Caius Marius

Définition

Marc Hyden
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 09 octobre 2017
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, portugais
Gaius Marius (by Franz Venhaus, CC BY-ND)
Caius Marius
Franz Venhaus (CC BY-ND)

Caius Marius (vers 157-86 avant J.-C.) était un commandant militaire et un homme politique accompli qui fut acclamé pour avoir sauvé Rome au bord du gouffre. Malheureusement, son nom n'a survécu que dans une relative obscurité, car ses exploits furent éclipsés par sa chute finale. Malgré ses nombreux méfaits, il faut se souvenir de ses succès politiques et militaires éclatants et de l'empreinte indélébile qu'il a laissée sur Rome.

Débuts

Vers 157 avant Jésus-Christ, Marius vit le jour dans une famille plébéienne dans une colonie italienne appelée Ceraete, près d'Arpinum. Aucun des ancêtres de Marius n'avait jamais été élu à un poste politique romain, et il affirma même avoir été élevé dans la pauvreté, ce qui signifiait qu'on ne s'attendait pas sérieusement à ce qu'il devienne une personne d'importance.

Supprimer la pub

Advertisement

Très jeune, il s'engagea dans les légions de Rome et servit avec intégrité. Puis, en jouant de ses relations avec des Romains influents et en faisant valoir son service militaire honorable, il entra dans l'arène politique et gravit l'échelle politique, le cursus honorum. Il fut d'abord élu à la tribune militaire, puis tribun de la plèbe en 119 avant J.-C., préteur en 115 avant J.-C., et il fut ensuite chargé de gouverner la province lointaine d'Hispania Ulterior. Tout au long de sa première carrière politique, il prouva qu'il était un politicien habile et consciencieux. En effet, Marius "gagnait poste après poste, se conduisant toujours dans chacun d'eux de manière à être considéré comme digne d'une position plus élevée que celle qu'il occupait" (Salluste, La guerre de Jugurtha, 63.5).

La guerre de Jugurtha

Après son poste de gouverneur, la carrière politique de Marius s'arrêta net, temporairement. Entre-temps, il épousa une patricienne nommée Julia, qui lui donna un neveu célèbre, Jules César, mais l'interruption de la vie publique de Marius fut de courte durée. En 109 avant J.-C., le consul Quintus Caecilius Metellus fut chargé de mettre un terme au conflit embarrassant qui l'opposait au rusé roi Jugurtha de Numidie. Metellus, à son tour, nomma Marius en tant que légat, ce qui était une immense opportunité. Les deux hommes se rendirent en Afrique où ils réentraînèrent les légions et tentèrent de faire face à Jugurtha, mais Marius finit par conclure que le leadership de Metellus laissait à désirer et que sa stratégie était trop conservatrice.

Supprimer la pub

Advertisement

Marius retira le commandement de la Numidie à Metellus, puis se le fit octroyer.

Marius se rendit donc à Rome où il mit en place une stratégie de campagne efficace consistant à flatter les plus basses couches de la société tout en diabolisant l'aristocratie. Son stratagème fonctionna, et il fut élu avec succès au poste de consul en 107 avant Jésus-Christ. Il fit alors jouer ses muscles politiques, retira le commandement de la Numidie à Metellus, puis se le fit octroyer.

Marius s'empressa de recruter une armée beaucoup plus nombreuse, incluant des volontaires issus des classes les plus pauvres, ce qui était contraire à la politique romaine, et il modifia la stratégie numide. Puis il se lança dans l'affrontement contre Jugurtha. En peu de temps, Marius infligea des défaites cuisantes à la coalition de Jugurtha, ce qui laissa des dizaines de milliers d'ennemis de Rome tués et mit sous pression les alliés des Numides. En 105 avant J.-C., l'un des prétendus amis de Jugurtha accepta de capturer et de livrer aux Romains ce roi rusé mais assiégé, et l'un des officiers compétents de Marius, Sulla, supervisa la reddition finale de Jugurtha. Une fois que Jugurtha fut sous la garde de Marius, cela mit fin au conflit, en grande partie grâce aux opérations militaires et à l'afflux de troupes de Marius.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

La guerre des Cimbres

Il n'y eut guère de temps pour faire la fête car une puissante tribu barbare du nord, les Cimbres, apparut et mit la République en danger. Les Cimbres avaient établi une alliance redoutable avec les Teutons, les Ambrons et d'autres pour défier Rome. En réponse, en 105 avant J.-C., Marius fut inconstitutionnellement élu à son deuxième poste de consul par contumace, et il fut chargé de défendre la République contre la coalition barbare. Après avoir célébré un splendide triomphe romain, Marius se rendit dans le nord avec son armée, l'entraîna et se prépara à une campagne qui pourrait déterminer le destin de Rome, mais l'alliance barbare n'arriva pas comme prévu. Pendant deux ans, il attendit, et chaque année, le peuple romain le réélisait inconstitutionnellement comme consul.

