Dynastie Song

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Jerome Couturier
publié le 26 septembre 2017
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, italien
Imperial Garden, Kaifeng (by Zhang Zeduan, Public Domain)
Jardins Impériaux, Kaifeng
Zhang Zeduan (Public Domain)

La Dynastie Song (ou Sung) régna sur la Chine de 960 à 1279, sur deux périodes: celle des Song du Nord (960-1125), puis celle des Song du Sud (1125-1279). Les Song du Nord dirigèrent une Chine largement unifiée depuis leur capitale de Kaifeng. Mais lorsque la partie nord de l'état fut envahie par l'état Jin dans le premier quart du 12ème siècle, les Song déplacèrent leur capitale vers le sud, à Hangzhou. Malgré la modernisation relative de la Chine et sa grande richesse économique au cours de cette période, la cour des Song était tellement minée par les factions politiques et le conservatisme que l'état ne put pas résister au défi de l'invasion mongole et s'effondra en 1279, remplacé par la Dynastie Yuan.

Fondation

Le chaos et le vide politique provoqués par l'effondrement de la dynastie Tang (618-907) conduisit à l'éclatement de la Chine en cinq dynasties et dix royaumes. Mais un seigneur de guerre releva le défi, comme cela s'était produit si souvent auparavant, et rassembla au moins quelques-uns des différents états, redonnant au pays une apparence de Chine unifiée. Ainsi, la Dynastie Song fut fondée par le général des Zhou postérieurs Zhao Kuangyin (927-976), qui fut promu empereur par l'armée en 960. Il règnera sous le nom de Taizu (‘Grand Progéniteur’). Pour s'assurer qu'aucun général rival ne devienne trop puissant et n'obtienne le soutien nécessaire pour s'emparer du trône, l'empereur introduisit un système de rotation pour les chefs de l'armée et balaya toute opposition. En outre, il s'assura que la fonction publique jouisse désormais d'un statut supérieur à celui de l'armée en lui conférant le rôle d'organe de contrôle.

Supprimer la pub

Advertisement

LES EMPEREURS SONG CHERCHAIENT À MAINTENIR DES FRONTIÈRES PACIFIQUES AFIN DE CONSOLIDER LEUR DOMINATION SUR LA CHINE CENTRALE et GÉRER LEURS 100 MILLIONS DE SUJETS.

L'empereur Taizu de Song fut remplacé par son frère cadet, l'empereur Taizong (‘Grand Ancêtre’), qui régna de 976 à 997. La stabilité apportée par les longs règnes des deux premiers empereurs (du moins par rapport aux chaotiques siècles précédents) donna à la Dynastie Song le départ dont elle avait besoin pour devenir l'une des plus prospères de l'histoire de la Chine.

Consolidation et Gouvernement

Taizu conquit peut-être une grande partie de la Chine centrale, mais ni lui ni ses successeurs ne réussirent à conquérir la Dynastie Khitan Liao au nord, qui contrôlait toujours la zone défensive vitale de la Grande Muraille de Chine. En effet, les cavaliers khitans étaient si supérieurs qu'ils envahissaient la Chine des Song à volonté et que les empereurs Song étaient contraints de payer à leurs voisins un tribut annuel sous forme d'argent et de soie. Ils reconnaissaient également le souverain khitan comme un empereur à part entière. Une situation similaire se produisit avec l'état Tangoute Xia au nord-ouest. Un tribut leur fut également versé à la suite d'une défaite en 1044, afin que les empereurs Song puissent maintenir une frontière pacifique et se concentrer sur la consolidation de leur domination de la Chine centrale et la gestion de leurs 100 millions de sujets. Les paiements de tribut étaient énormes mais inférieurs aux coûts d'une guerre ou du maintien d'une présence militaire constante dans la région. En outre, comme le commerce était florissant entre ces états, une grande partie de la valeur du tribut revenait de toute façon à la Chine en paiement de ses exportations.

