Inventions Mésopotamiennes

Article

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 20 octobre 2021
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, arabe, espagnol, persan

Les inventions mésopotamiennes comprennent de nombreux objets considérés comme acquis aujourd'hui, dont la plupart furent créés au cours de la première période dynastique (2900-2334 av. JC) ou développés à partir des réalisations de la période d'Uruk (4100-2900 av. JC). On attribue aux Sumériens les premières inventions, qui furent développées au cours de la période akkadienne (2334-2218 av. JC), puis par les civilisations mésopotamiennes ultérieures.

Cylinder Seal with a King Pouring an Offering to Shamash
Sceau-cylindre de roi faisant une offrande à Shamash
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

Parmi les nombreuses inventions des Mésopotamiens, on trouve :

  • La roue
  • La céramique produite en masse
  • Les mathématiques
  • Le temps
  • L'écriture
  • Les sceaux-cylindres et enveloppes
  • La production en masse de briques
  • Les villes
  • La carte
  • La voile

Ces dix éléments ne représentent qu'une petite partie des avancées technologiques, culturelles et scientifiques réalisées en Mésopotamie antique. L'expert Samuel Noah Kramer a dressé une liste de 39 "premières" qui apparurent dans l'ancienne Sumer, furent développées par des cultures ultérieures et sont plus ou moins connues des gens d'aujourd'hui:

Supprimer la pub

Advertisement

  • Les premières écoles
  • Le premier cas de "polissage de pommes".
  • Le premier cas de délinquance juvénile
  • La première "guerre des nerfs".
  • Le premier congrès bicaméral
  • Le premier historien
  • Le premier cas de réduction d'impôts
  • Le premier "Moïse"
  • Le premier précédent juridique
  • La première pharmacopée
  • Le premier "Almanach du fermier"
  • La première expérience de culture d'arbres d'ombrage
  • La première cosmogonie et cosmologie de l'homme
  • Les premiers idéaux moraux
  • Le premier "métier".
  • Les premiers proverbes et dictons
  • Les premières fables animalières
  • Les premiers débats littéraires
  • Les premiers parallèles bibliques
  • Le premier "Noé"
  • Le premier récit de résurrection
  • Le premier "Saint-Georges"
  • Le premier cas d'emprunt littéraire
  • Le premier âge héroïque de l'homme
  • Le premier chant d'amour
  • Le premier catalogue de bibliothèque
  • Le premier âge d'or de l'homme
  • La première société "malade"
  • Les premières complaintes liturgiques
  • Les premiers messies
  • Le premier champion de longue distance
  • La première imagerie littéraire
  • Le premier symbolisme sexuel
  • La première Mater Dolorosa
  • La première berceuse
  • Le premier portrait littéraire
  • Les premières élégies
  • La première victoire des travailleurs
  • Le premier aquarium

(L'histoire commence à Sumer, Sommaire)

Ces 39 inventions, développées entre 5000 et 1750 av. JC à Sumer, ne représentent pas toutes les inventions de l'ancienne Mésopotamie. Les différentes cultures de la région empruntèrent à Sumer, puis les unes aux autres, pour développer certaines des civilisations les plus impressionnantes de l'histoire. Parmi les inventions les plus importantes des Mésopotamiens figure l'écriture, grâce au système qu'ils développèrent, connu sous le nom de cunéiforme, qui préserva les croyances, l'histoire et la culture de la région qui influenceront considérablement les civilisations ultérieures à tous les égards. L'expert Paul Kriwaczek commente:

Supprimer la pub

Advertisement

Au cours de ses deux millénaires et demi, la tradition cunéiforme inventa ou découvrit presque tout ce que nous associons à la vie civilisée. Tout commença dans un monde de villages néolithiques, des communautés agricoles largement autosuffisantes, et se termina par un monde, non seulement de villes, d'empires, de technologie, de science, de droit et de sagesse littéraire, mais plus encore: par ce qu'on a appelé un système mondial, un réseau de nations reliées entre elles, communiquant, commerçant et se battant les unes contre les autres, réparties sur une grande partie du globe. Telle était la réussite des auteurs du cunéiforme. (11-12)

C'est pour cette raison que la Mésopotamie est appelée le "berceau de la civilisation", et une partie de celle-ci le "Croissant fertile", car c'est dans cette région qu'un grand nombre des développements culturels les plus importants furent établis, prospérèrent et furent partagés avec le reste du monde.

La roue

BIEN QUE LA PLUS ANCIENNE ROUE DÉCOUVERTE À CE JOUR PROVIENNE D'EUROPE CENTRALE, LE CONCEPT DE LA ROUE SERAIT NÉ PLUS TÔT EN MÉSOPOTAMIE.

