Architecture de la Renaissance

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 23 novembre 2020
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
Saint Peter's Basilica, Rome (by Wolfgang Stuck, Public Domain)
Basilique Saint-Pierre de Rome
Wolfgang Stuck (Public Domain)

L'architecture de la Renaissance vit le jour en Italie et supplanta le style gothique sur une période généralement définie comme allant de 1400 à 1600. Les caractéristiques des bâtiments de la Renaissance comprennent l'utilisation des ordres classiques et des rapports mathématiquement précis de hauteur et de largeur, combinés à un désir de symétrie, de proportion et d'harmonie. Les colonnes, frontons, arcs et dômes sont utilisés de manière imaginative dans des bâtiments de tous types.

Les chefs-d'œuvre de la Renaissance qui influencèrent d'autres bâtiments dans le monde entier comprennent la basilique Saint-Pierre de Rome, le Tempietto de Rome et le dôme de la cathédrale de Florence. Un autre trait caractéristique de l'architecture de la Renaissance est la prolifération de textes illustrés sur le sujet qui contribuèrent à diffuser les idées à travers l'Europe et même au-delà. Le style Renaissance se mêla souvent aux traditions locales dans de nombreux pays et finit par être concurrencé par le style baroque, richement décoratif, à partir du 17e siècle.

Supprimer la pub

Advertisement

L'architecture de la Renaissance était un mouvement évolutif qui est, aujourd'hui, communément divisé en trois phases :

  • La première Renaissance (ou Quattrocento à partir de 1400 environ), première tentative de réutilisation des idées classiques.
  • La haute Renaissance (vers 1500), le renouveau du classicisme.
  • Le maniérisme (alias la Renaissance tardive, vers 1520-30), lorsque l'architecture devint beaucoup plus décorative et la réutilisation des thèmes classiques toujours plus inventive.

Les historiens s'accordent rarement sur la date exacte de ces changements qui dépendent aussi en grande partie de la géographie, tant au niveau des pays que des villes individuelles.

Supprimer la pub

Advertisement

Rome's Pantheon
Le Panthéon de Rome
Capitu (CC BY)

L'étude du passé

La période de la Renaissance fut marquée par un grand regain d'intérêt pour l'Antiquité en termes de pensée, d'art et d'architecture. Le premier point d'étude, et le plus évident, pour les architectes de la Renaissance est la masse de ruines gréco-romaines que l'on peut encore voir dans le sud de l'Europe, en particulier, bien sûr, en Italie. Basiliques, thermes romains, aqueducs, amphithéâtres et temples étaient dans divers états de ruine mais toujours visibles. Certaines structures, comme le Panthéon (c. 125 de notre ère) à Rome, étaient extrêmement bien conservées. Les architectes étudièrent ces bâtiments, prirent des mesures et réalisèrent des dessins détaillés. Ils étudièrent également les bâtiments byzantins (notamment les églises à coupole), les caractéristiques de l'architecture romane et les bâtiments médiévaux. Pour de nombreux architectes italiens, le style gothique était considéré comme une invention "nordique" envahissante qui "corrompait" les traditions italiennes. À bien des égards, l'architecture de la Renaissance constituait donc un retour aux racines de l'Italie, même si l'architecture médiévale ne fut jamais totalement abandonnée.

La grammaire de base de l'architecture de la Renaissance était constituée des cinq ordres classiques : toscan, dorique, ionique, corinthien et composite.

Un deuxième point d'étude était constitué par les textes anciens qui avaient survécu, plus particulièrement le livre De Architectura de l'architecte romain Vitruve (c. 90 - c. 20 avant J.-C.). Rédigé entre 30 et 20 avant notre ère, ce traité combine l'histoire de l'architecture et de l'ingénierie antiques avec l'expérience personnelle de l'auteur et ses conseils en la matière. Les premières éditions imprimées furent publiées à Rome en 1486. Les architectes de la Renaissance se penchèrent sur cet ouvrage, étudièrent l'importance de la symétrie et des rapports mathématiques et, dans de nombreux cas, essayèrent même de construire des structures que Vitruve n'avait décrites qu'en paroles. L'effet le plus important est peut-être que Vitruve inspira de nombreux architectes de la Renaissance à écrire leurs propres traités (voir ci-dessous).

