Oda Nobunaga

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 09 juin 2019
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, indonésien
Statue of Oda Nobunaga (by Bariston, CC BY-NC-ND)
Statue d'Oda Nobunaga
Bariston (CC BY-NC-ND)

Oda Nobunaga fut le principal chef militaire du Japon de 1568 à 1582. Avec ses deux successeurs immédiats, Toyotomi Hideyoshi (1537-1598) et Tokugawa Ieyasu (1543-1616), Nobunaga unifia le Japon médiéval dans la seconde moitié du XVIe siècle. Général novateur qui utilisait aussi bien la diplomatie que des tactiques et des armes militaires supérieures pour vaincre ses rivaux, le seigneur de guerre était tristement célèbre pour sa volonté impitoyable de conquérir tout ce qui se trouvait devant lui.

L'ascension au pouvoir

Né en 1534 dans une famille d'administrateurs locaux, le père de Nobunaga, Oda Nobuhide (1510-1551), était un petit seigneur féodal ou daimyo de la province d'Owari, dans le centre du Japon. Nobunaga se fit connaître lorsqu'à la mort de son père, il devint le seigneur du château de Nagoya. Utilisant le château comme base, Nobunaga étendit sa domination sur les daimyo rivaux, avec des succès notables en 1555, lorsqu'il rasa la ville de Kiyosu, et en 1559, lorsqu'il captura et anéantit la forteresse d'Iwakura. La réputation d'impitoyabilité du seigneur de guerre s'établit fermement en 1557 lorsqu'il ordonna le meurtre de son propre frère. En 1560, à la bataille d'Okehazama, le seigneur de guerre de Mikawa, Imagawa Yoshimoto (1519-1560), fut vaincu et tué lorsque l'armée de Nobunaga, en surnombre, encercla l'ennemi par surprise. Nobunaga était en passe de devenir le chef militaire le plus redouté du Japon.

Supprimer la pub

Advertisement

NOBUNAGA Prit LE CONTRÔLE DE LA CAPITALE Heian-kyō (KYOTO) EN 1568 OÙ IL INSTALLa ASHIKAGA YOSHIAKI COMME SON SHOGUN FANTOCHE.

Nobunaga fait l'objet de deux biographies. La première, Shincho koki, d'Ota Gyuichi, fut publiée en 1598, tandis que la seconde, Shincho Ki, fut publiée en 1622 et compilée par Oze Hoan dans le prolongement de l'ouvrage précédent. Les deux ouvrages glorifient leur sujet et, comme pour les biographies posthumes similaires de la période médiévale, exagèrent les actes du célèbre daimyo et insèrent des épisodes de légende qui n'ont probablement jamais eu lieu. Le missionnaire et historien jésuite Luis Frois (1532-1597) donna cependant une description beaucoup plus révélatrice de Nobunaga dans l'extrait suivant d'une lettre écrite en 1569:

Un homme grand, mince, peu barbu, à la voix très claire, très porté sur le maniement des armes, robuste, aimant l'exercice de la justice et de la miséricorde, fier, aimant l'honneur au plus haut point, très secret dans ses décisions, extrêmement habile dans les stratagèmes de guerre, peu ou pas du tout sujet aux reproches ni aux conseils de ses subordonnés, craint et vénéré par tous à un degré extrême. Il ne boit pas de vin. C'est un maître sévère: il traite tous les rois et princes du Japon avec mépris, leur parle par-dessus son épaule comme à des inférieurs, et est complètement obéi par tous comme leur seigneur absolu.

(Keen, 1159)

Map of Japan in the 16th Century CE
Carte du Japon au XVIe siècle de notre ère
Zakuragi (CC BY-NC-SA)

L'unification du Japon

Nobunaga finit par prendre le contrôle de la capitale Heian-kyō (Kyoto) en 1568 où il installa Ashikaga Yoshiaki comme shogun fantoche, qui sera exilé cinq ans plus tard pour avoir conspiré avec les ennemis de Nobunaga, mettant ainsi fin aux shoguns Ashikaga qui régnaient depuis 1388. En 1579, Nobunaga, qui contrôlait désormais tout le centre du Japon, établit un nouveau quartier général dans le magnifique château d'Azuchi, situé à l'extérieur de la capitale, au bord du lac Biwa. Il ne reste aujourd'hui rien du château, si ce n'est sa base en pierre, mais il fut le premier à être doté de l'énorme tour donjon à plusieurs étages qui devint la norme dans les châteaux médiévaux japonais.

