Plébéiens

Définition

Donald L. Wasson
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 08 mars 2022
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, Turc, espagnol
Ancient Roman Marketplace (by Mateusz Przeklasa / Ancient History Magazine, CC BY-NC-SA)
Marché romain antique
Mateusz Przeklasa / Ancient History Magazine (CC BY-NC-SA)

Les plébéiens étaient membres de la plèbe, la classe sociale héréditaire des roturiers de la Rome antique. Leur exclusion du pouvoir politique par les patriciens qui prétendaient être les descendants des premiers sénateurs, conduisit au conflit des ordres, une lutte de plusieurs siècles pour l'égalité des droits politiques des plébéiens, qui vit la création des Tables de la Table et d'autres lois.

La structure sociale dans la Rome antique

Dès l'époque de la monarchie romaine (753-509 av. J.-C.) et tout au long des débuts de la République romaine, la structure politique et sociale romaine était divisée en deux classes ou ordres distincts : les patriciens et les plébéiens (la plèbe). Bien que cela soit contesté, le fondateur légendaire et premier roi de la ville, Romulus, aurait créé à la fois le Sénat romain et l'Assemblée centuriate (Comitia Centuriata), cette dernière édictant les lois. Les patriciens se disaient descendants des premiers pères de la cité - les premiers sénateurs nommés par le roi - et revendiquaient le droit exclusif de gouverner, interdisant ainsi à la plèbe tout accès au pouvoir. Bien que certains lui attribuent le mérite de sa création, le légendaire sixième roi, Servius Tullius (578-535 av. J.-C.), réforma l'Assemblée en l'organisant en blocs de vote ou centuriae (blocs de cent). Combinée au hasard de la naissance, la réorganisation de l'Assemblée centuriate priva encore davantage la plèbe de toute voix au gouvernement.

Supprimer la pub

Advertisement

Tout au long de la monarchie, la plèbe se vit refuser l'accès à toute fonction politique ou même à la prêtrise.

Dans son livre intitulé Ancient Rome, l'historien Simon Baker écrit que les patriciens ont pu justifier leur monopole total sur le pouvoir par les strictes croyances religieuses de Rome. La religion, dit-il, était d'une importance capitale pour tous les Romains, et ils croyaient que le succès de la cité dépendait entièrement de l'approbation des dieux. Les patriciens revendiquaient les sacerdoces, et parce qu'ils croyaient avoir une connaissance spéciale des dieux, ils étaient les seuls à être les plus qualifiés pour occuper tous les postes politiques. Cette connaissance exclusive devait donc apporter les faveurs de Rome. Bien entendu, la plèbe contestait totalement cette revendication.

Tout au long de la monarchie, en raison de son ascendance, la plèbe se vit refuser l'accès à toute fonction politique ou au sacerdoce. Bien qu'ils n'aient eu aucun pouvoir politique, être plébéien n'impliquait pas nécessairement qu'un individu soit pauvre. Si beaucoup de plébéiens étaient de pauvres fermiers, d'autres étaient des marchands prospères et de riches propriétaires terriens. Après la chute de la monarchie en 509 av. J.-C. et l'expulsion du dernier roi, les patriciens maintinrent leur contrôle étroit du gouvernement : le Sénat, l'Assemblée centuriate et, surtout, l'élection des consuls.

Supprimer la pub

Advertisement

Les plébéiens se soulèvent

Comme on pouvait s'y attendre, cette répartition injuste du pouvoir provoqua des tensions considérables entre les deux ordres. Dans son livre The Storm Before the Storm, Mike Duncan écrit que ce conflit entre patriciens et plébéiens définit les débuts de la République. Après la fondation de la République romaine, la plèbe continua à s'indigner de ne pouvoir accéder à aucune fonction politique. Mary Beard, dans son livre SPQR, parle des sentiments d'exclusion et d'exploitation de la plèbe :

Pourquoi se battre dans les guerres de Rome ... alors que tous les profits de leurs services remplissaient les poches des patriciens ? Comment pouvaient-ils se considérer comme des citoyens à part entière alors qu'ils étaient soumis à des punitions aléatoires et arbitraires, voire à l'esclavage s'ils s'endettaient ? (146)

