Échange Colombien

Définition

John Horgan
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 19 mai 2022
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais
The “Columbian Exchange” in the 15th century (by Simeon Netchev, CC BY-NC-SA)
Carte de l'échange colombien
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

L'échange colombien (alias le grand échange) est un terme inventé par Alfred Crosby Jr. en 1972 qui est traditionnellement défini comme le transfert de plantes, d'animaux et de maladies entre l'Ancien Monde d'Europe et d'Afrique et le Nouveau Monde des Amériques. Ces échanges commencèrent à la suite des voyages de Christophe Colomb en 1492, puis s'accélérèrent avec la colonisation européenne des Amériques.

L'arrivée de Christophe Colomb

Les Amériques furent isolées et coupées de l'Asie à la fin de la dernière période glaciaire, il y a environ 12 000 ans. À l'exception de contacts occasionnels avec les Vikings dans l'est du Canada 500 ans avant l'arrivée de Christophe Colomb et de voyages polynésiens vers le littoral de l'océan Pacifique en Amérique du Sud vers 1200, il n'y avait pas de contacts réguliers ou substantiels entre les peuples du monde. Dans les années 1400, en raison de la tension croissante au Moyen-Orient, les Européens se mirent à la recherche de nouvelles routes commerciales, sous l'impulsion du prince Henri le Navigateur du Portugal (1394-1460) qui navigua vers le sud le long de la côte ouest de l'Afrique, établissant des postes de traite. L'objectif des Portugais était de contourner la pointe sud de l'Afrique et de pénétrer dans l'océan Indien pour accéder directement aux marchés de l'Inde, de la Chine et du Japon.

Supprimer la pub

Advertisement

Les conséquences biologiques de l'exploration et de la colonisation européennes ont été les impacts les plus importants de cette interaction.

Un explorateur génois, Christophe Colomb (1451-1506), naviguant sous le drapeau de l'Espagne pour le compte de Ferdinand II d'Aragon et de son épouse Isabelle de Castille, traversa l'océan Atlantique vers l'ouest à la recherche de routes directes avec les mêmes marchés en Asie. Colomb et ses navires quittèrent l'Espagne le 3 août 1492, firent une brève escale aux îles Canaries pour se ravitailler et réparer le navire avant d'entamer un voyage de cinq semaines à travers l'océan Atlantique. Le 12 octobre, Christophe Colomb et son équipage touchèrent terre dans ce qui est aujourd'hui les Bahamas, sur une île que les autochtones appelaient Guanahani et que Christophe Colomb rebaptisa San Salvador. Après le premier voyage de Christophe Colomb, les Espagnols, et plus tard d'autres Européens, commencèrent à s'installer sur le continent américain pour tenter d'y recréer les modes de vie et les cultures de l'Ancien Monde.

Lors du deuxième voyage de Christophe Colomb (1493-1496), des animaux domestiqués - chevaux, bovins, porcs, poulets - furent introduits dans le Nouveau Monde à des fins d'alimentation et de transport. L'établissement ultérieur de plantations de sucre, de riz, et plus tard de tabac et de coton, constitua une nouvelle base pour la richesse et le commerce. L'échange accidentel de maladies, notamment celles portées par les Européens, se propagea aux peuples indigènes, entraînant la mort tragique de plus de 90 % d'entre eux.

Supprimer la pub

Advertisement

Plantes

En ce qui concerne les plantes, l'Europe avait connu son propre phénomène d'échange 5 500 ans plus tôt. Les origines de l'agriculture mondiale remontent à plus de 12 000 ans, et l'agriculture était fermement établie en Europe dès 4 000 ans avant notre ère. Les cultures apportées aux Amériques par les Européens à la fin des années 1400 et au début des années 1500 servirent à satisfaire les demandes des Européens qui souhaitaient recréer leur régime alimentaire traditionnel, mais elles perturbèrent également les systèmes agricoles du Nouveau Monde.

