Simon Forman

Définition

Anna Simms
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 14 septembre 2021
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
Simon Forman (by Unknown artist (after John Bulfinch), CC BY)
Simon Forman
Unknown artist (after John Bulfinch) (CC BY)

Simon Forman (1552-1611) était un médecin, astrologue, magicien et alchimiste élisabéthain qui vécut et travailla à Londres et dans le Wiltshire, en Angleterre. Il était inhabituel dans la mesure où, bien qu'il n'ait reçu aucune formation formelle en médecine ou en astrologie et qu'il ait été condamné à plusieurs reprises à des amendes et à des arrestations pour avoir pratiqué, il devint un médecin compétent et populaire, traitant les pauvres comme les riches.

Les carnets de notes de Forman révèlent les détails de ses milliers de clients, et son journal fournit un aperçu inestimable de l'époque ; il est notamment l'un des rares témoignages de première main sur les pièces de William Shakespeare et les épidémies de peste. Sa réputation fut ternie après sa mort, et ce n'est que récemment que ses réalisations ont été reconnues.

Supprimer la pub

Advertisement

Astrologie et médecine au XVIe siècle

L'astrologie était considérée comme un important domaine d'étude scientifique objective et faisait même partie de la formation des médecins.

Au XVIe siècle, plutôt que d'être considérée comme une superstition, l'astrologie était considérée comme un important domaine d'études scientifiques objectives et faisait même partie de la formation des médecins. L'astrologie et la médecine étaient inexplicablement liées, les almanachs astrologiques indiquant les jours les plus favorables pour les opérations, les saignées et les purges, et indiquant comment chaque organe du corps était lié à un signe astrologique.

Presque toutes les cours d'Europe employaient des astrologues, et l'Angleterre ne faisait pas exception, chaque monarque Tudor ayant fait appel à eux à un titre ou à un autre. Par exemple, John Dee, peut-être le plus célèbre astrologue de l'époque, était au service d'Édouard VI d'Angleterre (r. de 1547 à 1553), puis de ses successeurs Marie Ier d'Angleterre (r. de 1553 à 1558) et Élisabeth Ire d'Angleterre (r. de 1558 à 1603). Les aristocrates employaient également des astrologues professionnels et souhaitaient souvent que des nativités (cartes de naissance astrologiques) soient établies pour leurs enfants. Cependant, tout le monde ne pouvait pas s'offrir les services d'un astrologue ou d'un médecin hautement qualifié, et c'est là que des hommes comme Simon Forman entraient en jeu.

Supprimer la pub

Advertisement

Origines et passion pour l'apprentissage

Né en 1552 dans le Wiltshire, en Angleterre, Simon Forman développa très tôt une passion pour l'apprentissage qui le pousserait à rechercher le savoir toute sa vie. À l'âge de huit ans, il fréquenta l'école locale et, bien qu'il ait trouvé l'orthographe difficile au début, il affirma qu'une correction de l'enseignant l'avait poussé à faire plus d'efforts et à devenir un meilleur élève. Il affirma être le préféré de son père, mais il avait une relation tendue avec sa mère, et lorsque son père mourut, au grand dam de Forman, elle le retira de l'école (à 11 ans) et le força à s'occuper des moutons et à labourer les champs. Cependant, à l'âge de 14 ans, il en finit avec la corvée du travail manuel et devint l'apprenti de Matthew Commin, un homme aux multiples occupations : bonnetier, marchand de tissus, vendeur d'épicerie et de médicaments apothicaires.

