Communautés Diasporiques en Méditerranée et Au-delà

Article

Rebecca Denova
par , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié sur 24 février 2022
X
translations icon
Disponible dans d'autres langues: Anglais, Espagnol

Une diaspora est un groupe important de personnes ayant un héritage ou une patrie en commun et qui ont depuis quitté leur pays d'origine pour s'installer dans un autre pays. En termes d'ethnicité, ils partagent une langue, une vision du monde, des mythes, des concepts et des rituels religieux, des coutumes sociales et des aliments communs. Le terme grec dia speiro ("semer sur" ou "disperser") indique la transplantation d'une culture d'une région à une autre.

Map of Ancient Synagogues
Carte des synagogues dans l'antiquité
Marsyas (CC BY-SA)

L'effondrement de l'âge du bronze

Hier comme aujourd'hui, les migrations des peuples se sont produites pour de nombreuses raisons. Les chasseurs-cueilleurs se déplaçaient en suivant les troupeaux d'animaux ou à la recherche de nouveaux pâturages. Avec l'introduction de l'agriculture, les mouvements se sont amplifiés lorsque les petites parcelles ne produisaient plus assez de surplus pour le commerce. L'établissement de centres urbains a entraîné des déplacements à partir de la campagne, notamment avec l'évolution de la technologie et de l'artisanat qui sont devenus partie intégrante de l'économie.

Dans la tradition occidentale, nous avons commencé à voir une référence au concept de diaspora dans la région du bassin méditerranéen oriental.

Dans la tradition occidentale, c'est dans la région du bassin méditerranéen oriental que l'on commence à faire référence au concept de diaspora. À la fin de l'âge du bronze, la région a été collectivement envahie par un groupe connu sous le nom de peuples de la mer qui ont établi des colonies et des villes. Grands commerçants et marchands de la mer, ils sont les Philistins de la Bible. Leur origine reste inconnue, mais les théories dominantes indiquent une origine dans et autour de la Méditerranée. C'est le début de l'âge du fer, avec l'introduction de nouvelles armes et de nouveaux outils.

C'est à cette époque qu'apparaissent les Phéniciens, considérés collectivement comme les anciennes tribus cananéennes de la région du Levant. Également grands navigateurs et commerçants, ils ont établi des colonies de Chypre à la péninsule ibérique et en Afrique du Nord. Le terme grec désignant ce peuple (phénix) est devenu "punique" en latin (d'où les guerres puniques de Rome contre Carthage). On attribue aux Phéniciens l'introduction de leur alphabet dans les systèmes hébreu, grec, arabe et cyrillique.

L'expansion grecque

Aux 8e et 7e siècles avant notre ère, la Grèce a commencé à établir des colonies dans tout le bassin méditerranéen. Des facteurs tels que les famines périodiques, les pestes, les guerres entre les cités-États et le besoin de débouchés commerciaux plus importants ont contribué à ces migrations. Ils se sont installés autour de la mer Noire, en Anatolie (Turquie), dans le sud de la France, en Italie du Sud et en Sicile. La zone d'implantation grecque en Italie était appelée Magna Graecia ("Grande Grèce"). Cette culture hellénique a fusionné avec les tribus indigènes d'Italie et a grandement influencé la culture émergente de Rome. Rome a conquis la cité grecque de Néapolis en 327 avant J.-C., puis d'autres conquêtes, pour finalement conquérir la Sicile.

Trade Routes in the Ancient Mediterranean
Routes commerciales dans la Méditerranée antique
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

Alexandre le Grand

Alexandre le Grand (356-323 avant J.-C.) était fier de son héritage grec ; il avait été formé par Aristote (384-322 avant J.-C.). Partout où il a conquis, il a introduit la philosophie, la langue, la gouvernance, la religion et l'éducation grecques. Après les conquêtes, Alexandre a installé ses vétérans dans des colonies à travers le Moyen-Orient, où ils se sont mélangés aux cultures locales. Cela a donné lieu à ce que les spécialistes appellent le syncrétisme.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Le syncrétisme peut déboucher sur une vision du monde plus large et plus étendue, ou parfois constituer la base d'une nouvelle culture ou d'une nouvelle religion.

