Tartare

Définition

Kelly Macquire
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 07 janvier 2021
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, Turc, espagnol
Sisyphus, Ixion and Tantalus (by Dan Diffendale, CC BY-NC-SA)
Sisyphe, Ixion et Tantale
Dan Diffendale (CC BY-NC-SA)

Dans la mythologie grecque, le Tartare était le point le plus bas de l'univers, en dessous des enfers mais séparé d'eux. Dans la Théogonie d'Hésiode, Tartare est surtout connu comme l'un des premiers êtres à exister dans l'univers et aussi comme le lieu de sépulture des monstres, les Titans, et dans les mythes ultérieurs, des mortels ayant commis des péchés impardonnables. Les punitions infligées à chaque mortel étaient différentes et dépendaient du crime qu'ils avaient commis. Bien que, en tant que divinité, il soit le père de Typhon, Tartare n'est pas représenté autrement que comme un abîme sombre utilisé comme prison, c'est pourquoi il n'y a pas beaucoup de mythes ou d'histoires du dieu primordial.

Origines dans la Théogonie d'Hésiode

Hésiode décrit le Tartare comme un vaste gouffre, à la fois lugubre et humide, et un lieu de décomposition. C'était la région la plus basse de l'univers, une entité distincte sous Hadès.

Au début de l'univers, il y avait le Chaos, qui signifiait quelque chose comme "abîme" et n'avait pas les mêmes connotations de confusion ou de désordre que maintenant. Le Chaos était personnifié comme une divinité féminine primordiale et fut suivie de près par trois autres entités émergeant indépendamment du Chaos : Gaia (la Terre), Éros (le Désir), et l'obscurité brumeuse du Tartare. Le " Tartare brumeux ", tel que décrit par Hésiode (vers 700 av. J.-C.) était " aussi loin sous la terre que le ciel l'est de la terre " (722-25). Hésiode décrit le Tartare comme un vaste gouffre, à la fois lugubre et humide et un lieu de décomposition. C'était la région la plus basse de l'univers, une entité distincte sous Hadès. Lorsque Zeus et les Olympiens renversèrent Cronos et les autres Titans pour se saisir de la suprématie sur la terre, les Titans furent enterrés non pas dans Hadès, qui était le lieu de repos final des âmes mortelles, mais carrément dans le Tartare, la région la plus basse de l'univers, qui servait de lieu d'accueil aux monstres et aux dieux bannis.

Supprimer la pub

Advertisement

Tartare et Gaia eurent un enfant, Typhon. Typhon était un monstre géant avec 100 têtes de serpent et des yeux pleins de feu. De chaque tête sortaient des sons différents et indescriptibles de lions, de meutes de chiens, de taureaux mugissants et de serpents sifflants. Les poteries représentant Typhon le montrent avec des ailes, et il était incroyablement puissant. Selon Apollodore, Tartare et Gaia étaient aussi les parents d'Échidna, l'épouse de Typhon qui était mi-femme, mi-serpent. Ils étaient connus comme le père et la mère des monstres.

Zeus aiming his lighting bolt at Typhon
Zeus pointant son éclair sur Typhon
Bibi Saint-Pol (Public Domain)

Mentions ultérieures du Tartare

Selon Platon (428/7-348/7 av. J.-C.), dans son Gorgias, les âmes jugées impies et injustes par les juges des morts (Rhadamanthe, Éaque et Minos), seraient envoyées au Tartare et damnées pour l'éternité. Dans son Phédon, Platon affirme que tous les fleuves passent par le gouffre du Tartare, puis en ressortent à travers la terre.

Supprimer la pub

Advertisement

Virgile décrit une grande porte empêchant l'entrée ou la sortie du Tartare, gardée par l'Hydre à 50 têtes.

Dans son Énéide, Virgile (70-19 av. J.-C.) s'écarte de la description d'Hésiode selon laquelle la distance entre le Ciel, la Terre et le Tartare est égale, en notant que " l'abîme, le Tartare plonge tête baissée dans les ténèbres deux fois plus loin que notre regard ne monte vers l'Olympe qui s'élève vers le ciel " (6.670-2). Il décrit également le Tartare non pas comme brumeux ou lugubre, mais comme méchant. Virgile décrit une grande porte empêchant l'entrée ou la sortie du Tartare qui est gardée par l'Hydre à 50 têtes.

