François L'Olonnais

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 21 octobre 2021
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, suédois
François L'Olonais (by Unknown Artist, Public Domain)
François L'Olonnais
Unknown Artist (Public Domain)

François L'Olonnais (également orthographié L'Olonnois ou Lolona, vers 1630-1668), de son vrai nom Jean-David Nau, était un flibustier et pirate français qui opérait depuis Tortuga sur Hispaniola. En 1667, il attaqua le Venezuela, qui faisait alors partie de l'Espagne, et sa réputation de cruauté sadique était telle qu'il fut surnommé le "fléau des Espagnols". L'Olonnais poursuivit son pillage dans la baie du Honduras, mais il fut finalement massacré et mangé par des cannibales locaux.

Début de carrière

Jean-David Nau naquit entre 1630 et 1635 aux Sables-d'Olonne, sur la côte ouest de la France, d'où son surnom ultérieur de François L'Olonnais. À l'âge de 20 ans, il s'embarqua pour une vie en mer et se retrouva dans les Caraïbes. N'étant peut-être pas impressionné par les dures réalités de la vie sur un voilier, il devint serviteur sous contrat dans une plantation. Après trois ans de service, Nau rejoint la bande de chasseurs sauvages d'Hispaniola, connus sous le nom de boucaniers pour leur habitude de fumer leur viande sur des grils. Les autorités espagnoles tentèrent à plusieurs reprises de réprimer les boucaniers, mais ils résistèrent à ces raids, se retirant souvent dans l'intérieur sauvage de l'île. De nombreux boucaniers devinrent pirates, et Nau fut l'un d'entre eux, peut-être motivé avant tout par la vengeance envers les Espagnols qui avaient tué tant de ses frères chasseurs.

Supprimer la pub

Advertisement

Premiers pas vers la piraterie

L'île de la Tortue (Tortuga), située au nord-ouest d'Hispaniola (les actuelles Haïti et République dominicaine) devint un important refuge pour les flibustiers à partir des années 1630. L'île reçut son nom pour sa ressemblance avec une tortue lorsqu'elle est vue de loin. Les autorités coloniales françaises contrôlaient Saint Domingue, de l'autre côté de l'île, et fermaient les yeux sur les flibustiers de Tortuga, qui constituaient un moyen de dissuasion utile contre les attaques des navires de guerre espagnols. François L'Olonnais commença à utiliser Tortuga comme base pour ses activités de piraterie à partir des années 1660. Le gouverneur lui donna un navire capturé et l'encouragea à attaquer les navires espagnols.

DANS UNE ANECDOTE TRISTEMENT CÉLÈBRE, L'OLONnAIS DÉCOUPa LE CŒUR D'UN CAPTIF, EN MÂCHa UN MORCEAU, PUIS Le FOURRa DANS LA BOUCHE D'UN AUTRE CAPTIF.

Le plus cruel des flibustiers

François L'Olonnais a la terrible réputation d'être le plus cruel et le plus dépravé de tous les flibustiers, un titre pour lequel la concurrence est pourtant rude. Réputé pour ne pas faire de prisonniers, L'Olonnais préférait simplement exécuter ses captifs, généralement en les décapitant. Le boucanier sanguinaire est présenté comme un fou grotesque dans l'influent récit d'Alexandre Exquemelin sur cette période, The Buccaneers of America (Les boucaniers d'Amérique, publié en anglais en 1684). L'ouvrage était immensément populaire grâce à ses biographies souvent exagérées et colorées. Le massacre de ses infortunées victimes par L'Olonnais lui valut le surnom de Flail of the Spanish (Fléau des Espagnols). Dans une anecdote tristement célèbre, le boucanier français découpa le cœur d'un captif, en mâcha un morceau, puis le fourra dans la bouche d'un autre captif. Il s'avéra que la dureté du traitement des captifs par L'Olonnais joua contre lui, car les équipages et les colons espagnols se battaient désormais jusqu'à la mort plutôt que de se rendre et de subir le même sort.