Les Espagnols introduisirent d'abord le blé, les olives et la vigne afin de produire du pain, des olives et du vin, éléments de base du régime alimentaire espagnol et intimement liés à leurs rituels catholiques. Avec le temps, d'autres céréales et du sucre traversèrent l'Atlantique, permettant aux Européens de créer de grandes plantations agricoles, d'abord dans les Caraïbes, puis au Mexique et dans le reste des Amériques. Lorsque le système européen de servitude à long terme, basé sur les pauvres, les débiteurs et les criminels, ne fournit pas suffisamment de main-d'œuvre, les Européens établirent également l'asservissement des peuples indigènes pour travailler dans les plantations. Cette approche échoua aussi, car les indigènes n'étaient pas habitués aux exigences physiques de l'agriculture à grande échelle, s'enfuyaient des fermes et mouraient en grand nombre à cause des maladies. Les Européens tournèrent alors leur attention vers l'Afrique, ce qui donna lieu au phénomène de la traite transatlantique des esclaves qui dura près de 400 ans. L'Afrique non seulement fournit des personnes pour le travail, mais contribua aussi à l'échange de plantes en introduisant le riz, les bananes, les plantains, les citrons et les pois à vache, créant ainsi des sources supplémentaires de nourriture et de richesse pour les colons et les entreprises agricoles.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Old World Native Plants
Plantes originaires de l'Ancien Monde
Gnt (CC BY-NC-SA)

Les Amériques fournirent également à l'Europe, à l'Asie et à l'Afrique une grande variété de nouveaux produits alimentaires. Le maïs, les pommes de terre, les haricots, les tomates, les arachides, le tabac et le cacao (chocolat) font partie des plantes qui traversèrent l'Atlantique vers l'est. Dans les années 1530, le tabac, fumé et inhalé (sous forme de tabac à priser) par les autochtones, devint une culture commerciale très précieuse, notamment dans les colonies britanniques de l'autre côté de l'Atlantique. Le cacao était utilisé par les Olmèques, la civilisation Maya, et était cultivé dans l'agriculture aztèque. La fève de cacao était réduite en poudre et infusée dans de l'eau, créant ainsi une boisson très amère, qui n'était pas appréciée des Européens. Hernan Cortés (1485-1547) ramena le cacao en Espagne en 1528. Les Espagnols ajoutèrent du sucre et du miel pour atténuer l'amertume, et au cours des cent années suivantes, alors que le cacao se répandait dans toute l'Europe, la vanille fut ajoutée au mélange, donnant naissance à un nouvel article de luxe : le chocolat.

C'est la pomme de terre qui eut le plus grand impact sur l'Europe, affectant à la fois son régime alimentaire et sa durée de vie. La pomme de terre est composée de vitamines et de nutriments essentiels, et elle peut pousser dans une large gamme de sols. Produisant des rendements élevés, l'introduction de la pomme de terre mit fin à des cycles séculaires de malnutrition et de famine, entraînant une plus forte croissance démographique en Europe.

La découverte et l'utilisation de la quinine par les Européens les aidèrent dans leurs futures aventures coloniales en Afrique. Originaire de la région des Andes en Équateur, en Bolivie, au Pérou et en Colombie, l'écorce du quinquina contient un alcaloïde qui constitue un traitement médicinal efficace contre les moustiques porteurs de la malaria. La découverte du Dr Thomas Thomson en 1841 et l'utilisation de la quinine par les Européens contribuèrent à réduire de moitié le taux de mortalité des colonisateurs européens dans les zones de colonisation d'Afrique et de l'océan Pacifique.

