Gâteaux Sacrés de Grèce Antique

Article

Nathalie Choubineh
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 15 septembre 2021
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, italien

Dans la Grèce antique, les gâteaux sacrés étaient des pains, des biscuits, des pâtisseries et des génoises cuits au four, sucrés au miel (meli) et préparés comme offrandes non brûlées aux dieux, aux déesses et aux autres êtres divins. Les offrandes non brûlées remplaçaient ou complétaient les sacrifices d'animaux dont les os et la graisse étaient ensuite brûlés sur l'autel tandis que leur viande était servie lors d'un festin cultuel.

Minoan Religious Procession on Hagia Triada Sarcophagus
Procession religieuse minoenne sur le sarcophage de Hagia Triada
ArchaiOptix (CC BY-SA)

Les Grecs préparaient des gâteaux et d'autres types de sucreries pour les événements religieux et les dîners depuis au moins la fin de la civilisation minoenne, au IIe millénaire avant notre ère. À l'instar de ce que l'on peut trouver aujourd'hui dans une boulangerie, les fours helléniques du monde entier pouvaient distribuer des petits pains sucrés, des génoises, des tartes au fromage, des pains plats, des pâtisseries, des torsades et même des gâteaux en couches de formes et de tailles diverses. Les gâteaux pouvaient être fabriqués à partir de différentes sortes de farines de blé ou d'orge, combinés à d'autres ingrédients, notamment du fromage, des herbes, des fruits et des graines de sésame, et fourrés ou décorés de fruits et de noix. Les gâteaux sacrés grecs étaient offerts aux dieux et aux déesses, voire aux rois et aux héros commémorés et immortalisés en tant que fondateurs de villes, sauveurs et ancêtres. Ils constituaient une catégorie principale de cadeaux votifs utilisés dans les rituels sacrés privés et publics, où ils étaient portés dans les processions cérémonielles par des personnes spécialement sélectionnées pour ce rôle. Il était également courant d'apporter des gâteaux sacrés ou leurs modèles en argile dans un sanctuaire ou un temple lors des prières quotidiennes ou des actions de grâce.

Supprimer la pub

Advertisement

Les gâteaux sacrés grecs peuvent être l'origine des gâteaux de mariage, des gâteaux d'anniversaire et de la tradition de mettre des bougies sur le dessus de ces derniers.

Il va sans dire que les gâteaux antiques ne laissent pas de vestiges archéologiques en tant que tels. Cependant, nous pouvons trouver un vaste éventail de leurs représentations artistiques dans les fresques, les peintures sur vase et les sculptures. Les auteurs classiques grecs tels que Homère, Hésiode, Hérodote, Euripide, Aristophane, Pindare et Athénée évoquent différentes sortes de gâteaux et de desserts dans leurs récits de fêtes religieuses ou de dîners, parfois accompagnés de recettes alléchantes. Les gâteaux sacrés peuvent également apparaître dans les listes d'offrandes gravées sur des tablettes de pierre, d'argile ou de métal. Ce reflet diversifié des gâteaux sacrés dans l'art et la culture matérielle de la Grèce antique se poursuivit tout au long de la période classique (c. 480 - c. 323 av. J.-C.) et culmina à la période hellénistique (c. 323 - c. 31 av. J.-C.) où il finit par laisser son empreinte sur la cuisine romaine. Un exemple de cet impact de la cuisson est le développement du pain plat au fromage romain, le placenta, à partir du gâteau au fromage stratifié hellénique, le plakous, qui a inspiré certains chercheurs à les considérer tous deux comme des précurseurs probables de la pizza. Il est également suggéré que les gâteaux sacrés grecs pourraient être l'origine des gâteaux de mariage, des gâteaux d'anniversaire et de la tradition de mettre des bougies sur le dessus de ces derniers.

