Littérature Médiévale

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 20 mars 2019
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, portugais, espagnol
Dante Alighieri by Signorelli (by Georges Jansoone, CC BY-SA)
Dante Alighieri par Signorelli
Georges Jansoone (CC BY-SA)

La littérature médiévale est définie au sens large comme toute œuvre écrite en latin ou en langue vernaculaire entre 476 et 1500, y compris la philosophie, les traités religieux, les textes juridiques, ainsi que les œuvres d'imagination. Plus étroitement, le terme s'applique aux œuvres littéraires de poésie, de théâtre, de romance, de prose épique et aux récits historiques écrits en langue vernaculaire (bien que certains soient en latin). S'il peut sembler étrange que les récits historiques soient inclus dans des formes de fiction, il ne faut pas oublier que de nombreux "récits" du Moyen Âge contiennent des éléments de mythe, de fable et de légende et que, dans certains cas, ils sont en grande partie le fruit de l'imagination d'auteurs.

Langue et public

Les œuvres littéraires étaient à l'origine composées en latin, mais les poètes commencèrent à écrire en langue vernaculaire (la langue commune du peuple) dès le 7e siècle. La littérature vernaculaire fut popularisée en Grande-Bretagne, dans le royaume du Wessex, par Alfred le Grand (r. 871-899) dans le but d'encourager l'alphabétisation généralisée, et d'autres nations suivirent.

Supprimer la pub

Advertisement

LA LITTÉRATURE VERNACULAIRE MÉDIÉVALE ÉVOLUa À PARTIR DU CONTE POPULAIRE, PROBABLEMENT AVEC LE CONTEUR JOUANT LES DIFFÉRENTS RÔLES, DEVANT UN PUBLIC.

La conquête normande de 1066 fit du français la langue de la littérature et transforma la langue anglaise du vieil anglais (en usage vers 500-1100) au moyen anglais (vers 1100-1500). Les histoires écrites à ces deux époques étaient à l'origine du folklore médiéval, des contes transmis oralement, et comme la majorité de la population était analphabète, les livres continuaient à être lus à haute voix devant un public. L'aspect oral de la littérature influença donc la manière dont elle était composée. Les écrivains écrivaient pour une représentation de leur œuvre, et non pour une lecture privée dans la solitude.

Le taux d'alphabétisation augmenta au cours du 15e siècle et, avec le développement de la presse d'imprimerie, davantage de livres devinrent disponibles. L'acte de lire soi-même pour son propre plaisir devint plus courant, ce qui modifia la façon dont les écrivains écrivaient. Le Morte D'Arthur de Thomas Malory (écrit en 1469 et publié en 1485) est le plus ancien roman occidental - une œuvre écrite pour un public individuel avec des couches de signification et de symbolisme personnels - et pose les bases du développement du roman tel qu'il est reconnu de nos jours.

Supprimer la pub

Advertisement

Les premiers développements

La littérature vernaculaire médiévale évolua naturellement à partir du conte populaire, qui était une histoire récitée, probablement avec le conteur jouant les différents rôles, devant un public. La littérature anglaise médiévale commença avec Beowulf (7e-10e siècle) qui était sans doute une histoire connue bien plus tôt et transmise oralement jusqu'à ce qu'elle ne soit écrite. Ce même schéma de développement s'applique également à la littérature d'autres pays. Le conteur rassemblait un public et présentait son histoire, généralement avec des variations en fonction de l'auditoire, et les membres de cet auditoire la racontaient ensuite à d'autres.