Supprimer la pub

Advertisement

Nobunaga put vaincre les seigneurs de guerre rivaux et étendre son contrôle territorial grâce à sa grande armée, bien équipée et comprenant le talentueux général Toyotomi Hideyoshi (qui deviendra le successeur de Nobunaga). Nobunaga était un innovateur puisqu'il fut l'un des premiers dirigeants japonais à adopter les armes à feu. Vers 1549, alors qu'il n'était qu'un jeune commandant de 15 ans, Nobunaga avait créé un corps de spécialistes de 500 hommes disposant chacun de ses propres mousquets à mèche. Cette unité était envoyée au combat avant les autres troupes, et elle s'avéra décisive lors du siège du château de Muraki en 1554 et de la bataille d'Anegawa en 1570. Constatant leur efficacité, le corps fut porté à 3 000 hommes et remporta une nouvelle victoire, cette fois à la bataille de Nagashino en 1575. Nobunaga utilisa également bien ses nouvelles armes et fut le premier à utiliser des rotations de mousquetaires pour créer une volée de feu continue. L'armée de Nobunaga fut également la première à fournir à chaque homme, y compris à l'infanterie, une armure complète. Les territoires gagnés par Nobunaga étaient confiés à ses commandants loyaux, et les terres des seigneurs de guerre capturés étaient fréquemment redistribuées et déplacées pour briser les anciens liens de loyauté.

Bell Tower, Enryakuji
Clocher, Enryakuji
663highland (CC BY-SA)

Afin d'assurer son emprise sur le pouvoir, Nobunaga tenta de réduire les revenus de ses daimyo rivaux en abolissant les péages sur toutes les routes. Il renfloua ses propres coffres en frappant la première monnaie japonaise depuis 958 et en uniformisant les taux de change entre les différentes pièces alors en usage. Une autre source lucrative d'argent liquide consistait à libérer les marchands de leurs guildes et à leur faire payer une taxe à l'État. À partir de 1571, un vaste recensement des terres fut entrepris pour rendre le système fiscal plus efficace. Une autre politique consistait à confisquer toutes les armes détenues par la paysannerie à partir de 1576, ce que l'on appelle la "chasse au sabre". Pendant ce temps, Nobunaga continuait à étendre son territoire, son objectif n'étant rien de moins qu'un Japon unifié. Ce n'est pas pour rien que le seigneur de la guerre inscrivit sur son sceau personnel "Tenka Fubu" ou "un royaume unifié sous domination militaire".

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Attitude à l'égard des religions

Dans le cadre d'une autre stratégie visant à affaiblir ses adversaires, Nobunaga n'hésitait pas à détruire les temples bouddhistes et à exécuter les prêtres bouddhistes influents qui étaient associés ou alliés à l'un de ses rivaux. L'exemple le plus tristement célèbre de cette politique est la destruction du complexe monastique Enryaku-ji sur le mont sacré Hiei (près de Kyoto) en 1571. Nobunaga s'inquiétait de la puissance du monastère et de sa grande armée de moines guerriers qui descendaient toujours de la montagne lorsqu'ils estimaient ne pas recevoir leur part des aides de l'État. Nobunaga fit encercler les pentes du mont Hiei par ses troupes et mit le feu à la forêt, ce qui détruisit le temple et tua 25 000 hommes, femmes et enfants. L'Enryaku-ji reprendra des couleurs sous les successeurs de Nobunaga, et il sera restauré à sa gloire d'antan à partir de 1595.

