La Colonisation Européenne des Amériques

Collecte de fonds pour traductions

Pour que les élèves et étudiants du monde entier puissent apprendre l'histoire gratuitement, nous devons publier notre travail dans de nombreuses langues. Faites un don aujourd'hui et aidez-nous à traduire afin que nous puissions avoir un réel impact à l'échelle mondiale. Merci d'avance !
$900 / $3000

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 19 octobre 2020
X

Texte original en Anglais : European Colonization of the Americas

Secoton Village by John White (by John White, CC BY-NC-SA)
Village de Secoton par John White
John White (CC BY-NC-SA)

La colonisation européenne des Amériques fut le processus par lequel les colons européens peuplèrent les régions du Nord, du Centre, du Sud de l'Amérique et des îles des Caraïbes. Il est également reconnu comme la cause directe du remplacement et de l'éradication des cultures des différentes populations autochtones de ces régions.

Le processus de colonisation se développa assez rapidement entre 1492 et 1620, avec d'autres arrivant en plus grand nombre entre 1620 et 1720, et d'autres encore plus tard jusqu'au début du XXe siècle. À mesure que de plus en plus d'Européens arrivaient, ils avaient besoin de plus de terres, forçant constamment les membres des Premières Nations (autrefois connus comme Amérindiens) dans des réserves alors que les nouveaux immigrés agrandissaient leurs colonies.

Supprimer la pub

Advertisement

La première communauté européenne en Amérique du Nord fut établie c. 980 - c. 1030 par le Viking nordique Leif Erikson (né c. 970 - c. 980) à Terre-Neuve, sur le site connu aujourd'hui sous le nom de L'Anse aux Meadows. Toutefois, cette colonie était temporaire et les Scandinaves rentrèrent au Groenland après un peu plus d'un an et ne motivèrent plus d'expéditions sur le site. Bien que des artefacts nordiques aient été trouvés le long de la côte est de l'Amérique du Nord — ce qui suggère d'autres explorations — cela n'établit pas la preuve d'une présence nordique généralisée dans les Amériques.

La colonisation européenne de la région est donc citée comme commençant par Christophe Colomb (l. 1451-1506) dont les voyages vers les Antilles, l'Amérique centrale et du Sud et d'autres îles des Caraïbes entre 1492-1504 introduisirent le soi-disant Nouveau Monde aux intérêts européens. Colomb ne cherchait pas à découvrir les Amériques, mais cherchait une nouvelle route maritime vers l'Asie après la fermeture des routes commerciales par voie terrestre (connue sous le nom de Route de la Soie) par l'Empire ottoman en 1453; événement qui déclencha la soi-disante Époque des Grandes Découvertes. Colomb, naviguant sous pavillon espagnol, ouvrit la voie aux colons espagnols et leur permit de s'installer dans la région qu'il avait explorée, ce qui conduira plus tard à la conquête espagnole de l'Amérique centrale et du Sud tout au long du XVIe siècle.

Supprimer la pub

Advertisement

La région du Brésil moderne fut revendiquée par le Portugal en 1500 par l'aristocrate et marin portugais Pedro Álvares Cabral (c. 1468 - c. 1520) tandis que certaines parties du Canada moderne furent revendiquées par la France après son exploration par le marin et explorateur florentin Giovanni da Verrazzano (l. 1485-1528, qui cartographia toute la côte est de l'Amérique du Nord) en 1524, ce qui conduisit à l'établissement de la colonie de la Nouvelle-France en 1534.

La République néerlandaise des Pays-Bas fonda la colonie de la Nouvelle Néerlande en Amérique du Nord (région actuelle des États du Connecticut, du Delaware, du New Jersey, de New York et des environs) en 1614, et la Suède établit sa propre colonie, la Nouvelle-Suède, dans une partie du Delaware moderne en 1638. D'autres pays comme la Russie, l'Allemagne et l'Écosse tentèrent également de s'établir dans le Nouveau Monde sans succès.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Parmi les plantes les plus importantes que les peuples autochtones firent connaître aux colons d'Amérique du Nord figurait le tabac.

