Empereurs Gordiens

Définition

Donald L. Wasson
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 25 novembre 2013
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol
Gordian I (by Mark Cartwright, CC BY-NC-SA)
Gordien Ier
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Lorsque Maximinus Thrax (Maximin 1er le Thrace) fut nommé empereur romain à la mort d'Alexandre Sévère, la nouvelle ne fut pas très bien accueillie à Rome et le Sénat romain le considérait comme un barbare illettré. Ses excès financiers, principalement utilisés pour financer ses expéditions militaires en Allemagne, pesaient lourdement sur l'esprit de nombreux sénateurs. L'occasion de se libérer de cet empereur impopulaire se présenta bientôt lorsque Gordien Ier fut proclamé empereur par des nobles enragés à Carthage. Malheureusement, il ne sera pas si facile d'éliminer Maximinus.

Gordien Ier

Marcus Antonius Gordianus Sempronianus, connu dans l'histoire sous le nom de Gordien Ier, vit le jour en 159 de notre ère de père et de mère inconnus, bien qu'on ait prétendu qu'il descendait de l'empereur romain Trajan du côté de sa mère et des réformateurs de la République Gracques, Tibère et Gaius, du côté de son père. Gordien était un riche propriétaire terrien qui avait été sénateur et consul romain ainsi que gouverneur de plusieurs provinces, dont la Basse-Bretagne. Bien qu'il ait été âgé de quatre-vingts ans, l'empereur Maximinus le nomma gouverneur d'Afrique, ce qu'il regretterait très vite.

Supprimer la pub

Advertisement

Les expéditions de Maximinus en Allemagne se révélèrent être un fardeau considérable pour les finances de l'empire. Il confisqua les domaines de nombreux riches et réduisit les subventions aux céréales, ce qui affecta tout le monde, surtout les pauvres. Les répercussions se firent sentir dans tout l'empire. L'un des nombreux agents de l'empereur collectait les impôts dans la province nord-africaine de Gordien (l'actuelle Tunisie) lorsque plusieurs jeunes nobles provinciaux mobilisèrent leurs fermiers et le tuèrent. Furieux de la politique fiscale de Maximinus, ils décidèrent qu'ils voulaient un nouvel empereur et choisirent leur gouverneur Gordien, qui, bien que pris par surprise, accepta à contrecœur. L'historien Hérodien, dans son Histoire de l'Empire romain, fit une remarque sur cette élection à la fonction impériale.

Il se trouve que le jour où ces événements se produisirent (le meurtre du collecteur d'impôts), Gordien était chez lui en train de se reposer, profitant d'un bref répit de ses travaux et de ses devoirs. Accompagnés de toute la bande, épées dégainées, les jeunes (ceux qui avaient tué le percepteur) maîtrisèrent les gardes en faction aux portes et firent irruption dans la maison..... Se tenant autour de lui, ils le drapèrent dans un manteau pourpre et le saluèrent avec les honneurs impériaux.

Confus, le nouvel empereur se serait jeté par terre en suppliant qu'on lui épargne la vie. Après avoir été rassuré sur leurs intentions, il reçut un avertissement sévère de l'un des jeunes. "... la mort t'attend aujourd'hui même si tu te décides contre nous et que tu refuses de te joindre à nous, et nous mourrons nous-mêmes, si nécessaire, après t'avoir tué."

Supprimer la pub

Advertisement

Gordien II

Les Gordiens s'engagèrent à supprimer tous les informateurs, à renvoyer les exilés et à verser des primes à l'armée.

