Civilisation Moche

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 20 août 2014
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
Moche Gold Headdress (by Lyndsay Ruell, Public Domain)
Couvre-chef en or de la culture Moche
Lyndsay Ruell (Public Domain)

La civilisation Moche (également connue sous le nom de Mochica) s'épanouit le long de la côte nord et dans les vallées de l'ancien Pérou, en particulier dans les vallées de Chicama et de Trujillo, entre l'an 1 et 800 de notre ère . L'État Moche s'élargit pour finir par couvrir une zone allant de la vallée de Huarmey au sud à la vallée de Piura au nord, et ils étendirent même leur influence jusqu'aux îles Chincha. Le territoire Moche était divisé linguistiquement par deux langues distinctes mais apparentées : le Muchik (parlé au nord de la vallée de Lambayeque) et le Quingnam. Les deux régions présentent également des tendances artistiques et architecturales légèrement différentes, de sorte que l'État Moche peut être mieux décrit comme une confédération lâche plutôt que comme une entité unique et unifiée.

Les Moche étaient contemporains de la civilisation Nazca (200 avant J.-C. - 600 après J.-C.), plus loin sur la côte, mais, grâce à leur conquête des territoires environnants, ils purent accumuler la richesse et le pouvoir nécessaires pour s'imposer comme l'une des plus importantes et uniques cultures andines primitives. Les Moche se sont également exprimés dans l'art avec un tel degré d'esthétique que leurs peintures murales, céramiques et métallurgies naturalistes et vibrantes sont parmi les plus appréciées des Amériques.

Supprimer la pub

Advertisement

Les Moches étaient peut-être les artistes et les métallurgistes les plus accomplis de toutes les civilisations andines.

Moche

La capitale, connue simplement sous le nom de Moche et donnant son nom à la civilisation qui la fonda, se trouve au pied de la montagne Cerro Blanco et couvrait autrefois une superficie de 300 hectares. Outre des habitations urbaines, des places, des entrepôts et des ateliers, elle possède d'impressionnants monuments, dont deux massifs monticules pyramidaux en briques d'adobe. Ces structures monumentales, dans leur état d'origine, présentent des caractéristiques typiques de l'architecture Moche : plusieurs niveaux, des rampes d'accès et des toitures inclinées.

La plus grande "pyramide" est la Huaca del Sol, qui comporte quatre niveaux et mesure aujourd'hui 40 mètres de haut. À l'origine, elle s'élevait à plus de 50 m de haut, couvrait une surface de 340 x 160 m et avait été construite avec plus de 140 millions de briques, chacune portant la marque d'un fabricant. Une rampe sur le côté nord donne accès au sommet, qui est une plate-forme en forme de croix. La plus petite structure, connue sous le nom de Huaca de la Luna, se trouve à 500 mètres et fut construite avec environ 50 millions de briques d'adobe. Elle comporte trois niveaux et est décorée de frises illustrant la mythologie et les rituels des Moches. L'ensemble de la structure était autrefois entouré d'un haut mur de briques d'adobe. Les deux pyramides furent construites vers l'an 450. À l'origine, elles étaient de couleur vive, rouge, blanche, jaune et noire, et servaient de cadre imposant pour les rituels et les cérémonies. Les conquistadors espagnols détournèrent par la suite le Rio Moche afin de démolir la Huaca del Sol et de piller les tombes qui s'y trouvaient, ce qui suggère que la pyramide avait également été utilisée par les Moche pendant des générations comme mausolée pour des personnes importantes.

Supprimer la pub

Advertisement

Huaca del Sol, Moche
Huaca del Sol, Moché
Carl Ottersen (CC BY)

Les bâtiments mis au jour entre les deux pyramides comprennent de nombreuses grandes résidences avec des cours entourées de murs. Les champs autour du site sont disposés selon un quadrillage régulier de petites parcelles rectangulaires, souvent avec une petite plate-forme d'observation en adobe, ce qui suggère une sorte de supervision et de contrôle de l'État par la classe d'élite (Kuraka). L'agriculture des Moches bénéficiait d'un vaste système de canaux, de réservoirs et d'aqueducs, de sorte que le territoire pouvait accueillir une population d'environ 25 000 personnes.