La richesse acquise par l'Espagne de ses colonies et de l'esclavage et la vente des peuples indigènes incita l'Angleterre à établir sa propre présence dans le Nouveau Monde. Les deux premières colonies — la colonie de Popham et de Roanoke — échouèrent, mais la troisième, Jamestown, fondée en Virginie en 1607, fut couronnée de succès. La colonie de Plymouth suivit, fondée en 1620 dans le Massachusetts et, par la suite, les régions initiales sous contrôle européen dans les Amériques furent établies, malgré quelques conflits périodiques, jusqu'à la Guerre de la conquête (guerre contre l'alliance franco-indienne de 1754-1763) qui entraîna une réforme importante et le contrôle anglais de tout l'Est sur la côte des États - Unis d'aujourd'hui.

La colonisation est reconnue comme le déclenchement de l'échange colombien (alias le grand échange), terme moderne inventé en 1972 par l'historien Alfred W. Crosby, jr. de l'Université du Texas à Austin, qui fait référence à la transmission interculturelle d'animaux, de cultures, de maladies, de technologie, de valeurs culturelles et de populations humaines entre les Amériques, l'Afrique de l'Ouest et l'Europe.

Parmi les plantes les plus importantes que les peuples autochtones firent connaître aux colons d'Amérique du Nord figurait le tabac qui, parce qu'il exigeait beaucoup de main-d'œuvre et nécessitait des terres arables considérables pour sa culture, provoqua des hostilités entre les Européens et les indigènes à mesure que de plus en plus de terres étaient confisquées, provoqua la déforestation alors que les terres étaient défrichées pour permettre les cultures et provoqua également l'institutionnalisation de l'esclavage vers 1640, déjà établi par les Espagnols en Amérique centrale et en Amérique du Sud dans le cadre du système féodal encomienda du travail forcé.

Supprimer la pub

Advertisement

L'histoire de la conquête et de la colonisation des Amériques fut écrite plus tard par les vainqueurs, qui présentèrent les efforts déployés sous forme de noble tâche dans l'intérêt de l'exploration, de la civilisation et de la conversion des peuples autochtones au christianisme. À l'époque moderne, ce récit a été remis en question et des initiatives ont été proposées pour reconnaître les pertes culturelles et les violations des droits de l'homme des membres de Nations Premières et des Ouest-Africains par les colonisateurs européens, mais, jusqu'à présent, ces efforts n'ont rien de vraiment significatif.

Colomb, le Portugal et la conquête espagnole

Le commerce entre l'Europe et l'Asie existait depuis 130 av. JC, lorsque la dynastie des Han de Chine (202 av. JC - 220 ap. JC) ouvrit les routes connues à l'époque sous le nom de Route de la soie. Bien qu'il y ait eu de nombreuses querelles sur ces routes au fil du temps, et que différentes monarchies ou tribus en prirent régulièrement le contrôle total ou partiel, elles restèrent ouvertes, et les marchandises allaient et venaient le long de ces routes jusqu'à la chute de l'Empire byzantin aux mains des Ottomans en 1453; par la suite, l'Empire ottoman ferma la Route de la Soie vers l'Ouest.

Cependant, les Européens s'étaient habitués aux articles venus d'Asie, et commencèrent donc à chercher d'autres routes vers l'Est. Colomb croyait pouvoir trouver un nouveau passage en naviguant vers l'ouest et après avoir reçu des fonds pour son expédition de la part de Ferdinand II et Isabelle Ier d'Espagne, il partit pour son premier voyage en 1492. Colomb débarqua aux Bahamas, croyant que la première île qu'il revendiqua au nom de l'Espagne faisait partie d'une chaîne juste au large des côtes de la Chine. Ses trois prochains voyages comportèrent des efforts pour trouver un passage maritime qui mènerait à l'Asie, mais, après son premier voyage, l'Espagne s'intéressait tout autant à la colonisation et à l'exploitation du Nouveau Monde qu'à une nouvelle route vers l'Est.

Supprimer la pub

Advertisement

Portrait of a Man, Said to Be Christopher Columbus
Portrait d'un homme supposé être Christophe Colomb
Sebastiano del Piombo (Public Domain)

Colomb et son équipage effectuèrent le premier voyage à bord de trois navires; en 1493, il revint à la tête de 17 navires pleins de colons, de soldats, de prêtres et de grands molosses pour intimider les autochtones. Colomb, conformément à son accord avec Ferdinand et Isabelle, devint gouverneur de la nouvelle colonie et établit le système d'encomienda selon lequel les colons espagnols délimitaient une étendue considérable de terres et offraient aux autochtones une certaine protection, principalement contre eux-mêmes, en échange de main-d'œuvre.