Supprimer la pub

Advertisement

The Spanish Main and Caribbean Pirate Havens  c. 1670
Les ports pirates de la mer des Caraïbes vers 1670
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

L'Olonnais fut parfois victime de violences. Dans un épisode, lui et ses hommes furent attaqués par une tribu indigène après le naufrage de leur navire sur la côte de Campeche au Mexique. Alors que la plupart de ses hommes furent tués, L'Olonnais s'échappa en se couvrant de sang et en se cachant parmi les membres de son équipage. Le boucanier était, au moins, débrouillard, et il réussit à rejoindre la sécurité de Tortuga dans un canoë volé.

L'expérience avec les Indiens de Campeche ne dissuada pas L'Olonnais de recourir à des tactiques brutales. En attaquant un navire de guerre ancré dans un port de Cuba, il captura un certain nombre d'Espagnols qui furent tous décapités, sauf un qui fut envoyé au gouverneur de La Havane accompagné d'une lettre. La note informait les autorités espagnoles que L'Olonnais continuerait à ne montrer aucune pitié aux Espagnols capturés et que tous seraient exécutés. Entre-temps, le flibustier reprit le navire de guerre pour son propre usage et continua à sillonner les eaux de la mer des Caraïbes, cette fois au large des côtes du Venezuela.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

L'attaque de Maracaibo

Les boucaniers corsaires, à proprement parler, n'étaient autorisés par leurs autorités coloniales respectives à attaquer que les navires espagnols et non les ports. Cependant, une guerre entre la France et l'Espagne de 1667 à 1668 fit de la côte du Venezuela une cible légitime. L'Olonnais attaqua la partie vénézuélienne de la mer des Caraïbes en 1667. À la tête d'environ 600 hommes répartis sur huit navires, la force de L'Olonnais était composée principalement de flibustiers français venus d'Hispaniola et de Tortuga. Ils capturèrent immédiatement deux navires avant même d'arriver au Venezuela, emportant de grandes quantités d'argent, de pierres précieuses, de mousquets, de poudre à canon et de cacao. Maracaibo était la destination de L'Olonnais, alors une colonie d'environ 4 000 personnes et le centre du commerce régional des perles. La batterie portuaire qui gardait l'entrée du lac Maracaibo fut facilement débordée; les flibustiers avaient attaqué les fortifications depuis la terre ferme et évité ainsi les 16 canons pointant vers la mer.

Vasseur's Fortress, Tortuga
Fort de la Roche de Levasseur, île de la Tortue
Unknown Artist (Public Domain)

Les flibustiers mirent Maracaibo à sac, mais trouver un quelconque butin était une autre affaire, car les habitants avaient déjà fui avec les objets de valeur qu'ils pouvaient transporter. L'Olonnais envoya ses hommes dans les bois pendant les deux semaines suivantes pour traquer les habitants qui se cachaient. 20 Espagnols furent capturés, torturés et sommairement massacrés. L'Olonnais se rendit ensuite à Gibraltar, de l'autre côté du lac Maracaibo. Là, la garnison utilisa bien ses huit canons et opposa une forte résistance. Environ 70 des boucaniers furent tués ou blessés. Finalement, la garnison capitula, avec 200 morts et 150 prisonniers. D'autres butins furent récoltés et d'autres horreurs s'abattirent sur la population locale pendant quatre semaines. L'Olonnais, comme le voulait la stratégie habituelle des boucaniers, menaça de réduire la colonie en cendres si une rançon n'était pas versée. Les habitants versèrent 10 000 pesos d'argent (en pièces de huit).

COMME LA PLUPART DES MÉCHANTS, L'OLONnAIS eut le châtiment qu'il méritait, ET DANS SON CAS, ELLE SEMBLE ÉTRANGEMENT APPROPRIÉE.

