Ryujin

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 28 juin 2017
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais
Ryujin (by Utagawa Kuniyoshi, Public Domain)
Ryujin
Utagawa Kuniyoshi (Public Domain)

Ryujin (alias Ryu-o) est le roi dragon, le dieu de la mer et le maître des serpents dans la mythologie japonaise. Avec ses bijoux magiques, il est responsable des marées et représente à la fois les périls et la générosité de la mer. Il était donc particulièrement important pour une ancienne nation insulaire comme le Japon. Ryujin est souvent associé ou considéré comme étant Owatatsumi-no-kami, une autre divinité de l'eau ou kami (esprit) shinto, plus connue sous le nom de Watatsumi. Considéré comme ayant une connaissance utile de la médecine et comme le porteur de la pluie et du tonnerre, Ryujin est également le dieu patron ou ujigami de plusieurs groupes familiaux japonais.

Associations

Ryujin est l'un des huit rois dragons, originellement importés de la mythologie indienne par la Chine et la Corée. Il est le seigneur de la mer et des serpents, qui peuvent être son avatar et qui étaient considérés par les anciens Japonais comme une forme de dragon. Les serpents étaient également considérés comme les messagers de Ryujin et permettaient au roi dragon de communiquer avec le monde extérieur depuis sa résidence dans un palais sous la mer ou dans le lac d'un volcan éteint. Les profondeurs du lac Biwa, au nord-est de Kyoto, sont souvent citées comme étant la résidence de Ryujin. Les serpents étaient associés à la mort et au tonnerre, ce qui correspond au rôle de Ryujin en tant qu'apporteur de pluie et d'orages. Ryujin était censé apparaître dans les rêves des gens ainsi que brièvement au moment du réveil. Le dieu de la mer dispose également d'un dispensaire de médicaments utiles, en particulier ceux qui peuvent garantir une longue vie. Enfin, le dieu est souvent associé à sujin, le kami mineur de l'eau douce, des sources et des puits.

Supprimer la pub

Advertisement

Le dieu a des sanctuaires dans tout le Japon, notamment dans les zones rurales où la pêche et les pluies pour l'agriculture sont si importantes pour les communautés locales. Dans l'art, Ryujin est typiquement représenté comme un dragon marin ou un serpent géant. Il peut porter le joyau magique rond qui représente le pouvoir et la monarchie au Japon et avec lequel le dieu peut contrôler les marées.

Reflétant la nature capricieuse de la mer, Ryujin peut être soit une force sinistre, soit un souverain bienveillant qui aide les héros en détresse.

Mythes et héros

Ryujin est le protagoniste de plusieurs mythes japonais. Reflétant la nature capricieuse de la mer, il peut être soit une force sinistre, soit un souverain bienveillant qui aide les héros en détresse. Sous les traits de Watatsumi, par exemple, il aida Hoori contre le frère du héros, Hoderi. Cependant, Ryujin vola également le joyau qui appartenait à Kamatari, le fondateur du clan Fujiwara. Le bijou ne fut retrouvé qu'après que la femme de Kamatari ait plongé dans le palais des dieux sous la mer et l'ait rapporté, elle se noya tragiquement ce faisant.

Supprimer la pub

Advertisement

Tawara Toda et le mille-pattes

Dans une histoire plus flatteuse, Ryujin donna une cloche (bien qu'il l'ait volée auparavant) au héros Tawara Toda (alias Fujiwara Hidesato) pour le remercier d'avoir sauvé son palais d'un redoutable mille-pattes dont le corps était si long qu'il recouvrait une montagne entière. Ce héros-guerrier du XIe siècle était célèbre pour ses talents d'archer, mais ce n'est que lorsqu'il trempa sa quatrième et dernière flèche dans sa propre salive que la magie survint et qu'il réussit à abattre la créature géante. La cloche fut laissée dans le temple de Mii-dera, et il est possible que l'autre cadeau de Ryujin, un énorme sac de riz inépuisable, explique le titre de "Seigneur sac de riz" du héros (une autre raison pourrait être sa capacité réputée à soulever un sac de riz de 60 kilos/132 livres). Ryujin offrit également à Tawara Toda un chaudron magique permettant de cuire les aliments sans avoir besoin de feu et un rouleau de brocart inépuisable.