Wiglaf & Beowulf
Wiglaf et Beowulf
J.R.Skelton (Public Domain)

Les premiers écrits de la littérature médiévale sont principalement des légendes ou des contes populaires couchés sur une page plutôt que récités, mais le conteur avait toujours besoin de rassembler et de retenir un public et écrivait donc en langue vernaculaire pour être compris et en mètres poétiques pour être mémorisé. La poésie, avec sa cadence régulière, reste dans l'esprit bien mieux que la prose. La poésie restera le moyen d'expression artistique privilégié pendant la majeure partie du Moyen Âge. La prose latine, à l'exception de quelques cas exceptionnels, était réservée à un public religieux et érudit. Pour se divertir et s'évader de la vie quotidienne, les gens écoutaient un conteur lire un bon livre de vers. La poésie lyrique, les ballades et les hymnes étaient bien sûr de la poésie, mais les grands romans chevaleresques d'amour courtois et les genres de vision de rêve du Moyen Âge tardif étaient également écrits en vers, tout comme les épopées et les lais (poèmes courts) français et bretons.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Au départ, les écrivains médiévaux étaient des scribes anonymes qui mettaient par écrit des histoires qu'ils avaient entendues. L'originalité de l'écriture au Moyen Âge (comme dans l'Antiquité) ne figurait pas en bonne place sur la liste des valeurs culturelles et les premiers écrivains ne prenaient pas la peine de signer leurs œuvres. Les noms réels de bon nombre des écrivains les plus célèbres du Moyen Âge sont encore inconnus. Marie de France n'est pas le nom réel de la femme qui écrivit les célèbres lais - il s'agit d'un nom de plume - et le nom de Chrétien de Troyes n'est autre qu'"un chrétien de Troyes", ce qui pourrait désigner n'importe qui. Ce n'est qu'aux 13e et 14e siècles que les auteurs commencèrent à écrire sous leur propre nom. Qu'ils soient connus ou anonymes, ces écrivains ont cependant créé certaines des plus grandes œuvres littéraires de l'histoire.

Autres formes de littérature

Les autres formes de littérature, outre la poésie, sont les suivantes

  • le théâtre
  • les récits historiques
  • les fables

Au Moyen Âge, le théâtre était essentiellement un outil d'enseignement de l'Église. Les pièces de moralité, les pièces mystérieuses et les pièces liturgiques enseignaient à un public analphabète la pensée et le comportement acceptables. Les pièces de la Passion, qui reconstituent les souffrances, la crucifixion et la résurrection de Jésus-Christ, étaient des divertissements populaires à Pâques, mais les pièces morales étaient présentées toute l'année. La plus connue d'entre elles est Everyman (vers 1495), qui raconte l'histoire d'un homme confronté à la mort qui ne trouve personne pour l'accompagner au paradis, si ce n'est ses bonnes actions. Cette allégorie est issue d'un type de littérature latine plus ancien, l'ars moriendi (art de mourir), qui expliquait aux gens comment mener une bonne vie et être assuré d'aller au paradis.

Supprimer la pub

Advertisement

Les histoires du haut Moyen Âge (476-1000) s'appuient souvent sur des fables et des mythes pour compléter et développer leurs récits. Les travaux d'historiens tels que Gildas (500-570), Bède (673-735) et Nennius (9e siècle) en Grande-Bretagne contiennent tous des éléments mythiques et reprennent des fables comme des faits. L'exemple le plus célèbre est l'Histoire des rois de Grande-Bretagne de Geoffrey de Monmouth (1136) écrite en latin. Geoffrey prétendait traduire un ouvrage historique ancien qu'il avait récemment découvert, alors qu'en fait il inventait la majeure partie de son "histoire" à partir de sa propre imagination et de morceaux d'histoires réelles plus anciennes qui se prêtaient au récit qu'il voulait raconter. Sa grande vision des premiers rois de Grande-Bretagne se concentre largement sur l'histoire de l'héroïque Arthur et c'est pour cette raison que Geoffrey de Monmouth est reconnu comme le père de la légende arthurienne.

Geoffrey of Monmouth
Geoffroy de Monmouth
ndl642m (CC BY-NC-ND)

Les fables mettent presque toujours en scène des animaux anthropomorphisés qui servent de personnages pour transmettre une leçon de morale, faire la satire d'un aspect de l'humanité ou encourager une norme de comportement. Le cycle de fables le plus populaire et le plus influent est celui qui met en scène Renart le goupil (à partir du 12e siècle) dont les aventures l'amènent fréquemment à entrer en conflit avec Ysengrin le loup. Renart est un filou qui compte sur sa ruse pour se tirer d'affaire ou obtenir un avantage.

