Hestia

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 12 septembre 2019
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, Turc
Hestia Giustiniani (by Unknown Artist, Public Domain)
Hestia Giustiniani
Unknown Artist (Public Domain)

Hestia était la déesse grecque vierge du foyer, de la maison et de l'hospitalité. Dans la mythologie grecque, elle est la fille aînée de Cronus et de Rhéa. Dans son rôle de protectrice de la famille et de la communauté politique, des sacrifices et des offrandes étaient régulièrement faits à Hestia au foyer de chaque maison privée et au foyer public de la ville ou du village. Pour les Romains, la déesse était connue sous le nom de Vesta.

Famille

Dans les mythes grecs, les parents d'Hestia étaient Cronos et Rhéa et ses jeunes frères et sœurs étaient donc Zeus, Héra, Déméter, Poséidon et Hadès. Cronos, paranoïaque à l'idée que l'un de ses propres enfants puisse renverser son règne, les avala tous. Zeus, cependant, fut sauvé par sa mère lorsqu'elle donna à son mari un rocher enveloppé dans un tissu au lieu de l'enfant qui revint plus tard et fit en sorte que son père recrache ses frères et sœurs. Hestia ne se maria jamais et resta vierge, malgré les attentions amoureuses d'Apollon, de Poséidon et de Priape, le dieu de la fertilité.

Supprimer la pub

Advertisement

HESTIA ÉTAIT LA PERSONNIFICATION DU FOYER et AINSI RECEVAIT DES SACRIFICES DANS TOUS LES TEMPLES DES DIEUX.

La déesse grecque fut la seule à ne pas se joindre aux Olympiens lors de leur attaque ratée contre Zeus. Dans certaines listes, Hestia est l'un des 12 dieux olympiens, mais le plus souvent, sa place est occupée par Dionysos. Dans certains mythes, la déesse renonce volontairement à sa place parmi les dieux sur le mont Olympe, en échangeant avec Dionysos, car elle préfère se retirer des affaires divines et est sûre d'être bien accueillie dans la ville mortelle de son choix. En tant que déesse quelque peu casanière, Hestia n'est pas impliquée dans des aventures divertissantes dans la mythologie grecque, elle semble plutôt avoir pris le rôle de déesse senior à l'écart des autres dieux et de leurs faiblesses trop humaines.

Le foyer dans la culture grecque

La déesse était la personnification du foyer et elle recevait donc les sacrifices dans tous les temples des dieux, car chacun avait son propre foyer. Selon la tradition, Hestia recevait tous les sacrifices avant les autres dieux, même dans des lieux comme Olympie où Zeus était honoré. Hestia recevait également la première et la dernière libation de vin offerte lors d'une fête et était généralement mentionnée en premier dans les prières et les serments. C'est pour cette raison que se développa l'expression "commencer par Hestia". Selon la mythologie, l'honneur de recevoir le premier sacrifice fut donné par Zeus lorsque Hestia jura qu'elle resterait toujours vierge.

Supprimer la pub

Advertisement

Mt. Olympus
Mont Olympe
Cristos Vlahos (CC BY)

Dans une maison grecque, l'âtre était généralement un brasero portable, mais il symbolisait le cœur et l'âme de la maison et en était le centre. Le foyer était donc le point central de nombreuses activités, et pas seulement de la cuisine. Lors d'une cérémonie de naissance, le bébé était porté autour du foyer, les jeunes mariées et les esclaves nouvellement arrivés dans la maison étaient couverts de noix et de figues devant le foyer, et après la mort d'un membre de la famille, le foyer pouvait être éteint et rallumé (une pratique courante à Argos). Lors des repas quotidiens, on pouvait également faire une offrande symbolique à Hestia en la jetant dans l'âtre. La personnification de la déesse en tant que foyer l'associe également aux idées d'hospitalité, de protection des invités et d'inventeur de la bonne construction des maisons.

DANS L'ART GREC, HESTIA EST GÉNÉRALEMENT PRÉSENTÉE COMME UNE JEUNE FEMME PORTANT UN COUVRE-CHEF ET DES VÊTEMENTS MODESTES.