La pâtisserie et les autres travaux de cuisine étaient considérés un travail de femme, quelle qu'ait été sa position sociale ou sa situation financière, comme le montrent les nombreuses représentations peintes et sculptées de femmes boulangères de la Grèce antique, avec ou sans bijoux, qui portent toutes le peploi sans manches et qui gardent leurs cheveux à l'écart sous un bonnet appelé kekryphalos. D'autre part, nous avons également des images et des statues de boulangers masculins qui nous rappellent quelques indications écrites de la boulangerie industrielle, par exemple par le philosophe grec Platon (428/427 - 348/347 av. J.-C.) qui croyait en la supériorité des hommes sur les femmes dans tous les domaines imaginables, y compris "le tissage et la surveillance des crêpes" (République 5.455c), et voyait le sommet d'un artisan du four à Théarion qui pouvait fournir "des pains admirables" (Gorgias 518c).

Supprimer la pub

Advertisement

Le four grec dans l'archéologie

Alors que les écrits anciens et les preuves visuelles jettent une bonne quantité de lumière sur les gâteaux et la boulangerie dans la Grèce antique, il n'est pas toujours facile de relier un certain nom de gâteau à une forme spécifique de gâteau. Il ne fait aucun doute que de nombreux noms évoquent l'aspect du gâteau qui leur est associé (par exemple pyramis = pyramide) et qu'ils peuvent même nous renseigner sur le moment et/ou le lieu où le gâteau était offert (par exemple elaphos = gâteau en forme de cerf offert à Artémis pendant le mois printanier d'Élaphébolion). Certains auteurs, cependant, se contentent de désigner un gâteau sacré par un nom générique tel que melotoessa (gâteau au miel), plakous (gâteau au fromage), pemma (sucrerie) ou pelanos (gâteau sacrificiel). Par conséquent, les chercheurs préfèrent souvent étudier les gâteaux sacrés grecs dans le contexte d'une pratique ou d'un événement cultuel.

Terracotta Figurine of a Baking Woman
Figurine en terre cuite d'une pâtissière
Marsyas (CC BY-SA)

Des figurines en argile illustrant les différentes étapes du processus de cuisson ont été retrouvées dans de nombreux endroits du monde hellénique, notamment à Athènes, en Béotie, à Carthage, à Chypre, en Crète et à Akanthos, sur la péninsule d'Athos, non loin de Thessalonique. Outre le broyage des grains et le pétrissage ou le roulage de la pâte, ces figurines révèlent différentes formes de trous de feu enterrés et de fours sur pied qui étaient courants dans le monde méditerranéen jusqu'à nos jours. Les plus anciennes figurines grecques de cuisson de gâteaux remontent à la période archaïque, au 1er millénaire avant notre ère.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Une illustration encore plus ancienne de gâteaux sacrés est cependant visible sur le sarcophage d'Aghia Triada de Crète, vers 1400 avant notre ère. L'un des côtés les plus longs de ce cercueil en calcaire est décoré d'une peinture colorée représentant une scène sacrificielle. Le point culminant de cette image cérémonielle est une jeune femme, peut-être une prêtresse, posant ses deux mains sur un autel dans le geste de déposer une offrande et/ou de diriger les prières. Elle lève les yeux vers un panier de gâteaux ronds blancs et rouges accroché devant son visage et à sa portée. Une deuxième rangée de gâteaux similaires est également alignée sur l'autel principal, dont l'importance est soulignée par quatre paires de cornes de taureau sacrées.

Hagia Triada Sarcophagus
Sarcophage Hagia Triada
Carole Raddato (CC BY-NC-SA)

Certains chercheurs ont suggéré que les "gâteaux" ronds peuvent en fait représenter des fruits, un point qui reste obscur dans l'absence actuelle de textes lisibles de la culture minoenne. Néanmoins, il est remarquable que de nombreux gâteaux sacrés dans la Grèce antique étaient en fait faits, remplis ou en forme de fruits. Un exemple frappant est la pankarpia, un gâteau rond dont le nom signifie "tous les fruits". Il s'agissait d'un morceau de pâte enrichi de graines de sésame et bouilli dans du miel, ce qui faisait gonfler la pâte et former un glaçage et une croûte croustillante comme un beignet. La pankarpia occupait une place particulière dans les fêtes agricoles célébrant Zeus Ktésios (qui présidait aux semences plantées) et Zeus Georgos (qui aidait les agriculteurs, notamment lors de la récolte).