Les habitants du Tartare

Les habitants du Tartare étaient soumis à des châtiments à la hauteur de leurs crimes, tous sauf les premiers habitants du gouffre. Les Cyclopes borgnes et les Hécatonchires à 100 mains étaient les enfants de Gaïa et d'Uranus tout comme les Titans. Dès la naissance des monstres, Uranus les cacha dans les profondeurs du Tartare, ce qui fit d'eux les premiers prisonniers du Tartare. Après que Zeus et les Olympiens aient vaincu les Titans lors de la Titanomachie, beaucoup d'entre eux furent emprisonnés dans le Tartare avec leurs frères et sœurs, les Cyclopes et les Hécatonchires.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Sisyphus
Sisyphe
Bibi Saint-Pol (Public Domain)

Le roi lydien Tantale a trois versions différentes de son méfait qui lui valut une place dans le Tartare, mais c'est la plus populaire qui est la plus scandaleuse. Tantale voulait voir si les dieux savaient vraiment tout et il cuisina un ragoût fait de son propre fils Pélops pour voir s'ils allaient comprendre. Les dieux sentirent immédiatement que quelque chose n'allait pas, à l'exception de Déméter qui était encore bouleversée par la disparition de sa fille Perséphone et qui mangea un peu de ragoût avec dedans un morceau de l'épaule de Pélops. Tantale fut condamné souffrir de la faim et de la soif pour l'éternité. Tantale fut obligé de rester debout dans une mare d'eau de laquelle il ne pouvait pas boire et sous un arbre fruitier dont il ne pouvait jamais cueillir les fruits.

Sisyphe était le fondateur et le premier roi de Corinthe, et bien que son mythe ait fait l'objet de plusieurs versions différentes, souvent contradictoires, c'est sa punition dans le Tartare qui est restée certaine. Sisyphe trompa la mort non pas une fois, mais deux fois grâce à sa ruse. La troisième fois qu'il mourut et qu'il arriva dans le Tartare brumeux, Zeus intervint pour s'assurer qu'aucun autre mortel ne s'inspirerait de Sisyphe et de ses astuces pour esquiver la mort. Il fut maudit et dut faire rouler continuellement un énorme rocher jusqu'au sommet d'une colline pour la voir ensuite rouler tout en bas.

Ixion
Ixion
bgds (CC BY-SA)

Ixion lui fit la folle erreur d'essayer de séduire Héra, l'épouse du roi des dieux, Zeus. Bien qu'il ait été trompé en faisant l'amour avec un nuage au lieu d'Héra (créant ainsi la race des centaures), il fut maudit dans le Tartare et fut attaché à une roue de feu.

Supprimer la pub

Advertisement

Le gigantesque Tityos était le fils de Zeus et d'Élara et fut tué par Artémis et Apollon après avoir tenté de violer leur mère Léto, à la demande d'Héra. Lorsqu'il descendit au Tartare, il fut lié et étiré afin que son foie soit dévoré chaque jour par deux vautours, foie qui repoussait chaque nuit pour être dévoré à nouveau le lendemain.

Les Danaïdes étaient les 50 filles de Danaos et furent mariées aux 50 fils du frère de Danaos et roi mythique d'Égypte, Égyptos. Danaos ordonna à ses filles de tuer leurs maris, et toutes sauf une, Hypermnestre, commirent le crime. Lyncée, le seul fils survivant, finit par se venger et tuer Danaos, et les 49 Danaïdes furent condamnées à la tâche futile de porter des cruches d'eau pour remplir un bassin, mais chacune des cruches avait des trous. Le temps d'amener les cruches d'eau au bassin, elles étaient vides.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Kelly Macquire
Kelly is a graduate from Monash University who has completed her BA (Honours) in Ancient History and Archaeology, focussing on iconography and status in Pylos burials. She has a passion for mythology and the Aegean Bronze Age.

Citer cette ressource

Style APA

Macquire, K. (2021, janvier 07). Tartare [Tartarus]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19348/tartare/

Style Chicago

Macquire, Kelly. "Tartare." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le janvier 07, 2021. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19348/tartare/.

Style MLA

Macquire, Kelly. "Tartare." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 07 janv. 2021. Web. 02 oct. 2022.

Adhésion