Procès et Crucifixion de Jésus de Nazareth

Article

Rebecca Denova
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 24 juin 2020
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais

Les piliers centraux du christianisme trouvent leur origine dans l'histoire du procès, de la crucifixion et de la mort de Jésus-Christ. Les événements couvrent le moment où Jésus de Nazareth et ses disciples entrent à Jérusalem pour la fête de la Pâque jusqu'au dimanche matin où ses disciples ont proclamé qu'il était ressuscité des morts.

The Crucifixion by David
La Crucifixion par David
Metropolitan Museum of Art (Copyright)

Dans la théologie et la liturgie chrétiennes, cette histoire est connue sous le nom de "récit de la Passion", d'après l'un des sens du terme latin pasio, "souffrir". Le récit comprend la Semaine sainte, du dimanche des Rameaux au dimanche de Pâques. Chaque année, pendant cette semaine, des milliers de pèlerins chrétiens reconstituent les événements en suivant littéralement les pas de Jésus le long d'une rue de Jérusalem connue sous le nom de Via Dolorosa, "le chemin de la souffrance". Chaque lieu que la tradition associe à un événement spécifique est appelé "station de la croix". Le parcours commence sur le site où Jésus fut condamné par Pilate et se termine à l'église du Saint-Sépulcre (le site qui, selon les catholiques et plusieurs communautés orthodoxes orientales, abrita la tombe de Jésus). L'art de la Renaissance (et au-delà) est dominé par des images de scènes de la Passion.

Supprimer la pub

Advertisement

Les récits évangéliques

Tous les détails concernant les événements des derniers jours de Jésus se trouvent dans les évangiles canoniques du Nouveau Testament : Marc, Matthieu, Luc et Jean.

Tous les détails concernant les événements des derniers jours de Jésus se trouvent dans les évangiles canoniques du Nouveau Testament : Marc, Matthieu, Luc et Jean. Commençant par Marc (le premier évangile écrit, vers 70 de notre ère), l'histoire est ensuite reprise dans Matthieu et Luc. L'évangile de Jean a une structure différente mais contient également l'histoire de base. Si les évangiles s'accordent sur de nombreux détails, il existe néanmoins des différences de détails ainsi que des ajouts à l'histoire de Marc.

Les évangiles décrivent le ministère de Jésus (principalement dans la région de la Galilée), enseignant que "le royaume de Dieu" était proche (l'intervention finale de Dieu dans "les derniers jours", comme on le trouve dans les livres des prophètes). Tout en prêchant, Jésus accomplit des miracles et des exorcismes ("chasse les démons"). Les évangiles racontent ensuite que Jésus et ses disciples se sont rendus à Jérusalem pour célébrer la fête de la Pâque.

Supprimer la pub

Advertisement

Chronologie de "La Passion"

Le dimanche des Rameaux

La Pâque était une célébration annuelle de la libération des Juifs de l'esclavage en Égypte. Chaque année, des milliers de pèlerins juifs se pressaient dans la ville pour cette fête. Jésus et ses disciples séjournaient chez des amis dans le village de Béthanie, situé sur le versant oriental du mont des Oliviers. Jésus indique à ses disciples où trouver un âne et c'est ainsi qu'il entre à Jérusalem. Leur entrée est accueillie par la foule en liesse et exaltée. Le nom de ce jour vient du fait que l'on brise des branches de palmier et qu'on les agite. La foule accueille Jésus comme "fils de David" et "roi des Juifs". (La référence au "fils de David" renvoie à la tradition selon laquelle Dieu "élèverait" quelqu'un de la lignée du roi David pour régner. David avait été "oint" par le prophète Samuel et le terme hébreu pour "oint" est "messie").

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

L'entrée de Jésus dans la ville est toujours décrite comme un "triomphe", dans la tradition culturelle partagée de la manière dont les rois (et maintenant l'empereur romain) entraient dans une ville. Les évangiles la proclament également comme un "accomplissement de la prophétie" en référence à Zacharie 9:9 : "Voici que ton roi vient à toi, humble et monté sur un âne." Selon la tradition, le messie apparaît depuis l'est, le mont des Oliviers.

