Colonisation Phénicienne

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 14 avril 2016
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, serbe
Classical Columns, Tharros. (by Simon.zfn, Public Domain)
Colonnes classiques, Tharros.
Simon.zfn (Public Domain)

La prospérité des villes phéniciennes telles que Tyr, Sidon et Byblos reposait sur le commerce, et c'est la recherche de nouvelles marchandises et de nouveaux marchés qui amena les Phéniciens à sortir de l'étroite bande côtière du Levant et à coloniser des territoires dans toute la Méditerranée antique à partir du Xe siècle avant notre ère.

Certaines des colonies phéniciennes, comme Leptis Magna, Cadix et Palerme, devinrent des villes importantes en tant que telles, notamment Carthage, sur la côte nord de l'Afrique, qui finit par surpasser sa ville mère, Tyr, et par créer son propre empire.

Supprimer la pub

Advertisement

Des comptoirs commerciaux aux colonies

Les Phéniciens étaient de grands commerçants et de grands navigateurs, et cette combinaison de compétences les conduisit presque inévitablement à établir des colonies partout où ils allaient. Les principales routes commerciales phéniciennes étaient les suivantes : les îles grecques, le sud de l'Europe, la côte atlantique de l'Afrique et l'ancienne Grande-Bretagne. En outre, l'Arabie et l'Inde étaient accessibles par la mer Rouge et de vastes régions d'Asie occidentale étaient reliées à la patrie par des routes terrestres où les marchandises étaient transportées par caravane.

Le commerce et la recherche de marchandises de valeur (pour l'échange, le tribut à l'Assyrie, mais aussi pour l'industrie manufacturière phénicienne florissante) nécessitèrent l'établissement de comptoirs permanents. De plus, comme les navires phéniciens naviguaient généralement (mais certainement pas toujours) en vue de la côte et ne naviguaient que de jour, des postes de passage réguliers étaient également nécessaires. Ces avant-postes, choisis à l'origine pour leurs ports sûrs et peu profonds et la proximité d'eau douce, s'établirent plus fermement afin de contrôler le commerce de marchandises spécifiques disponibles à cet endroit précis. Les colonies plus permanentes pouvaient également devenir un nouveau marché précieux pour la vente des produits manufacturés phéniciens et protégeaient mieux les intérêts commerciaux à long terme des Phéniciens. Avec le temps, ces sites se développèrent davantage, leur population devint plus permanente et plus importante, leur architecture plus substantielle, et ainsi de suite, jusqu'à ce qu'ils ne deviennent des colonies et des grandes villes à part entière.

Supprimer la pub

Advertisement

Les Phéniciens étaient de grands commerçants et navigateurs et cette combinaison de compétences les amena presque inévitablement à établir des colonies partout où ils allaient.

La colonisation de la Méditerranée par les Phéniciens était peut-être davantage motivée par le commerce que par l'expansion territoriale en soi, mais il semble inévitable que l'un ait conduit à l'autre. Il est également vrai que la patrie des Phéniciens s'était rétrécie à la suite de l'expansion des puissances voisines et qu'elle put être affectée par le changement climatique et la réduction des précipitations, ce qui aurait eut des conséquences négatives sur les terres arables et le rendement des cultures, un problème aggravé par une population en constante augmentation. Quelles qu'en soient les causes, le résultat de ce long processus de colonisation fut une influence phénicienne permanente s'étendant sur tout le littoral de la Méditerranée.

La datation du processus

Selon les auteurs anciens, la colonisation phénicienne commença à partir du 12e siècle avant J.-C., mais certains historiens modernes considèrent cette date trop précoce et suggèrent que le processus était contemporain de la colonisation grecque au 8e siècle avant J.-C. D'autres chercheurs encore suggèrent que le contact des Phéniciens avec de nombreux sites doit être antérieur à cette date et citent des faits tels que la transmission de l'alphabet phénicien aux Grecs, des références dans la Bible à des navires à voile de Tyr au Xe siècle avant J.-C., une référence dans une source du Xe siècle provenant de Tyr à une colonie ne payant pas son tribut (soit Utique, soit plus probablement Chypre), et l'unanimité des auteurs anciens selon laquelle la colonisation phénicienne de la Méditerranée eut lieu avant les Grecs. Il est également vrai que les premiers comptoirs commerciaux primitifs n'ont probablement pas laissé beaucoup de traces dans les archives archéologiques, de sorte que les chercheurs qui cherchent des preuves matérielles d'une colonisation antérieure au 8e siècle avant notre ère ont beaucoup de mal à en trouver.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Greek and Phoenician Colonization
Colonisation grecque et phénicienne
Kelly Macquire (CC BY-NC-SA)

