Le Royaume de Francie occidentale

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Yves Palisse
publié le 16 novembre 2018
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais
Odo & the Siege of Paris (by Jean-Victor Schnetz, Public Domain)
Eudes et le siège de Paris
Jean-Victor Schnetz (Public Domain)

Le Royaume de Francie occidentale (843-987), également connu sous le nom de Royaume des Francs occidentaux, était la région d'Europe occidentale qui formait la partie occidentale de l'Empire carolingien de Charlemagne (Empereur des Romains 800-814), alors appelée Francie ou Royaume des Francs.

Cette région, qui faisait autrefois partie de l'espace géographique correspondant à la Gaule, fut occupée dans sa majorité par les Wisigoths à la chute de l'Empire romain au Ve siècle (bien que d'autres peuples aient également revendiqué des terres). Poursuivant la ligne fixée par son père Mérovée, fondateur de la dynastie mérovingienne (450-751 de notre ère), le roi des Francs saliens Childéric Ier (r. c. de 458 à 481 de notre ère) assujettira ces différents groupes ethniques et leurs domaines. L'Empire carolingien (800-888) arriva au pouvoir à la suite d'une longue période de troubles, de guerres civiles et d'invasions avant de réunifier le pays sous le règne de Charlemagne et de ses successeurs jusqu'en 843, date à laquelle il fut divisé en Francie occidentale (future France) et Francie orientale (future Allemagne) et Francie médiane, qui deviendra au fil des siècles la région Alsace-Lorraine.

Supprimer la pub

Advertisement

Clovis Ier finira par unifier le pays sous sa bannière en devenant, de 509 à 511 environ, le premier roi des Francs.

La Francie occidentale occupe une place prépondérante dans la série télévisée Vikings, qui relate les aventures de Ragnar Lodbrok, roi et aventurier viking de légende. Les Vikings lancèrent un certain nombre de raids dans la région tout au long du IXe siècle, assiégeant Paris à deux reprises, jusqu'à ce que le roi franc Charles le Simple (r. de 893 à 923) n'obtienne du chef viking Rollon (r. de 911 à 927) une promesse de paix et de protection en échange de terres. La Francie occidentale allait connaître une longue période de prospérité sous les divers règnes qui allaient se succéder jusqu'à l'avènement de la dynastie capétienne. Son fondateur étant originaire d'Île-de-France, c'est donc dans cette région qu'il établit le royaume de France en 987.

Origines et division

Après la chute de l'Empire romain d'Occident au Ve siècle, la région alors connue sous le nom de Gaule tomba tour à tour sous la domination du royaume des Wisigoths, des Alamans et autres peuples, jusqu'à sa conquête par les Francs saliens sous Mérovée et Childéric Ier, qui fondèrent la dynastie mérovingienne. Le fils de Childéric Ier, Clovis Ier (vers 466-511 de notre ère), finira par unifier le pays sous sa bannière en devenant, de 509 à 511 environ, le premier roi des Francs. C'est à cette époque que la région commence à apparaître sous le nom de Francie sur les documents officiels.

Supprimer la pub

Advertisement

Conquests of Clovis I
Les conquêtes de Clovis Ier
Altaileopard (CC BY-SA)

Après la mort de Clovis Ier, son royaume fut divisé entre ses quatre fils, réunifié sous le règne de Clothaire Ier (r. de 511 à 588), puis à nouveau morcelé en trois territoires : l'Austrasie, la Bourgogne et la Neustrie. Bien que chacuns gouvernés par des rois, c'était le maire du palais qui exerçait le pouvoir réel dans le royaume. Le détenteur du titre prenait toutes les décisions et définissait la politique du gouvernement tandis que le roi participait aux cérémonies publiques et accomplissait les rites protocolaires officiels.