Zodiac Man
Homme zodiacal
Petrus Slovacius (CC BY)

Forman conclut un accord inhabituel avec Commin : plutôt que d'être lié à l'apprentissage pendant les sept années habituelles, il resterait pendant dix ans, à condition d'être autorisé à fréquenter l'école secondaire pendant les trois premières années. Cependant, cet accord ne semble pas avoir été respecté, et ses précieux livres furent confisqués. Heureusement, un garçon du lycée du coin commença à être pensionnaire dans sa chambre et transmit au jeune enthousiaste qu'était Forman les connaissances qu'il avait acquises chaque jour. L'apprentissage se termina brusquement en 1572 après un désaccord avec la femme de son maître qui le punit physiquement de façon injuste. Bien qu'il ait alors 20 ans, il retourna à l'école.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Comme on pouvait s'y attendre, étant donné son âge et ses anciens ressentiments, sa mère refusa de le soutenir pendant son retour à l'éducation, et il fut contraint de travailler pour survivre - il devint maître d'école en charge de 30 garçons. Au bout de six mois, avec deux étudiants d'Oxford comme bienfaiteurs, lui et un ami se rendirent à Oxford et fréquentèrent le Magdalen College en tant que "pauvres universitaires". Cependant, cette aventure ne se résuma guère plus qu'à être les domestiques des deux jeunes hommes qui avaient choisi de chasser et de socialiser plutôt que d'étudier. Les rêves de Forman de poursuivre ses études étant une fois de plus anéantis, il retourna enseigner dans sa ville natale en 1574. À ce moment-là, il avait commencé à s'intéresser à l'astrologie, à la médecine et à la magie et, bien qu'il souhaitât par-dessus tout être un érudit, il arriva à la conclusion qu'être astrologue serait la meilleure chose à faire après.

Du praticien au prisonnier

Estcourt fit arrêter Forman pour avoir pratiqué sans licence et l'emprisonna pendant plus d'un an.

En 1579, après des années d'études mais sans formation formelle, Forman commença à pratiquer l'astrologie et la médecine, effectuant une saignée sur son premier patient, John Waller. Par la suite, ses services devinrent populaires et il se fit peu à peu un nom et accumula des revenus. Malheureusement, cette popularité commença à attirer l'attention de l'homme qui deviendrait pendant de nombreuses années son grand adversaire : Giles Estcourt, un avocat local et juge de paix. Estcourt fit arrêter Forman pour avoir exercé sans licence et l'emprisonna pendant plus d'un an. Pendant cette période, tous ses livres auxquels il tenait tant furent volés. Après être sorti de prison, pauvre et de nouveau à la case départ, il décida de se rendre à Londres.

Peu de temps après son arrivée à Londres, en 1580, il saisit l'occasion de voyager dans les Pays-Bas pendant environ un mois où il acquit de nouvelles connaissances en astrologie. Après être rentré chez lui dans le Wiltshire, il passa un an à soigner des malades et des boiteux et dans une entrée de son journal particulièrement explicite, il évoque le traitement d'un homme souffrant d'écrouelles (ou scrofule, une infection tuberculeuse des ganglions lymphatiques du cou, connue à l'époque sous le nom de "la maladie royale") où il prétendait avoir retiré 86 vers de 24 trous dans le cou de l'homme.

Supprimer la pub

Advertisement

Scrofula on the Neck of a Boy
Scrofule sur le cou d'un garçon
National Institutes of Health (Public Domain)

1582 marqua un nouveau chapitre dans sa vie, puisqu'à l'âge de 29 ans, il eut son premier rapport sexuel avec une femme, et son journal, qui commençait l'année précédente, était jonché de détails sur ses fréquentes aventures amoureuses avec diverses femmes, mariées ou non, clientes ou connaissances.

Au cours des cinq années suivantes, Forman continua à étudier et à pratiquer l'astrologie, la médecine et la magie, se faisant au passage de nombreux amis et ennemis. En 1587, il fut à nouveau emprisonné pour pratique illégale de la médecine et perdit, une fois de plus, tous ses précieux livres. Sans se décourager, il sortit de prison, prêt à poursuivre ses études, et alors que le pays était préoccupé par la menace d'une invasion espagnole, en 1590, Forman étendit son éducation magique à la nécromancie, en essayant d'appeler les anges et les esprits.