Les gâteaux sacrés dans le mythe et l'histoire

Pausanias, géographe grec du IIe siècle de notre ère, attribua l'introduction des gâteaux dans les rites sacrés à Cécrops, roi mythique et fondateur d'Athènes, qui était également vénéré pour avoir enseigné aux gens plusieurs pratiques caractéristiques de la vie civilisée, comme l'alphabétisation, le mariage et les rites religieux. Cécrops est connu pour être le premier souverain grec à avoir reconnu Zeus comme le plus haut des dieux de la mythologie grecque et à lui avoir rendu un culte d'État. Afin d'édifier les modes de culte sauvages, Cécrops remplaça l'effusion rituelle de sang des animaux, en particulier des taureaux, par le port et l'offrande de gâteaux en forme de taureau appelés pelanoi. En conséquence, le pelanos devint une sorte de gâteau national pour les Athéniens, et son nom fut plus tard utilisé comme terme générique pour les petits pains sucrés (8.2.3).

Supprimer la pub

Advertisement

Kekrops Looking on as Gaia Gives Erechtheus to Athena
Cécrops qui voit Gaïa donner Érichthonios à Athéna
Wilhelm Heinrich Roscher (Public Domain)

Cécrops était également le témoin mythique qui assura la victoire d'Athéna sur Poséidon dans leur compétition pour le patronage d'Athènes, selon l'une des nombreuses versions de l'histoire (Pseudo-Apollodore, Bibliothèque 3.14.2). Il raconta aux douze Olympiens, qui avaient été convoqués par Zeus pour être les juges, qu'Athéna avait réussi à planter son olivier éternel avant que Poséidon n'ait eu le temps de frapper la colline de son trident pour faire jaillir l'eau salée. Comme Cécrops était né mi-homme et mi-serpent, il portait le titre de "roi des serpents", censé être incarné par les oikouros ofis ou "serpents domestiques" qui résidaient dans le temple d'Athéna sur l'Acropole. Hérodote écrit, dubitatif, que les Athéniens croient en un grand serpent vivant là comme gardien de leur ville. Ils le nourrissent avec des offrandes mensuelles de gâteaux au miel (melitoessa) et considèrent la consommation du gâteau comme un présage béni. C'est pourquoi, lors de la deuxième invasion de la Grèce par les Perses, lorsque la prêtresse d'Athéna annonça que le serpent avait apparemment refusé le gâteau, les Athéniens, horrifiés par ce signe du retrait d'Athéna en tant que protectrice, évacuèrent la ville (8.41.2-3).

Les gâteaux sacrés dans les rituels religieux

Les rituels cultuels d'adoration des dieux, déesses et autres figures immortalisées de la Grèce impliquaient souvent une procession accompagnée de danses chorales ou de procédures rythmiques. Le transport des objets sacrés et des cadeaux votifs dans ces processions était un rôle souvent confié à des personnes soigneusement sélectionnées parmi les citoyens de noble naissance et de bonne réputation. Les jeunes filles aux manières et à la beauté exemplaires étaient particulièrement désignées pour porter les gâteaux sacrés, peut-être parce que cela leur donnait une tribune pour attirer les meilleurs prétendants grâce à leurs talents de danseuses et d'équilibristes. Le rôle de porteur de gâteau pouvait également être rempli par de jeunes prêtresses qui servaient dans un sanctuaire ou un temple.

Les petites choetes étaient décorées d'images d'enfants jouant avec ou autour d'objets rituels, notamment des gâteaux sacrés.

Le plus grand groupe de gâteaux votifs apparaît sur les petites cruches à vin athéniennes (choetes; sing. chous) qui étaient généralement offertes aux enfants de 3 ans lors des Anthesthéries. Cette fête de trois jours, qui se déroulait à la fin de l'hiver (février/mars), était l'occasion d'ouvrir les jarres de vin nouveau (fermenté à partir des raisins de la dernière récolte), de festoyer avec des danses et des chants grecs et de remercier et louer le dieu du vin, Dionysos. Les petites choetes étaient décorées avec des images d'enfants (principalement mais pas exclusivement des garçons) jouant avec ou autour d'objets rituels, y compris des gâteaux sacrés.