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Five Classical Orders of Serlio
Les cinq ordres classiques de Serlio
Robert Peake (Public Domain)

Influences contemporaines

Les architectes étudièrent non seulement le passé lointain mais aussi ce que leurs collègues faisaient ailleurs. Les dessins et les gravures diffusaient les nouveaux concepts à grande échelle, de sorte que ceux qui ne pouvaient pas voir les nouveaux bâtiments en personne pouvaient étudier les tendances en cours. Parfois, les influences venaient d'endroits improbables. Le peintre et sculpteur florentin Michel-Ange (1475-1564) créa certaines des œuvres d'art les plus célèbres de la Renaissance qui eurent une influence considérable sur les styles artistiques ultérieurs. Sa réimpression audacieuse et décorative des figures classiques dans l'art influença également les architectes, les encourageant à essayer de nouvelles idées en mélangeant les éléments classiques et en les rendant plus décoratifs. Michel-Ange était lui-même directement impliqué dans l'architecture. Sa Bibliothèque Laurentienne, San Lorenzo, Florence (1525), avec sa salle de lecture de 46 mètres de long, était une combinaison triomphale d'esthétique et de fonction - deux idées inséparables pour les architectes de la Renaissance.

Raphaël (1483-1520) fut un autre artiste influent qui se reconvertit en architecte. Il influença également l'architecture, dans son cas avec le Palazzo Bronconio dell'Aquila à Rome (aujourd'hui détruit). Ce bâtiment, dont la décoration extérieure était très riche, était un mélange délibéré et novateur des dispositions conventionnelles et fonctionnelles des colonnes, niches et frontons.

Plus influents encore que ces artistes furent les architectes spécialisés dont les bâtiments, les traités et les biographies diffusèrent les idées à travers l'Italie et l'Europe. Filippo Brunelleschi (1377-1446) était l'une de ces figures, et il est considéré comme le père de l'architecture de la Renaissance. Brunelleschi s'intéressa tout particulièrement à l'étude de la perspective linéaire et à l'obtention d'une simplicité harmonieuse des formes dans des bâtiments qui tiennent également compte de l'environnement immédiat dans lequel ils ont été construits. L'accent mis par Brunelleschi sur les proportions classiques, la géométrie simple et l'harmonie étaient des considérations primordiales dans ce qui devint un nouveau langage architectural.

Dome of Florence Cathedral by Brunelleschi
Dôme de la cathédrale de Florence par Brunelleschi
Birasuegi (CC BY-SA)

Supprimer la pub

Advertisement

Ce langage architectural fut formellement canonisé par Sebastiano Serlio (1475-1554) dans ses Sept livres d'architecture, un ouvrage théorique et pratique extrêmement influent (voir ci-dessous). Serlio formula les cinq ordres classiques, le cinquième ayant été identifié pour la première fois vers 1450 par l'architecte et érudit Leon Battista Alberti (1404-1472). Ces ordres sont : Toscan, Dorique, Ionique, Corinthien, et le cinquième, Composite (un mélange d'éléments ioniques et corinthiens). Les architectes jouèrent avec ces ordres, les mélangeant et les réimaginant pour créer des bâtiments tout à fait uniques. Les concepteurs ajoutaient également d'autres idées, comme les effets astucieux de la perspective illusoire que l'on retrouve notamment dans l'œuvre de Donato Bramante (c. 1444-1514), considéré comme le fondateur de l'architecture de la haute Renaissance. Pour mieux comprendre ce que chaque architecte apporta au mouvement qu'est l'architecture de la Renaissance, il est nécessaire de considérer certains des bâtiments clés de cette période.

