Femmes de l'Ère Viking

Article

Emma Groeneveld
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 11 juillet 2018
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol

Bien que les femmes de l'ère viking (c.790-1100) aient vécu dans une société dominée par les hommes, loin d'être impuissantes, elles dirigeaient leurs fermes et leurs foyers, étaient responsables de la production textile, quittaient la Scandinavie pour participer à la colonisation des territoires vikings à l'étranger, qui s'étendaient du Groenland, de l'Islande et des îles britanniques à la Russie, et participaient peut-être même au commerce dans les centres urbains clairsemés. Certaines faisaient partie d'une riche classe supérieure, comme la dame - peut-être une reine - enterrée dans l'ostentatoire sépulture du navire d'Oseberg en 834, tandis qu'à l'autre extrémité du spectre, des esclaves, parmi lesquels de nombreuses femmes, étaient emmenés des territoires conquis pendant l'expansion viking et intégrés dans la société de l'âge viking.

Viking Age Clothing
Vêtements de l'ère viking
Wolfmann (CC BY-SA)

Pour reconstituer leur vie, nous sommes largement tributaires des sépultures, des objets funéraires qui les accompagnent et des pierres runiques occasionnelles qui mentionnent des femmes (ou qui ont été commandées par l'une d'entre elles), et nous en savons donc pas mal sur les vêtements, les bijoux et les objets personnels des femmes de l'âge viking, mais beaucoup moins sur leur " pouvoir " réel ou leur statut. Dans un paysage où les petites communautés rurales, voire les fermes isolées et autosuffisantes, étaient la norme, les tâches domestiques, qui étaient principalement le domaine des femmes, étaient loin d'être sans importance. Dans certains cas, pendant que leurs hommes étaient partis faire du commerce ou piller les monastères et effrayer les moines sur les côtes de l'Europe du Nord, les épouses restées sur place prenaient probablement le contrôle de la ferme pendant un certain temps. De plus, au cours des dernières années, l'existence possible de guerrières vikings a fait l'objet de nombreuses discussions - ajoutant des cris de guerre aigus à une scène autrement très barbue - mais les preuves sont assez controversées et peu concluantes.

Supprimer la pub

Advertisement

Vêtements et bijoux

Les vêtements et les bijoux des femmes de l'ère viking sont l'un des aspects les moins obscurs de leur vie. Grâce aux sépultures et aux objets funéraires qui les accompagnent, nous savons que la plupart des femmes semblent avoir porté des tenues composées de deux ou trois épaisseurs, la première étant une chemise ou une sous-robe à manches en lin ou en laine, attachée au cou par une petite broche en forme de disque et parfois plissée à cet endroit également. Par-dessus, elles portaient une robe ou surrobe à bretelles, faite d'une pièce rectangulaire, généralement en laine, enroulée autour du corps et maintenue par des bretelles qui, sur le devant de la robe, étaient épinglées par deux broches ovales.

Ces broches ovales, également connues sous le nom de broches tortues, sont typiques de la culture matérielle de l'âge Viking, et lorsque l'on trouve de telles broches dans des tombes, un lien scandinave est généralement présent. Leur style varie énormément ; plus de 50 styles ont été identifiés et, comme l'explique Neil Price, "les différences peuvent refléter des changements de mode, mais il est plus probable que cette énorme diversité témoigne d'un langage obscur de classe et d'affiliation régionale que nous ne pouvons plus comprendre". (Fitzhugh & Ward, 36). Les broches en forme de boîte pouvaient également être utilisées pour attacher des châles et autres objets similaires. Les deux types de broches étaient généralement fabriqués en bronze et ornés de motifs noués. Les types de textiles qu'elles maintenaient en place pouvaient également varier considérablement, de la simple laine domestique à la fine soie orientale dans les centres de commerce tels que Birka en Suède, où, curieusement, les différentes qualités de tissu étaient souvent présentes dans une seule et même tombe (riche).

Supprimer la pub

Advertisement

Viking Age Oval Brooches
Broches ovales de l'ère viking
mararie (CC BY-SA)

Outre ces objets pratiques, les femmes de l'ère viking portaient également des colliers, des anneaux de bras et des boucles en trèfles (et des broches en trèfles, composées de trois "bras" proéminents, ornés de nœuds et/ou de filigranes). On trouve aussi fréquemment des perles dans leurs tombes.