Passover Preparations in the "Sister Haggadah"
Préparatifs de la Pâque dans Sœur Haggada
British LIbrary (Public Domain)

Nous ne pouvons pas vérifier si cela a eu lieu un dimanche. La loi juive exigeait que personne ne puisse participer à la Pâque s'il avait subi une "contamination par cadavre" au cours de l'année précédente. Cela nécessitait des "aspersions" d'eau bénite au Temple à intervalles réguliers les jours précédant la fête, de sorte que tout le monde venait environ une semaine plus tôt.

L'incident du Temple

Selon l'interprétation générale, l'incident du Temple conduit directement à la condamnation à mort de Jésus.

Les trois premiers évangiles rapportent que, dès que Jésus est entré dans la ville, il s'est rendu dans le complexe du Temple, a renversé les tables des changeurs et des vendeurs d'animaux, en déclarant : "Ma maison sera une maison de prière (pour toutes les nations, selon Marc), mais vous en avez fait une caverne de voleurs". (Jean a placé cette scène plus tôt dans son récit). Selon la compréhension générale, proposée d'abord par Marc, cet événement conduit directement à la condamnation à mort de Jésus. " Détruisez ce Temple et en trois jours je le relèverai. " (Jean 2:19)

Supprimer la pub

Advertisement

Curieusement, pendant les quelques jours qui suivent, les évangiles rapportent que Jésus retourne au Temple et y enseigne. Il s'agit en fait d'un dispositif narratif nécessaire à l'intrigue ; les auteurs remplissent le temps, jusqu'à la première nuit de la Pâque.

Le jeudi saint

Dans les trois premiers évangiles, Jésus et les disciples célèbrent la première nuit de la Pâque lors d'un repas rituel connu sous le nom de Seder ("ordre des choses"). Jean transforme ce repas en un repas ordinaire le mercredi soir. Dans le système juif, le jour est compté du coucher du soleil au coucher du soleil. La veille du Seder, des milliers d'agneaux étaient égorgés dans le Temple pour le repas rituel. Jean fait le lien entre ces sacrifices et la mort de Jésus, "l'agneau qui a été immolé". Jean ajoute une histoire selon laquelle Jésus a lavé les pieds de ses disciples (en tant que symbole du véritable service). Ce rituel est reconstitué dans les églises le jeudi saint, souvent par le clergé en signe d'humilité.

La Cène

La reconstitution de ce repas est devenue un élément central du culte chrétien (et l'un des sacrements dans le catholicisme et les communautés orthodoxes). Au cours du repas, Jésus récite les paroles rituelles suivantes : "Ceci est mon corps, ceci est mon sang... faites ceci en mémoire de moi". Nous savons qu'il s'agissait d'une formule rituelle et d'une remise en scène grâce à Paul, qui récite cette formule mot pour mot dans 1 Corinthiens.

Supprimer la pub

Advertisement

The Last Supper
La Cène
Escarlati (Public Domain)

La dernière Cène est désignée de manière interchangeable en tant qu'Eucharistie (du grec "action de grâce") et plus tard, en tant que communion. C'est au cours de ce repas que Jésus informe les disciples que l'un d'entre eux le trahira. Judas Iscariote informe secrètement les dirigeants juifs de l'endroit où ils peuvent trouver Jésus cette nuit-là pour l'arrêter. Le fait de vendre Jésus pour "trente pièces d'argent" est une référence au psaume 41:9.

L'agonie dans le jardin

Après le dîner, Jésus et les disciples se rendent au pied du mont des Oliviers, connu sous le nom de Gethsémani. Ce n'est pas un jardin, mais un pressoir à olives. Jésus demande aux disciples de rester éveillés et de veiller avec lui pendant qu'il prie (bien qu'il doive les réveiller trois fois). Sa prière à Dieu est connue comme une "agonie", car prévoyant ce qui va arriver, il demande à Dieu de l'aider à l'éviter. Nous n'entendons aucune réponse de Dieu, mais Jésus accepte son destin.

L'arrestation

Les évangiles varient dans les détails quant à l'identité de ceux qui arrêtent Jésus : les gardes du Temple, les chefs juifs, les auxiliaires romains (selon Jean), ou même simplement la foule ? Judas trahit Jésus en lui donnant un baiser. Dans la tradition chrétienne ultérieure, Judas est condamné pour l'éternité à partager le centre de l'enfer avec Satan ; voir L'Enfer de Dante. Les disciples réagissent par l'épée, coupant l'oreille d'un esclave, mais Jésus guérit la blessure et leur dit de ranger leurs épées. Les disciples, pris de panique, se dispersent et abandonnent Jésus, accomplissant ainsi ce qu'il avait prédit qu'ils feraient.