Moins de deux décennies après la naissance de la République, la plèbe décida de se soulever contre les abus des patriciens et d'imposer des concessions. Elle organisa une grève surprise - la première d'une série de protestations de ce type - qui fut connu sous le nom de Conflit ou Lutte des Ordres.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Avant l'expansion romaine à travers la Méditerranée et sa dépendance à l'égard des alliés pour remplir ses légions, l'armée romaine comptait beaucoup sur la plèbe pour combattre dans ses conflits militaires. En 494 av. J.-C., les plébéiens, dont beaucoup étaient de pauvres fermiers embourbés dans les dettes, refusèrent de répondre à l'appel à servir dans l'armée alors que les frontières de Rome étaient menacées. Nombre d'entre eux n'étaient pas en mesure d'entretenir leurs fermes tout en servant dans l'armée et étaient contraints de se tourner vers les patriciens pour obtenir de l'aide, ce qui conduisait à leur endettement et à leur emprisonnement éventuel. Ensemble, les plébéiens quittèrent Rome (bien que de nombreux plébéiens plus riches restèrent dans la ville), se rassemblèrent sur la colline de l'Aventin et exigèrent des concessions, jurant de rester à l'extérieur de la ville jusqu'à ce que leur ultimatum soit enfin respecté.

Roman Politicians
Politiciens romains
The Creative Assembly (Copyright)

Les patriciens réalisèrent rapidement leur dépendance vis-à-vis de la plèbe et se soumirent à ses exigences. Des négociations commencèrent entre les dirigeants plébéiens et l'ancien consul modéré Gaius Menenius Agrippa et d'autres sénateurs, et la grève (que certains appellèrent une mutinerie) vit le début d'un changement dans l'équilibre du pouvoir.

Assemblée plébéienne et tribuns de la plèbe

Plusieurs concessions furent faites pour satisfaire les demandes de la plèbe. La première concession se traduisit par la création du Concilium Plebis ou Conseil de la Plèbe, qui ne représentait initialement que les préoccupations des plébéiens (ius auxilii) contre les abus des patriciens, mais dont l'autorité s'accrut progressivement avec le temps. L'assemblée promulguait des lois et élisait deux fonctionnaires ou tribuns de la plèbe (tribuni plebis) ; ce nombre passa ensuite à dix. L'un des deux premiers tribuns élus fut Lucius Sicinius Vellutus, l'individu qui avait mené la marche vers la colline de l'Aventin. Le second, Lucius Junius Brutus (aucun rapport avec le futur consul).

Supprimer la pub

Advertisement

Chaque plébéien devait prêter serment de soutenir la décision du tribun dont le pouvoir augmentait progressivement pour devenir finalement inviolable.

Chaque plébéien devait prêter serment de soutenir la décision du tribun dont le pouvoir augmenta progressivement, pour devenir finalement inviolable en vertu de la loi sacrée (lex sacrata), dans un concept connu sous le nom de sacrosainteté (sacrosanctitas). Il pouvait convoquer l'Assemblée plébéienne, susciter des plébiscites (lois) et opposer son veto à toute décision (intercessio) d'un magistrat ou même d'un autre tribun tant que cela concernait la plèbe. Le tribun avait même le pouvoir d'intervenir physiquement (auxilium) pour défendre un citoyen injustement puni ou opprimé. Selon Anthony Everitt dans son ouvrage The Rise of Rome, "il pouvait infliger une amende, emprisonner ou exécuter quiconque contestait son autorité, ou même, le calomniait" (96).