Un compromis a donc été trouvé entre les chercheurs, qui postulent une période de centres commerciaux "précoloniaux" établis entre le 12e et le 8e siècle avant J.-C., suivie de l'établissement de colonies proprement dites entre le 8e et le 6e siècle avant J.-C.. Au cours de cette période, qui dura plus de 500 ans, les Phéniciens contrôlèrent un réseau de points d'arrêt qui les établit comme l'une des plus grandes puissances commerciales du monde antique. Entre toutes ces colonies, la Phénicie et les grandes civilisations de l'époque, des marchandises étaient expédiées et échangées, telles que des textiles, du verre, du papyrus, des métaux précieux, du bois, de la laine, de la poterie, des denrées alimentaires, des épices et des esclaves.

Chypre et les îles

La proximité géographique de Chypre fit probablement d'elle l'un des premiers endroits à être colonisés par les Phéniciens, peut-être dès le 11e siècle avant notre ère. Les ressources de l'île qui motivèrent l'expansion phénicienne comprenaient le bois et le cuivre. La ville la plus importante était Kition, mais les autres étaient Golgoi, Idalion, Tamassos, Marion et Lapethos. Les autres îles de la mer Égée qui furent colonisées sont Rhodes (Camiros et Ialysos), la Crète (Itanos), Cythère, Melos, Thasos et Théra.

L'Afrique du Nord

La Phénicie a toujours eu des liens commerciaux étroits avec l'Égypte et des comptoirs commerciaux y furent probablement établis aussi tôt que partout ailleurs. Plus loin, le long de la côte nord de l'Afrique, avec son sol fertile et l'accès aux biens commerciaux de l'intérieur comme l'ivoire, les sources antiques indiquent qu'Utique fut établie vers 1101 avant notre ère par Sidon. Carthage, selon les mêmes auteurs, fut fondée en 814 avant notre ère par Tyr. Les autres colonies étaient Auza (mentionnée dans les textes comme fondée par Tyr mais dont la localisation est inconnue), Leptis Magna, Hippo, Hadrumetum et Lixus. Lorsque Carthage prospéra et devint une grande ville à part entière, elle commença à fonder ses propres colonies, et cette deuxième vague provoqua une certaine confusion parmi les historiens (anciens et modernes) en ce qui concerne les dates et qui avait fondé quoi exactement.

Supprimer la pub

Advertisement

Phoenician-Punic Ship
Navire punico-phénicien
NMB (CC BY-SA)

Italie

La Sicile fut colonisée par les Phéniciens, bien qu'ils se soient retirés dans la partie occidentale de l'île lorsqu'ils furent défiés par les Grecs. Des villes comme Motya, Panormos (Palerme moderne) et Solonte furent fondées à partir du 8e siècle avant notre ère. À la même époque, des colonies furent établies sur les îles stratégiquement importantes de Lampedusa, Malte et Pantelleria. Là encore, les historiens ne s'accordent pas sur le rôle joué par Carthage dans ce processus. Plus à l'ouest, la Sardaigne (riche en céréales) fut colonisée plus tôt, probablement au 9e siècle avant J.-C. Ses villes importantes sont Nora, Caralis (Cagliari), Bythia, Sulcis, Carloforte et Tharros.

Espagne

Dans l'Antiquité, l'Espagne était une riche source d'argent que les Phéniciens pouvaient échanger auprès des peuples indigènes contre des biens de valeur relativement faible comme le verre, l'huile et la poterie. Les sources antiques affirment que Gades (Cadix) fut fondée vers 1110 avant J.-C., mais les preuves sont rares pour une date aussi précoce et le sujet est controversé. Néanmoins, la ville biblique de Tarsis (Tartessus), dont l'identité est inconnue (et qui n'est peut-être pas le nom d'une ville), se trouvait peut-être quelque part au nord de Gadès et fut probablement fondée, tout comme cette ville, au 10e siècle avant notre ère. D'autres colonies phéniciennes importantes étaient Malaka (Malaga moderne), Sexi (Almunecar), Abdera (Adra) et Ebusus (Ibiza). Cette dernière, longtemps considérée comme une colonie carthaginoise, présente des traces d'un établissement phénicien antérieur.