Supprimer la pub

Advertisement

New World Native Plants
Plantes originaires du Nouveau Monde
Kbh3rd (CC BY-NC-SA)

Le piment de Cayenne, le tabasco, les poivrons et le jalapeño dérivent du piment capsicum que l'on trouve en Bolivie et au Brésil. Arrivé en Europe après 1493, le capsicum se répandit dans toute l'Asie du Sud et de l'Est et fut adopté dans les cuisines traditionnelles de nombreux pays européens et asiatiques, dont la Hongrie (paprika) et la Corée (kimchi). Les utilisations médicinales du poivron se sont révélées aussi précieuses que ses adaptations culinaires. Le piment offre les besoins nécessaires en vitamines A, B et C ; il facilite la digestion en augmentant les quantités de salive et d'acides gastriques ; et il est maintenant utilisé pour soulager la douleur en cas d'arthrite, de maux de dents et de nombreuses autres maladies.

Le tabac, initialement considéré comme ayant une valeur médicinale, fut utilisé dans les colonies américaines comme monnaie d'échange pendant une courte période. La consommation de produits dérivés du tabac augmenta de manière significative pendant et après la Première Guerre mondiale, mais il a été démontré qu'il s'agit de l'une des principales causes de décès dans le monde, selon l'Organisation mondiale de la santé. Pensée capable d'augmenter la créativité et réduire la faim, la coca est l'ingrédient central de la production de cocaïne. Originaire des Andes, la coca était mâchée dans le cadre d'un rituel dans la religion inca et fut adoptée comme telle par les colons espagnols dans le Nouveau Monde. Son adaptation la plus célèbre a été la création du Coca-Cola, mis au point dans les années 1880 par un pharmacien d'Atlanta pour remplacer l'alcool pendant la prohibition aux États-Unis. Tout omme la célèbre boisson gazeuse, la cocaïne s'est répandue dans le monde entier et est l'une des drogues les plus utilisées dans le commerce illégal.

Animaux

L'échange colombien facilita le transfert de tous les principaux animaux domestiqués de l'Ancien Monde vers les Amériques : bovins, chevaux, moutons, chèvres et porcs. Les quelques espèces domestiquées en Amérique précolombienne étaient le chien et l'alpaga. L'alpaga était limité dans son utilisation car il ne pouvait pas être monté pour le transport et ne pouvait pas porter de charges supérieures à 35 kg (75 livres). Cependant, sa fourrure pouvait être utilisée pour la fabrication de tissus. Le plus grand animal présent sur le continent américain était le bison, mais il a résisté à la domestication.

Supprimer la pub

Advertisement

Les animaux nouvellement introduits perturbèrent l'équilibre écologique en mangeant et détruisant une grande partie des plantes indigènes.

Les Espagnols permirent aux troupeaux domestiqués importés de se déplacer librement sur les terres abondantes sur lesquelles les animaux prospérèrent. De plus, les Amériques n'avaient pas de prédateurs naturels pour ces nouveaux animaux. Cependant, ces animaux nouvellement introduits perturbèrent l'équilibre écologique en mangeant et en détruisant une grande partie des plantes indigènes. Trois animaux européens domestiqués eurent un effet immédiat : le bétail, les chevaux et les porcs. En 1565, l'élevage de bovins s'étendait des Caraïbes au Mexique et à la Floride. Avec le bétail, les Espagnols apportèrent la charrue en métal. Cet instrument, attelé au bétail, permit aux Européens d'accroître la taille de leurs exploitations agricoles. Plus de terres plantées produisaient plus de nourriture, ce qui augmentait la taille de la population et prolongeait l'espérance de vie. En outre, le bétail constituait une source stable de protéines sous forme de viande et de produits laitiers.

Le cheval permit aux Européens de parcourir de plus grandes distances à l'intérieur des continents. Le cheval offrait également des avantages en termes de vitesse et de hauteur dans les conflits contre les peuples indigènes et effrayait ces derniers par son apparence. Incapable de contenir la prolifération de la reproduction, le cheval se répandit rapidement dans les Amériques. Avec le temps, les peuples indigènes adoptèrent et adaptèrent le cheval pour les voyages et la guerre.