Supprimer la pub

Advertisement

Northern Song Dynasty Map
Carte de la Dynastie des Song du Nord
Yu Ninjie (CC BY-SA)

Bien que les Song aient été capables de gouverner une Chine unie après une longue période de division, leur règne fut affecté par les problèmes d'un nouveau climat politique et intellectuel qui remettait en question l'autorité impériale et cherchait à expliquer ce qui avait failli dans les dernières années de la dynastie Tang. L'un des symptômes de cette nouvelle pensée était le renouveau des idéaux du Confucianisme, le Néo-Confucianisme comme on l'appela, qui mettait l'accent sur l'amélioration du soi dans un cadre métaphysique plus rationnel. Cette nouvelle approche du Confucianisme, avec son ajout métaphysique, permettait désormais de renverser l'importance que les Tang avaient accordée au Bouddhisme, considéré par de nombreux intellectuels comme une religion non chinoise.

L'affrontement des idéaux politiques et religieux à la cour conduisit souvent à des factions et à des exils préjudiciables, mais le véritable problème, bien sûr, ne fut jamais vraiment abordé. Il s'agit de la grande inégalité des richesses dont souffrait la Chine depuis des siècles. Une tentative de réforme fut les Nouvelles Politiques du chancelier Wang Anshi (1021-1086), qui souhaitait alléger les charges des éléments les plus pauvres de la société. Il proposa des réformes telles que la substitution d'un impôt en nature à un service de travail dérangeant pour l'activité, l'offre de prêts à taux d'intérêt réduit, et la réalisation de nouveaux relevés fonciers visant à répartir plus équitablement les obligations fiscales. Ces réformes se heurtèrent toutefois à l'opposition presque totale des administrateurs locaux dont l'intérêt était le statu quo et leur réseau bien établi d'amis et de pots-de-vin. Dans la pratique, si un nombre croissant de personnes avaient la possibilité de rejoindre la classe des érudits et des bureaucrates qui dirigeaient l'état chinois aux niveaux national et local, et même si la petite aristocratie élargissait considérablement sa base, la grande majorité de la population sous la Dynastie Song restait, comme toujours, les paysans surchargés de travail et surtaxés.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Économie

Si la politique des Song était quelque peu gênante pour les empereurs, au moins l'économie était en plein essor. Kaifeng, déjà capitale sous les dynasties précédentes, était l'une des grandes métropoles du monde sous les Song. Avec une population d'environ un million d'habitants, la ville bénéficiait de l'industrialisation et était bien approvisionnée par les mines voisines produisant du charbon et du fer. Important centre commercial, Kaifeng était surtout célèbre pour ses industries d'imprimerie, du papier, du textile et de la porcelaine. Ces produits étaient exportés le long de la Route de la Soie et à travers l'Océan Indien, tout comme le thé, la soie, le riz et le cuivre. Les importations comprenaient des chevaux, des chameaux, des moutons, des tissus de coton, de l'ivoire, des pierres précieuses et des épices.

Women Checking Silk, Song China.
Femme Vérifiant de la Soie, Chine des Song
Unknown Artist (Public Domain)

L'agriculture, dans l'ensemble, devint beaucoup plus efficace, et les fermiers cherchaient à produire plus que ce dont ils avaient besoin pour leurs propres besoins. Les villes devinrent plus densément peuplées, les marchés prospérèrent et les agriculteurs commencèrent à cultiver des produits pour lesquels ils savaient qu'ils pourraient demander des prix élevés, comme le sucre, les oranges, le coton, la soie et le thé. Pour transporter toutes ces marchandises par les canaux et la mer jusqu'aux endroits où elles étaient demandées, des milliers de navires furent construits, et c'est ainsi qu'une nouvelle industrie connut un grand succès. Les entreprises devinrent plus grandes et plus sophistiquées, avec différents niveaux de gestion et de propriété. Les guildes, les grossistes, les partenariats et les sociétés par actions se développèrent dans leur ensemble et l'économie chinoise commença à prendre lentement l'apparence de quelque chose de proche du modèle industriel d'aujourd'hui.

Arts et Sciences

Sous les Song, la Chine devint une nation plus moderne et plus industrialisée grâce à des innovations dans le domaine des machines, de l'agriculture et des processus de fabrication. Parmi les inventions importantes ou améliorations d'idées existantes, citons les bateaux à roues à aubes, la poudre à canon, le papier-monnaie, la boussole fixe, le gouvernail de poupe, les portes d'écluses des canaux et la presse à imprimer à caractères mobiles. Les armures en fer furent produites en masse et les épées fabriquées à partir d'acier de haute qualité, grâce à des soufflets actionnés par l'eau permettant des fours à haute température.

