Tel Kabri

Définition

Henry Curtis Pelgrift
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 01 novembre 2015
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais
2013 image of labelled wine jars in first Tel Kabri wine cellar towards the southeast (by Eric H. Cline, CC BY-SA)
Cruches à vin étiquetées dans la première cave de Tel Kabri
Eric H. Cline (CC BY-SA)

Tel Kabri est un site archéologique situé en Galilée occidentale, dans le nord-ouest d'Israël, et l'emplacement de l'un des plus grands palais de Canaan à l'âge du bronze moyen (vers 2 000-1 500 avant J.-C.), période durant laquelle Tel Kabri était à l'apogée de sa puissance. Le palais appartenait à une entité politique qui n'est pas encore nommée et qui est largement inconnue.

Géographie et fouilles

Comme beaucoup de sites archéologiques du Proche-Orient ancien, une grande partie du site de Kabri est située sur un tell. Un "tell" est un monticule artificiel composé de couches ou strates, chacune représentant les vestiges d'une période d'occupation, déposées les unes sur les autres au fur et à mesure que les établissements se sont élevés et effondrés, et comprimées par le poids des siècles, avec les couches les plus récentes au sommet. Les strates de Kabri datent de la période néolithique (les strates les plus profondes) à l'époque moderne (les strates les plus proches de la surface). Il s'agit d'un monticule relativement bas qui s'étend sur une large surface et qui est aujourd'hui recouvert de bosquets d'avocatiers entretenus par le kibboutz local, le Kibboutz Kabri.

Supprimer la pub

Advertisement

Le site a été fouillé à différentes reprises par des archéologues depuis 1956. Il y a eu deux sondages, cinq fouilles mineures et deux fouilles majeures. La première fouille majeure a été menée de 1986 à 1993 par Aharon Kempinski, dont l'expédition a découvert de nombreuses structures du palais de l'âge du bronze moyen, ainsi que des fresques au sol et des fresques murales reflétant le style des cultures égéennes lointaines, comme décrit ci-dessous.

Tel Kabri possède de nombreuses structures, dont un palais de l'âge du bronze moyen, ainsi que des fresques au sol et murales reflétant le style des cultures égéennes lointaines.

La deuxième grande fouille a commencé en 2005, lorsque les professeurs Assaf Yasur-Landau de l'Université de Haïfa et Eric H. Cline de l'Université George Washington ont rouvert les fouilles du site, le professeur Andrew Koh de Brandeis étant devenu directeur associé de l'expédition en 2013. Les fouilles en cours ont fourni des preuves archéologiques du développement du palais décrit ci-dessous et ont étudié la société et l'économie cananéennes de Kabri et des régions environnantes, ainsi que leur relation avec le monde méditerranéen plus large, en particulier la mer Égée. L'expédition actuelle a trouvé des fresques murales et de sol supplémentaires de style égéen et, lors des saisons 2013 et 2015, l'expédition a découvert de grandes zones de stockage et de nombreux récipients de stockage en céramique qui représentent la plus ancienne cave à vin du monde et la plus grande du Proche-Orient ancien.

Supprimer la pub

Advertisement

Histoire ancienne

Bien que Kabri ait connu son apogée à l'âge du bronze moyen, la région fut habitée dès la période néolithique de la poterie (vers 6 400-4 500 avant notre ère) et au début de la période chalcolithique, ou âge du cuivre (vers 4 500 - 3 500 avant notre ère). Les habitants furent attirés à Kabri par les eaux de ses sources, mais les établissements de Kabri disparurent mystérieusement dans la dernière partie de l'âge du cuivre.

Cependant, au cours de l'âge du bronze précoce, qui commença vers 3500 avant notre ère, une ville cananéenne vit le jour sur le site de Tel Kabri qui couvrait probablement la moitié nord du tell. (Dans l'Antiquité, la région qui comprend l'Israël moderne et ses environs était habitée par un peuple appelé "Cananéens" jusqu'à ce qu'il ne soit déplacé par les Israélites à l'âge du fer, dans des circonstances très discutées, et leur terre était appelée Canaan). Cette ville disparut - ainsi que d'innombrables autres dans toute la Méditerranée orientale - vers 2100 avant J.-C., dans une vague mystérieuse et non identifiée d'événements destructeurs généralement connus aujourd'hui comme "l'effondrement de l'âge du bronze précoce."