Supprimer la pub

Advertisement

Relief of the Betrayal and Arrest of Jesus
Soulagement de la trahison et de l'arrestation de Jésus
Metropolitan Museum of Art (Copyright)

Il y a des différences quant à l'endroit où ils emmènent Jésus : au Conseil, devant le Sanhédrin ou à l'instance dirigeante (Marc), ou à la maison du grand-prêtre (Jean). Pierre reste à l'extérieur. Lorsqu'il est accusé d'être un disciple, il nie trois fois avoir connu Jésus, comme prévu.

Le(s) procès juif(s) ?

Encore une fois, variation et confusion dans les évangiles : un procès la nuit, deux procès la nuit, un le soir, un le matin, deux le matin ? Luc inclut un procès séparé devant Hérode Antipas (en ville pour la Pâque) parce que Jésus était techniquement issu de sa tétrarchie. Le procès juif est lié aux affirmations présumées de Jésus, "détruisez ce Temple et en trois jours je le relèverai". Marc affirme que ce procès était illégal parce que les témoins ne pouvaient pas se mettre d'accord.

Le dénouement est atteint lorsque Jésus, réticent jusqu'à présent, répond à la question du grand prêtre : "Es-tu le bienheureux, le messie ?" Jésus admet qu'il l'est et qu'il est aussi "le fils de l'homme" qui viendra dans la gloire, lorsque le royaume de Dieu sera établi, pour juger toute l'humanité. Avec des signes de deuil, le grand prêtre déclare qu'il s'agit d'un blasphème et le condamne à mort.

Le procès devant Ponce Pilate

Dans les quatre évangiles, Pilate est dépeint comme réticent à exécuter Jésus.

Prétextant que le Conseil juif ne pouvait pas appliquer la peine de mort en vertu de la loi provinciale romaine, Jésus est envoyé à Ponce Pilate, le procurateur romain de Judée. Dans l'évangile de Luc, Jésus est accusé d'avoir dit aux Juifs de ne pas payer d'impôts à Rome (ce qui est manifestement faux selon le récit de Luc). Dans l'évangile de Jean, Jésus est condamné à cause de la foule grandissante à la suite de sa résurrection de Lazare - le grand prêtre de Jean affirme que les Juifs doivent se débarrasser de Jésus avant que Rome n'intervienne - qu'un homme doit mourir pour le bien de la nation.

Dans les quatre évangiles, Pilate est dépeint comme réticent à exécuter Jésus. Il tente d'éviter la décision en proposant de libérer un autre prisonnier, Barabbas, et fait une fleur à la foule (désormais) anti-Jésus en la laissant décider. La foule crie : "Donne-nous Barabbas", et Jésus est condamné à mort pour rébellion contre Rome. Selon Matthieu (27, 24), Pilate s'est littéralement "lavé les mains" de cette affaire.

Vendredi saint

Vendredi matin, Jésus est flagellé dans la forteresse Antonia où les soldats se moquent de lui en lui donnant une couronne d'épines. Ils placent sur lui une poutre de croix (et non la croix entière) qu'ils portent jusqu'au lieu d'exécution situé à l'extérieur des murs de la ville (la colline de Calgary). Conformément à la loi romaine, les évangiles rapportent qu'une plaque publique indiquant l'accusation a été fixée : "Jésus de Nazareth, roi des Juifs." Il s'agissait de l'accusation de trahison à l'égard de Rome qui entraînait toujours la punition de la crucifixion.

Les souffrances et la mort de Jésus

Dans Marc surtout, Jésus subit des tortures incroyables. Marc incorpore des psaumes de lamentation et des références aux passages d'Isaïe sur le "serviteur souffrant" (symbolisant les désastres survenus à la nation). Le Jésus de Marc s'écrie à l'agonie : " Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ? " (15:34). (15:34) Luc est le seul évangile qui affirme que Jésus a pardonné à ses bourreaux depuis la croix. En revanche, le Jésus de Jean (un homme préexistant venu du ciel) ne souffre pas. Dans Jean (19:30), les derniers mots sont : "Tout est accompli" (en référence à ce qu'il est venu faire sur terre).