Les églises

Les églises demeuraient un élément très important de toute communauté, et l'une des contributions les plus remarquables de la Renaissance dans ce domaine est le dôme de la cathédrale Santa Maria del Fiore de Florence, conçu et construit par Brunelleschi. Achevé en 1436, le dôme en brique mesure à la base 45,5 mètres de diamètre et fit de la cathédrale le plus grand et le plus haut bâtiment d'Europe à l'époque. Le dôme est le fruit d'une conception brillante et fut construit sans cintre fixe (échafaudage en bois temporaire) pendant la phase de construction. Au contraire, chaque rangée circulaire du dôme était achevée avant qu'une autre ne soit ajoutée par-dessus. La coupole est autoportante grâce aux 8 nervures extérieures et aux 16 nervures intérieures qui s'élèvent de la base au sommet et qui créent des arcs autoportants. En conséquence de ce système, la coupole a un profil pointu et est composée de huit côtés distincts. Une autre considération pour l'architecte était qu'un dôme pointu donne beaucoup moins de poussée latérale sur le tambour en dessous de lui qu'un dôme hémisphérique, éliminant ainsi la nécessité d'un soutien supplémentaire tel que des arcs-boutants disgracieux. Fabriqué en briques posées en chevrons, le dôme est renforcé et allégé par une double coque. Enfin, il semble que la Renaissance ait surpassé les exploits techniques de l'Antiquité.

Facade of Basilica of S. Andrea, Mantua by Alberti
Façade de la basilique de San Andrea, Mantoue par Alberti
Geobia (CC BY-SA)

Les églises étaient omniprésentes en Europe, mais beaucoup d'entre elles subirent une cure de jouvence. Le problème de ces projets était de faire correspondre la symétrie de l'architecture classique avec l'église médiévale à haute volée. Alberti trouva une solution : créer une façade composée de trois carrés de taille égale (un de chaque côté de l'entrée et un autre au-dessus, surmonté d'un fronton triangulaire). Cette idée fut concrétisée pour la façade de l'église Santa Maria Novella à Florence (achevée en 1470). L'utilisation des colonnes et du fronton rappelle fortement la façade d'un temple romain. Alberti alla encore plus loin avec la façade de l'église San Andrea (conçue vers 1470) de Mantoue. Ressemblant fortement à un arc de triomphe romain, il s'agit du premier édifice monumental de style classique de la Renaissance. En outre, l'intérieur reprend le thème de l'arc avec ses piliers massifs et son plafond en berceau, le plus grand construit depuis l'Antiquité.

Supprimer la pub

Advertisement

Le Tempietto de San Pietro à Rome fut conçu par Bramante et achevé vers 1510. L'édifice, situé sur ce qui était considéré comme le site de la crucifixion de saint Pierre, est la première structure de la Renaissance à utiliser l'ordre dorique complet de l'Antiquité. La conception, qui mêle des idées classiques et chrétiennes, est un excellent exemple de la pensée humaniste de la Renaissance exprimée en architecture. Les 16 colonnes classiques (récupérées dans des bâtiments antiques) sont non seulement élégantes et non décorées, mais la forme circulaire du temple était considérée comme la forme parfaite pour une église, car elle était considérée comme la plus noble des formes géométriques. En outre, les bâtiments chrétiens qui commémoraient les martyrs étaient traditionnellement des structures à plan central. L'élégante façade et le centre en forme de tonneau s'élevant tout droit à travers un anneau de colonnes jusqu'à une coupole élancée furent imités partout par la suite et peuvent encore être vus aujourd'hui dans des bâtiments du monde entier, de la cathédrale Saint-Paul de Londres au Capitole des États-Unis.