En tant que conquérant, Alexandre aurait pu démolir tous les centres de culte locaux. Au lieu de cela, il a superposé les anciennes traditions aux siennes. Par exemple, en entrant dans un temple, il ajoutait simplement un éclair et faisait un trait d'union entre le nom de Zeus et celui de l'ancien dieu. Les habitants étaient heureux de conserver leurs anciens dieux mais pouvaient désormais ajouter Zeus. Zeus devait être un grand dieu puisqu'il était le dieu d'Alexandre.

Le syncrétisme peut déboucher sur une vision du monde plus large et élargie (ancienne et nouvelle) ou parfois constituer la base d'une nouvelle culture ou d'une nouvelle religion. Le syncrétisme a été associé à la compréhension des communautés de la diaspora, qui ont maintenu leurs propres traditions tout en adoptant simultanément des éléments de la nouvelle colonie et en influençant la culture locale.

Le judaïsme ancien

Comme toutes les cultures anciennes, les Juifs ont connu des schémas de migration. La première migration traditionnelle eut lieu avec l'appel d'Abraham à quitter sa patrie (à la tête du golfe Persique) avec sa famille et à s'installer à Canaan. Selon le livre de l'Exode, une deuxième grande migration eut lieu lorsqu'il y eut une famine en Israël, et les Juifs migrèrent en Égypte où ils établirent une grande communauté.

Moses & the Parting of the Red Sea
Moïse et la Séparation des eaux de la Mer Rouge
Providence Lithograph Company (Public Domain)

Mais le terme descriptif grec "diaspora" apparut après la destruction assyrienne du Royaume d'Israël du Nord en 722 avant Jésus-Christ et la destruction babylonienne du Temple de Jérusalem en 587 avant Jésus-Christ. Les deux conquérants avaient mis en place un programme d'échanges de populations. Des douze tribus d'Israël, les dix tribus du Nord furent emmenées en Assyrie et furent "perdues" pour l'histoire. Les Juifs de Jérusalem furent emmenés à Babylone, la capitale, et cette période fut appelée l'exil babylonien.

Cyrus le Grand (r. c. 550-530 avant J.-C.) conquit les Babyloniens. Il accorda aux Juifs des fonds pour qu'ils puissent retourner à Jérusalem et reconstruire la ville et le Temple. Cependant, la vie dans l'Empire achéménide avait permis à la communauté juive de prospérer, et beaucoup décidèrent de rester. C'est à ce moment-là que le terme diaspora (souvent traduit en anglais par "dispersion") fut utilisé pour décrire les communautés vivant en dehors du pays. Les Juifs établirent des communautés juives dans tout l'Empire romain et au-delà.

Études sur la diaspora

L'étude des communautés de la diaspora n'est devenue populaire qu'après l'introduction des disciplines des sciences sociales dans le monde universitaire dans les années 1900. Les études analysent les adaptations culturelles à la fois dans la pensée conceptuelle, la socialisation et le comportement. Ces facteurs permettent de catégoriser les différences entre la migration et ce que l'on peut considérer comme une communauté diasporique. Par exemple, en Europe, au cours de l'Antiquité tardive, les grandes migrations de tribus de Goths, de Wisigoths, de Vandales, de Huns, et plus tard les raids vikings, n'entrainèrent pas la formation de communautés ethniques et culturelles uniques ; elles furent absorbées dans les traditions culturelles de l'Europe. En dehors de la tradition occidentale, les communautés migratoires de la Chine, de la Corée, du Japon et de l'Inde vers le Pacifique Sud et au-delà sont analysées. Les migrations africaines (y compris les migrations forcées de l'esclavage vers le Nouveau Monde) font également l'objet d'une étude.