Dans un des contes, Le combat de Renart et Ysengrin, Ysengrin défie Renart dans un combat à mort pour gagner les faveurs du roi. Renart sait qu'il ne peut pas gagner, mais il ne peut pas non plus refuser, alors il demande de l'aide à sa tante. Elle lui rase toute sa fourrure et l'enduit d'une graisse glissante. Il finit par gagner car le loup ne peut pas l'attraper. À la fin de la fable, Renart est félicité par le roi. Comme dans la plupart des fables, l'outsider sort vainqueur de l'épreuve, et ce thème rendit les contes de Renart le Renard, et d'autres personnages similaires, immensément populaires.

Supprimer la pub

Advertisement

Formes poétiques et œuvres célèbres

Malgré tout, les œuvres les plus populaires et les plus influentes étaient les histoires racontées en vers. Le plus ancien poème anglais dont l'auteur est connu est le Caedmon's Hymn (7e siècle), un simple hymne à la louange de Dieu composé par un berger analphabète qui l'entendit chanter dans une vision. Son chant fut écrit en vieil anglais par un scribe anonyme à l'abbaye de Whitby, en Northumbrie, et enregistré pour la première fois dans les écrits de Bède. La beauté simple de ces premiers vers devint la norme de la poésie vieil-anglaise et est évidente dans des œuvres comme The Dream of the Rood (Le Rêve de la Croix une vision de rêve du 7e siècle) et plus tard The Battle of Maldon (La Bataille de Maldon, fin du 10e siècle).

C'est entre ces deux œuvres que fut écrit le chef-d'œuvre épique Beowulf, qui s'appuie sur la même cadence du rythme allitératif des longues lignes pour faire avancer l'histoire et impressionner le public. Cette forme de vers résonne aujourd'hui comme elle dut le faire dans le passé, puisque les récitations et les représentations de Beowulf restent populaires. L'histoire est le récit épique du héros solitaire qui affronte et vainc le monstre noir qui menace les habitants du pays; un thème toujours populaire de l'Antiquité à nos jours.

LES POÈMES DE CHRÉTIEN SUR LA DEMOISELLE EN DÉTRESSE ET LE CHEVALIER COURAGEUX devinrent TRÈS POPULAIRES ET CONTRIBUèrent AU DÉVELOPPEMENT DE LA LÉGENDE DU ROI ARTHUR.

Une œuvre française plus tardive, la Chanson de Roland (11e siècle), est une autre épopée qui explore le même thème. Dans l'œuvre française, cependant, le "monstre" prend la forme humaine des Sarrasins qui menacent les vies et la culture chrétiennes. Roland, le grand chevalier de Charlemagne, est finalement appelé à tenir le col de Roncevaux contre l'avancée de l'ennemi et donne sa vie pour protéger son roi, son pays et ses camarades des envahisseurs. Ce poème était si populaire qu'il aurait été chanté par les troupes normandes lors de la bataille de Hastings en 1066 pour remonter le moral des troupes.

Supprimer la pub

Advertisement

Les romances, qui devinrent très populaires auprès de l'aristocratie européenne, commencèrent à fleurir au 12e siècle dans le sud de la France. Chrétien de Troyes (c. 1130-c.1190), poète de la cour de Marie de Champagne (1145-1198) est le plus connu des poètes romantiques et certainement l'un des plus influents. Les poèmes de Chrétien sur la demoiselle en détresse et le courageux chevalier qui doit la sauver devinrent très populaires et contribuèrent au développement de la légende du roi Arthur et de ses chevaliers de la Table ronde, qui sera finalement pleinement réalisée par Malory.

