L'Homme de Néandertal

Collecte de fonds pour traductions

Notre vision : Une éducation à l'Histoire gratuite pour tous, dans le monde entier et dans toutes les langues. C'est un objectif ambitieux, mais cela ne nous empêche pas d'y travailler. Pour y parvenir, nous devons traduire... beaucoup ! Faites un don aujourd'hui et aidez-nous à avoir un réel impact mondial. Merci beaucoup !
$1140 / $3000

Définition

Emma Groeneveld
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 21 octobre 2016
X

Texte original en Anglais : Neanderthal

Neanderthal Man (by Tim Evanson, CC BY-SA)
Homme de Néandertal
Tim Evanson (CC BY-SA)

L'Homme de Néandertal (ou Néandertalien) est un groupe disparu d'hommes fossiles apparus en Eurasie occidentale à la moitié du Pléistocène chibanien et qui partagea la scène avec les premiers humains modernes arrivés en Europe il y a environ 45 000 ans, avant de disparaître du record fossile il y a environ 40 000 ans. Les Néandertaliens étaient un groupe très prospère, s'étant bien adapté au climat imprévisible d'une région où les avancées et les retraits des calottes glaciaires étaient des événements courants. Leur taille courte et trapue les rendait robustes et puissants, tandis que leurs gros cerveaux alimentaient leur capacité de chasser même les plus grandes créatures de l'âge glaciaire comme les mammouths ou les rhinocéros laineux.

Nous – les humains modernes – sommes liés à l’homme de Néandertal à bien des égards, du partage d’un ancêtre commun, en Afrique, il y a c. 750 000 à 550 000 ans de cela, à la cohabitation en Europe pendant une certaine période. Là, les deux doivent avoir rivalisé pour les ressources, mais l'on sait également qu'ils se sont également croisés les uns avec les autres, si bien que les Néandertaliens ont eu un impact génétique encore visible aujourd’hui dans notre ADN. Une autre espèce humaine, les Dénisoviens, sont liés encore plus étroitement aux hommes de Néandertal que nous les hommes modernes ne le sommes: les deux sont des groupes jumeaux qui se sont éloignés d’un ancêtre commun il y a plus de 390.000 ans, peut-être entre 473 000 et 430 000 ans de ça– une scission plus tardive que celle avec les humains modernes. Les Dénisoviens ne sont connus jusqu’à présent que par la grotte de Denisova dans les montagnes de l’Altaï en Sibérie, un site où des restes d'hommes de Néandertal ont également été trouvés. La découverte la plus étonnante faite là-bas et un exemple très direct du fait que les Néandertaliens se sont également croisés avec les Dénisoviens est survenue en 2012, quand on retrouva un long fragment d’os vieux de c. 120 000 et 80 000 ans appartenant à une femme qui avait une mère néandertalienne et un père dénisovien.

Supprimer la pub

Advertisement

Découverte

Lorsque les premiers fossiles de l’homme de Néandertal furent déterrés au début du 19ème siècle (Engis 2 en 1829 et dans la carrière de Forbes en 1848) ils ne furent pas immédiatement reconnus comme une sorte d’homme archaïque. Au lieu de cela, l’anatomie particulière des squelettes, qui différait clairement des humains modernes, fut expliquée comme résultant de maladies telles que le rachitisme. Cependant, après qu’un squelette ait été découvert dans la vallée de Néander en Allemagne en 1856, la recherche subséquente fut influencée par la publication de Darwin sur l’origine des espèces en 1859, et le processus fut lancé. En 1864, les mystérieux squelettes avaient été attribués à l’espèce Homo neanderthalensis.

Quand et où ont-ils vécu?

CE QUE NOUS CONSIDÉRONS COMME DES NÉANDERTALIENS «CLASSIQUES», AVEC L’ENSEMBLE COMPLET DES CARACTÉRISTIQUES QUI LEUR SONT ASSOCIÉES, N’EST APPARU QU’ENVIRON 70 000 ANS de ça.

En raison des difficultés que le processus d’évolution ajoute à la classification des espèces, il n’y a pas de date précise pour l’apparition initiale de l’homme de Néandertal. Nous reconnaissons plutôt que les premiers traits semblables à ceux de l’homme de Néandertal sont apparus entre c. 600 000- c. 400 000 ans de cela, avec une expression progressivement plus forte de leur morphologie se développant au fil du temps. Entre 200 000 et 100 000 ans de ça, leurs caractéristiques sont claires et reconnaissables, même si ce que nous considérons comme des Néandertaliens «classiques», avec l’ensemble des caractéristiques qui leur sont associées, n’est apparu qu’environ 70 000 ans de ça.