The Crucifixion by Lorenzetti
La Crucifixion de Lorenzetti
Metropolitan Museum of Art (Copyright)

Marc, Matthieu et Luc affirment que les seuls témoins de la crucifixion étaient les femmes qui suivaient Jésus et l'observaient de loin. Jean présente "le disciple bien-aimé" et Marie, la mère de Jésus, au pied de la croix. Selon la tradition, le "disciple bien-aimé" serait Jean, le frère de Jacques.

Jésus est mort quelques heures plus tard. À sa mort, les évangiles rapportent qu'un centurion romain a déclaré : "En vérité, c'était le fils de Dieu." (Matthieu 27:54). Ce n'est que dans l'évangile de Jean qu'un soldat, voulant s'assurer que Jésus était bien mort, lui perça le côté avec une lance. Comme le coucher du soleil était proche et que le sabbat allait commencer, le corps de Jésus fut réclamé par Joseph d'Ariméthée et déposé dans son tombeau familial, bien que les rituels funéraires n'aient pas encore été achevés.

Le samedi de Pâques

Ce n'est que plus tard dans la tradition chrétienne que l'on a commencé à spéculer sur ce que Jésus faisait (et où il se trouvait) dans l'intervalle entre le vendredi soir et le dimanche matin. Les spécialistes débattent de la date d'un manuscrit ancien, connu sous le nom d'Évangile de Pierre, qui présente certains des détails qui seront plus tard incorporés dans ce que l'on appelle le déchirement de l'enfer. (Le samedi de Pâques fait désormais partie de la liturgie de la Semaine sainte, qui prétend que c'est à cette occasion que Jésus est descendu aux enfers (un vers du Credo de Nicée). Là, il s'est battu avec Satan pour les âmes des morts justes (païens célèbres, patriarches de la Bible, etc.) et a libéré leurs âmes lorsqu'il est sorti du tombeau.

Le dimanche de Pâques

Le dimanche matin, les femmes disciples de Jésus se rendent au tombeau pour terminer les rituels funéraires. Elles trouvent la pierre qui scelle le tombeau roulée en arrière et le trouvent vide. Dans Marc, un ange leur dit de dire aux disciples de le retrouver en Galilée (mais les femmes ne l'ont dit à personne parce qu'elles étaient terrifiées, selon la fin originale de Marc). Dans Matthieu, Jésus ressuscité ordonne aux disciples de prêcher en son nom. Luc et Jean ajoutent plusieurs apparitions de la résurrection, dont des scènes où Jésus mange de la nourriture (il n'était pas un fantôme).

Resurrection of Christ by Piero della Francesca
La Résurrection du Christ par Piero della Francesca
Piero della Francesca (CC BY-NC-SA)

L'Ascension

Seul l'évangile de Luc présente l'ascension corporelle de Jésus au ciel. Il utilise une tradition du 1er siècle de notre ère selon laquelle Moïse était monté dans un nuage et avait été emmené au ciel du haut d'une montagne. L'emplacement traditionnel de cet événement se trouve au sommet du mont des Oliviers.

Cependant, dans la suite de l'évangile de Luc, le livre des Actes, Jésus reste sur terre pendant 40 jours, enseignant aux disciples le "royaume". Dans cette version, après son ascension, "l'esprit de Dieu" est répandu sur les disciples restés à Jérusalem pour la fête suivante, la Pentecôte. Les chrétiens combinent ces deux événements : l'Ascension est célébrée quarante jours après Pâques, tandis que la Pentecôte (comprise aujourd'hui comme l'anniversaire de l'église) est célébrée le dimanche suivant.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Rebecca Denova
Rebecca I. Denova, Ph. D., est Maître de Conférences à temps plein en Christianisme Primitif au Département d'Études Religieuses de l'Université de Pittsburgh. Elle a récemment terminé un manuel, «Religions de la Grèce et de Rome» (Wiley-Blackwell).

Citer cette ressource

Style APA

Denova, R. (2020, juin 24). Procès et Crucifixion de Jésus de Nazareth [The Trial & Crucifixion of Jesus of Nazareth]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1570/proces-et-crucifixion-de-jesus-de-nazareth/

Style Chicago

Denova, Rebecca. "Procès et Crucifixion de Jésus de Nazareth." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juin 24, 2020. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1570/proces-et-crucifixion-de-jesus-de-nazareth/.

Style MLA

Denova, Rebecca. "Procès et Crucifixion de Jésus de Nazareth." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 24 juin 2020. Web. 30 juin 2022.

Adhésion