Tempietto of San Pietro, Rome
Tempietto de San Pietro, Rome
Quinok (CC BY-SA)

En 1565, Andrea Palladio (1508-1580) commença à travailler sur l'église San Giorgio Maggiore à Venise, un bâtiment inspiré par la basilique de Maxence du IVe siècle dans le Forum romain à Rome. Comme Alberti, Palladio cherchait à donner un visage classique à un bâtiment médiéval irrégulier situé à l'arrière. La façade, qui comporte des colonnes sur des bases massives surmontées de chapiteaux corinthiens, est constituée de deux façades de temple imbriquées. C'était la solution innovante de Palladio pour couvrir un bâtiment en pente avec une façade symétrique selon des lignes classiques. En 1576, Palladio reprit cette idée pour l'église aujourd'hui communément appelée Il Redentore (le Christ Rédempteur), également à Venise. L'intérieur est spacieux, avec seulement une nef très large et sans bas-côtés. Il est très peu décoré et principalement blanc, Palladio préférant donner du caractère à l'église par le jeu de la lumière abondante sur ses colonnes et arcs corinthiens. La luminosité de l'intérieur est en grande partie due aux fenêtres semi-circulaires remplies de verre vénitien remarquablement clair. Ces deux églises vénitiennes contiennent des éléments que l'on retrouve dans les thermes romains, comme les multiples zones voûtées divisées par des écrans de colonnes.

Le point culminant de tous les aspects des caractéristiques architecturales de la Renaissance arriva avec la nouvelle basilique Saint-Pierre de Rome. L'ancienne basilique, construite sur le site considéré comme la tombe de saint Pierre, fut démolie. Le record de la cathédrale de Florence comme plus grande église du monde était sur le point d'être dépassé. De nombreux architectes participèrent à ce projet qui dura plus d'un siècle, mais la première contribution majeure au projet vint de Bramante. Commandée par le pape Jules II (r. de 1503 à 1513), la première pierre fut posée le 18 avril 1506. La dernière pierre fut posée en 1626. L'intérieur mesure 180 x 135 mètres (600 x 450 ft) tandis que le magnifique dôme a un diamètre de 42 mètres (137 ft) et s'élève à une hauteur de 138 mètres (452 ft) depuis le niveau du sol.

Supprimer la pub

Advertisement

Bâtiments publics et domestiques

Un bâtiment public souvent cité comme exemple typique de l'architecture du début de la Renaissance est l'Ospedale degli Innocenti de Brunelleschi à Florence (achevé en 1424). L'utilisation par l'architecte de colonnes hautes et minces pour soutenir des arcs qui créent une loggia avec des dômes peu profonds fut imitée pour les façades de nombreux autres types de bâtiments publics tout au long du 15e siècle.

Basilica Palladiana, Vicenza by Palladio
Basilique palladienne, Vicence par Palladio
Ylenia (CC BY-SA)

En 1546, Palladio conçut une nouvelle façade pour l'hôtel de ville de Vicence (connu par la suite sous le nom de Basilica Palladiana). Les arcs créent ce que l'on appelle la "fenêtre palladienne", c'est-à-dire une paire de colonnes doubles plus courtes soutenant l'arc, chaque arc étant flanqué d'une seule colonne plus haute. Cette idée contribua à ce que l'on appelle le "mouvement palladien" en architecture, souvent appelé palladianisme.

En ce qui concerne les bâtiments domestiques, une réimpression influente des formes classiques peut être observée dans le Palazzo Rucellai d'Alberti, à Florence, vers 1450. La façade aplatie, composée de colonnes de pilastres et d'une symétrie parfaite, comprend même une partie inférieure décorée de losanges, une référence directe à l'opus reticulatum, une technique romaine de construction de murs. Ce bâtiment fut le premier de la Renaissance à recevoir une façade utilisant les ordres classiques.

Une autre contribution importante aux nouvelles idées en matière de bâtiments privés fut apportée par Bramante avec son Palazzo Caprini de 1501 à Rome. Il est connu sous le nom de "Maison de Raphaël", car Raphaël y habita à partir de 1517. Il comportait un étage supérieur d'ordre classique et un étage inférieur rustique avec des façades de magasins arquées. Ces deux niveaux se combinaient pour créer une façade strictement symétrique qui eut une grande influence sur les palais italiens pendant les deux siècles suivants.