Supprimer la pub

Advertisement

Les Néandertaliens partagent un ancêtre commun avec les humains modernes en Afrique, entre c. 750 000 et c. 550 000 années de ça. Ils sont généralement identifiés comme homo heidelbergensis, bien qu’une étude de 2016 suggère une date de divergence pour l’homme de Néandertal si loin dans le temps qu’il les exclut, et propose plutôt homo antecessor comme le meilleur candidat possible. Qui que ce soit, un groupe de cet ancêtre commun migra en Europe, où il a évolua non seulement en Néandertaliens, mais aussi dans leur groupe frère, les Dénisoviens, ces deux branches divergèrent il y a plus de 390 000 ans, peut-être entre 473 000 - 430 000 ans de cela. Le groupe ancêtre commun qui resta en Afrique évolua en homo sapiens.

Geographical Range of Neanderthals
Gamme géographique des Néandertaliens
Ryulong (CC BY-SA)

Les Néandertaliens étaient très répandus: on a trouvé des spécimens allant de l’Espagne et de la Méditerranée à l’Europe du Nord et à la Russie, ainsi que dans tout le Proche-Orient, et jusqu’à l’Ouzbékistan et la Sibérie.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Morphologie néandertalienne

Compte tenu du fait que les Néandertaliens évoluèrent de leur prédécesseur en Eurasie occidentale de l’ère glaciaire et y vécurent encore longtemps, ils devaient être bien adaptés au climat souvent froid. De petite taille et trapus, les hommes de Néandertal atteignaient en moyenne 169 cm et les femmes 160 cm, ils avaient une cage thoracique large et profonde, un gabarit complètement différent de celui des humains modernes plus grands et plus élancés. Leurs importantes arcades sourcilières, leurs larges visages avec un nez imposant, et l'absence de menton les distinguent particulièrement.

À part cela, les hommes de Néandertal partagent toute une série de caractéristiques avec les hommes modernes, parmi lesquels se trouvent des cerveaux volumineux (leur boîte crânienne étaient encore plus grande que la nôtre), et ils avaient aussi un visage moins proéminent que de nombreux humains archaïques antérieurs. Ces caractéristiques rendaient les crânes néandertaliens nettement différents des nôtres. En ce qui concerne la couleur des cheveux et de la peau, l’homme de Néandertal présentait probablement une grande variabilité – certainement plus élevée que les humains modernes qui faisaient alors leur apparition. La peau pâle et leur cheveux roux sont suggérés par l’ADN de deux spécimens d’Italie et d’Espagne, tandis que la peau plus foncée et les cheveux bruns ou roux sont indiqués chez trois individus de Vindija en Croatie.

Neanderthal Adult Male Skeleton
Squelette masculin adulte de Néandertal
Tim Evanson (CC BY-SA)

La trace fossile révèle également le fait que les Néandertaliens n’étaient en rien des mauviettes; ils menaient des vies dures et dangereuses. Presque tous les squelettes adultes bien préservés montrent des signes de traumatismes, habituellement autour de la tête ou du cou, peut-être liés à des stratégies de chasse durant lesquelles ils devaient s'approcher de grandes proies. Le fait que la majorité de ces lésions aient guéri ou partiellement guéri signifie que les individus en question furent soignés et qu'ils se remirent de leurs blessures pour retourner chasser par la suite. Cependant, tout le monde n’avait pas cette chance; en moyenne, l’espérance de vie d'un adulte néandertalien était très basse, clairement en raison du stress physique et de la dangerosité de leur mode de vie.

Supprimer la pub

Advertisement

Mode de vie

Le gabarit puissant et la quantité de traumatismes observés chez les hommes de Néandertal indiquent qu’ils étaient des chasseurs actifs, et ce que nous savons au sujet de la forte consommation de viande dans leur régime alimentaire est lié à la quantité d’énergie nécessaire à la chasse. Ils mangeaient surtout de la viande d'herbivores provenant de mammifères comme les bisons, les bovins sauvages, les rennes, les cerfs, les bouquetins et les sangliers. À noter que les plus grands herbivores de l’ère glaciaire, les mammouths et les rhinocéros laineux, représentaient en fait une grande partie du régime alimentaire de l’homme de Néandertal. Cela n'aurait pas été une mince affaire que de tuer ces animaux, même pour un groupe coordonné de chasseurs qualifiés – comme l'étaient les Néandertaliens. Outre la viande, il y avait aussi une forte composante végétale dans leur alimentation, probablement composée de légumineuses et d’herbes, de graines et de fruits. De plus, il est clair que les Néandertaliens cuisinaient leur nourriture et connaissaient peut-être même certaines utilisations médicinales des plantes.

