Céide Fields

Définition

Jenny Snook
de , traduit par Caroline Martin
publié le 09 octobre 2020
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
Ceide Fields Visitor's Centre (by Il Turista Informato, CC BY-NC)
Visitor Centre des Céide Fields
Il Turista Informato (CC BY-NC)

Les Céide Fields, près de Ballycastle dans le comté de Mayo, sur la côte ouest de l'Irlande, sont reconnus comme l'un des plus anciens et des plus grands sites agricoles de l'âge de pierre au monde, datant d'environ 3700 av. JC. Les murs qui ont été découverts jusqu'à présent reposent sous une tourbière de couverture croissante couvrant environ 12,9 km², et la taille exacte du site est encore indéterminée. Les champs recouvrent les vestiges de centaines de fermes de l'âge de pierre, reconnaissables aux ensembles de murs parallèles, certains atteignant plus de 1,6 km de long. Ces longs murs sont divisés en parcelles rectangulaires, marquant les communautés agricoles. Bien que les champs aient été découverts dans les années 1930, ce n'est que dans les années 1970 que les fouilles ont commencé. Aujourd'hui, les vestiges de la plupart des murs sont encore sous terre, cachés sous la tourbe, ce qui rend les fouilles difficiles.

Introduction de l'agriculture

C'est vers 7000 av. JC, au cours de la période mésolithique, que les premiers colons arrivèrent en Irlande. Alors que la période mésolithique s'étend de 7500 à 4500 av. JC, la période néolithique est caractérisée par des changements majeurs dans le développement humain. Vers 3700 av. JC, la chasse en Irlande fut remplacée par l'agriculture. Les colonies pouvaient désormais s'installer de façon permanente et former des communautés agricoles. Certains animaux comme les ours et les cochons sauvages étaient présents en Irlande au Mésolithique, mais comme il n'y avait pas de moutons ni de bovins, ils durent être transportés en Irlande par bateau. Il existe deux théories communes sur l'origine de ces animaux.

Supprimer la pub

Advertisement

LA GRANDE TAILLE DES PARCELLES ET DES MURS DE PIERRE QUI LES ENTOURENT SUGGÈRE QUE LES CÉIDE FIELDS ÉTAIENT PRINCIPALEMENT UTILISÉS POUR L'ÉLEVAGE.

Tout d'abord, ces agriculteurs pourraient avoir été des immigrants, qui se déplacèrent d'Europe vers la Grande-Bretagne puis vers l'Irlande, apportant avec eux des animaux et des semences comme le blé et l'orge par bateau. Il pouvait également s'agir de commerçants ou de pêcheurs irlandais qui voyagèrent à l'étranger au cours de la période mésolithique, observant des pratiques agricoles étrangères et ramenant des produits végétaux et des animaux avec eux. Les bovins furent importés en Irlande en grand nombre et ils auraient constitué le stock reproducteur d'origine des millions de bovins que l'on trouve aujourd'hui dans le pays.

Découverte et fouilles

C'est grâce à l'intérêt de l'instituteur local, Patrick Caulfield, que les murs furent découverts dans les années 1930, près de Ballycastle, Co. Mayo. Il remarqua un gros morceau de pin dans la tourbière familiale qui ne semblait pas à sa place et il en parla à certains de ses voisins qui se demandaient pourquoi ils avaient heurté une surface dure alors qu'ils étaient en train de couper de la tourbe. Après avoir mieux regardé, il découvrit les traces d'un mur qui s'étendait en longues lignes sous la tourbière. Écrivant à Adolf Marr, directeur du National Museum of Ireland, Patrick décrit les vestiges comme suit:

Supprimer la pub

Advertisement

Semblables à ceux que l'on trouve dans tout le pays et qui s'apparentent à des cercles de pierres, d'anciennes tombes, des forts et ce que je pense avoir été d'anciens chemins ou des défenses sous la tourbière. (The Man Who Found Ceide) [L'homme qui a trouvé Céide]

Les membres du National Museum n'étaient pas disposés à traverser le pays pour voir le site, surtout pendant l'état d'urgence de la Seconde Guerre mondiale où le rationnement de l'essence était un problème. C'est grâce au travail de Seamus, le fils de Patrick, que des fouilles furent finalement lancées en 1969. Il détecta et cartographia les murs avec l'aide de certains de ses étudiants. Pour ce faire, il inséra de longues perches en fer dans la tourbière afin de localiser toute surface dure. Des tiges de bambou étaient ensuite placées dans le sol et laissées là pour marquer l'un de ces points, peut-être un mur ou un arbre. Un modèle de murs longs et croisés commença à apparaître.