La fin du XVIe siècle fut marquée par des événements que l'on croyait être des signes du mécontentement de Dieu envers l'humanité : la supernova de 1572, la grande comète de 1577, un tremblement de terre en 1580, la tentative d'invasion de l'Armada espagnole en 1588, la famine pendant les années 1590, et enfin la peste qui ravagea l'Angleterre en 1592-1593. C'est au cours de ces années de peste que Forman améliora considérablement sa réputation en se guérissant lui-même de la peste, en piquant et en pansant ses plaies et en buvant l'"eau forte" qu'il avait distillée, et aussi en restant sur place pour soigner les autres alors que la majorité des médecins agréés avaient fui la ville.

Supprimer la pub

Advertisement

Le collège des médecins

Au cours des quatre années suivantes, Forman continua à voir des patients malgré les amendes et les emprisonnements répétés du collège des médecins pour avoir exercé sans licence médicale. Il ne restait cependant jamais longtemps en prison et éatit, à ce stade de sa vie, en mesure de profiter du système de pots-de-vin qui fonctionnait dans les prisons, ce qui signifie que les brefs moments qu'il passa en prison n'étaient pas les condamnations à mort que beaucoup avaient reçu. En 1597, il était si bien établi auprès de personnages importants, tels que Robert Cecil (chef du Conseil privé), que la dernière tentative pour le faire arrêter échoua.

Les années suivantes de sa vie furent incroyablement fructueuses. Après avoir consulté les étoiles pendant des années pour trouver le bon parti, il se maria enfin en 1599, à 47 ans, avec Jean Baker, âgée de 17 ans. Malgré ce nouveau statut, la vie de couple ne l'empêcha jamais de poursuivre des relations avec diverses autres femmes. En 1600, il n'hésitait pas à étaler l'argent qu'il gagnait, et il écrivit que 1601 fut l'année de son épanouissement. Il acheta des vêtements, des bijoux et, pour confirmer sa position, il se fit tirer le portrait.

Simon Forman
Simon Forman
Richard Godfrey (CC BY)

Il continua à traiter toutes sortes de maladies pour les jeunes et les moins jeunes, y compris les maux de tête, les douleurs d'estomac, les fièvres, les masses cancéreuses, les problèmes de menstruation et de grossesse. Forman commença à rassembler de nombreux clients riches et puissants, comme George Talbot, le comte de Shrewsbury, gendre de Bess of Hardwick - l'une des femmes les plus riches d'Angleterre. Cependant, la plupart de ses clients continuaient d'appartenir aux classes inférieures, et il traitait souvent les pauvres gratuitement. Lorsque le collège des médecins lui adressa une dernière convocation, il refusa tout simplement de s'y rendre.

Supprimer la pub

Advertisement

En dehors de ses compétences médicales, ses services d'astrologue étaient également très demandés. Par exemple, les clients faisaient souvent appel à lui pour découvrir des objets volés, et les femmes de marins le consultaient pour savoir quand ou si leurs maris allaient revenir. L'Angleterre élisabéthaine était également obsédée par les trésors enfouis, et il recevait de nombreuses demandes pour utiliser ses compétences astrologiques afin de déterminer si des bijoux seraient découverts dans les jardins des clients ou sous les planchers.

Fin et commencement

1603 fut une année importante pour Forman. Alors que la plupart des gens s'en souviennent comme de l'année de la mort de la reine Elisabeth Ire, qui laissa le roi Jacques VI d'Écosse régner sur l'Angleterre (r. de 1603 à 1625), Forman vit son rêve se réaliser - après 20 ans d'exercice illégal de la médecine, il reçut une licence de l'université de Cambridge qui lui permit de pratiquer officiellement, ce qui n'empêcha pas le collège des médecins de tenter de le convoquer pendant les quatre années suivantes.