En ce qui concerne les outils utilisés par les hommes de Néandertal, ils sont le plus souvent (mais pas exclusivement) associés à la technologie lithique moustérienne. Les éclats de silex étaient transformés en racloirs, en pointes retouchées et en petites haches, généralement à partir de matériaux disponibles localement. Très peu d’outils en os sont connus, mais des outils en bois étaient aussi probablement utilisés. Il y a au moins 200 000 ans, les Néandertaliens avaient la capacité de contrôler le feu, et nous savons qu’il fut utilisé comme outil pour produire du brai d’écorce de bouleau, bien qu’ils l’aient probablement déjà utilisé beaucoup plus tôt, car l’utilisation contrôlée du feu apparut dans toute l’Europe il y a 400 000 ans de cela.

Neanderthal Tools - Levallois Point
Outil néandertal, Pointe Levallois
Didier Descouens (CC BY-SA)

Peu doués en construction de leurs propres structures (bien que des exceptions soient connues), leurs feux auraient éclairé principalement des grottes ou des abris naturels, dans lesquels les zones de vie retrouvées sont relativement petites et un peu chaotique, ne montrant aucun espace spécifiquement dédié à une activité précise. Les foyers sont cependant bien définis et jouaient probablement un rôle central non seulement en ce qui concernait la cuisson ou la chaleur, mais aussi pour la production d’outils.

Supprimer la pub

Advertisement

Traditionnellement, les Néandertaliens étaient décrits comme cognitivement inférieurs aux humains modernes qui faisaient leur apparition, culturellement moins sophistiqués et manquant d'abstraction de la pensée qui aurait donné le dessus à nos ancêtres. Cependant, cette idée a maintenant été abandonnée; les Néandertaliens étaient clairement un groupe complexe. Outre la chasse coordonnée (pour laquelle une communication efficace était nécessaire), les soins portés à leurs blessés, l’utilisation avancée du feu et la production d’outils, on sait aujourd'hui que les hommes de Néandertal enterraient leurs morts de façon délibérée. De plus, les anneaux de stalagmites construits par les Néandertaliens dans la grotte de Bruniquel en France, datant de 176 500 ans, montrent une certaine planification, un contrôle de l’environnement souterrain, et peut-être une utilisation symbolique. Ils perforaient et coloraient également des coquilles marines, et, étonnament, semblent avoir utilisé l’ocre rouge sur un site à Maastricht-Belvedère dès 250.000-200.000 années de ça, activité contemporaine de l’utilisation de l’ocre documentée en Afrique. Ce n’étaient pas de simples brutes, et leur disparition ne peut en aucun cas s’expliquer par la perception d'un grand écart en intelligence entre les deux espèces.

Disparition

Il y a environ 55 000 ans, la principale vague d’humains modernes qui avait quitté l’Afrique rencontra les Néandertaliens dans le Proche-Orient et le Moyen-Orient, où ils s'accouplèrent. Ce n’était cependant pas la première fois que les deux espèces se rencontraient, car il existe des preuves d'échange génétique entre les deux espèces datant d'il y a environ 100 000 ans, peut-être au Proche-Orient. L’événement postérieur d'il y a c. 55.000 ans laissa cependant la plus grande marque génétique sur notre espèce, et l’homme moderne du Proche-Orient se répandit alors à travers l’Eurasie, atteignant l’Europe au plus tôt autour de 45.000 ans de ça. Ils arrivèrent en plus grand nombre, tant par la taille du groupe que par la densité de la population globale, que les Néandertaliens de l'époque qui durent soudain rivaliser pour les ressources. Peu de temps après (sur une échelle de temps préhistorique évidemment), il y a environ 40 000 ans, les Néandertaliens disparurent complètement des traces fossiles.

Shanidar Cave, Kurdistan, Iraq
Grotte de Shanidar, Kurdistan, Iraq
Osama Shukir Muhammed Amin (CC BY-NC-SA)

Outre la concurrence, un autre facteur qui peut avoir joué un rôle dans la disparition des Néandertaliens est le climat, qui était en fait beaucoup plus instable à cette époque que ce que l'on a pu croire. Cela a peut-être eut un effet négatif sur leur population, qui était déjà beaucoup plus petite que le nombre d’humains modernes les envahissant, les laissant vulnérables à leur impact.