Oda Nobunaga Portrait
Portrait d'Oda Nobunaga
Kano Soshu (Public Domain)

Un autre temple-forteresse bouddhiste influent, le Hongan-ji d'Ishiyama (Osaka), fut détruit en 1580 par la flotte de canonniers de Nobunaga. Toyotomi Hideyoshi construira plus tard son célèbre château d'Osaka sur ses ruines. Cet assaut contre les principaux temples bouddhistes eut pour conséquence de mettre un terme à leur influence sur le gouvernement et les pouvoirs régionaux, une position de privilège dont ils avaient bénéficié pendant toute la période médiévale.

En ce qui concerne les autres religions, Nobunaga encouragea le travail des missionnaires chrétiens au Japon, car il voyait les avantages des contacts européens qui apportaient le commerce et la technologie, comme les armes à feu par exemple qu'il utilisait de manière si dévastatrice. Le seigneur de guerre tenait également à ce que les gens le vénèrent comme une divinité et il fit construire un temple à cet effet. Dans le cadre d'une autre stratégie visant à instaurer un culte de sa personne, il fit de son anniversaire une fête nationale. Curieusement, Nobunaga n'aimait pas les vêtements ostentatoires et, bien que son style vestimentaire soit inhabituel, il créa une tendance, comme le raconte un témoin oculaire:

Supprimer la pub

Advertisement

Il se promenait toujours ceint d'une peau de tigre sur laquelle il s'asseyait et portait des vêtements en matériau brut et rêche; suivant son exemple, tout le monde portait des peaux et personne n'osait se présenter devant lui en tenue de cour. (cité dans Mason, 185)

Nobunaga promut les arts, notamment le théâtre Kowaka et la cérémonie du thé japonaise, faisant appel aux compétences de l'expert numéro un reconnu dans ce dernier domaine, Sen no Rikyū (1522-1591).

Trahison et mort

Le 21 juin 1582, alors que Nobunaga était sur le point de partir en campagne dans l'ouest du Japon, il connut une fin tragique au temple Honnō-ji à Heian-kyō. Le seigneur de guerre fut trahi par l'un de ses alliés vassaux, Akechi Mitsuhide, qui était également l'agent de liaison entre Nobunaga et son shogun fantoche Yoshiaki. Dans un épisode connu sous le nom d'incident du Honnō-ji, Mitsuhide, pour des raisons inconnues, lança une attaque surprise contre la position de Nobunaga et, selon une version de l'histoire, lorsqu'il devint évident que sa capture était imminente, l'homme qui contrôlait alors la moitié du Japon se suicida. Selon une autre version, le seigneur de la guerre mourut dans les flammes du temple - certains diront qu'il s'agissait d'un acte de rétribution divine pour avoir lui-même brûlé L'Enryaku-ji. Le fils de Nobunaga et héritier désigné, Nobutada, mourut dans la même catastrophe.

La mort de Nobunaga sera rapidement vengée lorsque son principal général, Totoyomi Hideyoshi, vaincra Mitsuhide à la bataille de Yamazaki et se déclarera le successeur de Nobunaga. Hideyoshi poursuivra le projet d'unification du Japon de son prédécesseur, un processus qui ne sera finalement achevé qu'avec le règne du successeur de Hideyoshi, Tokugawa Ieyasu, qui instaurera le shogunat Tokugawa en 1603, offrant ainsi au Japon 250 ans de paix environ. Comme le dit le vieux dicton japonais, "Nobunaga prépara le gâteau, Hideyoshi le fit cuire et Ieyasu le mangea" (Beasley, 117).

Supprimer la pub

Advertisement

This content was made possible with generous support from the Great Britain Sasakawa Foundation.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur d'articles historiques installé en Italie. Il s'intéresse plus particulièrement à la poterie, à l’architecture, aux mythologies du monde et à la découverte des idées partagées par toutes les civilisations. Il est titulaire d’un Master en philosophie politique et éditeur en chef de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2019, juin 09). Oda Nobunaga [Oda Nobunaga]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-18310/oda-nobunaga/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Oda Nobunaga." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juin 09, 2019. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-18310/oda-nobunaga/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Oda Nobunaga." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 09 juin 2019. Web. 30 juin 2022.

Adhésion