Le plus puissant de ces maires était Pépin de Herstal (vers 635-714), qui prit le dessus sur ses adversaires au combat en 687 et se proclama duc et prince des Francs, régnant de 687 à 714. Il eut pour fils et successeur Charles Martel (r. de 718 à 741), célèbre pour sa victoire sur les armées musulmanes qui envahissaient le pays, lors de la bataille de Tours en 732. La victoire de Charles contribua à assurer la sécurité les frontières de la Francie et la stabilité de son règne favorisa une prospérité générale qui se poursuivit sous son successeur Pépin le Bref (r. de 751 à 768), fondateur de la dynastie carolingienne et père de Charlemagne.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

De 768 à 814, Charlemagne occupa le trône de roi des Francs, initialement aux côtés de son frère Carloman Ier jusqu'à sa mort en 771. Par la suite, il accumula les victoires et soumit les ennemis de l'Église, jusqu'à ce jour de l'an 800 où, se sentant suffisament sûr de sa puissance pour être proclamé Saint Empereur romain, il jeta les bases de l'Empire carolingien (800-888). Son fils Louis Ier (Louis le Pieux, 814-840), qui lui succéda, réforma l'empire et mit l'accent sur le lien commun qui unissait tous ses sujets dans la foi chrétienne.

Sculpture of Charlemagne - Abbey of Saint John at Müstair
Sculpture de Charlemagne - Abbaye de Saint Jean à Müstair
Wladyslaw Sojka (GNU FDL)

Louis Ier réussit, dans une large mesure, à créer un empire homogène, uni dans une même foi et une même vision, mais cela ne devait pas durer. En effet, à sa mort, ses fils se livrèrent à une querelle de succession qui plongea le pays dans la guerre civile. Pendant trois ans, les frères jetèrent leurs armées les unes contre les autres jusqu'à ce que la paix ne soit finalement établie en 843 par le traité de Verdun. L'ancien empire de Charlemagne et de Louis Ier fut alors divisé entre les trois frères : Louis le Germanique (r. de 843 à 876) s'empara de la Francie orientale, Lothaire Ier (r. de 843 à 855) hérita de la Francie médiane (Lotharingie) tandis que Charles le Chauve (r. de 843 à 877) règnera sur la Francie occidentale.

Les campagnes saxonnes de Charlemagne (772-804) avaient pour but de soumettre la région et de convertir les païens nordiques au christianisme.

La Francie occidentale et les raids vikings

Tout au long de son règne, Charlemagne se livrera à des guerres quasi incessantes pour étendre son pouvoir et celui de l'Église. Ses campagnes saxonnes (772-804), avaient pour but de soumettre la région et de convertir les païens nordiques au christianisme. Elles dévastèrent le pays et firent des milliers de morts dans la population civile, notamment lors du massacre de Verden en 782, lorsque Charlemagne ordonna l'exécution de 4 500 Saxons. Comme beaucoup de ces Saxons avaient des parents au Danemark, cet acte de terreur devait rester longtemps dans les mémoires et tout au long du siècle suivant, le cours de l'histoire de la Francie occidentale allait être affectée de façon durable par les incursions des Vikings, provenant en majorité du Danemark.

Supprimer la pub

Advertisement

Les Francs et les Scandinaves se connaissaient déjà depuis longtemps avant le règne de Charlemagne grâce à leurs échanges commerciaux et leurs relations avaient toujours été bonnes. L'érudite Janet L. Nelson cite un certain nombre d'exemples de ces relations cordiales, dont un dans lequel un évêque franc, égaré dans le nord de la Frise, bénéficia de l'assistance des 'hommes du Nord', probablement des Danois (Sawyer, 20). L'expansion de la puissance des Francs sous Charlemagne ne manqua sans doute pas d'inquièter ses voisins mais il n'existe aucune trace d'hostilité réelle de leur part avant le déclenchement des guerres saxonnes.

Oseberg Viking Ship
Le bateau viking d'Oseberg
Vassia Atanassova - Spiritia (CC BY-SA)

Le meneur de la résistance saxonne, un certain Widukind, demanda l'aide de Sigfried le Danois qui accorda asile et protection aux réfugiés saxons. En 798, Charlemagne exigea la fin de cette pratique et Sigfried s'exécuta. Cependant, en 804, après la conquête de la Saxe, le roi danois Godfred passa à la contre-attaque à la tête d'une flotte de bateaux et d'une nombreuse armée. Il ravagea la Frise, qui faisait à cette époque partie du royaume de Charlemagne, et imposa un tribut à la région. Charlemagne était en train de monter une expédition contre lui dans le but de reconquérir ces terres lorsque Godfred mourut. Son successeur entama immédiatement des pouparlers de paix.