La roue fut inventée vers 3500 avant notre ère pour la production de céramiques - le premier tour de potier - et ne fut utilisée que plus tard pour le transport. Bien que la plus ancienne roue découverte à ce jour - la roue des marais de Ljubljana - provienne d'Europe centrale, on pense que le concept de la roue apparut plus tôt en Mésopotamie. Vers 3000 av. JC, les Sumériens utilisaient des charrettes et des chariots à deux et quatre roues pour transporter les personnes et les marchandises. Selon l'expert Stephen Bertman, "les roues de ces véhicules étaient faites de deux demi-disques de bois massif cloués ensemble et recouverts de pneus en cuir" (254). Vers 3200 av. JC, les premiers chars furent fabriqués pour la noblesse et les riches comme moyen de transport personnel, et furent ensuite développés par les Akkadiens et les Assyriens pour l'armée.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Production en masse de céramique

Le tour de potier permit de produire des céramiques en série, ce qui fournit aux classes inférieures des articles abordables tels que des jarres et des bols. Auparavant, ces articles étaient fabriqués à la main et, bien que n'importe qui ait pu fabriquer des bols et des cruches à partir d'argile séchée au soleil, ils étaient inférieurs à ceux fabriqués par de véritables artisans. La céramique produite en masse fournissait également à l'armée et à la main-d'œuvre des récipients pour les rations qui pouvaient être facilement transportés et, en cas de bris, rapidement remplacés. Les artisans étaient généralement attachés à des temples ou des palais, qui leur fournissaient les matières premières nécessaires à leur art. Bien que produites en masse, ces céramiques étaient souvent ornées et décorées de figures, de formes ou de motifs peints.

Rotating Device of a Potter's Wheel
Dispositif rotatif d'un tour de potier
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

Mathématiques

Les Sumériens développèrent les mathématiques à un moment donné avant l'invention de l'écriture. La compréhension des principes et des applications mathématiques était une exigence pour la formation des scribes au début de la période d'Uruk et, au début de la période dynastique, la géométrie était régulièrement utilisée pour mesurer et diviser les parcelles de terre ainsi que pour créer des canaux d'irrigation. L'expert Gwendolyn Leick explique que "cela se faisait en mesurant les côtés des surfaces plutôt que les angles, et les champs au contour irrégulier, par exemple, étaient divisés en simples parties rectilignes, qui étaient ensuite additionnées" (116). La trigonométrie ne se developpa jamais, comme le note Leick, mais le théorème de Pythagore était utilisé des millénaires avant la naissance de Pythagore.

Le temps

LES SUMÉRIENS DIVISèrENT LA JOURNÉE EN 12 HEURES DE LUMIÈRE ET 12 HEURES D'OBSCURITÉ, PUIS LES DIVISèrENT À NOUVEAU EN HEURES DE 60 MINUTES.

À un certain moment, après l'invention des mathématiques et généralement daté d'environ 3000 av. JC, les Sumériens créèrent également le concept de temps. En utilisant le système sexagésimal, ils divisèrent un jour en 12 heures de lumière et 12 heures d'obscurité, puis en heures de 60 minutes et en minutes de 60 secondes. Avant cela, il semblerait que les gens travaillaient de l'aube jusqu'au coucher du soleil, mais par la suite, une limite de temps put être fixée pour une journée de travail et le jour et la nuit furent organisés selon un système indépendant du lever ou du coucher du soleil. Les gens pouvaient lire l'heure à l'aide de cadrans solaires et d'horloges à eau, ce qui leur donnait un plus grand contrôle sur leur vie et un meilleur moyen d'organiser le travail, les loisirs et les observances religieuses.

Supprimer la pub

Advertisement

L'écriture

L'écriture fut inventée vers 3600 av. JC, très probablement en réponse au commerce à longue distance qui nécessitait un moyen de communication entre le fabricant, le vendeur, l'acheteur et le distributeur. Le système d'écriture, comme indiqué, était connu sous le nom de cunéiforme, qui se développa à partir de simples pictogrammes. Ces images ne pouvaient toutefois que transmettre l'objet d'un message, tel que la bière (la boisson la plus populaire en Mésopotamie et une autre invention sumérienne), mais pas l'arrivée ou le départ de la bière d'une destination donnée. L'écriture permettait aux gens de spécifier leurs messages concernant la quantité, la qualité et si un article était acheté, vendu ou destiné à un sacrifice au temple. Le reçu de bière Alulu de la ville d'Ur, datant de 2050 avant notre ère, est l'un des meilleurs exemples de l'aspect commercial de l'écriture, car il atteste de la livraison d'une quantité de bière à l'acheteur de la part du brasseur, Alulu. Avec le temps, le cunéiforme devint plus sophistiqué et fut utilisé pour enregistrer des lois, des recettes, des prières, des hymnes, des histoires, des légendes et des épopées telles que le conte de Gilgamesh. Il encouragea également le développement de différents genres tels que la littérature mésopotamienne Naru, qui servait à la fois à divertir et à encourager des valeurs culturelles importantes.