En 1500, Cabral revendiqua la région du Brésil moderne, et une colonie y fut établie en 1530. Les Portugais n'avaient pas plus de respect pour les peuples autochtones de la région que Colomb n'en avait auparavant et presque instantanément les mirent en esclavage. Constatant que les gens n'avaient aucune immunité contre les maladies européennes et mouraient rapidement et qu'ils ne semblaient pas être en mesure de supporter un travail manuel dur, ils importèrent des esclaves d'Afrique de l'Ouest. À cette époque (vers 1540), entre les efforts de Colomb et ceux de Cabral, on estime que 90 % de la population indigène mourut.

Colomb avait promis à Ferdinand et à Isabelle une fortune en or venue du Nouveau Monde, fortune qu'il n'avait pas livrée et donc d'autres furent envoyés pour la trouver. Hernán Cortés (l. 1485-1547) figure parmi les personnages les plus tristement célèbres d'entre tous, conquérant l'Empire aztèque du Mexique entre 1519-1521 et envoyant son commandant Pedro de Alvarado (vers 1485-1541) pour soumettre les Mayas au nord en 1523; mission que le précédent conquistador Cordoba n'avait pas réussi à accomplir et qui ne serait pas terminée avant 1697 lorsque le conquistador Martín de Ursúa (l. 1653-1715) réprima les derniers efforts de la résistance maya.

Supprimer la pub

Advertisement

Cortés & the Siege of Tenochtitlan
Cortés et le siège de Tenochtitlan
Unknown Artist (Public Domain)

À cette époque, les cultures maya du Yucatec et du Quiché (ou K'iche') avaient été détruites ou chassées. Les livres et les icônes des Mayas du Yucatán, au Mexique, furent brûlés par l'évêque Diego de Landa à Mani en 1562, et le livre sacré du Quiché, le Popol Vuh, écrit vers 1554-1558, indique d'emblée qu'il fut écrit en secret pour préserver ce qui avait déjà été perdu aux mains des conquérants espagnols.

La conquête se poursuivit ailleurs et dans toutes les directions, dans le cadre de la quête de l'or européenne, qui finit par établir les revendications espagnoles des régions actuelles du sud-ouest des États-Unis en passant par l'Amérique centrale et l'Amérique du Sud. Dans la région du Venezuela moderne, Francisco Pizarro (env. 1476-1541), conquit les Incas en 1532 et leur dernier acte de résistance fut écrasé en 1572. Une fois les autochtones tués, vendus en esclavage ou éloignés d'une manière ou d'une autre, les colons espagnols prirent possession de leurs terres.

France et Pays-Bas

Cartier appela le nouveau territoire Canada d'un mot iroquois (Kanata) signifiant «village».

La colonie de la Nouvelle-France fut fondée au Canada moderne par l'explorateur français Jacques Cartier (l. 1491-1557) en 1534. La France revendiqua également des terres dans les régions modernes de l'Amérique du Sud, des Caraïbes, de l'État de Louisiane et d'ailleurs. La mission de Cartier, comme Colomb, était de naviguer dans un passage maritime vers l'Asie et de retourner en France avec de l'or.

Lors de son premier voyage, lui et son équipage enlevèrent deux des fils d'un chef iroquois, Donnacona. Il revint en 1535 avec trois navires, les deux fils (dont le père avait autorisé le départ en échange de diverses marchandises), et des plans de colonisation qui furent pleinement mis en œuvre lors de son troisième voyage en 1541. Il appela le nouveau territoire Canada d'un mot iroquois (Kanata) signifiant «village».

Il était sûr, d'après ce qu'il pensait que Donnacona avait dit, que le Canada était une terre regorgeant d'or, et le rapport qu'il en fit aux autorités françaises (il kidnappa même Donnacona pour qu'il puisse le dire en personne) assura l'arrivée de plus de colons et de spéculateurs dans la région après 1542. Les Français n'étaient pas intéressés à asservir les indigènes car ils avaient déjà appris à ce moment-là qu'ils ne faisaient pas de bons esclaves et trouvaient plus rentable que les autochtones travaillent pour eux et leur fournissent des fourrures animales et d'autres biens destinés à être vendus en Europe.

Map of New France, 1612 CE
Carte de la Nouvelle-France, 1612
Samuel de Champlain (Public Domain)

Les Néerlandais revendiquèrent également certaines parties du Bas-Canada, ainsi que la région moderne de la vallée du fleuve Hudson, dans l'État de New York, grâce aux efforts de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales qui, comme les autres, cherchait une route vers l'Asie (cette route insaisissable, jamais trouvée parce qu'elle n'existait pas, devint connue sous le nom de passage du Nord-Ouest) et colonisèrent l'Amérique du Nord en cours de route. L'explorateur Henry Hudson (Hendrick Hudson, l. vers 1565-1611) cartographia et revendiqua les régions au nom de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales en 1609, et des colonies furent établies en 1614 avec New Amsterdam (Manhattan) ajoutée en 1624.