Enfin, en 102 avant J.-C., les éclaireurs de Marius signalèrent l'avancée des barbares en deux, voire trois colonnes. Marius se précipita à la rencontre des tribus, mais il choisit avec sagacité de les affronter individuellement et seulement après que chacune eut commis une erreur stratégique. D'abord, il vainquit et massacra méthodiquement les Ambrons, puis les Teutons dans les environs d'Aquae Sextiae (Aix en Provence). Puis, après avoir été réélu consul en 101 avant J.-C., Marius fit face aux Cimbres et les massacra de manière systématique, mettant fin à ce long conflit. Au cours de cette seule guerre, les Romains tuèrent environ 360 000 personnes et capturèrent 150 000 autres qui furent rapidement vendues comme esclaves.

Les réformes militaires

Au cours de son long mandat de commandant militaire, Marius se révéla être un général novateur qui institua de nombreuses réformes. Certaines d'entre elles restèrent dans les légions pendant de nombreuses années. Alors qu'il se préparait à se rendre en Afrique pour affronter Jugurtha, il enrôla dans son armée des Romains de toutes classes, y compris des pauvres. Cela était contraire à la politique romaine. Cependant, cela élargit considérablement le bassin de recrutement de la République et finit par devenir une procédure standard à Rome.

Supprimer la pub

Advertisement

Silver Denarius Depicting Legionary Eagle
Denier en argent illustrant l'aigle de la légion
The Trustees of the British Museum (CC BY-NC-SA)

Pendant la guerre contre les Cimbres, il s'efforça de débarrasser son armée d'un maximum de bêtes de somme lentes afin que ses troupes soient rapides et agiles. Ainsi, il demanda à ses légionnaires de porter la plus grande partie de leur équipement. Bien que de nombreux soldats se soient plaints de ce fardeau supplémentaire, il s'agissait d'une réforme sensée et efficace qui devint permanente. On attribue également à Marius la paternité de l'habitude de n'orner les étendards des légionnaires romains que d'un aigle en argent. À l'origine, les étendards étaient ornés de l'image de plusieurs animaux, mais l'aigle devint l'élément fondamental des légions grâce à Marius.

Le sixième consulat de Marius

Après la guerre contre les Cimbres, Marius revint à Rome devant une population reconnaissante qui le considérait comme l'un des fondateurs de Rome et lui décerna son deuxième triomphe magnifique, et lui offrit même des libations rituelles. C'est alors qu'il brigua à nouveau le poste de consul, mais il eut recours à la corruption des électeurs, ce qui assura son élection. Une fois en poste, en 100 avant J.-C., il poursuivit une alliance peu judicieuse avec des politiciens sans scrupules, dont Saturninus qui finit par se révolter contre l'État. Marius réagit à contrecœur, leva une force et réussit à neutraliser Saturninus. Cependant, de nombreux Romains se retournèrent contre Marius parce qu'ils avaient réalisé qu'il s'était initialement associé à un hors-la-loi meurtrier et séditieux. En conséquence, l'influence de Marius, autrefois considérable, s'émoussa quelque peu.

La guerre sociale

En conséquence, Marius passa tranquillement les années suivantes en tant que membre âgé du Sénat romain, mais en 91 avant J.-C., un désastre éclata près de Rome lorsque les alliés italiens de la République se révoltèrent, ce qui déclencha la catastrophique guerre sociale. Les élites romaines au pouvoir demandèrent à Marius et à d'autres militaires accomplis de diriger les troupes de Rome contre les Italiens, et Marius obéit consciencieusement et commanda des légions avec compétence tout au long de l'année 90 avant Jésus-Christ. Cependant, après une saison de campagne, il se retira, invoquant publiquement des infirmités, mais il fut vraisemblablement évincé du pouvoir par ses ennemis sénatoriaux.