Palazzo Farnese, Rome
Palais Farnèse, Rome
Myrabella (CC BY-SA)

Palladio eut également une grande influence sur l'architecture domestique. Travaillant pour de riches propriétaires terriens à Vicence et dans ses environs, dans le nord de l'Italie, Palladio conçut de nombreuses villas impressionnantes qui réimaginaient les temples de la Rome antique comme des maisons privées. Il ajoutait un grand portique à colonnes pour l'entrée (ou même un pour chaque côté du bâtiment), avait une grande pièce centrale surmontée d'un dôme et plaçait toute la structure sur une plate-forme surélevée. Le meilleur exemple est la Villa Valmarana, dite "La Rotonda", près de Vicence, construite vers 1551. Plus tard, les architectes de la Renaissance ajouteront des jardins en terrasses pour améliorer encore l'expérience visuelle des grands bâtiments domestiques isolés.

Au fil du XVIe siècle, l'architecture de la Renaissance évolua vers un maniérisme plus décoratif et inventif. La cour du Palazzo Marino à Milan (achevée en 1558), conçue par Galeazzo Alessi (1512-1572), est un bon exemple de ce changement d'ambiance. Il s'agit d'une présentation théâtrale d'éléments classiques presque oblitérés par la sculpture décorative. Comparez ce bâtiment avec la symétrie et l'austérité classiques du Palazzo Farnese de la Haute Renaissance à Rome (conçu vers 1517) par Antonio da Sangallo le Jeune (vers 1483-1546).

Palazzo Marino Courtyard, Milan
Cour du Palazzo Marino, Milan
Carlo Dell'Orto (CC BY-SA)

Enfin, les architectes de la Renaissance s'impliquèrent dans des projets moins beaux mais utiles en pratique, tels que la construction de défenses contre les inondations, de fortifications, de fontaines publiques monumentales et l'urbanisme.

Ouvrages écrits sur l'architecture

De nombreux architectes, comme on l'a vu, écrivirent des livres sur leur sujet. L'ouvrage d'Alberti intitulé De Re Aedificatoria (De la construction) fut publié en latin en 1452, puis dans la langue vernaculaire toscane en 1456. Alberti répertorie les principes de l'architecture classique et indique comment les appliquer aux bâtiments contemporains de la Renaissance. Il insiste sur le fait que les bâtiments doivent être visibles de tous les côtés, que le concepteur doit prendre en compte l'intérieur et l'extérieur de manière égale, et qu'ils doivent être impressionnants tant par leur taille que par leur apparence. Ce livre est devenu une sorte de bible de l'architecte, d'autant plus lorsqu'il fut imprimé en 1485 sous le titre Dix livres d'architecture. À juste titre, Alberti est surnommé le "Vitruve florentin". L'œuvre d'Alberti a également lancé un débat plus large sur le rôle de l'architecture dans la société, sur la relation entre la conception d'un bâtiment et sa fonction, et a fait parler de l'architecture à des personnes qui n'étaient pas directement impliquées dans ce domaine.

Les sept livres d'architecture de Serlio (1537 à 1575) ne se contentent pas de canoniser les cinq ordres classiques mentionnés plus haut, mais couvrent les bâtiments subsistants de l'Antiquité, la théorie architecturale contemporaine et les conseils pratiques aux architectes basés sur des modèles. Une caractéristique particulière de ces livres est l'inclusion d'un grand nombre d'illustrations détaillées et précises, souvent dessinées par Serlio lui-même. Un autre livre influent et très consulté sur les ordres est celui de Giacomo Barozzi da Vignola (1507-1573), son ouvrage de 1562 intitulé Regole delle cinque ordini (Sur les cinq ordres).

Pages from Serlio's Seven Books on Architecture
Pages tirées des sept livres d'architecture de Serlio
François de Dijon (CC BY-SA)

En 1556, Palladio fournit une série d'illustrations pour une nouvelle édition de son héros Vitruve De Architectura, puis apporta sa propre contribution à la bibliothèque croissante de la Renaissance avec ses Quatre livres d'architecture (1570). Immédiatement populaire auprès des architectes, l'ouvrage fut traduit dans plusieurs autres langues européennes, dont quatre éditions en anglais entre 1663 et 1738. L'ouvrage traite des matériaux, des ordres classiques, des bâtiments domestiques et publics, et propose des reconstitutions de temples romains. Les livres contribuèrent à la diffusion des idées de Palladio sur l'architecture car, bien qu'ils se concentrent sur l'architecture classique, l'auteur utilise souvent ses propres dessins pour illustrer les descriptions.