Les douze tables

À l'époque de la première grève, les Romains n'avaient pas de constitution écrite. Ils avaient plutôt des règles et des traditions non écrites (mos maiorum), ou "la voie des anciens". La plèbe exigeait que les patriciens rendent les lois publiques. Cette demande conduisit à une autre concession : les Douze Tables de 450 avant Jésus-Christ. En 451 avant Jésus-Christ, dix hommes, les décemvirs dotés du pouvoir consulaire (decemviri consulari imperio legibus scribundis), s'étaient réunis pour recueillir, rédiger et rendre publiques les lois. Ce premier décemvirat rédigea dix tables, et deux ans plus tard, un second décemvirat se réunit et ajouta deux tables supplémentaires. L'une de ces nouvelles lois interdisait le mariage entre un patricien et un plébéien, mais cette règle serait annulée par la suite.

Les Douze Tables étaient exposées dans le Forum romain. Certains historiens affirment que ce fut le point de départ du développement du droit romain. Parmi les concessions supplémentaires, la plèbe se voyait garantir l'absence d'emprisonnement pour dettes et le droit de faire appel des décisions des magistrats (provocatio ad populum). Au fil du temps, après des pressions supplémentaires, d'autres lois furent adoptées et, surtout, les décisions de l'Assemblée de la plèbe devinrent contraignantes pour les patriciens.

Supprimer la pub

Advertisement

Roman Forum in the 5th Century BCE
Forum romain au Ve siècle av. J.-C.
Ancient History Magazine / Karwansaray Publishers (Copyright)

La voix de la plèbe se ferait également entendre dans l'augmentation du pouvoir de l'assemblée tribale (Comitia Tributa). Pendant des années, l'assemblée était contrôlée par les riches ; cependant, après le conflit des ordres, l'assemblée fut reclassée en 35 districts ou tribus. Quatre de ces tribus se trouvaient à Rome, tandis que les 31 autres étaient situées dans les zones rurales. L'assemblée promulguait des lois et nommait des questeurs, des tribuns militaires et des édiles curules. Chaque tribu contenait à la fois des pauvres et des riches, devenant ainsi plus représentative.

Conclusion

Il fallut près de deux siècles aux plébéiens pour atteindre l'égalité avec les patriciens. En 367 avant Jésus-Christ, les plébéiens pouvaient se présenter à l'élection du consul, et en 366 avant Jésus-Christ, le premier consul plébéien fut élu. En 342 avant Jésus-Christ, la loi stipula que l'un des deux consuls devait être plébéien. En 172 avant Jésus-Christ, la plèbe avait occupé les deux postes de consul. Mary Beard écrit :

[Le conflit des ordres] avait fait quelque chose de bien plus significatif et de bien plus vaste que de simplement mettre fin à la discrimination politique contre les plébéiens. Il avait effectivement remplacé la classe dirigeante définie par la naissance par une classe définie par la richesse et la réussite. (167)

Bien que certains remettent en question l'exactitude historique du conflit des ordres de 494 avant Jésus-Christ, l'acquisition finale du pouvoir fit de la plèbe une partie intégrante du système politique. Selon Beard, "l'histoire du conflit des ordres s'ajoute à l'une des manifestations les plus radicales et les plus cohérentes du pouvoir et de la liberté populaires ayant survécu au monde antique" (150).

Supprimer la pub

Advertisement

Supprimer la pub

Publicité

Questions et réponses

Qu'est-ce qu'un plébéien ?

Les plébéiens étaient les membres de la plèbe, la classe sociale la plus commune de la Rome antique.

Les plébéiens étaient-ils pauvres ?

Si beaucoup de plébéiens étaient de pauvres fermiers, d'autres étaient des marchands prospères et de riches propriétaires terriens.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Donald L. Wasson
Donald a enseigné l'Histoire ancienne, médiévale et américaine au Lincoln College (Normal, Illinois). Il a toujours été et sera toujours un étudiant en histoire, depuis qu'il apprit au sujet d'Alexandre le Grand. Il est impatient de transmettre ses connaissances à ses élèves.

Citer cette ressource

Style APA

Wasson, D. L. (2022, mars 08). Plébéiens [Plebeians]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-20632/plebeiens/

Style Chicago

Wasson, Donald L.. "Plébéiens." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mars 08, 2022. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-20632/plebeiens/.

Style MLA

Wasson, Donald L.. "Plébéiens." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 08 mars 2022. Web. 07 juil. 2022.

Adhésion