Urashima Tarō

Un autre mythe impliquant le roi dragon est celui d'Urashima Tarō. Un jour, le pêcheur vit des enfants tourmenter une tortue sur la plage et il les chassa. En remerciement, la tortue proposa à Urashima Tarō de l'emmener faire un voyage en mer et de lui faire visiter gratuitement le palais sous-marin de Ryujin. À son arrivée, le pêcheur fut invité à un festin par la fille du roi dragon et, à son départ, il reçut en cadeau une boîte à bijoux. Quand Urashima Tarō rentra chez lui, il vit que le village avait changé depuis son départ, il ne put retrouver sa maison ni sa famille. Puis il rencontra une vieille dame qui se souvenait tout juste qu'on lui avait raconté, dans son enfance, la disparition mystérieuse d'un des pêcheurs du village. En plus de cela, lorsqu'il ouvrit sa boîte à bijoux, une brume en sortit qui le transforma instantanément en un très vieil homme avec une longue barbe blanche. Au fond de la boîte se trouvait une seule plume, et lorsqu'Urashima Tarō s'en empara, il se transforma en grue, symbole du bonheur, qui s'envola alors en direction du lointain palais de Ryujin.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Hoori et l'hameçon

Ruyijin, cette fois sous le nom de Watatsumi, figure en bonne place dans l'histoire de Hoori (alias Hoho-demi ou Hikohohodemi) qui est racontée dans le Kojiki (Chronique des faits anciens) compilé en 712 de notre ère. Hoori, le plus jeune fils de Ninigi (petit-fils de la déesse du soleil Amaterasu), emprunta un jour l'hameçon magique de son frère Hoderi. Cet hameçon permettait à son utilisateur d'attraper un grand nombre de poissons sans le moindre effort. Mais, inexplicablement, lorsque Hoori s'y essaya, l'hameçon ne mordit pas une seule fois et, pour ne rien arranger, l'infortuné pêcheur le laissa tomber et il coula dans les profondeurs de la mer.

Pas très heureux de découvrir ce qui était arrivé à son bien si précieux, Hoderi refusa l'offre de son frère de fabriquer une nouvelle série de 500 hameçons à partir de son épée brisée. Assis en larmes sur la plage, Hoori fut approché par un kami qui, découvrant son angoisse, lui dit de rendre visite à Watatsumi, qui serait sûrement capable de trouver et de lui rendre le crochet si on le lui demandait gentiment. En conséquence, Hoori se construisit un petit bateau et, après un long voyage, arriva enfin au palais du dieu de la mer. Là, il fut accueilli par la fille de Watatsumi, Toyotama-hime, et, impressionné par la beauté de la princesse, il oublia rapidement pourquoi il avait navigué jusque-là.

Hoori et Toyotama-hime se marièrent avec la bénédiction de Watatsumi qui leur offrit tant de cadeaux qu'il fallut 100 tables pour les exposer. Cependant, dans leur jeunesse béate, ils perdirent la notion du temps, si bien que plusieurs années passèrent avant que Hoori ne se souvienne que son frère attendait toujours l'hameçon. Lorsqu'il le dit à Watatsumi, le dieu rassembla tous les poissons de la mer et découvrit l'hameçon dans la bouche d'une daurade. Il maudit l'hameçon et donna ensuite à Hoori deux bijoux avec lesquels il pourrait contrôler les eaux qui irrigueraient ses rizières. De retour chez lui après qu'un requin (ou un crocodile) lui ait donné un coup de main, les bijoux magiques permirent à Hoori de devenir très prospère et de vivre 500 ans, alors que son frère fut ruiné.

Supprimer la pub

Advertisement

This content was made possible with generous support from the Great Britain Sasakawa Foundation.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur d'articles historiques installé en Italie. Il s'intéresse plus particulièrement à la poterie, à l’architecture, aux mythologies du monde et à la découverte des idées partagées par toutes les civilisations. Il est titulaire d’un Master en philosophie politique et éditeur en chef de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2017, juin 28). Ryujin [Ryujin]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-16151/ryujin/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Ryujin." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juin 28, 2017. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-16151/ryujin/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Ryujin." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 28 juin 2017. Web. 24 juin 2022.

Adhésion