Communauté agricole des Céide Fields

La grande taille des parcelles et les murs de pierre qui les entourent suggèrent qu'elles étaient principalement utilisées pour l'élevage. Des ossements de bovins furent également découverts, indiquant des troupeaux d'environ 50 têtes, qui paissaient sur des parcelles d'environ 12 hectares. La plupart des restes de bétail néolithique découverts aux Céide Fields et dans toute l'Irlande indiquent que les bovins étaient abattus lorsqu'ils atteignaient l'âge de 3 ou 4 ans. Cela indique qu'ils étaient élevés principalement pour la viande, plutôt que pour les produits laitiers.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Il existe des preuves que des céréales étaient cultivées dans certains de ces champs, souvent avec du fumier de vache comme engrais. Des marques de charrue furent notées, et les artefacts découverts lors des fouilles comprennent deux pointes d'araires en pierre, cassées (la forme la plus ancienne de la charrue). On trouva également une meule mobile utilisée pour moudre le grain en frottant une pierre lisse d'avant en arrière sur une pierre plus grande.

Ceide Fields Walls
Murs des Céide Fields
Chris Brooks (CC BY-ND)

Bien que les murs ne soient pas de nature défensive, cela ne signifie pas nécessairement que les habitants des Céide Fields vivaient dans un environnement paisible. Cela pourrait simplement signifier que les murs défensifs n'ont pas encore été trouvés. C'est l'un des mystères que des fouilles supplémentaires pourraient résoudre. Des murs plus grands et plus épais ou des fondations de tours pourraient indiquer qu'une protection était nécessaire, mais ils pourraient être cachés sous terre à des kilomètres de distance.

Les habitants semblent avoir vécu dans des fermes familiales comprenant des champs, des habitations et des tombes. On pense que les maisons étaient généralement rondes et qu’elles mesuraient environ six mètres de diamètre. Ceci est basé sur la découverte d'une enceinte en pierre de forme ovale qui a été trouvée sur le site. Bien qu'il n'y ait pas de consensus sur la question de savoir s'il s'agissait d'une maison ou d'un enclos pour le bétail, des taches de charbon de bois et une série de trous de poteau, probablement utilisés pour soutenir le toit, ont convaincu de nombreuses personnes qu'il s'agissait à l'origine d'une maison.

Supprimer la pub

Advertisement

La communauté dut travailler ensemble pour créer ces champs. Des centaines de personnes auraient été nécessaires, non seulement pour construire les murs, mais aussi pour déblayer le site avant le début de la construction. Cela nécessita l'abattage d'environ 250 000 arbres, couvrant plus de 1000 hectares de terrain. La croissance des arbres est une bonne indication qu'un terrain est fertile pour l'agriculture. Les graines et le pollen trouvés sur le site furent utilisés pour déterminer la date à laquelle ces arbres avaient été coupés; vers 3700 av. JC. Un certain nombre de pointes de haches en silex et en porcellanite furent trouvées sur le site. La porcellanite est un matériau plus durable qui aurait pu permettre de couper plusieurs arbres. Ces pointes de hache polies et plus lourdes étaient plus adaptées à l'écorçage et à l'abattage des arbres.

Abandon

LES RÉSIDENTS furent PROBABLEMENT CONTRAINTS DE PARTIR EN RAISON DE LA FORMATION DE LA TOURBIÈRE.

La terre fut cultivée intensivement pendant environ 500 ans, entre 3700 et 3200 av. JC. Les résidents furent probablement forcés de partir en raison de la formation de la tourbière, et il existe plusieurs théories sur la raison pour laquelle elle commença à se former. Comme les arbres tirent l'eau du sol par leurs racines et la rejettent par leurs feuilles, l'un des effets de leur abattage est une augmentation de l'eau qui pénètre dans le sol. Lorsque le sol est très humide, les plantes mortes sont plus susceptibles de s'empiler, formant ainsi de la tourbe.

Le changement climatique est une autre théorie. Nous savons qu'il y a 5 000 à 6 000 ans, les températures étaient plus élevées dans l'hémisphère nord, ce que l'on reconnaît aujourd'hui comme étant causé par de lents changements dans l'orbite de la terre. Lorsque les températures commencèrent ensuite à baisser, il y eut également une augmentation du niveau des précipitations, ce qui rendit le sol moins susceptible de s'assécher et ce qui favorisa la croissance de la tourbe. On ne sait pas quand ces tourbières commencèrent à se former, mais il semble que les habitants de la communauté auraient été contraints de partir. Une théorie veut que l'utilisation prolongée de ces terres ait entraîné un appauvrissement du sol, mais il est probable qu'en raison du développement de ces tourbières, ils n'aient eu d'autre choix que de déménager.