La gestion du foyer

Bien qu'il y ait eu quelques centres de commerce, les maisons de l'époque viking étaient principalement situées dans de petits centres ruraux et dans des fermes isolées où un grand degré d'autosuffisance était nécessaire pour survivre. Une maison typique de l'âge viking était constituée d'une longue pièce avec un foyer central et pouvait être accompagnée d'une ferme laitière, de hangars, de granges et d'autres dépendances.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

La plupart du temps résignées à cette sphère domestique, Judith Jesch remarque que "les femmes vivant dans les zones rurales à l'âge Viking passaient la plupart de leur temps dans le triangle qu'était l'étable, la laiterie et l'habitation, fournissant à leur famille nourriture et vêtements" (41). De même que la nourriture devait être préparée à partir de l'état brut dans lequel on se la procurait- contrairement à ce qui se passe lorsqu'on fait un saut au supermarché - la production textile et la confection des vêtements étaient des processus élaborés auxquels presque toutes les femmes de l'âge viking participaient d'une manière ou d'une autre. En fait, les objets funéraires les plus courants trouvés dans les tombes des femmes de cette période sont les fusaïoles, les peignes à laine et les liteaux de tissage, surtout à la campagne. D'autres tâches qui n'apparaissent pas de manière aussi directe dans les archives archéologiques mais qui sont traditionnellement associées aux femmes sont l'éducation des enfants et les soins aux malades ou aux personnes âgées, et l'on peut également imaginer que les femmes effectuaient des petits travaux à la ferme, voire des travaux de menuiserie ou de maroquinerie. On ne sait pas exactement comment les enfants étaient élevés et si les filles étaient traitées différemment des garçons, bien que les filles pouvaient peut-être être données en mariage à un âge approprié.

Les femmes pouvaient avoir un bon degré de contrôle sur la gestion du foyer et étaient probablement chargées de s'occuper des affaires pendant l'absence (ou la mort) de leur mari.

Bien que subordonnées à leurs maris, comme leurs contemporaines, les femmes avaient sans doute un bon degré de responsabilité et peut-être même de contrôle sur la gestion du foyer, comme le symbolise le fait qu'elles étaient souvent enterrées avec les clés, et qu'elles étaient probablement parfois laissées en charge des affaires pendant que leurs maris étaient absents (ou morts). Anne-Sophie Gräslund a même suggéré que les fermes étaient comme des entreprises, "dirigées par le mari et la femme ensemble, dans lesquelles le travail des deux partenaires était d'égale importance bien que différent et complémentaire" (Sørensen, 260). Il convient toutefois de noter que les personnes qui possédaient ces fermes (plus grandes) et les terres attenantes avaient des moyens considérables et appartenaient probablement aux classes supérieures de la société ; elles ne reflètent pas automatiquement l'ensemble de la société de l'âge viking. Dans l'ensemble de la société de l'âge viking, cependant, le mariage était une institution centrale utilisée pour créer de nouveaux liens de parenté, également parmi les Scandinaves et les habitants des régions conquises ou colonisées, et, conformément à l'influence que les femmes pouvaient exercer par l'intermédiaire de leurs maris, il semble que les femmes non mariées avaient des perspectives très limitées. Avant l'avènement du christianisme en Scandinavie et dans les territoires vikings, vers l'an 1000, le concubinage (souvent lié à l'esclavage) et les mariages pluriels étaient pratiqués au moins par les membres de la famille royale.

En général, bien qu'il soit difficile de se prononcer sur le statut exact des femmes au foyer de l'âge viking, nous devons nous rappeler que leur rôle domestique était très important et qu'il n'était généralement pas sous-estimé. L'inscription trouvée sur la pierre runique Hassmyra (alias pierre runique d'Odendisa, Vs 24) - le seul verset trouvé sur une pierre inscrite en Suède qui commémore une femme - semble certainement confirmer cela:

Supprimer la pub

Advertisement

Le bon cultivateur Holmgautr avait (la pierre) élevée à la mémoire de Óðindísa, sa femme.

Il ne viendra à Hassmyra pas de meilleure femme au foyer, qui organise le domaine.

Red-Balli a sculpté ces runes.

Óðindísa était une bonne sœur de Sigmundr.