Premières Colonies anglaises

L'Angleterre, impressionnée par la richesse que l'Espagne avait pu acquérir du Nouveau Monde, envisagea d'y établir ses propres colonies, mais, d'abord, elle trouva plus facile de faire en sorte que des corsaires (pirates parrainés par l'État) arrêtent les navires espagnols revenant des Amériques et saisissent leur cargaison, parmi eux Sir Francis Drake (l. vers 1540- 1596), connu par les Espagnols sous le nom de «le Dragon» à cause de la férocité de ses attaques contre les colonies de Panama et les frappes continues contre leurs navires.

Francis Drake Portrait, Buckland Abbey
Portrait de Francis Drake, Abbaye de Buckland
Marcus Gheeraerts the Younger (Public Domain)

Les Anglais comprirent vite cependant qu'il serait plus efficace de lancer des navires contre les Espagnols depuis les côtes des Amériques que depuis les leurs. Ainsi, la reine Élisabeth Ire d'Angleterre (r. 1558-1603), qui avait financé les missions de Drake, confia à son ami et confidant Sir Walter Raleigh (l. c. 1552- 1618) la tâche d'envoyer une expédition pour revendiquer des terres dans les Amériques qui n'étaient pas encore la propriété d'une nation européenne.

Raleigh plaça les capitaines Philip Amadas et Arthur Barlowe en charge de deux navires et les envoya en 1584 (connue sous le nom d'expédition Amadas-Barlowe) pour trouver un endroit convenable. Ils revinrent plus tard cette année-là et firent leur rapport à Raleigh qui à son tour informa Élisabeth qu'ils avaient trouvé une terre abondante, remplie d'indigènes amicaux, qu'il décida d'appeler Virginie en l'honneur d'ÉliSabeth, la reine vierge.

La première colonie fut établie en 1585 sur l'île de Roanoke, parce que les navires ne purent atteindre le continent à cause d'une tempête, et ce sous la direction de Ralph Lane (décédé en 1603). Les autochtones étaient d'abord amicaux, mais quand les vivres des colons vinrent à manquer et que les indigènes en eurent assez de les aider gracieusement, Lane attaqua et tua leur chef. Par la suite, ayant peu de nourriture et étant bien moins nombreux que les autochtones, les colons acceptèrent de retourner chez eux avec Francis Drake qui passait par là après avoir effectué un autre raid sur les Espagnols.

Une deuxième expédition fut envoyée en 1587 sous la direction d'un certain John White qui amena sa famille avec 117 colons, pour la plupart des familles à qui on avait promis des terres. Comme auparavant, les colons commencèrent à manquer de nourriture, mais cette fois les peuples autochtones n'étaient pas si amicaux, et aucune aide ne fut offerte. White retourna en Angleterre pour se procurer des vivres et, en raison du mauvais temps et d'autres retards, ne revint qu'en 1590, quand il trouva tous les colons partis, donnant à Roanoke l'épithète de «la colonie perdue».

Arrival of the Roanoke Island Colonists
Arrivée des colons sur l'île de Roanoke.
John White (Public Domain)

L'une des causes du retard qui empêcha White de revenir plus tôt était la menace des navires espagnols qui avaient reçu l'ordre de mettre fin aux corsaires anglais comme Drake. Décidant de frapper à la source du problème, l'Espagne rassembla toute son armada — 132 navires transportant 17 000 soldats et 7 000 marins — afin d'envahir l'Angleterre en 1588. Ils furent accueillis par Drake et d'autres qui envoyèrent des navires en flamme au milieu des leurs, tirèrent sur leurs bateaux, mais aussi par une tempête soudaine qui brisa leur formation; seule la moitié de la flotte réussit à retourner en Espagne.