First Slave Auction in New Amsterdam, 1655 CE
Premières enchères d'esclave à New Amsterdam, 1655
Howard Pyle (Public Domain)

Les analyses comparatives des facteurs communs qui motivent à la fois la migration et l'adaptabilité suscitent un regain d'intérêt dans le monde postcolonial. De nombreuses communautés de la diaspora partagent une histoire commune de persécution et/ou d'expulsion de leur pays d'origine. Cette situation a entraîné la politisation de l'idéologie diasporique. Dans certains pays, les communautés diasporiques se présentent comme des États-nations d'opposition à la tyrannie persistante de leur pays d'origine (gouvernements en exil). Après la Seconde Guerre mondiale (1939-1945), des dizaines de pays des empires français et britannique ont cherché à obtenir leur indépendance. Empêtrés dans des guerres civiles, de nombreux groupes ont migré vers les pays d'accueil d'origine, rejetant l'imposition de certains des nouveaux systèmes. Cette période a vu une globalisation des communautés de diasporas à travers le monde.

D'autres chercheurs mettent l'accent sur le problème de l'inégalité des ressources, du chômage et du manque de possibilités d'éducation comme éléments de motivation des communautés migrantes. Parfois, le pays d'accueil peut stimuler la migration pour des raisons économiques. Par exemple, les États-Unis ont commencé à importer des travailleurs chinois en grand nombre pour travailler à la construction de chemins de fer dans les États de l'Ouest au XIXe siècle.

La politique de la diaspora

Les communautés de la diaspora ont pour caractéristique commune de maintenir une relation et une loyauté envers leur pays d'origine et leurs coutumes traditionnelles. Toutefois, en cas de crise géopolitique ou de guerre, cette loyauté peut être interprétée comme une menace. Bien que le FBI ait enquêté sur les Américains d'origine allemande et italienne, les communautés japonaises de la côte ouest ont été relogées dans des camps d'internement après l'attaque de Pearl Harbor, de 1942 à 1945. Ces camps comprenaient des citoyens américains et leurs enfants. Aujourd'hui considérée comme une tache noire dans l'histoire américaine et une violation des droits constitutionnels, une réaction similaire s'est produite contre les Américains musulmans après les attaques terroristes du 11 septembre 2001.

Le peuple arménien a été absorbé par l'Empire ottoman. Craignant une rébellion interne, le gouvernement ottoman a ordonné le massacre et la déportation des Arméniens pendant la Première Guerre mondiale (1914-1918). Depuis lors et jusqu'à aujourd'hui, les communautés arméniennes ont protesté contre le refus du gouvernement turc actuel de qualifier cet épisode de génocide. En 2021, 31 pays ont officiellement reconnu ce génocide.

Armenian Genocide
Le génocide arménien
Aurora Mardiganian (Public Domain)

Science

L'intérêt populaire pour les communautés diasporiques utilise les sciences de l'étude de l'ADN et du suivi du génome pour analyser à la fois l'origine d'un peuple et son intégration dans les communautés d'accueil. Cela est particulièrement important dans les fouilles archéologiques des tombes et des cimetières, où l'analyse de l'ADN des squelettes peut fournir les lignées ancestrales des populations mixtes afin de déterminer le degré d'intégration. Des études génomiques ont été menées dans les communautés situées le long de l'ancienne route de la soie en Asie, dans le but de retrouver la trace des tribus perdues d'Israël.

On estime que 10 % de la population mondiale vit actuellement dans des communautés de diaspora. Nous apprenons peu à peu à apprécier les avantages de ces communautés en matière de partage des connaissances et des technologies, ainsi que la diversité permanente des opinions et des coutumes culturelles et religieuses.

À propos du traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

A propos de l'auteur

Rebecca Denova
Rebecca I. Denova, Ph. D., est Maître de Conférences à temps plein en Christianisme Primitif au Département d'Études Religieuses de l'Université de Pittsburgh. Elle a récemment terminé un manuel, «Religions de la Grèce et de Rome» (Wiley-Blackwell).

Citer ce travail

Style APA

Denova, R. (2022, février 24). Communautés Diasporiques en Méditerranée et Au-delà [Diasporic Communities in the Mediterranean & Beyond]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Récupéré de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1942/communautes-diasporiques-en-mediterranee-et-au-del/

Style Chicago

Denova, Rebecca. "Communautés Diasporiques en Méditerranée et Au-delà." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. Dernière modification février 24, 2022. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1942/communautes-diasporiques-en-mediterranee-et-au-del/.

Style MLA

Denova, Rebecca. "Communautés Diasporiques en Méditerranée et Au-delà." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 24 févr. 2022. Web. 01 juil. 2022.

Adhésion