(Jesch, 65)

Probables marchandes

Il existait quelques centres de commerce dans la Scandinavie de l'âge viking, où le va-et-vient devait être beaucoup plus important et où les familles devaient mener une vie légèrement différente de celle de leurs homologues plus isolés dans les campagnes. Les plus grands de ces centres étaient Birka en Suède, Ribe au Danemark, Kaupang en Norvège et Hedeby dans l'actuelle Allemagne du Nord (à la limite sud du Danemark de l'époque viking). Alors que dans les campagnes, les femmes étaient souvent enterrées avec des fuseaux, les tombes féminines découvertes à Birka, par exemple, contiennent des aiguilles, des ciseaux et des pinces à épiler, ce qui laisse supposer une couture fine, et même des poids, des balances et des pièces de monnaie de marchands.

Viking Age Farm, Avaldsnes, Norway
Ferme de l'ère viking, Avaldsnes, Norvège
Mark Voigt (CC BY)

Ces pièces ont été trouvées non seulement dans d'autres centres urbains de Scandinavie mais aussi dans les territoires vikings de l'actuelle Russie, et ont été considérées comme indiquant que ces femmes étaient des commerçantes. Il est toujours un peu risqué de relier directement les objets trouvés dans les tombes à des activités réelles, car nous ne connaissons pas les intentions avec lesquelles ils furent enterrés. Judith Jesch nous met judicieusement en garde,

Supprimer la pub

Advertisement

...nous devons nous demander si les objets funéraires représentent réellement la vie antérieure des morts, ou si certains d'entre eux ne pourraient pas en fait avoir une fonction plus symbolique. La présence de poids dans les tombes d'enfants ne signifie pas nécessairement qu'ils se livraient eux aussi à des activités commerciales. (Jesch, 21)

Au contraire, comme d'autres l'ont proposé, une femme enterrée avec des poids et des balances peut tout simplement avoir appartenu à une famille de marchands plutôt qu'avoir elle-même eu une activité en tant que marchande. Comme pour beaucoup de choses concernant les femmes de l'âge viking, nous ne disposons pas de suffisamment d'informations pour combler ces lacunes ou pour dresser un tableau détaillé de ce à quoi ressemblait exactement la vie d'une citadine de l'âge viking. Cependant, les femmes des centres de commerce étaient certainement plus directement connectées au reste du monde, non seulement par l'arrivée de marchandises "exotiques", mais aussi par les visiteurs. C'est ce qu'illustre un récit relatant comment, au IXe siècle, une mission chrétienne fut envoyée à Birka et réussit à convertir la riche veuve Frideburg et sa fille Catla, qui décidèrent ensuite de se rendre dans la ville marchande frisonne de Dorestad.

L'élite

Si certaines femmes étaient effectivement impliquées dans le commerce, il est concevable que cela les ait placées dans les échelons supérieurs de la société, ou du moins leur ait donné des moyens et un statut. Les riches et les puissants de l'ère viking - un groupe qui n'était évidemment pas exclusivement masculin - ont traversé le temps et atteint le monde moderne de plusieurs manières, comme les grandes pierres runiques érigées dans toute la Scandinavie, et les sépultures, qui vont du simple "riche" à des sépultures tellement exagérées qu'elles ne laissent aucun doute sur l'importance de la personne enterrée.

Dans le cas du bateau-sépulture d'Oseberg (vers 834), manifestement royal, deux femmes furent enterrées dans un bateau somptueusement décoré et meublé, accompagnées de nombreux objets funéraires de grande qualité.

Les pierres runiques - de grandes pierres couvertes de runes et d'ornements généralement érigées pour commémorer les morts - étaient généralement commandées par de riches familles, les runes évoquant leurs efforts dans la vie. Non seulement on peut imaginer que les femmes étaient importantes au sein de ces familles, mais certaines pierres étaient en fait commandées par des femmes elles-mêmes (soit conjointement, soit seules), ce qui laisse une "impression de haut niveau social d'un très petit nombre de femmes" (Jesch, 49-50). Les pierres tombales illustrent également l'importance de l'héritage d'une femme pour faciliter le transfert de richesse d'une famille à l'autre. De plus, certaines tombes de femmes (et même des bateaux-tombes) richement meublées, trouvées en milieu rural, laissent penser que les femmes pouvaient accéder à des positions sociales élevées. Dans ce même contexte, nous avons déjà vu que les femmes pouvaient finir par diriger la ferme en l'absence de leur mari.