Supprimer la pub

Advertisement

Lutte pour le commandement de Mithridate

Alors que la guerre sociale semblait se terminer, le roi Mithridate du Pont apparut comme la menace la plus grave pour Rome, et Marius souhaitait vivement diriger les légions de Rome contre le pugnace monarque. Pourtant, c'est à Sulla que fut confié le commandement contre Mithridate. Après son départ pour préparer ses troupes en vue de l'expédition à venir, Marius chargea un autre tribun sans scrupules, Sulpicius, de présenter au peuple romain une mesure visant à transférer le commandement contre Mithridate à Marius, ce qu'il fit. La mesure fut adoptée, mais au lieu d'obéir à la volonté du peuple, Sulla retourna perfidement ses troupes contre Rome en 88 avant Jésus-Christ. Après avoir brièvement tenté de repousser les légionnaires envahisseurs de Sulla avec de la populace recrutée à la hâte, Marius fut contraint de se retirer de la ville éternelle, et Sulla prit le contrôle de la République.

Mithridates VI Eupator of Pontus
Mithridate VI Eupator du Pont
Carole Raddato (CC BY-SA)

Avant de partir une seconde fois pour affronter Mithridate, Sulla déclara Marius ennemi de l'État, mit sa tête à prix et le condamna à mort. En conséquence, Marius vécut la vie d'un fugitif désespéré, et il subit de nombreuses humiliations et frôla même la mort. Il finit par s'enfuir en Afrique, où il esquiva ses ennemis et rassembla lentement une petite force pour un éventuel retour à Rome. En 87 avant J.-C., les deux consuls de la République, Cinna et Octavius, étaient au milieu d'une violente querelle, ce qui donna à Marius une chance de revenir. Il s'embarqua donc vers l'Italie avec ses troupes nouvellement levées, et offrit docilement de servir le consul Cinna.

Retour à Rome

Marius aida donc Cinna et, très vite, le co-consul de Cinna fut dépassé et contraint de se rendre, ce qui permit à Marius et Cinna de rentrer tous deux à Rome. Cependant, ils ne furent pas des vainqueurs gracieux. Marius avait autrefois assuré la sauvegarde de Rome, mais lui et son partenaire, Cinna, se concentrèrent sur leurs vendettas personnelles. Puis ils massacrèrent leurs ennemis sans procès. Alors que les historiens antiques, souvent hostiles à Marius, affirmèrent qu'il s'agissait d'une purge généralisée, " les chercheurs les plus assidus ne peuvent attribuer à [Marius] la responsabilité que de sept des quatorze victimes connues " (Carney, 67). Il est certain qu'il y a pu y avoir beaucoup plus de victimes que cela dans ce pogrom odieusement immoral. Cependant, il n'est rien en comparaison des proscriptions sanglantes de Sulla, qui auraient coûté la vie à des milliers de personnes. Néanmoins, la vengeance effrénée de Marius ruina totalement sa réputation, autrefois absolument louable.

Supprimer la pub

Advertisement

Indépendamment de cette folie meurtrière, Marius et Cinna se déclarèrent tous deux candidats aux consuls de l'année suivante, et ils furent élus sans surprise. Marius obtint le septième consulat prophétisé, ce qui était plus qu'aucun autre Romain n'avait jamais eu jusqu'alors, mais son mandat fut écourté. À peine quelques jours plus tard, son esprit et son corps commencèrent à dépérir et, à la mi-janvier 86 avant Jésus-Christ, il mourut, apparemment d'une pleurésie, à l'âge de 70 ans environ. Marius eut probablement droit à de grandes funérailles, mais malheureusement, ce ne fut pas la dernière fois que les Romains l'aperçurent. Lorsque Sulla revint de sa victoire sur Mithridate, il déclencha un massacre effréné et ordonna à ses subordonnés d'exhumer les restes en décomposition de Marius qui furent maltraités et jetés tels d'odieux déchets. Ce fut "une fin ignominieuse et le déshonneur ultime pour le héros de jadis devenu le paria de Rome" (Hyden, 253).

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Citer cette ressource

Style APA

Hyden, M. (2017, octobre 09). Caius Marius [Gaius Marius]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-473/caius-marius/

Style Chicago

Hyden, Marc. "Caius Marius." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le octobre 09, 2017. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-473/caius-marius/.

Style MLA

Hyden, Marc. "Caius Marius." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 09 oct. 2017. Web. 28 sept. 2022.

Adhésion