Miniature Persane

Article

Pegah Eidipour
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 24 août 2021
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol, Turc

La peinture miniature persane est un art de cour et d'aristocratie, avec des couleurs exquises, des compositions équilibrées et une attention méticuleuse aux détails. Bien que ses origines soient difficiles à retracer, beaucoup considèrent l'Arzhang, le livre illustré du prophète Mani (fondateur du manichéisme et lui-même artiste) du IIIe siècle de notre ère, sous l'empire sassanide, comme le fondement des écoles de peinture persanes.

Nighttime in a City
La nuit dans une ville
Mir Sayyid ‘Ali (CC BY-NC-SA)

Tout au long de son histoire, la miniature persane a eu une affinité étroite avec les cours royales et sa progression et son développement étaient étroitement liés au mécénat royal et au degré auquel les souverains et leurs gouverneurs régionaux soutenaient et encourageaient les artistes. Outre les capitales de chaque période, certaines régions et villes ont également vu et accueilli l'apparition de différentes écoles de peinture, dont les plus connues sont Tabriz, Shiraz et Herat.

Supprimer la pub

Advertisement

Bien que chaque école ait ses propres caractéristiques qui la distinguent des autres, comme le choix de la palette de couleurs ou les proportions des figures humaines, toutes partagent des traits stylistiques similaires, comme la représentation des visages en vue de trois quarts, l'absence de perspective, de profondeur et l'utilisation de différents angles pour représenter les éléments d'un même tableau. En outre, les miniatures persanes ont subi diverses influences de la Chine et, plus tard, aux XVIIIe et XIXe siècles, de la peinture européenne. Néanmoins, elle a toujours réussi à conserver son identité et son essence persanes.

Sujet et caractéristiques

De nombreuses caractéristiques, tant visuelles que symboliques, distinguent les peintures persanes de leurs homologues orientales, et ces qualités reflètent les points de vue artistiques et philosophiques des artistes persans. Les spécialistes s'accordent à dire qu'à la fin du XIVe et au XVe siècle, la peinture persane atteignit son apogée et, selon Arthur Upham Pope, c'est au cours de ces deux siècles qu'un style définitif de peinture persane prit forme. Il note :

Supprimer la pub

Advertisement

Toute la composition est sur un seul plan. Il n'y a pas différents rideaux de lumière décroissante, pas de perspectives convergentes qui percent la surface. Les figures ne sont entourées d'aucune atmosphère et ne projettent aucune ombre. Ni la figure individuelle, ni les couleurs ne se fondent ou ne se mélangent, et le modelage, à l'exception du type le plus superficiel et le plus délicat, est soigneusement évité. (107)

Les miniatures persanes sont libres de tout espace ou temps particulier, ce qui leur confère une qualité transcendantale.

Dû en partie à l'influence du soufisme et de son système de pensée, les miniatures persanes sont exemptes de tout espace ou temps particulier qui leur confère une qualité transcendantale. Même si des éléments tels que la lune, les étoiles ou même le soleil sont représentés dans le ciel, marquant le jour ou la nuit, ils n'ont pas d'effet particulier sur le reste du tableau puisqu'il n'y a pas de jeu d'ombre et de lumière dans la composition. Dans certains exemples, grâce à l'utilisation d'un cadre séparé (avec une couleur de ciel et une végétation différentes) à l'intérieur de la composition, le peintre persan a même réussi à créer deux lignes temporelles simultanées. En outre, comme nous l'avons mentionné, les miniatures persanes manquent de profondeur, de perspective. Au contraire, tout ce qui se trouve dans la composition se déplace vers le haut et est représenté en couches plutôt que de diminuer en taille et de sembler se déplacer vers l'intérieur.