La peste revint également en 1603, et comme lors de la décennie précédente, Forman resta dans sa ville pour soigner les victimes. Bien qu'il soit sorti indemne de la peste, son fils illégitime Joshua, âgé de 18 ans, qui vivait avec lui depuis la mort de sa mère deux ans auparavant, succomba rapidement. Un autre chagrin d'amour s'ensuivit lorsque sa femme finit par concevoir et donner naissance en 1604 à son premier enfant, Dorothy, qui mourut à l'âge de six mois. Cependant, un fils, Clemmonte, vit le jour en 1606. Il devint fort, jouissait de bonne santé et semblait destiné à suivre les traces de son père, puisque Forman écrivit fièrement qu'il savait lire à l'âge de cinq ans.

17th-century Depiction of Plague Doctor
Représentation d'un docteur de la peste du XVIIe siècle
Paul Fürst (Public Domain)

Au cours des dernières années de sa vie, il continua à traiter les patients avec diligence et à travailler fièrement à son jardin. Il mourut le 1er septembre 1611, le jour exact qu'il avait prédit une semaine auparavant, alors qu'il était apparemment en excellente santé à ce moment-là.

L'héritage de Forman

À la fin de sa vie, Simon Forman avait, contre toute attente, réalisé presque tout ce qu'il avait entrepris dans sa jeunesse : il s'était établi en tant que médecin et astrologue respecté et populaire, il avait une carrière formidable qui l'avait rendu raisonnablement riche, il avait une belle maison, une femme et un fils, et pouvait se considérer un vrai gentleman. C'est ainsi que l'on aurait dû se souvenir de lui, mais, en raison de son implication avec un client particulier, sa réputation positive bien méritée ne résista pas à l'épreuve du temps.

Dans les années qui suivirent sa mort, son nom commença à être impliqué, de manière apparemment injuste, dans le procès du meurtre du poète Thomas Overbury en 1613. L'ancienne cliente de Forman, Frances Howard, la comtesse d'Essex, épouse de Robert Deveraux, avait été reconnue coupable du meurtre d'Overbury qui s'était opposé à son éloignement de son mari. Au cours du procès, de nombreux objets étranges trouvés dans la maison de Forman furent présentés comme un moyen de l'impliquer comme pratiquant la magie noire et de suggérer que son implication avec Francis avait été sinistre et ayant contribué au meurtre. Lorsque les objets, qui comprenaient une poupée de cire et un morceau de parchemin avec de la peau, furent présentés, un fort craquement aurait résonné dans les chevrons. Cet incident, qui se produisit deux ans après sa mort, permit de comprendre la carrière de Forman en tant que fabricant de faux horoscopes et charlatan médical.

Plus récemment, cependant, après avoir été décrit comme un imposteur pendant 400 ans, ses contributions à la médecine et à sa communauté commencèrent à être reconnues. Alors qu'il avait manifestement une haute opinion de lui-même et que sa séduction des femmes est moralement discutable, ses notes de cas et son autobiographie le présentent comme un médecin véritablement attentionné dont les patients n'avaient jamais été un simple revenu et démontrent que même ceux qui étaient nés dans les plus mauvaises conditions pouvaient s'élever avec de l'éducation, un peu de chance et beaucoup d'obstination.

Supprimer la pub

Publicité

Bibliographie

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Anna Simms
Anna divides her time between teaching and studying, and is currently working towards an MSt in Historical Studies at the University of Oxford. She is particularly interested in belief, superstition and ideas in England during the 16th Century.

Citer cette ressource

Style APA

Simms, A. (2021, septembre 14). Simon Forman [Simon Forman]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-20076/simon-forman/

Style Chicago

Simms, Anna. "Simon Forman." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le septembre 14, 2021. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-20076/simon-forman/.

Style MLA

Simms, Anna. "Simon Forman." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 14 sept. 2021. Web. 26 sept. 2022.

Adhésion