Tel Kabri location within Israel
Emplacement de Tel Kabri
Jackmcbarn. Jackmcbarn's derivative work is based on original work by Wikipedia user NordNordwest. (CC BY-SA)

L'âge du bronze moyen

La période pré-palatiale

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Le site resta inhabité jusqu'au début de la première partie de l'âge du bronze moyen, connue sous le nom d'"âge du bronze moyen I" (vers 2000-1720 avant notre ère). Au début et au milieu de l'âge du bronze moyen, Tel Kabri fut de nouveau habité, comme le montre l'apparition de nouvelles tombes et de maisons privées sur le site. Pendant une grande partie de cette période, la colonie de Kabri semble avoir été non fortifiée.

Les quatre palais

Le premier palais. Entre le milieu et la fin du premier millénaire, le "premier palais" et les fortifications de Kabri furent construits. La construction du premier palais commença après que les structures résidentielles construites à l'âge de bronze moyen aient été rasées et que le terrain ait été aplani et recouvert d'une couche de terre et de débris. Les principales structures étaient deux épais murs de pierre parallèles que les archéologues kabyles ont appelé le "couloir", et une pièce au nord avec un sol en plâtre. Le premier palais ressemblait peut-être plus à une forteresse qu'à un grand palais (Yasur-Landau et al. 2014, 357).

Le deuxième palais. Puis, à peu près au moment de la transition entre l'âge du bronze moyen I et la période suivante, l'âge du bronze moyen II (une période qui dura d'environ 1720 avant notre ère à 1550 ou 1500 avant notre ère), le palais de Kabri s'agrandit, devenant ce que nous appellerons le "second palais". Le second palais, plus grand, remplaça le premier palais, qui ressemblait à une forteresse, et le couloir et la pièce nord furent remplis. Trois pièces furent construites à l'est du corridor, et une ou peut-être deux salles de réunion furent construites à l'ouest. Une épaisse barrière de terre fut construite autour du site ce qui aida les dirigeants à asseoir leur autorité et donna probablement aux Kabriens un plus grand sentiment de sécurité.

On pense qu'à cette époque, Kabri et la ville côtière d'Acre se disputaient le contrôle de la Galilée occidentale. Cela put se refléter dans la construction du premier palais de Kabri, semblable à une forteresse, et du grand mur de terre autour du second palais, ainsi que dans l'abandon de plus petits sites loyaux à Kabri au fur et à mesure que les gens se déplaçaient vers Kabri et dans la fortification de certains avant-postes de Kabri - comme Achziv, situé à proximité.

Le troisième palais. Plus tard, au cours de la période de l'âge du bronze II, le palais fut à nouveau agrandi - au nord-est et au sud, pour créer le "troisième palais". C'est à cette époque que Kabri l'emporta apparemment sur Acre pour le contrôle de la Galilée occidentale, ce qui peut se traduire par un changement d'orientation du palais. Dans le nouveau troisième palais, l'accent semble s'être déplacé de la défense et de la puissance militaire vers l'étalage de la culture et de la richesse. Le troisième palais comportait de nombreux éléments architecturaux avancés et était décoré de fresques murales et de peintures au sol reprenant les styles et les thèmes de l'art égéen. Ces changements peuvent avoir représenté une tentative de faire apparaître Kabri comme un acteur sur la scène internationale.

Le quatrième palais. Une dernière expansion donna naissance au "quatrième" - et dernier - palais de Kabri. Le quatrième palais comprenait un bâtiment séparé de deux pièces dont les fondations étaient tapissées de dalles de pierre recouvertes de plâtre provenant de la plage et appelées "orthostats". Les archéologues de Kabri ont appelé ce bâtiment "bâtiment Orthostat". Plus important encore, le quatrième palais comprenait le complexe de stockage sud et, comme nous l'avons dit, peut-être de nombreuses autres pièces au nord et à l'ouest du complexe sud et sous la chaussée. Les pièces de stockage qui se trouvent sous le complexe sud appartiennent probablement au troisième palais.

Le quatrième palais était plus grand que les trois précédents, mais n'était pas aussi artistiquement décoré que le troisième. En fait, les fresques et autres peintures en plâtre du troisième palais semblent avoir été détruites. Leurs fragments ne furent pas utilisés comme décoration, mais comme matériau de construction, les faces peintes étant retournées pour dissimuler leurs couleurs afin qu'elles puissent être utilisées comme matériau de remplissage pour les sols et les murs blancs ou unis du quatrième palais. On pense que ce changement n'est pas le résultat de la perte de contact de Kabri avec la mer Égée, mais plus probablement le résultat d'un déplacement de l'objectif des communications internationales des Kabriens vers Chypre à cette époque. Le quatrième palais semble s'être agrandi jusqu'à environ 1550 avant notre ère.