Lors de son second voyage vers les Amériques en 1493, Christophe Colomb apporta des cochons. Exceptionnellement robustes pour survivre au voyage en mer, ces cochons fournirent aux Espagnols une source supplémentaire de nourriture. Les porcs qui s'échappèrent dans la nature devinrent les ancêtres de la population actuelle de porcs sauvages et permirent aux explorateurs et aux colons de les chasser. C'est au cours de l'expédition d'Hernando de Soto vers la Floride (1539-1542) que le porc fut introduit en Amérique du Nord.

Supprimer la pub

Advertisement

Maladies

L'élément le plus dévastateur de l'échange colombien fut sans aucun doute le transfert des maladies de l'Ancien Monde vers les Amériques. Parmi les germes mortels, citons la variole, la rougeole, les oreillons, la coqueluche, la varicelle, le typhus et la grippe. Plus tard, la traite transatlantique des esclaves ajouta l'hépatite B, la malaria et la fièvre jaune à ce cocktail de maladies mortelles. Les populations autochtones furent décimées par les épidémies, ce qui permit aux Espagnols, et plus tard aux Européens, de les dominer plus facilement.

Columbus' Arrival in America
Arrivée de Colomb dans les Amériques
Jack Cousin (CC BY-NC-ND)

La plupart des maladies infectieuses de l'histoire ont été transmises des troupeaux d'animaux domestiqués à la population humaine dans un processus connu sous le nom de zoonose. À partir de 8 000 ans avant notre ère, ces germes mortels pénétrèrent en Europe, d'abord sous la forme d'épidémies occasionnelles, puis en devenant endémiques, surtout lorsque la densité de population augmentait. Comme les Européens ont vécu pendant des milliers d'années avec des animaux domestiqués, y compris des animaux résidant dans des maisons, l'exposition prolongée et répétée à ces germes permit aux Européens de développer une immunité naturelle. Ce n'était toutefois pas le cas des populations indigènes des Amériques. Ayant été coupées de toute exposition aux maladies après la dernière période glaciaire, les populations indigènes perdirent toute immunité acquise par le passé. De plus, la population indigène des Amériques comptait moins d'animaux domestiques à partir desquels les maladies pouvaient apparaître et se transmettre.

La première maladie qui à faire son apparition dans le Nouveau Monde fut la grippe en 1506, suivie de la variole en 1519. Les peuples indigènes commencèrent à tomber malades et à mourir en très grand nombre, à tel point qu'en 1650, on a estimé que 90 % des populations indigènes avaient péri. La maladie était l'alliée la plus efficace des conquistadors espagnols, qu'elle les ait précédés ou les ait accompagnés dans leurs conquêtes à travers les Caraïbes et les Amériques. En août 1519, Hernan Cortés réussit à conquérir la plus grande ville des Amériques, Tenochtitlan, après un siège de 75 jours au cours duquel quelques centaines de conquistadors vainquirent une armée indigène comptant des milliers de soldats. Les maladies, la guerre et la famine avaient affaibli les capacités de résistance des Aztèques. La conquête des Aztèques par Cortés ne laissa finalement qu'environ 2 millions de personnes sur les quelque 11 à 25 millions qui existaient lorsque les Espagnols arrivèrent au Mexique. La maladie accompagna également Francisco Pizzaro lorsqu'il conquit les Incas au Pérou au début des années 1530.