Mesopotamian Beer Rations Tablet
Tablette de rations de bière mésopotamienne
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

Sceaux-cylindres et enveloppes

Avant le développement de l'écriture, les gens utilisaient de petits sceaux pour authentifier les accords, créés avec un dessin personnel signifiant leur identité et leur profession, connus sous le nom de sceaux-cylindres et sceaux de timbre. Les sceaux cylindres apparurent à Sumer ou dans la région connue aujourd'hui sous le nom de Syrie vers 7600-6000 avant notre ère. Ils étaient fabriqués à partir de pierres semi-précieuses (comme l'améthyste, le lapis-lazuli, le marbre et l'obsidienne, entre autres) et étaient portés au cou, au poignet ou attachés aux vêtements. Le sceau-cylindre était pressé dans de l'argile humide, laissant une empreinte qui servait de signature dans les procédures judiciaires ou les contrats commerciaux. Après l'invention de l'écriture, le sceau-cylindre ou le cachet était utilisé pour signer la correspondance et légitimer les contrats. Lorsque la correspondance à distance devint plus courante, des enveloppes en argile (ou bulle-enveloppe) furent inventées pour contenir un message. L'enveloppe portait à l'extérieur le sceau-cylindre de la personne concernée, qui ne devait être ouvert que par le destinataire. Les sceaux-cylindres devinrent si étroitement associés à leurs propriétaires que leur perte était comparable à une usurpation d'identité de nos jours, car quiconque trouvait un sceau pouvait l'utiliser à sa guise.

Production en masse de briques

La production en masse de briques fut développée pendant la période d'Uruk, vers 3100 av. JC. Avant cette période, chaque brique était fabriquée à la main, puis cuite dans un four ou séchée au soleil. La fabrication de briques, en particulier pour les structures monumentales telles que les ziggourats (une autre invention mésopotamienne), demandait beaucoup de travail, ce qui encouragea le développement de moules à briques dans lesquels un seul ouvrier pouvait tasser l'argile pour fabriquer dix briques, ou plus, à la fois au lieu d'une seule. L'argile était mélangée avec du sable, de la paille ou de l'ivraie pour plus de durabilité, puis séchée au soleil ou cuite. Ce procédé permit de réaliser des projets de construction beaucoup plus rapidement et favorisa ainsi le développement et l'expansion des villes.

Supprimer la pub

Advertisement

Les villes

Les villes commencèrent également à apparaître dans la région au cours de la période d'Uruk, Uruk étant le premier centre urbain fortifié à prendre forme en 4500 av. JC. (donnant son nom à la période). Au cours de la période d'Obeïd précédente, (vers 5000-4100 av. JC), les populations étaient déjà passées de la phase de chasseurs-cueilleurs à des établissements agraires permanents et construisaient des maisons et autres bâtiments en briques artisanales séchées au soleil. Au cours de la période d'Uruk, ces villages se densifièrent, se élargirent et devinrent les premières villes du monde. L'essor des villes donna lieu à différentes définitions de la population, les citadins s'identifiant à leur ville alors qu'auparavant, ils s'étaient associés à une tribu. Ceux qui vivaient en dehors des villes conservaient leur identité tribale, ce qui permettait de classer les gens en citoyens urbains ou ruraux. Comme les scribes vivaient généralement dans les villes, ils privilégiaient dans leurs ouvrages les citadins par rapport aux habitants de l'extérieur, et la vie en ville fut ainsi associée à la culture et à la civilisation, tandis que les agriculteurs ou les bergers étaient considérés comme des personnes de classe inférieure et incultes.

Facade of Inanna's Temple at Uruk
Façade du Temple d'Inanna à Uruk
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

La carte

La croissance des villes encouragea le commerce sur de longues distances. Des cartes furent donc créées pour les caravanes et les marchands individuels, puis utilisées pour les voyages personnels et les campagnes militaires. Les cartes étaient réalisées en gravant des images sur divers matériaux ou en faisant des impressions sur une tablette d'argile. La plus ancienne carte du monde est l'Imago Mundi, plus connue sous le nom de carte du monde babylonienne, créée entre 700 et 500 avant notre ère et trouvée dans les ruines de la ville de Sippar. Comme chaque ville se considérait comme la plus importante, fondée par ses dieux respectifs, et que chaque carte était réalisée par quelqu'un d'une ville donnée, cette dernière occupait une position centrale. Dans l'Imago Mundi, Babylone est présentée comme le centre du monde et les autres régions ne le sont que par rapport à elle. Bien que l'Imago Mundi soit la plus ancienne carte existante, on pense qu'elles étaient largement utilisées bien avant 700-500 avant notre ère

Babylonian Map of the World
Carte du monde babylonienne
Trustees of the British Museum (Copyright)
.