Overhead shot of Tel Kabri
Vue aérienne de Tel Kabri
Skyview Productions, Ltd. on behalf of the Tel Kabri Expedition. Copyright holder: Eric H. Cline (CC BY-SA)

Destruction du palais. Cependant, à la fin de l'âge du bronze moyen II, vers 1550 avant J.-C., ou peut-être même avant, le palais fut détruit, et le site entier abandonné. Les raisons de cet abandon et la date précise sont inconnues, mais les archéologues kabri ont suggéré que les salles de stockage pourraient fournir des indices (Yasur-Landau et al. 2014, 364).

Supprimer la pub

Advertisement

Après l'âge du bronze moyen

Après la destruction du palais de l'âge du bronze moyen, il y a peu de preuves que le site ait été à nouveau occupé jusqu'au 8e siècle avant notre ère, pendant l'âge du fer. À cette époque, les Phéniciens établirent une ville appelée Rehov et une garnison de mercenaires grecs sur le site, et la cité-état phénicienne de Tyr gouvernait Kabri. Cependant, en 585 avant J.-C., les armées néo-babyloniennes du roi Nabuchodonosor détruisirent la ville et la citadelle de Kabri, ainsi que de nombreux autres sites du Levant, et finirent par s'emparer de Tyr elle-même 12 ans plus tard.

En 538 avant notre ère, les armées perses de Cyrus le Grand balayèrent la région, et un petit village apparut sur Tel Kabri qui perdura jusqu'en 332 avant notre ère, à l'époque d'Alexandre le Grand. Au cours de la période hellénistique qui suivit 332 avant J.-C., Tel Kabri fut largement déserté. Les seules activités humaines organisées connues de cette période sont les enterrements locaux dans l'ancienne citadelle phénicienne, mais personne ne semble avoir vécu à Tel Kabri. À partir de la période romaine, une zone située à l'est du tell prit pour la première fois un nom dérivé de Kabri - Kabrita - et par la suite cette zone devint le lieu d'occupation privilégié jusqu'à la fondation de l'État moderne d'Israël.

Histoire moderne

Pendant la période ottomane (c. 1517-1917), le village arabe d'el-Qahweh (appelé plus tard en-Nahr) et le village dérivé d'et-Tell furent fondés à Tel Kabri, et les habitants exploitaient respectivement des fermes et un moulin. C'est également à cette époque qu'un grand aqueduc fut construit de Kabri à Acre.

Supprimer la pub

Advertisement

Aqueduct of Jezzar Pasha
Aqueduc de Djezzar Pacha
Huldra (GNU FDL)

Les Ottomans furent vaincus lors de la Première Guerre mondiale, et pendant la période du mandat britannique (1920-1948), qui commença après la guerre, le tell resta relativement inchangé. La seule addition était une route qui le traversait de la ville côtière de Nahariyyah à un village juif voisin.

Lors de la guerre d'indépendance d'Israël, à la fin des années 1940, les villages arabes de Tel Kabri et le village de Kabri à l'est furent vidés par la force, et en 1948, le site fut intégré à l'actuel kibboutz Kabri. En 1956, les premiers vestiges archéologiques des habitants du Néolithique ont été identifiés et l'histoire de Tel Kabri en tant que site archéologique a commencé.

Supprimer la pub

Publicité

Bibliographie

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Henry Curtis Pelgrift
Henry Curtis Pelgrift est un archéologue ayant 13 fouilles en sept saisons à son actif, qui a travaillé au British Museum et au Met. Il prépare actuellement un doctorat en Archéologie et possède un Master en Archéologie méditerranéenne et une licence en Archéologie.

Citer cette ressource

Style APA

Pelgrift, H. C. (2015, novembre 01). Tel Kabri [Tel Kabri]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-14085/tel-kabri/

Style Chicago

Pelgrift, Henry Curtis. "Tel Kabri." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le novembre 01, 2015. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-14085/tel-kabri/.

Style MLA

Pelgrift, Henry Curtis. "Tel Kabri." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 01 nov. 2015. Web. 01 juil. 2022.

Adhésion