Aztec victims of smallpox
Victimes aztèques de la variole
Unknown author (Public Domain)

L'échange de maladies cependant se produisit dans les deux sens. La syphilis traversa l'océan Atlantique pour revenir en Europe par l'intermédiaire de certains des marins de Christophe Colomb qui avaient eu des relations sexuelles avec des femmes indigènes dans les Caraïbes. Quelques-uns de ces marins rejoignirent l'armée de Charles VIII de France (r. de 1483 à 1498) lorsqu'il envahit l'Italie en 1494-95. Le premier cas de syphilis enregistré fut signalé à Naples en 1495. Récemment, des historiens ont proposé une autre théorie sur l'introduction de la syphilis en Europe. Il a été suggéré que la maladie existait déjà en Europe avant le 15e siècle, mais qu'elle était mal diagnostiquée et prise pour d'autres maladies, comme la lèpre, car les symptômes - douleurs, éruptions cutanées, ulcères génitaux - étaient similaires. En l'absence de traitement, la syphilis entraîne la mort des personnes qui en sont atteintes.

Conséquences

Souvent considéré comme l'un des événements les plus marquants de l'histoire mondiale, l'échange colombien a modifié la vie sur trois continents distincts. Les nouvelles plantes et les nouveaux animaux apportés aux Amériques et les nouvelles plantes rapportées en Europe ont transformé l'agriculture et l'alimentation humaine. À partir du 16e siècle, les agriculteurs ont pu choisir parmi une plus grande variété de plantes et d'animaux pour gagner leur vie et accroître leurs perspectives de richesse. Sur les trois continents, les nouvelles cultures ont permis aux agriculteurs de planter dans des sols qui étaient auparavant inutilisables, ce qui a permis d'obtenir des rendements plus élevés et de mettre fin à une longue histoire d'insécurité alimentaire.

Pour répondre à la demande croissante de main-d'œuvre, en particulier dans les plantations de cultures commerciales en expansion, les Européens se sont tournés vers l'Afrique. La traite transatlantique des esclaves a représenté la plus grande migration forcée de personnes de l'histoire de l'humanité, avec le transfert de 12 à 20 millions d'Africains vers les Amériques entre le 16e et le 19e siècle. Le résultat de ces différents échanges est connu sous le nom de commerce triangulaire : les Amériques fournissaient l'Ancien Monde en matières premières, l'Europe transformait ces matières premières en produits finis qui étaient commercialisés en Afrique et aux Amériques, tandis que l'Afrique fournissait des esclaves pour répondre aux besoins en main-d'œuvre du Nouveau Monde.

Transatlantic Triangular Trade Map
Carte du commerce triangulaire transatlantique
Olivier Lalonde (CC BY-NC-SA)

Le transfert d'animaux domestiqués vers le Nouveau Monde allait, avec le transfert de plantes, modifier les régimes alimentaires des hommes, fournir de nouvelles formes de transport et inaugurer une nouvelle forme de guerre entre les peuples pour les siècles à venir. Dans les années 1560, les îles des Caraïbes étaient en grande partie dépeuplées en raison de maladies infectieuses mortelles. Non seulement des civilisations entières se sont effondrées à cause de la maladie, mais 20 % des autochtones sont morts de la famine résultant de l'effondrement du secteur agricole local.

La recherche sur l'échange colombien s'est élargie pour inclure d'autres articles transférés à travers l'océan dans les siècles qui ont suivi l'arrivée de Christophe Colomb. Nunn et Qian décrivent comment le caoutchouc, que l'on trouve dans les arbres et les vignes en Amérique centrale et du Sud ainsi qu'en Afrique centrale et occidentale, a d'abord été utilisé par les Africains principalement comme adhésif et par les Amérindiens pour les bottes, les tentes et les récipients. Après 1770, l'utilisation du caoutchouc a considérablement augmenté avec la découverte de la vulcanisation qui a créé un composé plus stable pouvant être utilisé comme isolant électrique, ainsi qu'avec l'augmentation de la production de pneus pour les bicyclettes, les automobiles et les motos. La production de caoutchouc a fait payer un lourd tribut à l'Afrique centrale pendant la période de colonisation européenne.