Avant l'influence prépondérante de l'art européen, les vêtements des personnages des miniatures persanes étaient pratiquement les mêmes à toutes les époques. Couverts de riches couleurs unies et parfois décorés de motifs délicats, les personnages masculins et féminins s'habillent presque de la même façon, ce qui rend parfois difficile de les distinguer. Les coiffes sont l'une des caractéristiques qui aident le spectateur à distinguer les deux. Alors que les femmes portent généralement de délicates écharpes et des couronnes ornées, les hommes portent différents chapeaux faits de peaux d'animaux et différents turbans. Pour les hommes, le style de la coiffe peut généralement aussi aider à identifier la période à laquelle appartient la peinture. Par exemple, les Safavides, également connus sous le nom de "Têtes rouges", peuvent être identifiés grâce à la tige rouge placée au-dessus de leur turban.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Un autre point intéressant concernant les personnages de ces peintures est l'angle sous lequel les parties de leur corps sont représentées. Dans la peinture des mains, les pouces sont généralement éloignés du reste des doigts et la main dans son ensemble a un délicat mouvement dansant. Les pieds sont aussi le plus souvent représentés de profil. De plus, dans l'ensemble de la composition, on peut voir que chaque élément (qu'il s'agisse de l'architecture, de la végétation ou des jardins) est représenté selon différents points de vue et angles. Cela rappelle l'art égyptien et sa représentation de la figure humaine et d'autres éléments picturaux, chacun sous son angle parfait.

Zal Consults the Magi
Zal consulte les mages
Sultan Muhammad (Copyright)

En ce qui concerne les sujets, les peintures miniatures persanes représentent principalement des scènes de chasse royale, des scènes de bataille et, surtout, la mythologie et la poésie persanes, notamment les histoires du Shahnameh (le livre des rois persans) de Ferdowsi (c. 940-1020). Parmi les histoires les plus illustrées de la littérature persane figurent les Sept exploits de Rostam, Yusuf et Zulaikha, Khosrow et Shirin, et Leyla et Majnun. À partir du règne de Shah Abbas le Grand (r. de 1588 à 1629) de la dynastie safavide, nous pouvons constater une augmentation notable de l'influence de l'art européen sur la peinture persane, qui se manifeste non seulement par l'émergence de nouveaux sujets tels que les peintures de genre, les personnages à moitié nus et les peintures en solo d'oiseaux et de plantes, mais aussi par l'utilisation de l'ombre et de la lumière et un changement dans la tenue des personnages.

Technique et matériel

Pour acquérir la capacité de créer n'importe quelle forme visuelle de mémoire et avec précision, le peintre persan amateur devait étudier et s'entraîner à copier les œuvres des maîtres pendant des années avant de tenter d'exécuter une peinture par lui-même. Il convient de mentionner que les maîtres eux-mêmes copiaient parfois certaines parties de leurs œuvres pour gagner du temps. Le processus de copie se faisait à l'aide d'un transfert. Dans un premier temps, une peau d'animal très fine était percée à l'aide d'une aiguille fine, traçant les lignes de la peinture en dessous. Une fois le processus de perçage terminé, la peinture était remplacée par du papier vierge et de la poudre de charbon de bois était passée sur la feuille percée. Le charbon de bois passait par les trous et laissait une trace de l'œuvre copiée sur le papier vierge, après quoi le peintre procédait à des colorations et des détails supplémentaires.

Supprimer la pub

Advertisement

Pour créer les lignes fines caractéristiques des miniatures persanes, on utilisait les poils de la queue des écureuils et des chats persans pour fabriquer des pinceaux.

Bien que le papier lui-même ait été inventé en Chine en 105 de notre ère, ce n'est que des siècles plus tard et au milieu du VIIIe siècle que les Perses commencèrent à l'utiliser à la place du parchemin et du papyrus. Pour créer les lignes fines caractéristiques des miniatures persanes, on utilisait les poils de la queue des écureuils et des chats persans pour fabriquer des pinceaux de différentes épaisseurs, et pour créer les couleurs vives et riches utilisées dans les peintures, les pigments étaient fabriqués à partir de sources organiques et non organiques et de minéraux. Malheureusement, avec le temps, certaines de ces couleurs ont été sujettes à des dommages et à des décolorations et ont donc perdu leur richesse.

Bien que dans les siècles suivants, les peintures sur un seul feuillet soient devenues plus courantes, les nobles et la cour royale leur préféraient les livres illustrés. La production de tels chefs-d'œuvre nécessitait toute une équipe de peintres de miniatures, de scribes, de relieurs, de doreurs, etc., qui travaillaient tous ensemble dans un atelier ou une bibliothèque royale sous la supervision d'un directeur.