Relations avec la patrie

Les colonies établies par les Phéniciens variaient dans leur proximité avec la culture et les pratiques du territoire d'origine en fonction de leur situation géographique et de la force de la culture indigène déjà présente. L'Afrique du Nord est peut-être devenue plus "phénicienne" que tout autre territoire. Des éléments de la religion phénicienne furent adoptés, des dieux tels que Melqart et Astarté y furent vénérés, des temples, des sanctuaires et des cimetières furent construits, et des pratiques religieuses et des festivals furent organisés comme dans les villes d'origine, Tyr ou Sidon. L'une des caractéristiques phéniciennes les plus constantes que l'on retrouve dans les colonies est le Tophet, l'enceinte sacrée construite à l'extérieur d'une ville où l'on procède à des sacrifices, y compris des enfants, par le feu (peut-être seulement dans des circonstances exceptionnelles).

Supprimer la pub

Advertisement

The Phoenician Expansion c. 11th to 6th centuries BCE
L'expansion phénicienne du XIe au VIe siècle avant notre ère.
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

L'art phénicien était une autre forme d'exportation, des pièces physiques mais aussi des idées et des méthodes. Des ateliers furent établis dans les colonies pour produire des articles raffinés, tels que l'orfèvrerie et les tissus teints en pourpre, qui faisaient la renommée de leur pays d'origine. L'architecture du pays d'origine était également copiée, comme le temple de Melqart à Gadès, dont le plan et les colonnes reflètent ceux du temple de Tyr.

Si la religion et l'art allaient dans un sens, les matières premières et les tributs allaient dans l'autre. Chaque année, Carthage devait envoyer un tribut, un dixième de ses bénéfices annuels, au temple de Melqart à Tyr. Au fur et à mesure que les colonies prospérèrent, elles étendirent leur territoire, une action qui n'est peut-être pas sans rapport avec la croissance de leur population. Elles se militarisèrent, construisirent des fortifications et combattirent les peuples autochtones ou les puissances régionales concurrentes. Elles étaient désormais des villes à part entière et se battaient pour leur place dans le monde antique.

L'héritage

Les colonies phéniciennes finirent par être absorbées par des cultures locales ou des civilisations contemporaines désireuses de s'étendre. Par exemple, Chypre fut conquise par le roi assyrien Sargon II à la fin du VIIIe siècle avant J.-C., Nabuchodonosor assiégea Tyr au début du VIe siècle avant J.-C., et les Grecs devinrent plus ambitieux dans leur propre expansion coloniale, forçant les Phéniciens à renoncer à leur influence dans certaines parties de la Grande-Grèce. Et comme nous l'avons déjà vu, certaines colonies connurent un tel succès qu'elles fondèrent leurs propres colonies, dans le cas de Carthage à partir du milieu du VIe siècle avant notre ère, se lançant même dans des campagnes militaires pour se forger un empire et prendre le contrôle d'anciennes colonies phéniciennes. La puissance et l'influence de la Phénicie elle-même diminuèrent davantage après l'attaque d'Alexandre le Grand en 332 avant J.-C., mais elle avait déjà contribué de manière significative, par l'établissement ambitieux et audacieux de colonies, à un monde méditerranéen beaucoup plus connecté.

Supprimer la pub

Advertisement

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur d'articles historiques installé en Italie. Il s'intéresse plus particulièrement à la poterie, à l’architecture, aux mythologies du monde et à la découverte des idées partagées par toutes les civilisations. Il est titulaire d’un Master en philosophie politique et éditeur en chef de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2016, avril 14). Colonisation Phénicienne [Phoenician Colonization]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-14674/colonisation-phenicienne/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Colonisation Phénicienne." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le avril 14, 2016. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-14674/colonisation-phenicienne/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Colonisation Phénicienne." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 14 avril 2016. Web. 27 juin 2022.

Adhésion