Supprimer la pub

Advertisement

Une quarantaine de tombes provenant de Scandinavie et d'ailleurs ont permis d'accréditer l'idée, issue des textes et sagas liés à l'âge viking, de l'existence de femmes " sorcières ". Le seiðr est un type de magie chamanique principalement lié aux femmes dans les sources, qui pourraient être des vǫlva (singulier : vǫlur) : de puissantes sorcières ayant le pouvoir de voir l'avenir et principalement associées à un bâton de sorcellerie. Des objets similaires ont été découverts dans des sépultures de l'âge viking et ont des connotations symboliques évidentes, peut-être même - selon une interprétation - fonctionnant comme des bâtons métaphoriques utilisés pour "exhaler" l'âme de l'utilisateur. Ces tombes sont souvent riches en vêtements et en objets funéraires et comprennent des amulettes et des charmes, des bijoux exotiques, des piercings au visage, des bagues d'orteil et, dans une poignée de tombes, même des drogues psychoactives comme le cannabis et la jusquiame. La façon dont nous pouvons imaginer le rôle de ces femmes dans la société reste mystérieuse.

Nous connaissons également des sépultures de femmes royales. Judith Jesch, évoquant le bateau-sépulture d'Oseberg (c. 834), dans lequel deux femmes furent enterrées dans un bateau somptueusement décoré et meublé, accompagnées de nombreux objets funéraires de qualité, explique comment,

Les quelques sépultures manifestement royales que nous possédons, comme celle d'Oseberg, ne peuvent être prises pour autre chose que les monuments de personnes au statut, à la richesse et au pouvoir énormes. Bien qu'elles partagent des caractéristiques avec d'autres sépultures de l'âge Viking, elles sont vraiment dans une classe à part. (27)

Qui étaient exactement ces femmes dans la vie - reine et servante, deux femmes aristocratiques apparentées, ou autre - reste une énigme, mais il ne fait aucun doute qu'au moins l'une d'entre elles avait un statut élevé.

Une autre femme avec beaucoup de moyens était Aud à l'Esprit Profond de la fin du IXe siècle. On dit qu'elle naquit d'un chef norvégien résidant dans les Hébrides et qu'elle épousa un Viking qui vivait à Dublin. Après la mort de son mari et de son fils, elle prit le contrôle de la fortune familiale et s'arrangea pour qu'un bateau l'emmène, elle et ses petites-filles, d'abord aux Orcades et aux Féroé, pour finalement s'installer en Islande. Là, elle distribua des terres à sa suite, se fit chrétienne et resta dans les mémoires comme l'un des quatre plus importants colons islandais.

Oseberg Sleigh
Traîneau d'Oseberg
Helen Simonsson (CC BY-SA)

Pour compléter la catégorie de l'élite, les reines de l'âge viking existaient, certaines à une échelle locale plus petite (les grands royaumes scandinaves unifiés ne se cristallisèrent pas complètement avant la fin de l'âge viking), et certaines d'entre elles pouvaient être haut-placées. Toutes les femmes de l'âge viking peuvent, bien sûr, avoir exercé une influence par l'intermédiaire de leurs maris ou de leurs fils - plus ils étaient importants, plus les femmes à leurs côtés pouvaient bénéficier d'opportunités.

Les femmes colons

Dans le sillage des raids vikings qui se répandirent dans le nord de l'Europe et au-delà, des territoires vikings virent le jour aussi loin que le Groenland (et même Terre-Neuve en Amérique du Nord) et la Russie. Il est évident qu'un peuplement correct est difficile à réaliser sans les femmes, et les sépultures féminines de l'âge viking - avec leurs célèbres broches ovales - à travers ces régions confirment leur présence.

D'une part, dans les premières vagues de raids et expéditions militaires des Vikings, il est à la fois difficile d'imaginer que les femmes aient pris une part active et difficile d'en trouver des preuves, bien que des sources anglo-saxonnes et franques de la fin du IXe siècle racontent que les forces vikings voyageaient avec leurs femmes et leurs enfants, et que des découvertes archéologiques dans des camps d'hiver comme celui de Torksey (Angleterre) révèlent des traces de fabrication de textiles. Ces familles ou ces campements n'étaient pas nécessairement constitués de femmes scandinaves ; les armées vikings effectuèrent des raids sur le continent et dans les îles britanniques et prirent probablement au moins quelques femmes de ces régions. La fréquence de ce scénario n'est pas claire non plus.