Élisabeth Ire mourut en 1603, et le trône passa à Jacques VI d'Écosse qui devint Jacques Ier d'Angleterre (r. 1603-1625). Avec l'élimination de la menace espagnole, de nouveaux plans furent lancés pour coloniser le Nouveau Monde et deux expéditions partirent en 1606; l'une financée par la London Company (également connue sous le nom de Virginia Company) et l'autre par la Plymouth Company, qui reçurent toutes deux des chartes du roi Jacques Ier pour établir des colonies dans des régions distinctes de l'Amérique du Nord. L'expédition de la Plymouth Company fonda la colonie de Popham dans la région du Maine moderne en 1607, mais elle échoua après un peu plus d'un an. La colonie de la Virginia Company devint Jamestown, également fondée en 1607, qui après maintes difficultés devint la première colonie anglaise permanente en Amérique du Nord.

Conclusion

La colonie de Jamestown survécut difficilement les premières années, perdant 80 % de sa population en seulement quelques mois, principalement parce que ceux qui composaient l'expédition étaient soit des aristocrates de la classe supérieure qui refusaient de travailler pour manger, soit des ouvriers de la classe inférieure qui n'avaient aucune compétence en agriculture. La colonie fut sauvée d'abord par le capitaine John Smith (l. 1580-1631), soldat, marin et aventurier qui prononça la fameuse phrase «celui qui ne travaille pas, ne mangera pas» et réussit à organiser les survivants pour qu'ils apprennent à se débrouiller tout en établissant des relations cordiales avec les autochtones de la tribu Powhatan, sans l'aide de laquelle les colons seraient tous morts de faim.

Smith retourna en Angleterre en 1609, et la colonie souffrit de son absence, subissant ce qu'on appelle l'Ère de la Faim au cours de laquelle ils eurent recours au cannibalisme. Un navire, le Sea Venture, était en route pour leur apporter de l'aide lorsqu'il fut dévié de sa course par la tempête et finalement détruit aux Bermudes en 1609. Sans aide et sans ravitaillement, les colons allaient abandonner la colonie et retourner en Angleterre quand, en 1610, les navires arrivèrent avec des vivres et trois hommes qui allaient changer le destin de la colonie : John Rolfe (l. 1585-1622, qui épousera plus tard la célèbre Pocahontas, l. c. 1596-1617), sir Thomas Gates (c. 1585-1622, futur gouverneur) et Thomas West, lord De La Warr (l. 1577-1618).

De La Warr empêcha les colons désespérés de partir et organisa la colonie tandis que Gates lui s'occupa de l'administration quotidienne et Rolfe introduisit un nouveau mélange de graines de tabac qui selon lui pousserait à merveille dans le sol virginien et serait populaire en Europe. Rolfe avait raison, et la culture du tabac non seulement sauva la colonie, mais encouragea d'autres restés en Angleterre à venir dans le Nouveau Monde. Malheureusement, la culture nécessitait aussi de vastes terres cultivables pour avoir un profit maximum et, par la suite, Sir Thomas Dale (c. 1560- 1619), organisa l'expulsion de la tribu Powhatan. Au début, l'endenture fournit le travail nécessaire à la récolte, mais, lorsque cela s'avéra problématique, elle fut finalement remplacée par l'esclavage institutionnalisé.

En 1619, la Chambre des Bourgeois de Virginie fut convoquée pour la première fois, la première assemblée des Anglais d'Amérique du Nord à se réunir et à établir des lois. Cet événement est traditionnellement reconnu comme la première expression de la démocratie dans le Nouveau Monde, même s'il est devenu évident aujourd'hui que les tribus des Premières Nations pratiquaient une forme démocratique de gouvernement depuis des siècles avant cette date.

Le succès de Jamestown favorisa la fondation de la colonie de Plymouth en 1620 par les séparatistes puritains sous Edward Winslow (l. 1595-1655) et William Bradford (l. 1590-1657) qui se définissaient des pèlerins à la recherche d'une terre sainte où ils pourraient prier librement. Jamestown finira par être abandonnée et oubliée, mais la colonie de Plymouth, bien qu'elle ne durerait que jusqu'en 1691, vivra dans l'imagination nationale, inspirant les images de pèlerins reconnaissants et d'autotchtones secourables comme mythe fondamental de ce qui deviendrait les États-Unis d'Amérique.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Joshua J. Mark
Écrivain indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2020, octobre 19). La Colonisation Européenne des Amériques [European Colonization of the Americas]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19230/la-colonisation-europeenne-des-ameriques/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "La Colonisation Européenne des Amériques." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le octobre 19, 2020. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19230/la-colonisation-europeenne-des-ameriques/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "La Colonisation Européenne des Amériques." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 19 oct. 2020. Web. 27 nov. 2021.

Adhésion