En tout état de cause, le modèle à suivre pour des attaques nordiques rapides en représaille de l'agression franque avait été établi. Nelson explique la façon dont la frappe militaire de Godfred contre la Frise serait plus tard imitée par d'autres assaillants vikings, et plus encore, la raison derrière les succès des Vikings sur le long terme :

Supprimer la pub

Advertisement

Godfred avait sérieusement remis en cause la mainmise des Francs sur la Saxe et aux alliances qui la soutennaient. Il possédait de la cavalerie ; il était en mesure de rassembler une très grande flotte ; il comprenait l'importance des marchands et des péages et était en mesure de transplanter un centre de commerce entier sur son propre territoire ; il pouvait entreprendre des travaux publics, mobiliser des équipes sous les ordres de ses subordonnés afin de les réaliser ; il pouvait défier les Francs en bataille rangée de manière convaincante. (21)

Après la mort de Charlemagne en 814, d'autres aventuriers scandinaves se souviendraient des succès de Godfred. Attirés par la richesse des Francs, et n'ayant plus à craindre la puissance de Charlemagne, ils commencèrent à effectuer des incursions le long de la Seine pour attaquer les colonies franques. Le premier raid viking eut lieu en 820, mais les assaillants n'avaient alors aucune idée du type de force qu'ils allaient affronter, de leur nombre ou de la nature du terrain, et furent donc facilement vaincus et repoussés. Cependant, lorsque les Vikings décidèrent de revenir quelques années plus tard, ils étaient bien mieux préparés. C'est ainsi qu'en 841, le chef viking Asgeir saccagea et brûla Rouen et une grande partie de la campagne environnante, emportant un butin considérable ; d'autres aventuriers suivraient bientôt son exemple.

Les Vikings effectuèrent des raids en Francie occidentale tout au long du règne de Charles le Chauve. Le chef nordique Reginherus (une des sources d'inspiration possibles pour le personnage de Ragnar Lodbrok) assiégea Paris en 845 et, une fois toutes les tentatives pour mettre fin au siège épuisées, Charles se résolut à payer le chef viking pour le faire partir. Asgeir lança de nouveaux raids dans la région en 851-852 et entre 854 et 858. Le célèbre Bjorn côtes-de-fer, qui se disait le fils de Ragnar Lodbrok, effectua lui aussi des incursions dans la région aux côtés du célèbre Hastein (également connu sous le nom de Hasting) vers 858. Au point qu'en 860, Charles le Chauve décida de s'offrir les services d'un chef viking du nom de Weland pour débarrasser le pays des autres vikings qui, à cette époque, échappaient totalement au contrôle des Francs.

Viking Age Swords
Épées de l'ère viking
Kleon3 (CC BY-SA)

En 876, les Vikings ravagèrent et brûlèrent la région de Rouen et, après la mort de Charles, revinrent assiéger Paris en 885-886 ; deux raids que l'on pense avoir été menés le chef viking Rollon - ou qu'il y a tout du moins pris part. Tous ces raids déstabilisèrent la région et sa population vivait dans un état de crainte quasi permanent des attaques de Vikings qui arrivaient sans crier gare et laissaient la campagne dans un état de dévastation total.