Ils s'en retournèrent ensuite à Maracaibo et extorquèrent une rançon encore plus importante aux autorités espagnoles sur place pour qu'elles puissent la récupérer sans dommages. Cette fois, les boucaniers obtinrent 30 000 pièces de huit. L'expédition fut un énorme succès, et L'Olonnais et son équipage retournèrent à Tortuga pour dépenser le plus rapidement possible leurs gains mal acquis en vin, femmes et jeux de hasard. Après trois semaines, l'argent fut dépensé et l'appel de la mer se fit à nouveau entendre.

Supprimer la pub

Advertisement

Le Honduras et la mort

Une autre grande expédition fut bien vite en préparation, cette fois pour attaquer la côte du Nicaragua. Rassemblant une force de 700 hommes dans six navires, L'Olonnais dirigea une fois de plus l'expédition pour piller les possessions espagnoles. Cette fois, les flibustiers eurent moins de chance et leur flotte fut immobilisée dans le golfe du Honduras. En 1668, les flibustiers attaquèrent la côte hondurienne, y compris le petit village de Puerto Caballos. Une fois de plus, la plupart des habitants fuirent à la vue des navires des boucaniers, mais ceux qui eurent la malchance d'être capturés furent torturés pour révéler l'emplacement des objets de valeur. Alexandre Exquemelin donne le récit suivant des méthodes de torture de L'Olonnais:

Lorsque L'Olonnais avait une victime sur le chevalet, si le malheureux ne répondait pas instantanément à ses questions, il le taillait en pièces avec son coutelas et léchait le sang de la lame avec sa langue, souhaitant que ce soit le dernier Espagnol au monde qu'il tuerait de cette façon.

(cité dans Rogozinski, 203)

François L'Olonais Cigarette Card
Carte de Cigarette: François l'Olonnais
Metropolitan Museum of Art (Copyright)

L'Olonnais ne put trouver aucun butin notable, même un navire espagnol capturé s'avéra avoir une cale vide. Un raid à l'intérieur des terres se solda par une embuscade tendue par les forces espagnoles et la capture de San Pedro, une minuscule colonie qui n'avait rien d'intéressant pour les flibustiers. L'entreprise fut un échec cuisant et de nombreux capitaines de L'Olonnais désertèrent l'expédition.

Comme la plupart des méchants, L'Olonnais eut le châtiment qu'il méritait, et dans son cas, elle semble étrangement appropriée. En se dirigeant vers l'isthme de Panama en 1668, il captura un galion espagnol, mais, peu habitué à ce type de navire lourd et peu maniable, son équipage en perdit le contrôle dans les eaux difficiles et fit échouer le navire sur la côte des moustiques du Nicaragua. L'Olonnais demandé à son équipage de commencer à construire des bateaux rudimentaires, mais lors d'une expédition de recherche de nourriture à l'intérieur des terres, il fut attaqué et vaincu par une force espagnole. L'Olonnais s'échappa pour naviguer le long de la côte, mais lors d'une autre expédition dans le golfe de Darién, il fut capturé par des cannibales. Parmi les captifs, L'Olonnais fut servi en dernier, pour ainsi dire. Il fut lentement découpé en morceaux jusqu'à ce qu'il ne meure, puis fut rôti. Les parties les plus importantes furent mangées, et ce qui restait fut réduit en cendres et dispersé au vent.

Supprimer la pub

Advertisement

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur d'articles historiques installé en Italie. Il s'intéresse plus particulièrement à la poterie, à l’architecture, aux mythologies du monde et à la découverte des idées partagées par toutes les civilisations. Il est titulaire d’un Master en philosophie politique et éditeur en chef de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2021, octobre 21). François L'Olonnais [François L'Olonais]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-20137/francois-lolonnais/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "François L'Olonnais." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le octobre 21, 2021. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-20137/francois-lolonnais/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "François L'Olonnais." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 21 oct. 2021. Web. 27 juin 2022.

Adhésion