Le genre romanesque, qu'il soit donné en poésie ou en prose, repose sur l'acceptation par le public du concept selon lequel le véritable amour ne peut jamais durer ou est inatteignable. À la fin de l'histoire, l'un ou les deux amants meurent ou doivent se séparer. Le concept de fin heureuse, populaire dans le folklore médiéval, conclut rarement une romance médiévale écrite. Selon certains spécialistes, cela s'explique par le fait que la littérature romantique de l'amour courtois était une "écriture" habilement codée des Cathares, une secte religieuse considérée hérétique et persécutée par l'Église médiévale. Les cathares ("purs" du grec cathari) prétendaient être la vraie foi et vénéraient une déesse nommée Sophia (sagesse) qui présentait un certain nombre de similitudes avec la Vierge Marie.

Selon la théorie savante concernant les cathares et le roman médiéval, la demoiselle en détresse était Sophia et le courageux chevalier l'adepte cathare qui devait la protéger du danger (l'Église). Deux des femmes les plus puissantes du Moyen Âge, Marie de Champagne et sa mère Aliénor d'Aquitaine (c. 1122-1204) étaient toutes deux associées à l'hérésie cathare et toutes deux patronnesses d'auteurs de romans tels que Chrétien de Troyes, Andreas Cappelanus (alias André le Chapelain), et très probablement Marie de France, de sorte que cette théorie bénéficie d'un certain soutien historique.

Qu'il s'agisse d'œuvres allégoriques, l'élévation des femmes dans les mondes fictifs du héros chevaleresque influença la façon dont les femmes étaient perçues - du moins dans les classes supérieures - dans la vie quotidienne. Le genre fut développé aux 12e et 13e siècles par des poètes tels que Robert de Boron, Béroul et Thomas de Bretagne, ainsi que par les grands artistes allemands Wolfram von Eschenbach (l. 1170-1220) et Gottried von Strassburg (c. 1210), qui contribuèrent tous à des aspects importants de la légende arthurienne.

Canterbury Tales
Contes de Canterbury
SkedO (Public Domain)

Au 14e siècle cependant, la vision médiévale de la femme en tant que propriété avait été largement remplacée par le nouveau concept de femme en tant qu'individu, illustré par Geoffrey Chaucer dans le personnage de la bourgeoise de Bath dans les Contes de Canterbury. Les femmes apparaissent dans les œuvres de Chrétien comme des individus forts au 12e siècle - la plus célèbre étant le personnage de Guenièvre dans le poème Lancelot ou le chevalier de la charrette - mais la bourgeoise de Bath est un individu beaucoup plus rond et complet qui doit sa composition autant aux fabliaux français (une histoire courte racontée en vers) qu'aux romans ou aux figures du folklore.

L'élévation de la féminité atteignit son apogée dans la poésie de Pétrarque (l. 1304-1374), dont les sonnets sur le personnage de Laura continuent de résonner de nos jours. L'œuvre de Pétrarque était si populaire à son époque qu'elle influença les perceptions sociales non seulement des femmes mais de l'humanité en général, raison pour laquelle il est souvent cité comme le premier auteur humaniste.

Alors que les romances divertissaient et édifiaient, un autre genre cherchait à élever et à consoler: la vision de rêve. Les visions de rêve sont des poèmes mettant en scène un narrateur à la première personne qui raconte un rêve correspondant à une difficulté qu'il rencontre. Les plus célèbres d'entre eux sont La Perle d'un auteur inconnu, Pierre le laboureur de William Langland et le Livre de la Duchesse de Chaucer, tous datant du XIVe siècle. Le genre s'appuie généralement sur un dispositif de cadrage par lequel le lecteur se voit présenter le problème du narrateur, puis est emmené dans le rêve, avant d'être ramené à la vie éveillée du narrateur.

Dans La Perle, le narrateur pleure la perte de sa fille, fait un rêve de sa nouvelle vie au paradis où elle est en sécurité et heureuse, et se réveille réconcilié avec la perte de sa "perle précieuse sans prix". Le chagrin du père est soulagé par Dieu qui lui permet de voir où sa fille est allée et comment elle n'a pas cessé d'exister mais a simplement trouvé un nouveau foyer plus lumineux. Pierre le laboureur révèle également la bonté et l'amour de Dieu au rêveur, un homme nommé Will, qui est emmené en voyage dans ses rêves où il rencontre le bon laboureur, Pierre, qui représente le Christ et qui lui apprend à mieux vivre sa vie.