En revanche, on y voit plus clair avec les premières véritables vagues de colonisation (les durées varient selon les territoires vikings) : Des familles d'immigrants scandinaves arrivèrent dans les îles britanniques par phases au cours des 9e et 10e siècles, tandis que vers la fin du 9e siècle, l'Islande (et plus tard, le Groenland et au-delà) fut colonisée. Ces dernières régions étaient entièrement scandinaves (à l'exception d'un certain nombre d'esclaves, souvent des femmes, venus d'Irlande), tandis que dans les îles britanniques et en Russie, il était possible de se mélanger aux populations déjà présentes. Aux Orcades, par exemple, la sépulture de la "Femme de Westness", datant du IXe ou du début du Xe siècle, montre une femme nordique d'une vingtaine d'années et son nouveau-né, enterrés avec des objets funéraires tels qu'une paire de broches ovales en bronze et une épingle celtique. Une riche tombe scandinave féminine sur l'île de Man (la "Femme païenne du château de Peel"), associée à une trentaine de monuments runiques chrétiens, qui sont essentiellement des croix celtiques avec des inscriptions runiques (comprenant des noms de personnes nordiques et celtiques) et des ornements de style scandinave, donne une image encore plus forte d'une communauté mixte.

Viking Grave, Birka, Sweden
Sépulture viking, Birka, Suède
Hjalmar Stolpe (Public Domain)

Des femmes guerrières ?

Les célèbres sagas islandaises du 13e siècle, qui relatent des histoires se déroulant au début de l'ère viking, ajoutent une autre couche de profondeur possible au rôle des femmes ; elles sont montrées comme des femmes fortes qui agissent, attisent la vengeance, tiennent tête à leurs maris ou même se battent. Cependant, ces sagas ont été composées bien après l'époque dont elles parlent, dans un contexte différent, et il est trop exagéré d'extrapoler directement cette image des femmes à la véritable époque viking.

Il n'en reste pas moins que la "femme viking forte" fait partie intégrante de l'imaginaire populaire. Lorsque Charlotte Hedenstierna-Jonson a publié un article intitulé "Une femme guerrière viking confirmée par la génomique" (2017), par exemple, l'enthousiasme semble avoir pris le pas sur la prudence. L'étude traite d'une tombe de l'âge viking (Bj 581) découverte à Birka, en Suède, dans les années 1800, contenant un squelette aux côtés de diverses armes, de chevaux et même d'un étalon ; apparemment les attributs d'un guerrier. Les os testés appartenaient à une femme, qui a ensuite été surnommée "la première femme guerrière viking de haut rang confirmée" (857) en raison de la présence d'un ensemble de pièces de jeu (que les auteurs assimilent à des connaissances tactiques et stratégiques).

Les critiques ont noté que cette hypothèse relève davantage du domaine de la spéculation que de la réalité. Le squelette ne présentait aucune blessure traumatique - ce qui serait surprenant pour un guerrier actif - et ne montrait aucun signe d'activité physique intense. N'oublions pas qu'il est difficile de relier des objets funéraires à la vie réelle d'une personne. Cette femme aurait-elle pu être enterrée avec l'équipement de ce guerrier pour une autre raison (peut-être symbolique) ?

Si d'autres preuves de ce type sont mises en évidence concernant les femmes, l'histoire évoluera, mais pour l'instant, il semblerait que les preuves archéologiques et historiques ne soient pas suffisantes pour confirmer que cette femme Birka fut une guerrière active. Là encore, la vie des femmes de l'ère viking reste plus mystérieuse que celle de leurs homologues masculins.

Supprimer la pub

Publicité

Bibliographie

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Emma Groeneveld
Emma a étudié l'histoire, l'histoire ancienne. Pendant sa maîtrise, elle s'est concentrée sur Hérodote ainsi que sur les détails croustillants de la politique des cours de l'antiquité, mais plus récemment, elle s'est plongée dans tout ce qui est préhistorique.

Citer cette ressource

Style APA

Groeneveld, E. (2018, juillet 11). Femmes de l'Ère Viking [Women in the Viking Age]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1251/femmes-de-lere-viking/

Style Chicago

Groeneveld, Emma. "Femmes de l'Ère Viking." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juillet 11, 2018. https://www.worldhistory.org/trans/fr/2-1251/femmes-de-lere-viking/.

Style MLA

Groeneveld, Emma. "Femmes de l'Ère Viking." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 11 juil. 2018. Web. 02 juil. 2022.

Adhésion