Outre les maisons individuelles, Hestia était particulièrement associée au prytaneion et au bouleuterion, le centre symbolique d'une ville ou d'un village où se tenaient les fonctions civiques et où étaient menées les affaires du gouvernement local. On y trouvait généralement un foyer, une tradition qui remonte à la Grèce mycénienne, lorsque le trône du roi et la salle de réception de son palais, le megaron, possédaient un grand foyer. Le foyer de la ville ultérieure était entretenu en permanence par la communauté, généralement par des femmes célibataires sélectionnées à cet effet. La déesse recevait des sacrifices sur ce foyer communal chaque fois qu'un nouveau magistrat commençait et terminait son mandat et avant les sessions du conseil. Curieusement, après l'échec de l'invasion de la Grèce par les Perses au Ve siècle av. J.-C., Delphes - à bien des égards le cœur religieux des cités-États grecques - ordonna que tous les foyers communaux soient éteints car ils étaient désormais considérés comme impurs. Les foyers étaient ensuite rallumés à l'aide de flammes purifiées provenant du foyer de Delphes.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Les cultes à la déesse

Le culte public d'Hestia était particulièrement répandu en Attique, avec des cultes notables au Pirée, à Éleusis, à Halimos et à Krokonidai. Certains cultes, par exemple à Naucratis et Kos, interdisaient aux femmes de participer aux rituels liés à Hestia au foyer communal en raison de son lien avec la vie politique de la cité (à laquelle seuls les hommes pouvaient participer). Les prêtres et prêtresses spécifiquement dédiés à Hestia semblent avoir été particulièrement répandus à partir de la période hellénistique. À l'époque romaine, Hestia, aujourd'hui connue sous le nom de Vesta, continuait à être vénérée, par exemple à Éphèse où le grand prêtre était une femme.

Hestia, Dione & Aphrodite
Hestia, Dioné et Aphrodite
Stu Smith (CC BY-ND)

Hestia dans l'art

Comme Hestia n'est pas entourée d'une mythologie particulière, elle n'apparaît pas très souvent dans l'art grec, et lorsqu'elle le fait, elle peut être difficile à distinguer des autres déesses, notamment parce qu'elle ne porte pas d'objet facilement identifiable qui lui soit associé. Elle est généralement présentée comme une jeune femme portant un couvre-chef et des vêtements modestes, et parfois elle verse une libation, comme dans un kylix à figures rouges datant de 500 av. J.-C., conservé aux Staatliche Museen de Berlin, qui la montre en compagnie d'Apollon et d'Hermès alors qu'ils conduisent Hercule au mont Olympe.

Elle apparaît sur le célèbre vase François (570-565 av. J.-C.) et, cette fois-ci nommée, sur la frise nord du Trésor siphinois de Delphes (vers 525 av. J.-C.) où elle et une déesse non identifiée font face à deux géants en uniforme hoplite. Hestia est peut-être une figure assise dans le groupe du fronton est du Parthénon, mais la statue de marbre est incomplète et il est donc difficile de l'identifier avec certitude. Une autre apparition possible est celle de l'Hestia Giustiniani, une femme debout à la tête voilée et vêtue d'un peplos austère, mais il pourrait également s'agir d'Héra ou de Déméter. La figure, qui mesure 1,9 mètre, est une copie d'un original réalisé vers 470 av. J.-C. et peut être vue à la Villa Albani à Rome.

Supprimer la pub

Advertisement

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur d'articles historiques installé en Italie. Il s'intéresse plus particulièrement à la poterie, à l’architecture, aux mythologies du monde et à la découverte des idées partagées par toutes les civilisations. Il est titulaire d’un Master en philosophie politique et éditeur en chef de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2019, septembre 12). Hestia [Hestia]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-16141/hestia/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Hestia." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le septembre 12, 2019. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-16141/hestia/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Hestia." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 12 sept. 2019. Web. 05 juil. 2022.

Adhésion