Le Livre de la duchesse de Chaucer (son premier grand poème long, vers 1370) s'écarte du thème religieux pour se concentrer sur le chagrin et la perte et sur la façon dont on vit avec. Dans cette œuvre, le grand amour du narrateur l'a quitté et il est incapable de dormir depuis des années. Alors qu'il lit un livre sur deux amants séparés par la mort, il s'endort et rêve qu'il rencontre un chevalier noir dans les bois, qui lui parle de son propre amour, de leur vie heureuse ensemble, et enfin de son chagrin: sa femme est morte. Le poème explore une question centrale des romans d'amour courtois: vaut-il mieux perdre un amant par la mort ou par l'infidélité ? Le narrateur ne répond jamais à cette question. Lorsqu'il se réveille de son rêve, il dit au lecteur qu'il en a été si étonné qu'il va l'écrire sous forme de poème ; il laisse au lecteur le soin de répondre à la question.

Dante, Florence Cathedral
Dante, cathédrale de Florence
Vitosmo (CC BY-NC-SA)

La vision du rêve médiévale atteignit son apogée dans la Divine Comédie de Dante Alighieri (14e siècle), dans laquelle le poète est emmené dans un voyage à travers l'enfer, le purgatoire et le paradis afin de corriger le chemin qu'il suivait et de l'assurer de la vérité de la vision chrétienne. La Divine Comédie n'est pas une véritable vision de rêve - le narrateur ne prétend jamais qu'il s'est endormi ou que les événements sont un rêve - mais Dante s'inspire des caractéristiques du genre pour raconter son histoire. La Divine Comédie reflète si fidèlement la progression, le ton et l'effet de la vision onirique du Moyen Âge que les contemporains - et même le propre fils de Dante - ont interprété l'œuvre comme un rêve.

Conclusion

Bien que la poésie soit restée un moyen d'expression populaire à la fin du Moyen Âge, de plus en plus d'écrivains commencèrent à travailler en prose, parmi lesquels un certain nombre de femmes remarquables. Des mystiques chrétiennes telles que Julian of Norwich (1342-1416) et Catherine de Sienne (1347-1380) racontèrent toutes deux leurs visions en prose et Margery Kempe (1373-1438) dicta ses révélations à un scribe qui les enregistra en prose. L'un des écrivains les plus célèbres du Moyen Âge, Christine de Pizan (1364-c.1430), écrivit ses œuvres très influentes en prose, tout comme le grand artiste italien Giovanni Boccaccio (1313-1375), surtout connu pour son chef-d'œuvre, le Décaméron.

La légende arthurienne, développée à partir du 12e siècle, fut rendue en prose dans le cycle de la Vulgate entre 1215 et 1235 et dans la version éditée connue sous le nom de cycle post-Vulgate (vers 1240-1250) qui servit de base à l'œuvre de Malory. Le Morte D'Arthur de Malory codifia la légende arthurienne qui fut ensuite améliorée et retravaillée par des auteurs ultérieurs et continue d'exercer une influence de nos jours.

Bien que les spécialistes continuent à débattre de l'œuvre qui doit être considérée comme le premier roman en anglais, celle de Malory est toujours un candidat sérieux. William Caxton, l'éditeur de Malory, fut l'un des premiers à bénéficier de la nouvelle presse à imprimer inventée par Johannes Gutenberg vers 1440. La presse de Gutenberg permit à la littérature médiévale, largement anonyme et libre d'être publiée par quiconque le souhaitait, de survivre et d'influencer les générations suivantes de lecteurs.

Supprimer la pub

Publicité

Bibliographie

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2019, mars 20). Littérature Médiévale [Medieval Literature]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-17990/litterature-medievale/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Littérature Médiévale." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le mars 20, 2019. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-17990/litterature-medievale/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Littérature Médiévale." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 20 mars 2019. Web. 16 août 2022.

Adhésion