Supprimer la pub

Advertisement

Lorsque des femmes apparaissent dans ces peintures, elles peuvent porter ou vendre des gâteaux ronds en forme de pain correspondant au gâteau omphalos (nombril ou bouton), parfois avec un bouton central sur le dessus. Des pains plats plus grands, notamment avec une ou plusieurs paires de lignes croisées découpées sur leur croûte supérieure, peuvent représenter le plakous, un gâteau au fromage en couches aromatisé aux fruits, aux noix ou aux herbes. Ce gâteau fut adopté plus tard par les Romains sous le nom de gâteau au placenta, et sa grande popularité dans l'Italie antique a suscité des hypothèses selon lesquelles il serait l'ancêtre de la pizza.

L'omphalos et le plakous sont tous deux étroitement liés aux concepts de (re)naissance et de fertilité, largement personnifiés par Déméter et sa fille, Perséphone, la déesse du printemps. Dans le même ordre d'idées, une importante fête de printemps était la fête des Mounichies qui se tenait autour du 16 ou du 17 du mois athénien Mounichion (correspondant approximativement au 27 au 29 avril) au moment de la pleine lune. On offrait à Artémis Mounichia, en tant que déesse de la lune, des plateaux de gâteaux à étages, appelés les amphiphones (les deux lumières ou doubles éclairages), surmontés d'une ronde de petites torches (dadia).

Là encore, il existe un bon nombre de peintures de vases grecs où l'on voit des jeunes femmes vêtues de leurs plus beaux habits et ornements qui portent ces plateaux d'amphiphons en dansant en procession dans une fête de printemps. Comme pour le placenta, il existe des hypothèses fermes sur les liens historiques entre l'amphiphon et la pratique consistant à mettre des bougies sur nos gâteaux d'anniversaire aujourd'hui.

Supprimer la pub

Advertisement

Processional Dancer Bringing Cake Offerings
Danseuse de procession apportant des offrandes
The Ure Museum of Greek Archaeology (Copyright)

Conclusion

Dans la culture religieuse hellénique, les offrandes étaient divisées en trois catégories :

  • les holocaustes ou sacrifices de sang qui consistaient à tuer des animaux sur l'autel et à brûler leur graisse et leurs os,
  • les offrandes non brûlées, allant des produits comestibles tels que les céréales et les gâteaux aux vêtements, statues ou modèles, objets significatifs, etc.
  • les libations - vin ou eau versés, parfois sur l'autel.

Les offrandes alimentaires étaient ensuite servies aux fidèles, clercs et laïcs, qui s'asseyaient pour manger ensemble en signe d'appartenance à une même communauté, pour renforcer leur sentiment d'unification et de camaraderie, et pour s'intégrer à la divinité vénérée en mangeant le gâteau ou le pain, qui symbolisait son incarnation matérielle. Bien que la pratique rituelle consistant à développer une connexion intérieure avec une divinité en mangeant des morceaux symboliques de son corps ne remonte pas aux Grecs dans l'histoire ancienne, son adoption par des religions ultérieures comme le christianisme est un effet visible de l'influence culturelle grecque dans l'Empire romain et au-delà.

Supprimer la pub

Publicité

Bibliographie

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Nathalie Choubineh
I'm a translator and researcher, enjoy delving into ancient dances, beliefs and rituals, myths and histories, artworks, and other forms of cultural expression and their crossings. I love to learn and to share.

Citer cette ressource

Style APA

Choubineh, N. (2021, septembre 15). Gâteaux Sacrés de Grèce Antique [Sacred Cakes in Ancient Greece]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1827/gateaux-sacres-de-grece-antique/

Style Chicago

Choubineh, Nathalie. "Gâteaux Sacrés de Grèce Antique." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le septembre 15, 2021. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1827/gateaux-sacres-de-grece-antique/.

Style MLA

Choubineh, Nathalie. "Gâteaux Sacrés de Grèce Antique." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 15 sept. 2021. Web. 01 juil. 2022.

Adhésion