Artistes célèbres

Tout au long de l'histoire de la peinture persane, de nombreux artistes ont contribué aux nombreuses caractéristiques et qualités uniques des miniatures persanes. L'un des miniaturistes persans les plus connus de tous les temps est Kamāl al-Dīn Bihzād (c. 1450- 1535). Orphelin, il fut formé par l'habile peintre de miniatures, Mirak Naqqash, mais développa rapidement son propre style unique qui marquera un apogée dans la peinture persane. Sous le pinceau habile et délicat de Bihzād, la peinture persane retrouva vie et mouvement, perdit une grande partie de sa rigidité et de sa formalité, et se vit injecter un degré de réalisme et de drame. Bihzād déplaça le sujet des peintures vers la vie quotidienne et créa des peintures presque de genre dans lesquelles les figures se déplacent librement. Bénéficiant du patronage de quatre souverains différents de la fin du XVe siècle au début du XVIe siècle, l'ère safavide, Bihzād dirigea non seulement les bibliothèques et les ateliers royaux, mais eut également un grand nombre d'étudiants et de disciples qui imitèrent son style de peinture. Cela posera plus tard un problème aux experts et aux chercheurs qui devront identifier les œuvres pouvant être véritablement attribuées à l'artiste lui-même.

Supprimer la pub

Advertisement

Dancing Dervishes
Derviches dansant
Kamāl al-Dīn Bihzād (Copyright)

Aqa Riza (c. 1565-1635), également connu sous le nom de Riza-yi 'Abbasi, est un autre miniaturiste réputé et compétent. Ayant bénéficié du patronage de Shah Abbas le Grand, il reçut le titre d'"Abbasi" au début du XVIIe siècle. Bien qu'il ait passé quelques années de sa vie à l'écart de la cour royale et du monde artistique et qu'il se soit occupé d'activités modestes, tout au long de sa carrière, Aqa Riza fut "l'une des figures les plus novatrices de l'époque et, en raison de ses évolutions stylistiques au cours de sa carrière, on crut même qu'il s'agissait de deux personnes différentes" (Canby, 98). Outre l'utilisation de nouveaux sujets tels que les femmes semi-nues et les cheiks et derviches contemplatifs, il avait également une approche innovante des techniques de peinture. En décrivant un dessin d'Aqa Riza qui illustre son style antérieur et qui a pu être faussement attribué à Bihzād, Sheila Canby note :

Il a choisi de dépeindre un moment de grand drame et n'a pas craint de montrer l'anxiété de l'homme... Pour accentuer la sensation de mouvement, Riza a employé un trait d'épaisseur variable, dont certains spécialistes pensent que c'est lui, et non Sadiqi Beg, qui a introduit la technique du dessin persan. (Canby, 98)

Drawing of a Man Attacked by a Bear
Dessin d'un homme attaqué par un ours
 Riza-yi 'Abbasi (CC BY-NC-SA)

Un artiste bien connu du XVIe siècle est Sultān Muhammad qui était actif dans l'école de Tabriz et fut influencé non seulement par les œuvres de Bihzād mais aussi par l'école de peinture turkmène. On ne sait pas grand-chose de sa vie, si ce n'est qu'il travailla dans l'atelier de Shah Ismail I (r. de 1501 à 1524) et qu'il eut de nombreux élèves, parmi lesquels Tahmaps I. Outre ceux qui sont nommés ici, de nombreux artistes talentueux travaillèrent de manière indépendante ou dans les cours et ateliers royaux et produisirent certaines des œuvres d'art les plus exquises et les plus détaillées.

Influences ultérieures

Les miniatures persanes ont conservé leur charme et leur attrait. Grâce à leurs nombreuses caractéristiques uniques, ces peintures ont été et continuent d'être une source d'inspiration non seulement pour les artistes persans contemporains, mais aussi pour des artistes occidentaux tels que Wassily Kandinsky (1866-1944), Paul Gauguin (1848-1903) et Henri Matisse (1869-1954). On peut discerner dans les œuvres de ces artistes des traces des couleurs vives et riches, des motifs, des compositions et du manque de profondeur que l'on retrouve dans les peintures persanes.

Supprimer la pub

Advertisement

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Pegah Eidipour
An inherent art and history enthusiast, Pegah received her BFA from Tehran University of Art and her MA in Art History from Academy of Art University, San Francisco. Her main focus is on Middle Eastern art, history and philosophy.

Citer cette ressource

Style APA

Eidipour, P. (2021, août 24). Miniature Persane [Persian Miniature Painting]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1811/miniature-persane/

Style Chicago

Eidipour, Pegah. "Miniature Persane." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le août 24, 2021. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1811/miniature-persane/.

Style MLA

Eidipour, Pegah. "Miniature Persane." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 24 août 2021. Web. 08 août 2022.

Adhésion