Parmi les autres sites Moche, on trouve un centre de pèlerinage à Pacatnamú, un site situé au sommet d'une montagne au-dessus de la rivière Jequetepeque et utilisé depuis la période intermédiaire précoce (c. 200 avant notre ère). Il y avait également des centres administratifs à Pañamarca - où l'on trouve un autre grand monticule en briques d'adobe, cette fois avec une rampe en dos d'âne menant au sommet de la structure - ainsi qu'à Huancaco dans la vallée de Viru et à Pampa de Los Incas dans la vallée de Santa.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

La religion Moche

La religion et l'art des Moches furent d'abord influencés par la culture Chavin (c. 900 - 200 av. J.-C.), puis par la culture Chimú. La connaissance du panthéon Moche est sommaire, mais nous connaissons Al Paec, le créateur ou dieu du ciel (ou son fils) et Si, la déesse de la lune. Al Paec, typiquement représenté dans l'art Moche avec des crocs féroces, une coiffe de jaguar et des boucles d'oreilles en forme de serpent, était considéré comme habitant les hautes montagnes. Des sacrifices humains, surtout des prisonniers de guerre mais aussi des citoyens Moche, étaient offerts pour l'apaiser, et leur sang était offert dans des coupes rituelles. Si était considérée comme la divinité suprême, car c'était cette déesse qui contrôlait les saisons et les tempêtes qui avaient une telle influence sur l'agriculture et la vie quotidienne. En outre, la lune était considérée comme encore plus puissante que le soleil, car Si pouvait être vue aussi bien la nuit que le jour. Il est également intéressant de noter que les peintures murales et les découvertes telles que la tombe intacte de la prêtresse connue sous le nom de La Señora de Cao montrent que les femmes pouvaient jouer un rôle important dans la religion et les cérémonies Moche.

Une autre divinité qui apparaît fréquemment dans l'art Moche est le dieu Décapitateur, mi-homme, mi-jaguar, appelé ainsi parce qu'il est souvent représenté tenant un horrible couteau de sacrifice (tumi) dans une main et la tête coupée d'une victime sacrificielle dans l'autre. Le dieu peut également être représenté sous la forme d'une gigantesque araignée prête à sucer le sang de ses victimes. Le fait que ces scènes reflètent des événements réels est confirmé par des découvertes archéologiques, comme celles faites au pied de la Huaca de la Luna, où les squelettes de 40 hommes âgés de moins de 30 ans montrent qu'ils avaient été mutilés et jetés du haut de la pyramide. Les os de ces squelettes présentent des marques de coupure, les membres avaient été arrachés et les os de la mâchoire manquent sur les crânes sectionnés. Il est intéressant de noter que les corps se trouvent au-dessus d'un sol mou causé par les fortes pluies d'El Niño, ce qui suggère que les sacrifices furent peut-être offerts aux dieux Moche afin d'atténuer cette catastrophe environnementale. On a également découvert des gobelets cérémoniels contenant des traces de sang humain, et les tombes ont révélé des individus costumés et parés de bijoux, presque exactement comme les figures religieuses représentées dans les peintures murales Moches.

Moche Ceramic Portrait
Portrait en céramique Moche
Patrick Charpiat (CC BY)

L'art moche

De nombreux exemples d'art moche ont été retrouvés dans les tombes de Sipán (c. 300 de notre ère), San José de Moro (c. 550 de notre ère) et Huaca Cao Viejo, qui comptent parmi les sites funéraires les mieux préservés de toutes les cultures andines. Les Moches étaient des potiers de talent et de superbes métallurgistes, et on a retrouvé des coiffes et des plaques pectorales en or, des bijoux en or, en argent et en turquoise (notamment des oreillettes et des ornements de nez), des textiles, des couteaux tumi, des bols et des récipients en cuivre. Les récipients en poterie fine étaient généralement fabriqués à l'aide de moules, mais chacun d'entre eux était décoré de manière individuelle et distinctive, généralement dans des tons crème, rouges et bruns. Les récipients les plus célèbres sont sans doute les pots à becs étroits aux formes très réalistes. Ils sont considérés comme des portraits de personnes réelles, et plusieurs exemplaires pouvaient être fabriqués pour représenter le même individu. En effet, un visage - facilement identifiable par sa lèvre coupée - apparaît dans plus de 40 pots de ce type.