Supprimer la pub

Advertisement

Les comtes de Francie occidentale et le roi Eudes

Il convient de signaler qu'en dehors de l'habileté des Vikings dans les domaines répertoriées ci-dessus par Nelson, le facteur principal du succès des raids vikings était la structure de la Francie occidentale après la mort de Louis Ier et la division de son empire. En effet, même si le traité de Verdun avait été signé, il restait toujours des tensions entre les trois frères et cela ne ferait que s'aggraver par la suite avec leurs successeurs. En outre, bien que Lothaire Ier, Louis le Germanique et Charles le Chauve aient globalement gouverné leurs territoires respectifs, les différents fiefs au sein de ces régions étaient contrôlées par des comtes qui détenaient un pouvoir et une autonomie importants. Les politiques mises en place par ces comtes visaient naturellement à accroître leur propre pouvoir aux dépens de leurs voisins. Comme le souligne l'érudit Henri Pirenne :

Leur intérêt le plus évident était de défendre et de protéger les terres et les gens qui étaient devenus leurs terres et leurs gens. Ils n'ont pas failli à une tâche qu'un souci purement égoïste de consolidation de leur pouvoir personnel leur avait imposée. Au fur et à mesure que leur pouvoir grandissait et se consolidait, ils se préoccupaient de plus en plus de doter leurs territoires d'une organisation capable de garantir l'ordre et la paix publics. (50)

Cependant, cette paix et cet ordre ne se manifestaient généralement que dans le voisinage immédiat de leurs cours et les lois étaient souvent mal appliquées ailleurs dans leurs fiefs. De plus, la priorité absolue accordée à leurs propres terres ne les incitait guère à porter assistance à ceux qui ne s'y trouvaient pas. Par conséquent, lorsque les raids vikings commencèrent, une défense régionale individuelle se mit en place partout où ils frappaient, mais il ne fallait pas compter sur l'aide de son voisin.

Eudes de Paris, roi de Francie occidentale de 888 à 898 offre l'un des meilleurs exemples du niveau de puissance que pouvait atteindre un comte. Charles le Chauve et ses fils moururent l'un après l'autre au cours de la période de troubles civils durant laquelle les successeurs des trois frères se firent mutuellement la guerre tandis que les Vikings harcelaient la région. À la même époque, un homme connu plus tard sous le nom de Robert le Fort (vers 830-866), comte d'Anjou, gagna en puissance et en richesse grâce à ses campagnes militaires et à la défense de son fief. Il trouva la mort lors d'une attaque des Vikings en 866, laissant derrière lui sa famille, dont son fils aîné, Eudes.

Charles the Bald
Charles le chauve
Charles de Steuben (Public Domain)

Lorsque le dernier des successeurs de Charles le Chauve mourut sans héritier direct, le peuple de Francie occidentale invita Charles le Gros de Francie orientale (le plus jeune fils de Louis le Germanique) à prendre le pouvoir en 884. Entre la mort de Robert le Fort et l'avènement de Charles le Gros, Eudes d'Anjou avait grandi et était devenu un comte aussi puissant que son père.

Lorsque les Vikings attaquèrent Paris en 885, c'est Eudes qui organisa la défense de la ville et soutint le siège. Charles le Gros, qui n'était pas un foudre de guerre, vint au secours de la ville en 886 mais, au lieu d'engager le combat avec les Vikings, il les paya pour lever le siège et les envoya faire des incursions en Bourgogne. La population demanda l'élection d'Eudes au trône de Francie occidentale et Charles le Gros fut détrôné en 888.

Si Eudes avait si bien défendu Paris, c'était bien entendu, grâce à ses qualités individuelles, mais aussi grâce au pouvoir qu'il détenait en tant que comte de son domaine. Mais même ainsi, il n'était pas l'héritier légitime de Charles le Chauve et la noblesse de Francie occidentale finit par lui demander de se retirer en faveur de Charles le Simple, petit-fils de Charles le Chauve. Eudes résista à leurs diverses tentatives d'intimidation avant de finalement se décider à leur donner satisfaction, mais il mourut avant d'avoir pu abdiquer. Comme il mourut sans héritier direct, c'est sans la moindre contestation que Charles le Simple lui succéda sur le trône de Francie occidentale en 898.

Charles le Simple et Rollon de Normandie

À cette époque, cela faisait déjà près d'un siècle que les raids vikings se poursuivaient et Charles éprouvait le besoin de les faire cesser. Le chef viking Rollon était présent dans le pays depuis le siège de Paris de 885-886 et effectuait des raids fructueux depuis son campement établi sur la Seine entre 887 et 911. Bien que Rollon se soit certainement livré à des destructions de biens et de récoltes, et qu'il ait sans aucun doute tué un certain nombre de personnes au passage, il semblait surtout intéressé par le butin et les esclaves, et non par le meurtre ou la destruction gratuite.