L'échange colombien a également entraîné des transformations économiques, religieuses et culturelles. Les énormes quantités d'argent qui ont afflué des mines d'Amérique du Sud vers l'Espagne ont modifié l'économie européenne. Cette nouvelle richesse a permis d'améliorer la vie de nombreux Européens et d'accroître la population. La circulation accrue de l'argent a permis à l'Église catholique de financer une réponse aux défis posés par la Réforme protestante et de répandre le catholicisme parmi les indigènes des Amériques. Des cartes plus détaillées des terres et des océans, une plus grande circulation des nouvelles en provenance du Nouveau Monde grâce à la nouvelle presse à imprimer, des appareils de navigation plus efficaces tels que la boussole et les découvertes astronomiques ont contribué à l'avènement d'un âge d'or de la littérature et de l'art. L'échange colombien, qui commença par l'introduction de nouvelles plantes, de nouveaux animaux et de maladies dans différentes cultures, finit par prendre une plus grande importance en raison de ses profondes conséquences culturelles, coloniales, économiques, nationalistes et sociales.

Supprimer la pub

Publicité

Questions et réponses

Qu'est-ce que l'échange colombien ?

Terme inventé par Alfred Crosby Jr. en 1972, l'échange colombien s'entend comme le transfert de plantes, d'animaux et de maladies entre l'Ancien Monde (Europe et Afrique) et le Nouveau Monde (Amériques).

En quoi l'échange colombien a-t-il changé le monde ?

L'échange colombien, qui a commencé par l'introduction de nouvelles plantes, de nouveaux animaux et de maladies dans différentes cultures, a modifié les régimes alimentaires humains, fourni de nouvelles formes de transport, inauguré une nouvelle forme de guerre et a eu de profondes conséquences culturelles, économiques et sociales.

Bibliographie

  • Alfred W. Crosby, Jr. "“Virgin Soil Epidemics as a Factor in the Aboriginal Depopulation in America”." he William and Mary Quarterly, 33, no. 2 (1976), pp. 289–99.
  • Bianchine PJ, Russo TA. "The Role of Epidemic Infectious Diseases in the Discovery of America." Allergy Proc., 13(5) 1992 Sep-Oct, pp. 225-32.
  • Crosby Jr., Alfred W. The Columbian Exchange. Praeger, 2003.
  • How Disease and Conquest Carved a New Planetary LandscapeAccessed 22 Apr 2022.
  • How the Columbian Exchange Brought Globalization—And DiseaseAccessed 22 Apr 2022.
  • J. R. Mcneill. "Europe's Place in the Global History of Biological Exchange." Landscape Research, Volume 28, 2003 - Issue 1, pp. 33-39.
  • Nathan Nunn and Nancy Qian. "The Columbian Exchange: A History of Disease, Food, and Ideas." Journal of Economic Perspectives, Volume 24, Number 2—Spring 2010, pp. 163–188.
  • Rebecca Earle. "The Columbian Exchange." The Oxford Handbook of Food History, edited by Jeffrey M. Pilcher, ed. Oxford University Press, Oxford, 2012, 341-57.
  • Sherry Johnson. ""Dreams of Empire: The Legacies of Contact." ." Myths and Dreams: Exploring the Cultural Legacies of Florida and the Caribbean, edited by Phyllis Shapiro. Jay I. Kislak Foundation, Inc., 2000, 21-34.
  • What We Eat: The Story of Livestock in America - #104Accessed 22 Apr 2022.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

John Horgan
Professeur adjoint d'histoire à l'Université Concordia-Wisconsin, aux États-Unis. Ses cours et ses recherches en cours portent sur les fléaux et les maladies, ainsi que sur l'alimentation dans l'histoire du monde.

Citer cette ressource

Style APA

Horgan, J. (2022, mai 19). Échange Colombien [Columbian Exchange]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-20738/echange-colombien/

Style Chicago

Horgan, John. "Échange Colombien." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mai 19, 2022. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-20738/echange-colombien/.

Style MLA

Horgan, John. "Échange Colombien." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 19 mai 2022. Web. 28 sept. 2022.

Adhésion