Supprimer la pub

Advertisement

De plus, les croisements avec les Néandertaliens aida les humains modernes à s’adapter au climat plus froid d'Europe, alors que leurs gènes eurent un impact sur la couleur de notre peau et de nos cheveux. En raison du mélange de nos ancêtres avec les hommes de Néandertal après avoir leur départ d’Afrique, les humains non africains possèdent en moyenne environ ~2% d’ADN néandertal. Cependant, les deux groupes n’étaient clairement qu’au tout premier seuil de compatibilité biologique, car la recherche a montré que ce croisement entraîna une forte diminution de la fertilité ainsi que des fausses couches chez les bébés mâles qui possédaient un chromosome Y néandertal. Cela aurait réduit la contribution génétique totale de l’homme de Néandertal. En combinant cela avec la grande différence de taille des populations entre les deux groupes, cela peut suggérer que le croisement joua un rôle important dans l’explication de la disparition des Néandertaliens – peut-être qu’ils furent partiellement «absorbés» dans notre population. En fin de compte, la disparition de l’homme de Néandertal a dû se résumer à une combinaison de nombreux facteurs différents, y compris une plus grande concurrence, un environnement rude, ainsi que, dans une certaine mesure, les croisements inter-espèces. Cependant, nous commençons tout juste à découvrir les détails exacts de l’influence génétique qu’ils ont eu sur nous, donc nous n’en avons certainement pas encore fini avec eux.

Bibliographie

  • B. Vernot, J. M. Akey. "Resurrecting Surviving Neandertal Lineages from Modern Human Genomes." Science, Vol. 343, Issue 6174, 28 Feb 2014, pp. 1017-1021.
  • C. N. Simonti, B. Vernot e.a. "The phenotypic legacy of admixture between modern humans and Neandertals." Science, Vol. 351, Issue 6274, 12 feb 2016, pp. 737-741.
  • Henke, W. & Ian Tattersall. Handbook of Paleoanthropology. Vol III. Springer, 2015
  • J. Jaubert, S. Verheyden e.a. "Early Neanderthal constructions deep in Bruniquel Cave in southwestern France." Nature, 534, 2 June 2016, pp. 111–114.
  • J. Zilhão e.a. "Symbolic use of marine shells and mineral pigments by Iberian Neandertals." PNAS, Vol. 107 no. 3, 19 Jan 2010, pp. 1023–1028.
  • M. Meyer e.a. "Nuclear DNA sequences from the Middle Pleistocene Sima de los Huesos hominins." Nature, 531, 24 March 2016, pp. 504–507.
  • O. M. Pearson, R. M. Cordero, A. M. Busby. "How different were Neanderthals' habitual activities? A comparative analysis with diverse groups of recent humans." Vertebrate Paleobiology and Paleoanthropology, edited by Jean-Jacques Hublin, Katerina Harvati, Terry Harrison (ed). Springer Netherlands, 2006, 135-156.
  • P. J. Heyes e.a. "Selection and Use of Manganese Dioxide by Neanderthals." Nature, Scientific Reports 6, 29 February 2016, pp. Article number.
  • Paola Villa, Wil Roebroeks. "Neandertal Demise: An Archaeological Analysis of the Modern Human Superiority Complex." PLOS one, 9 (4), April 30, 2014.
  • R. E. Green e.a. "A Draft Sequence of the Neandertal Genome." Science, Vol. 328, Issue 5979, 7 May 2010, pp. 710-722.
  • S. Sankararaman e.a. "The genomic landscape of Neanderthal ancestry in present-day humans." Nature, Vol. 507, 20 March 2014, pp. 354-357.
  • W. Rendu e.a. "Evidence supporting an intentional Neandertal burial at La Chapelle-aux-Saints." PNAS, Vol. 111 no. 1, 7 Jan 2014, pp. 81–86.
  • Wil Roebroeks e.a. "Use of red ochre by early Neandertals." PNAS, Vol. 109 No. 6, 7 Feb 2012, pp. 1889–1894.
  • Kuhlwilm, M e.a. "Ancient gene flow from early modern humans into Eastern Neanderthals." Nature, Vol 530 (25 feb 2016), pp. 429-433.
  • Slon, V. e.a. "Neandertal and Denisovan DNA from Pleistocene sediments." Science, 356 (12 May 2017), pp. 605-608.
  • Slon, V. e.a. "The genome of the offspring of a Neanderthal mother and a Denisovan father." Nature, Vol 561 (6 September 2018), pp. 113-116.
Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Emma Groeneveld
Emma a étudié l'histoire, l'histoire ancienne. Pendant sa maîtrise, elle s'est concentrée sur Hérodote ainsi que sur les détails croustillants de la politique des cours de l'antiquité, mais plus récemment, elle s'est plongée dans tout ce qui est préhistorique.

Citer cette ressource

Style APA

Groeneveld, E. (2016, octobre 21). L'Homme de Néandertal [Neanderthal]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-15351/lhomme-de-neandertal/

Style Chicago

Groeneveld, Emma. "L'Homme de Néandertal." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le octobre 21, 2016. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-15351/lhomme-de-neandertal/.

Style MLA

Groeneveld, Emma. "L'Homme de Néandertal." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 21 oct. 2016. Web. 02 déc. 2021.

Adhésion