La diffusion des idées de la Renaissance

Les voyages des architectes dans différentes villes et la diffusion des ouvrages écrits permirent à l'Italie de ne pas être le seul témoin de la révolution architecturale. Les livres furent souvent traduits et, par exemple, les 50 illustrations de portes très décoratives des livres de Serlio devinrent populaires auprès des architectes maniéristes d'Europe du Nord.

Les architectes se déplacèrent également à l'étranger. En 1541, par exemple, Serlio quitta l'Italie pour la France, où il travailla pour le roi François Ier de France (r. de 1515 à 1547) à la conception et à la construction du palais de Fontainebleau. François était un fervent mécène et avait déjà employé Léonard de Vinci (1452-1519) entre 1517 et 1519, impliquant probablement l'Italien dans la conception de son immense nouveau château de Chambord. Serlio conçut le château d'Ancy-le-Franc (vers 1546) avec sa façade à pilastres d'inspiration classique. Ce château est un exemple typique de la manière dont les idées de la Renaissance se mêlèrent aux traditions architecturales locales à travers l'Europe dans des bâtiments de toutes sortes, d'Anvers à Lisbonne.

Chateau de Chambord
Château de Chambord
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

L'architecte anglais Inigo Jones (1573-1652) collectionna les dessins originaux de Palladio après une visite en Italie et introduisit ainsi son style en Angleterre. Jones conçut de grandes structures telles que la Queen's House à Greenwich et la Banqueting House à Whitehall, à Londres, toutes deux dans la deuxième décennie du XVIIe siècle. Les modèles de Palladio étaient également populaires en Irlande et dans les colonies américaines où ses porches d'entrée à colonnes devinrent une caractéristique standard pour tout bâtiment, des maisons aux bibliothèques. Les idées de la Renaissance se répandirent même sur d'autres continents. Les Espagnols voyagèrent avec des livres d'architecture et copièrent ensuite des éléments dans les bâtiments qu'ils érigèrent au Mexique et au Pérou. Les missionnaires jésuites en firent de même en Inde et dans d'autres régions d'Asie. Pendant ce temps, en Europe, le 17e siècle vit naître un nouveau mouvement architectural, qui remit en question le style Renaissance, dominé par le classique. Il s'agissait du style baroque, beaucoup plus ludique et exubérant.

Supprimer la pub

Publicité

Questions et réponses

Quels sont les éléments de base de l'architecture de la Renaissance ?

Les principales caractéristiques de l'architecture de la Renaissance sont l'utilisation des ordres classiques, des rapports mathématiquement précis entre la hauteur et la largeur, la symétrie, la proportion et l'harmonie. Les colonnes, frontons, arcs et dômes sont utilisés de manière imaginative dans des bâtiments de tous types.

Quelles sont les trois étapes de l'architecture de la Renaissance ?

Les trois étapes de l'architecture de la Renaissance sont : La première Renaissance (alias Quattrocento vers 1400), la haute Renaissance (vers 1500) et la Renaissance tardive (vers 1520).

Qui a créé le style d'architecture de la Renaissance ?

L'architecte italien Filippo Brunelleschi (1377-1446) est considéré comme le père de l'architecture de la Renaissance.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur d'articles historiques installé en Italie. Il s'intéresse plus particulièrement à la poterie, à l’architecture, aux mythologies du monde et à la découverte des idées partagées par toutes les civilisations. Il est titulaire d’un Master en philosophie politique et éditeur en chef de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2020, novembre 23). Architecture de la Renaissance [Renaissance Architecture]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19059/architecture-de-la-renaissance/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Architecture de la Renaissance." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le novembre 23, 2020. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-19059/architecture-de-la-renaissance/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Architecture de la Renaissance." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 23 nov. 2020. Web. 27 juin 2022.

Adhésion