Supprimer la pub

Advertisement

Célébration moderne des Céide Fields

Depuis les premières fouilles, Seamus Caulfield a continué à encourager les communautés locales à s'impliquer dans la collecte de fonds, convaincu que le site pourrait être transformé en une attraction touristique majeure. Sean Smyth, de l'équipe de développement du comté de Mayo, admirait Seamus pour son dévouement au projet et il a contribué financièrement à la réalisation d'une vidéo promotionnelle. Dans cette vidéo, le professeur Martin Downs parle des Céide Fields, qu'il décrit comme un site archéologique « d'importance mondiale ».

Ceide Fields Bog Tree
Arbre de la tourbière des Céide Fields
Keith Ewing (CC BY-NC)

En organisant des réunions avec les communautés locales et les agriculteurs, Seamus a encouragé différentes villes à collecter de l’argent en organisant des événements de collecte de fonds. Par exemple, les enfants de Doohoma, Co. Mayo ont fait du porte-à-porte pour collecter de l'argent. L'argent s'est accumulé, mais il en fallait toujours plus, environ 650 000 € provenant de donateurs plus importants. Lorsque le Taoiseach (le premier ministre) irlandais Charles Haughey s'est rendu aux Céide Fields en 1990, il a déclaré :

Une illumination de l'antiquité comme nulle part ailleurs dans le monde. Ce que nous devons faire, c'est nous en occuper de manière imaginative, raisonnable et profitable. (The Man Who Found Ceide) [L'homme qui a trouvé Céide]

Haughey s'est engagé à financer la création d'un centre d'accueil pour les visiteurs et, en 1993, le Céide Fields Interpretative Centre a été inauguré. Il a reçu le diplôme du mérite d'Europa Nostra en 1997. Cet impressionnant bâtiment en forme de pyramide fait 18 m de haut et il a reçu de nombreux prix. Le pin vieux de 4 000 ans, déterré dans la tourbière voisine, constitue une superbe pièce maîtresse. Dans le centre d’accueil, le contexte et l'archéologie des champs sont expliqués, ainsi que la valeur écologique des tourbières, ce qu'elles sont, comment elles ont pu se former et comment elles ont été utilisées pour déterminer l'âge du site. La géologie du nord de Mayo et le paysage actuel sont également examinés.

Supprimer la pub

Advertisement

Conclusion

Aujourd'hui, des centaines de kilomètres carrés du comté de Mayo sont constitués de tourbières, ce qui en fait la région la moins peuplée du pays. On peut la comparer à un désert fait de terre et non de sable. Bien qu'une grande partie des Céide Fields soit encore à découvrir, ils constituent un site rural unique d'importance internationale. Le site surplombe l'océan Atlantique, avec des vues impressionnantes sur les falaises et la mer. La plupart des personnes qui se rendent aujourd'hui aux Céide Fields le font pour explorer le site, et toute la zone est ouverte au public. Des visites des sites de fouilles sont organisées, certains murs étant exposés pour que les visiteurs puissent les examiner. Des tiges de bambou se dressent dans les parties du site qui n'ont pas encore été fouillées, indiquant la forme des murs sous la tourbière. Bien que de nombreuses questions restent sans réponse, des fouilles supplémentaires permettront, nous l'espérons, de répondre à certaines d'entre elles.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Caroline Martin
Française, ayant vécu au Royaume Uni pendant 20 ans, Caroline Martin est totalement bilingue. Lectrice passionnée depuis son plus jeune âge, elle a développé un amour de l'histoire qui remonte a ses années sur les bancs de l’école. Elle s'intéresse maintenant beaucoup à l'histoire en général et à la géopolitique.

Auteur

Jenny Snook
Jenny est une rédactrice indépendante irlandaise, titulaire d'une maîtrise en archéologie et patrimoine. Elle a travaillé comme chercheuse au National Museum of Ireland, section archéologie et elle a trois ans d'expérience en tant que rédactrice de contenu.

Citer cette ressource

Style APA

Snook, J. (2020, octobre 09). Céide Fields [Ceide Fields]. (C. Martin, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19179/ceide-fields/

Style Chicago

Snook, Jenny. "Céide Fields." Traduit par Caroline Martin. World History Encyclopedia. modifié le octobre 09, 2020. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19179/ceide-fields/.

Style MLA

Snook, Jenny. "Céide Fields." Traduit par Caroline Martin. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 09 oct. 2020. Web. 30 juin 2022.

Adhésion