Nelson note que des événements comme les raids de Rollon démontrent 'le désir évident des hommes du Nord de capturer plutôt que de tuer' (Sawyer, 29). Les captifs pouvaient être vendus et les Vikings s'enrichissaient grâce au commerce des esclaves. Il était manifestement plus rentable d'emmener des moines loin de leurs abbayes et des paysans loin de leurs fermes que de les tuer et les archives de l'époque suggèrent que c'était bien ainsi qu'opérait Rollon.

Rollo of Normandy Statue
Statue de Rollon de Normandie
Frédéric Bisson (CC BY)

Lorsque Charles s'aperçut qu'il lui était tout à fait impossible d'arrêter Rollon, il se rabattit sur le précédent consistant à payer un chef viking pour qu'il lève le camp ou, comme dans le cas de Weland (et d'autres), pour qu'il reste mais se batte pour la Francie occidentale au lieu de la piller. Il proposa à Rollon de lui offrir des terres, ainsi que la main de sa fille Gisèle à condition que le Viking accepte de se convertir au christianisme et de devenir son vassal. Rollon accepta ces conditions et le traité de Saint Clair sur Epte fut signé en 911.

Les terres concédées à Rollon devinrent la Normandie et celui-ci tint parole, protégeant la Francie occidentale de nouveaux raids vikings et travaillant à améliorer tous les aspects de sa région. Il réforma les lois, encouragea le commerce et l'agriculture et fit campagne auprès de Charles le Simple pour rétablir l'ordre dans d'autres régions. Le règne de Charles le Simple et de Rollon de Normandie marqua la première période prolongée de paix et d'ordre depuis la création de la Francie occidentale en 843.

Le règne de Charles fut contesté par Robert Ier (r. de 922 à 923), frère cadet d'Eudes et lui-même puissant comte, à propos d'un litige concernant des droits et des titres dans le royaume de Lotharingie, anciennement Francie médiane, et un conflit éclata. Rollon combattit pour Charles lors de la bataille de Soissons en 923 où Robert Ier fut tué mais où son armée remporta néamoins la victoire. Charles fut capturé et Rollon se retira en Normandie. Robert Ier fut remplacé par Rodolphe, comte de Bourgogne et de Troyes qui épousa la fille de Robert, Emma de France et s'empara de la couronne sous le nom de Rodolphe de France (r. de 923 à 936). Charles le Simple resta en captivité jusqu'à sa mort en 929 et Rollon se retira du pouvoir en 927, décédant vers 930 de causes naturelles, très probablement dans sa capitale, Rouen.

À eux deux, Charles le Simple et Rollon de Normandie réussirent à stabiliser la Francie occidentale fournissant ainsi à la région de réelles opportunités de croissance et de développement. Cependant, conflits militaires et actes d'hostilité en tous genres n'allaient pas manquer sous les règnes de Louis IV (r. de 936 à 954), du grand roi Lothaire (r. de 954 à 986), qui unifia la région et de Louis V (r. de 966 à 987), jusqu'à l'ascension au trône d'Hugues Capet (r. de 987 à 996), fondateur de la dynastie capétienne et du royaume de France.

La Francie occidentale dans Vikings & sa Postérité

La Francie occidentale est présente dans la série télévisée Vikings à partir de la troisième saison. Comme la série est un divertissement et non pas un cours d'histoire, elle ne prétend pas adhérer strictement au fait historique et fait un large usage de la licence poétique. Par exemple, lors de l'incursion de Reginherus en 845, les habitants de Paris avaient fui bien avant l'arrivée des Vikings et il n'y eut par conséquent que très peu de combats, voire aucun. De même, la scène spectaculaire de l'épisode dix de la troisième saison qui voit Ragnar se convertit au christianisme, apparemment mourir, puis sauter de son cercueil à l'intérieur de la cathédrale est tirée de récits concernant le chef viking Hastein, qui aurait utilisé ce stratagème au moins deux fois dans d'autres villes, et non à Paris.

