenté au galiléen. Le celtibère est attesté par près de 200 inscriptions écrites en écriture celtibère et en latin. Les plus longues inscriptions celtibères existantes sont celles des plaques de Botorrita, trouvées près de Saragosse et datant de la fin du IIe siècle avant Jésus-Christ. Ces plaques sont connues sous les noms de Botorrita I, II, III et IV. Toutes les plaques sont écrites en écriture celtibère, sauf Botorrita II. Botoritta I se compose d'un texte de onze lignes, sur la face avant, et d'une liste de noms sur la face arrière. Botoritta II fournit les noms des fonctionnaires romains. Botorrita III est gravée en quatre colonnes sur une face d'une plaque. La Botoritta IV comprend dix-huit lignes sur les deux côtés de la plaque.

Le système phonologique celtibère se caractérise par les traits suivants :

Système consonantique :

  • *bh, *dh, *gh PIE> b, d, g
  • *gw PIE > b
  • *ḱw PIE > ku
  • gwh PIE > gu
  • *kw PIE a été conservé
  • *p PIE > *φ puis a disparu
  • *mn PIE > un
  • *pn PIE > un
  • *nm PIE > lm
  • *ps PIE > *ss > s
  • *pt PIE > *tt > t
  • *gs PIE> *ks > *ss > t
  • *gt PIE > *kt > *tt > t
  • *st PIE comme conservé

Système vocalique :

  • *h1e PIE > e
  • *h2e PIE> a
  • *Ho PIE> o
  • *eh1 PIE> ē > ī
  • *eh2 PIE> ā
  • *oH PIE est devenu ā dans les syllabes non finales et ū dans les syllabes finales.
  • *Hw PIE - > w

Résonantes syllabiques et laryngées :

  • *ṇ PIE > an
  • *ṃ PIE > am
  • *consonne + laryngée + consonne PIE > consonne + a + consonne
  • *consonne + consonne + H PIE > consonne + a + consonne
  • *ṛ + résonante PIE > ar + résonant
  • *ḷ + résonante PIE > al + résonant
  • *ṛ + plosive PIE > ri + plosive
  • *ḷ + plosive PIE > li + plosive
  • *consonne + ṛ + laryngée + voyelle PIE > consonne + ar + voyelle
  • *consonne + ḷ + laryngée + voyelle PIE > consonne + al + voyelle
  • *laryngé + résonante syllabique + consonne PIE > a + résonante + consonne

Le système morphologique celtibère comporte sept cas (nominatif, vocatif, accusatif, génitif, datif, ablatif, locatif), deux nombres (singulier, pluriel) et cinq radicaux (ā-, o-, i-, u-, r-). Les pronoms démonstratifs *so:so (M), *sa:sa (F), *soz:soz (N) sont attestés au nominatif et à l'accusatif (M, F, N) au singulier et au pluriel, au datif et au locatif (M, F) au singulier, et au génitif (M, F, N) au pluriel. Le celtibère possède un pronom entièrement fléchi -ios et les particules -kue (< *kwe) "et", nekeu (< *ne-kwe) "ni", ekue (< *h2et(i)-kwe) "aussi", ve "ou". Le système verbal celtibère présente un s-subjonctif (-se-).

Gallaïque

Le gallaïque, alias l'hispano-celtique du nord-ouest, était parlé au début du 1er millénaire de notre ère dans le nord-ouest de la péninsule ibérique. Sous l'Empire romain, cette région est devenue la province de Gallaecia. De nos jours, elle couvre la région du Norte, au nord du Portugal, et les régions espagnoles de la Galice, des Asturies occidentales et de l'ouest de la province de León.

Les inscriptions latines locales et les auteurs classiques, tels que Pomponius Mela et Pline l'Ancien, sont les seules sources fournissant des mots et des phrases isolés ainsi que des anthroponymes, toponymes, ethnonymes et théonymes. A la lumière de ces données, les caractéristiques suivantes de la langue gallécienne peuvent être dégagées :

  • *p PIE est devenu φ puis a disparu.
  • *-ps- et *-ks- PIE > *-xs- > -s
  • entre voyelles, *ṇ et ṃ IE > an, am ; ṛ et ḷ > ri, li
  • palatalisation de *m dans le groupe *-mnV à -unV-
  • assimilation *p .. kw > kw.. kw ou *p .. kw > kw.. kw > *p .. p
  • *-lw et *-rw > -lβ, rβ
  • * -φl- > -βl- > -l-
  • Le protoceltique *xt a été réduit en hispano-celtique *t
  • au contact de *e ou *i, la consonne intervocalique *-g- a disparu
  • perte des voyelles non accentuées lorsqu'elles sont entourées de consonnes liquides
  • wo est également attesté comme wa
  • *ew > *ow et > ō
  • *ei > ē

Supprimer la pub

Publicité

Bibliographie

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Helene Perdicoyianni-Paleologou
Helene holds a PhD in Classical Greek Philology and one in Latin Linguistics and Philology. She is an expert in Classical linguistics and philology and in the relationship of Greek and Latin to Indo-European.

Citer cette ressource

Style APA

Perdicoyianni-Paleologou, H. (2022, juin 22). Analyse Linguistique des Anciennes Langues Celtiques [A Linguistical Analysis of Ancient Celtic Languages]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2019/analyse-linguistique-des-anciennes-langues-celtiqu/

Style Chicago

Perdicoyianni-Paleologou, Helene. "Analyse Linguistique des Anciennes Langues Celtiques." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juin 22, 2022. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-2019/analyse-linguistique-des-anciennes-langues-celtiqu/.

Style MLA

Perdicoyianni-Paleologou, Helene. "Analyse Linguistique des Anciennes Langues Celtiques." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 22 juin 2022. Web. 28 sept. 2022.

Adhésion