Supprimer la pub

Advertisement

Les formes et les décorations des poteries évoluèrent au fil du temps et devinrent de plus en plus élaborées, bien qu'à l'inverse, les thèmes soient devenus moins variés dans la poterie Moche ultérieure et dans l'art en général. L'un des styles les plus distinctifs créés par les Moche utilise des silhouettes embellies par de fins détails de lignes, très similaires à la poterie grecque à figures noires. Les effigies en céramique sont également courantes, notamment celles des musiciens, des prêtresses et des captifs.

Les sujets populaires de l'art Moche - tels qu'on peut les voir sur les peintures murales, les frises, les décorations de poterie et les objets en métal fin - comprennent les humains, les figures anthropomorphes (en particulier les félins à crocs) et les animaux tels que les serpents, les grenouilles, les oiseaux (en particulier les hiboux), les poissons et les crabes. Les scènes entières sont également courantes, en particulier les cérémonies religieuses avec les prêtres oiseaux et guerriers, les chamans, les rituels de la coca, les guerriers en armure, les guerres rituelles et réelles avec les captifs qui en résultent, les épisodes de chasse et, bien sûr, les divinités - notamment les scènes montrant des cieux nocturnes à travers lesquels des bateaux en croissant transportent des figures telles que Si. Beaucoup de ces scènes sont rendues de manière à capturer des récits et, surtout, de l'action ; les personnages font toujours quelque chose dans l'art Moche.

Moche Vessel Depicting Bird Warriors
Navire moche représentant des guerriers oiseaux
Caroline Cervera (CC BY-NC-SA)

Sipán et Pampa Grande

Vers 550, les systèmes de canaux et les champs agricoles des Moche furent recouverts de sable (soufflé à l'intérieur des terres depuis la côte où il avait été déposé par les inondations érosives des vallées), et la population quitta la région, se réinstallant plus au nord dans la vallée de Lambayeque, notamment sur les sites de Sipán et Pampa Grande. Ce déplacement peut également avoir été précipité par l'expansion des Huari, basés dans les hautes terres du Pérou central. À Sipán, on a découvert certaines des tombes les mieux conservées et les plus riches des Amériques, dont la célèbre tombe du "prêtre guerrier", qui renferme de remarquables objets en métal précieux, tels qu'un masque en or, des oreillettes, des bracelets, une armure corporelle, un sceptre, des lingots et un collier de cacahuètes en argent et en or magnifiquement ouvragé.

Supprimer la pub

Advertisement

Le site de Pampa Grande s'étendait sur 600 hectares et comprenait la plate-forme rituelle Huaca Fortaleza, qui mesurait autrefois 55 mètres de haut. Atteint par une rampe de 290 mètres, le sommet possédait une structure à colonnes contenant une peinture murale de félins. Cependant, après 150 ans d'occupation, le site fut également abandonné, une fois de plus, probablement en raison d'une combinaison de facteurs climatiques tels qu'une longue période de sécheresse, l'expansion des Huari et des conflits internes, comme l'indiquent les traces d'incendie sur de nombreux bâtiments.

Supprimer la pub

Publicité

Questions et réponses

Pour quoi la civilisation Moche est-elle connue ?

La civilisation Moche du Pérou est particulièrement connue pour son art vibrant et naturaliste dans la poterie et le travail du métal.

Qui étaient les Moche et où se sont-ils installés ?

Les Moche étaient une confédération de petits États dans les Andes anciennes. Ils ont prospéré le long de la côte nord et des vallées de ce qui est aujourd'hui le Pérou, en particulier dans les vallées de Chicama et Trujillo, entre l'an 1 de notre ère et 800 de notre ère.

Quels sont les exemples les plus célèbres de l'art Moche ?

Les exemples les plus célèbres de l'art Moche comprennent des masques en or battu et des récipients en poterie à bec qui ont été faits pour représenter une tête humaine. Nombre de ces poteries sont considérées par les experts comme représentant des personnes vivantes et sont donc en fait des portraits.

Bibliographie

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur d'articles historiques installé en Italie. Il s'intéresse plus particulièrement à la poterie, à l’architecture, aux mythologies du monde et à la découverte des idées partagées par toutes les civilisations. Il est titulaire d’un Master en philosophie politique et éditeur en chef de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2014, août 20). Civilisation Moche [Moche Civilization]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-13208/civilisation-moche/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Civilisation Moche." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le août 20, 2014. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-13208/civilisation-moche/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Civilisation Moche." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 20 août 2014. Web. 29 juin 2022.

Adhésion