Lothaire Bluteau as Charles of West Francia
Lothaire Bluteau dans le rôle de Charles de Francie occidentale
Bernard Walsh (Copyright, fair use)

Gisèle de France n'était qu'une toute jeune fille au moment de ses fiançailles avec le Rollon historique en 911 et sa représentation dans la série est donc totalement fictive. La représentation d'Eudes, comte de Paris, n'est exacte que dans la mesure où il défend la ville et dans la description de son pouvoir personnel, mais pas dans ses interactions avec Thérèse au cours de la quatrième saison. Les méthodes utilisées pour défendre la ville sont fidèles à celles du IXème siècle.

Le siège de 845 effectué par Reginherus est confondu avec le siège de Rollon en 885-886 dans les saisons trois et quatre. Dans les deux cas, il n'y a aucune preuve que les Vikings aient démonté leurs bateaux et les aient transportés par voie terrestre pour attaquer Paris par un autre angle d'attaque, bien qu'il existe des preuves que les Vikings l'aient réellement fait dans les Shetlands et en Russie (entre autres) et que la représentation dans la série de la façon dont cela a été fait soit correcte. Les spécialistes ont conclu que les bateaux vikings pouvaient effectivement être transportés par voie terrestre sur de longues distances en utilisant les méthodes montrées dans la série télévisée et que cela était fait pour un certain nombre de raisons, notamment des eaux difficiles à naviguer ou la nécessité de se rendre rapidement d'un plan d'eau à un autre.

Quelles que soient les libertés prises par l'émission à des fins de divertissement, les producteurs réussissent à raconter l'histoire de l'influence des Vikings en Francie occidentale et la façon dont Rollon de Normandie contribua à stabiliser la région. Les Norvégiens et les Francs s'assimilèrent après la fin des raids vikings pour créer une culture et une ethnie unifiées. Nelson écrit :

Les femmes fournissent un test de compatibilité culturelle. L'occupante d'une tombe prétendument 'viking' trouvée près de Pitres était-elle viking ou franque ? Tout ce que nous pouvons dire, c'est qu'elle portait des bijoux de style 'viking'. C'était peut-être une Danoise convertie au christianisme. C'était peut-être une Franque convertie à un Danois. [Dans les annales de l'époque], il n'est pas question de viol, ce qui est significatif, étant donné que ces annales mentionnent à deux reprises des épisodes où les partisans des rois carolingiens chrétiens ont commis des viols. (Sawyer, 47)

Au bout du compte, les Scandinaves qui étaient venus en tant que pillards restèrent en tant que citoyens, adoptèrent la langue et la culture locale, et y ajoutèrent les leurs. Ils se convertirent à la foi chrétienne du pays et se battirent pour elle avec le zèle dont ils avaient fait preuve en tant que païens. Les contributions des Vikings à la Francie occidentale sont nombreuses et touchent tous les aspects de la région qui, après l'avènement d'Hugues Capet, deviendra la France.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Yves Palisse
Linguiste passionné d'Histoire, Yves P Palisse est un traducteur indépendant possédant des années d’expérience dans les domaines de la traduction, de l’analyse des médias et du service à la clientèle. Après avoir beaucoup voyagé dans toute l'Europe, Il a fini par poser ses bagages à londres en 1999. Il a une passion pour les sciences humaines, le droit et la justice sociale.

Auteur

Joshua J. Mark
Auteur indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2018, novembre 16). Le Royaume de Francie occidentale [Kingdom of West Francia]. (Y. Palisse, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-17539/le-royaume-de-francie-occidentale/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Le Royaume de Francie occidentale." Traduit par Yves Palisse. World History Encyclopedia. modifié le novembre 16, 2018. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-17539/le-royaume-de-francie-occidentale/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Le Royaume de Francie occidentale." Traduit par Yves Palisse. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 16 nov. 2018. Web. 07 juil. 2022.

Adhésion