La voile

On pense que la voile naquit de l'observation des effets du vent sur un morceau de tissu, très probablement lorsqu'il était suspendu pour sécher après avoir été lavé. De nombreux marchands utilisaient le Tigre et l'Euphrate pour leurs échanges commerciaux et n'avaient aucune difficulté à ramer ou à faire avancer leurs bateaux en aval, mais remonter le courant était une autre affaire. Les rameurs devaient lutter contre le courant en amont dans de petites embarcations faites de roseaux qui pouvaient se remplir et chavirer dans cette lutte contre le courant. Avec l'invention de la voile, un marchand pouvait retourner beaucoup plus facilement à son point d'origine et ramener plus de marchandises qu'auparavant. Les voiles étaient faites de lin ou de papyrus et étaient de forme rectangulaire ou carrée. Une fois la voile maîtrisée, le commerce maritime sur de longues distances devint possible avec l'Égypte et la civilisation de la vallée de l'Indus, apportant une plus grande variété de marchandises en Mésopotamie que jamais auparavant.

Supprimer la pub

Advertisement

Conclusion

Ce commerce fut rendu possible par le développement de l'astronomie, qui cartographia les étoiles et fournit des points de référence identifiables dans le ciel nocturne pour les voyages. L'astrologie fut développée en réponse au désir séculaire de l'homme de connaître l'avenir et, dans le cas du commerce, de recevoir la parole des dieux pour savoir si une entreprise commerciale se terminerait bien ou mal. Les dieux étaient considérés comme la source de toutes choses, mais on ne pouvait jamais être sûr de leurs intentions, car un dieu pouvait souhaiter le meilleur tandis qu'un autre, se sentant offensé, pouvait aller à l'encontre des plans de ce dieu pour la vie d'une personne. On pensait que la divination pouvait donner un aperçu de ce qui pouvait attendre un individu un jour donné.

Les Mésopotamiens n'étaient pas pour autant un peuple passif, attendant les signes des dieux avant d'agir pour résoudre un problème, faire des affaires, conclure un mariage ou remédier à une maladie ou un accident. Les dieux étaient consultés sur tous ces aspects de la vie d'une personne, mais comme les humains étaient considérés comme des collaborateurs du divin, il était entendu qu'il fallait agir du mieux que l'on pouvait et faire confiance aux dieux pour aider dans cette entreprise. Cela se voyait très clairement dans le domaine médical où les médecins traitaient les patients en se basant sur des précédents et en faisant appel à l'aide divine.

Les diverses inventions des Mésopotamiens guidèrent les différentes cultures de la région et permirent le développement de la civilisation pendant des millénaires. La Mésopotamie ne fut jamais une région totalement homogène, mais les différentes cités-états, royaumes et autres commerçaient régulièrement, et les innovations étaient régulièrement partagées et diffusées au-delà de leur point d'origine. Les grandes puissances politiques de Mésopotamie, comme les empires akkadien et assyrien, partagèrent ces inventions avec d'autres par le biais du commerce à longue distance, et ce phénomène s'accentua lorsque l'empire perse achéménide prit la région et s'étendit jusqu'aux frontières de l'Inde.

L'empire achéménide tomba aux mains d'Alexandre le Grand en 330 av. JC, ce qui développa le commerce avec l'Occident, transportant davantage de biens et de technologies dans cette direction, et après sa mort, l'empire séleucide poursuivit ces politiques. En 226 de notre ère, l'Empire sassanide absorba la région, héritant des réalisations du passé et, dans de nombreux cas, les améliorant avant de les partager avec d'autres. De nos jours, ces innovations telles que l'écriture, le temps, la roue et les mathématiques font tellement partie intégrante de la vie quotidienne que l'on pense rarement à leur origine, mais il y a fort longtemps de cela, aucune de ces innovations n'existait jusqu'à ce qu'elles n'aient été inventées par les habitants de l'ancienne Mésopotamie.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2021, octobre 20). Inventions Mésopotamiennes [Mesopotamian Inventions]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1859/inventions-mesopotamiennes/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Inventions Mésopotamiennes." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le octobre 20, 2021. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1859/inventions-mesopotamiennes/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Inventions Mésopotamiennes." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 20 oct. 2021. Web. 08 août 2022.

Adhésion