Supprimer la pub

Advertisement

La littérature fut en plein essor pendant la Dynastie Song. Lie Jie écrivit un célèbre traité d'architecture, son Yingzao Fashi (1103), et des encyclopédies virent le jour. De célèbres ouvrages d'histoire furent rédigés, comme le Zizhi Tongjian (Miroir Complet d'Aide au Gouvernement) de Sima Guang qui, publié en 1084, couvrait l'histoire de la Chine de 403 av. JC à 959 de notre ère. Cette période vit la publication d'un grand nombre d'œuvres poétiques. L'un des poètes les plus célèbres est Su Dongpo, ou Su Shi (1037-1101), qui écrivit, comme beaucoup de ses contemporains, sur l'amour, la solitude et le chagrin. Les femmes de la période Song eurent sans doute eu moins de chance que leurs prédécesseurs, et des pratiques telles que le bandage des pieds en particulier, devinrent plus courantes. Cependant, une poétesse renommée fut Li Qingzhao, qui décrivit de façon fameuse l'exil de sa famille en 1127, et son chagrin à la mort précoce de son mari.

Travelling among Streams & Mountains by Fan Kuan
Voyage Par-delà les Fleuves et les Monts, de Fan Kuan
Fan Kuan (Public Domain)

Les arts visuels en général prospérèrent, alimentés par la demande croissante d'une classe moyenne de plus en plus riche. La porcelaine fine et le théâtre furent très prisés par la nouvelle élite urbaine. Les peintures de paysages tendaient à un plus grand réalisme, l'une des plus célèbres étant Voyage Par-delà les Fleuves et les Monts, peinture sur soie de 2 x 1 m, de Fan Kuan (c. 990-1030). La peinture de fleurs et d'animaux sauvages, notamment d'oiseaux, devint également très populaire chez les artistes de la Dynastie Song. L'appréciation de l'art fut telle que nombre des artistes les plus célèbres faisaient ingénieusement copier leurs œuvres, et ces contrefaçons, parfois garnies du sceau estampé de l'artiste, continuent de tromper les antiquaires jusqu'à aujourd'hui.

LA DÉFAITE DEVANT L'ÉTAT JIN OBLIGEA LA COUR SONG À SE DÉPLACER VERS LE SUD, DANS LA VALLÉE DU YANGTZE.

Menaces Territoriales

Au début du 12ème siècle, la position de la Chine en tant que maître de l'Asie orientale était de plus en plus menacée par les attaques des états Liao et Xia au nord. Plus dangereux encore étaient les Jürchen, peuple tribal du nord-est de la Chine. Ancêtres des Mandchous, ils parlaient la langue toungouse et avaient déclaré leur propre état, le Jin, en 1115. Les Song profitèrent de leurs ambitions territoriales, et les deux états unirent leurs forces pour vaincre les Liao. Malheureusement, bien qu'ils eurent atteint leur objectif, les Song montrèrent plutôt leur faiblesse militaire. Ainsi, en 1125, l'état Jin attaqua des régions du nord de la Chine, et même le grand général Tong Guan (1054-1126) ne put l’arrêter. L'empereur Huizong (r. de 1100 à 1126) fut capturé avec des milliers de personnes et, en plus de la perte d'une grande bande du territoire, les Song furent contraints de payer une rançon massive aux Jürchen pour éviter d'autres pertes humaines.

Supprimer la pub

Advertisement

La défaite obligea la cour des Song à se déplacer dans la vallée du Yangtze, et ils finirent par établir une nouvelle capitale en 1138 à Hangzhou, dans la province du Zhejiang. Ce fut le début de la Dynastie des Song du Sud. Le rétrécissement des terres des Song ne freina pas l'essor de l'économie car, heureusement, les grands ports de commerce de la nouvelle capitale, Quanzhou et Fuzhou se trouvaient tous dans le sud et continuaient à prospérer comme des villes multinationales où un nombre important d'immigrants musulmans et hindous étaient installés en permanence. Le sud était également beaucoup plus fertile et continuait à produire des excédents à chaque récolte.

Map of Southern Song & Jin States
Carte des Song du Sud & et des États Jin
Yu Ninjie (CC BY-SA)

En 1127, l'armée Song fit de l'un des fils survivants de Huizong un empereur, qui prit alors le titre de Gaozong (r. de 1127 à 1162). Après quelques timides tentatives, tout plan visant à reprendre les terres perdues du fait de l'état Jin fut officiellement abandonné, et un traité de paix fut signé en 1141. Heureusement pour l'empereur Song, il contrôlait toujours la partie la plus riche de son ancien état et environ 60 % de la population. Hangzhou se développait. Célèbre pour ses canaux et ses jardins pittoresques, c'était un centre commercial prospère produisant de la soie et des bateaux, et comptant une population de plus d'un million d'habitants. Les défaites militaires amenèrent également les dirigeants et les intellectuels des Song à repenser leur stratégie et à s'efforcer d'aider toutes les couches de la société. Dans la capitale, les pauvres recevaient par exemple des allocations gratuites et une aide médicale.

L'Invasion Mongole

Alors que les Song s'étaient habitués à leur nouvel état après le terrible bouleversement causé par les Jürchen, une menace encore plus grande apparut, une fois de plus venant du nord. Les tribus nomades mongoles s'étaient rassemblées sous la direction de Gengis Khan (r. de 1206 à 1227), et elles attaquèrent et pillèrent à plusieurs reprises les états Xia et Jin au cours des trois premières décennies du 13ème siècle. Les Song pensaient qu'ils seraient les prochains et préparèrent donc leurs armées, en les finançant en grande partie avec les richesses confisquées à l'aristocratie foncière - politique qui n'améliora pas l'unité interne. Il y eut cependant un sursis, car les Mongols furent assez occupés à l'extension de leur empire en Asie occidentale.

Supprimer la pub

Advertisement

Ce ne fut qu'en 1268 que le chef mongol Kubilai Khan (r. de 1260 à 1294) jeta son dévolu sur les terres situées au sud du fleuve Yangtze. La ville stratégiquement importante de Xiangyang fut d'abord assiégée et tomba en 1273 du fait de la ténacité des Mongols et de la supériorité de leurs catapultes. Les envahisseurs traversèrent le Yangtze en 1275 et s’avérèrent inarrêtables. Avec de nombreux généraux Song faisant défection ou se rendant avec leurs armées, une cour en proie à des querelles intestines entre les conseillers du jeune empereur et le massacre impitoyable de toute la ville de Changzhou, la fin de la dynastie Song était assurément proche. L'impératrice douairière et son jeune fils, l'empereur Gongzong (r. de 1274 à 1275) se rendirent et furent emmenés prisonniers dans la ville du nord de Pékin. Quelques groupes de loyalistes se battirent pendant trois années supplémentaires, installant deux autres jeunes empereurs dans le processus (Duanzong et Dibing), mais les Mongols balayèrent tout devant eux, établissant la Dynastie Yuan (1271-1368) en Chine, puis ils descendirent au Vietnam. L'état Song, assez riche mais payant cher son manque d'unité politique, d'investissement militaire et d'innovation en matière d'armement, fit alors partie du vaste empire mongol qui couvrait maintenant un cinquième du globe.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Jerome Couturier
Je suis médecin, spécialisé en Génétique. J'aime l'Histoire et l'Antiquité depuis mon plus jeune âge. J'ai toujours eu un interêt pour la recherche dans divers domaines scientifiques, dont l'archéologie.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur d'articles historiques installé en Italie. Il s'intéresse plus particulièrement à la poterie, à l’architecture, aux mythologies du monde et à la découverte des idées partagées par toutes les civilisations. Il est titulaire d’un Master en philosophie politique et éditeur en chef de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2017, septembre 26). Dynastie Song [Song Dynasty]. (J. Couturier, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-16215/dynastie-song/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Dynastie Song." Traduit par Jerome Couturier. World History Encyclopedia. modifié le septembre 26, 2017. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-16215/dynastie-song/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Dynastie Song." Traduit par Jerome Couturier. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 26 sept. 2017. Web. 07 juil. 2022.

Adhésion