Prenant le nom supplémentaire d'Africanus, le 22 mars 238 de notre ère, il quitta sa maison de Thysdrus et arriva à Carthage avec à ses côtés son fils Gordianus, ancien gouverneur et consul à part entière. Dès leur entrée dans la ville, il déclara aux citoyens que son fils était également Auguste - à la seule différence que Gordien II, âgé de quarante-six ans, ne reçut pas le titre supplémentaire de grand prêtre ou pontifex maximus. Sans tarder, un message fut transmis au Sénat romain qui les approuva tous deux en tant que co-empereurs. Bien qu'aucun des deux ne mettrait jamais les pieds à Rome, les nouveaux empereurs s'engagèrent à supprimer tous les informateurs, à faire revenir les exilés et à verser des primes à l'armée. Après avoir accepté les Gordiens comme co-empereurs, le Sénat vota la déification de l'empereur Alexandre Sévère et déclara Maximinus ennemi de l'État ; nombre de ses partisans à Rome furent assassinés.

Ensuite, tous les gouverneurs de province furent invités à prêter allégeance aux nouveaux empereurs. Capelianus, gouverneur de Numidie et allié de Maximinus, furieux que le Sénat ait déclaré son ami ennemi de l'État, mobilisa ses légions pour marcher sur Carthage. Hérodien explique la nature de cette querelle : "Gordien était hostile à Capelianus parce qu'ils avaient déjà été impliqués dans un procès. Lorsqu'il prit le titre d'empereur, Gordien envoya un homme pour remplacer Capelianus et ordonna au gouverneur de quitter la province." Les troupes du gouverneur étaient trop nombreuses pour la petite milice qui défendait Carthage. Dans l'escarmouche, Gordien II fut tué. Lorsqu'il apprit la mort de son fils, le vieux Gordien fut totalement désemparé et se pendit. Cela se passa le 12 mai 238 de notre ère et ils n'avaient servi que vingt-deux jours.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Selon le récit d'Hérodien, Capelianus "mit à mort tous les hommes importants qui avaient survécu à la bataille, pilla les temples et s'empara des fonds publics et privés". La mort de l'empereur - leur seul espoir contre le cruel Maximinus - fit que de nombreux habitants de Rome et de Carthage vécurent dans la peur. Hérodien écrit,

Lorsque la mort de Gordien père fut annoncée à Rome, le peuple et le sénat en particulier furent complètement déconcertés, abasourdis d'apprendre que Gordien, en qui ils avaient placé leur espoir, était mort. Ils savaient que Maximinus, qui leur était naturellement hostile, n'épargnerait personne. Maintenant qu'il avait de bonnes raisons de les haïr, il allait tout naturellement déverser sa rage sur eux comme sur des ennemis reconnus.

Gordian III
Gordien III
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Gordien III

Lorsqu'il fut informé de la mort des empereurs, le Sénat romain les déifia tous les deux et nomma rapidement de nouveaux co-empereurs - Decius Caelius Calvinus Balbinus et Marcus Clodius Pupienus Maximus (alias Balbin et Pupien). Comme pour les Gordiens, un Conseil des Vingt fut nommé pour leur prêter assistance. Cependant, peut importait l'approbation du Sénat et aucun des deux hommes ne fut bien accueilli par la population romaine qui souhaitait que le trône reste dans la famille Gordien, à savoir le neveu de Gordien II, Marcus Antonius Gordianus, âgé de treize ans. Pour apaiser le public et éviter les émeutes, le jeune Gordianus fut nommé César. Comme le peuple l'avait craint, après avoir appris la nouvelle de la nomination de Gordian I et II comme co-empereurs (il n'avait pas reçu la nouvelle de leur mort), Maximinus marcha sur l'Italie. Il arriva à la ville d'Aquilée où il rencontra une résistance considérable. Fatiguée et affamée, la garde prétorienne se retourna contre lui et son fils et les tua pendant leur sommeil.

Après avoir vaincu les forces de Maximinus Thrax à Aquilée, l'empereur victorieux Pupien rentra à Rome en héros. Cependant, la jubilation fut de courte durée car Balbin et lui furent capturés par la garde prétorienne puis assassinés ; leurs corps furent traînés dans les rues de Rome. Le jeune Gordien III fut proclamé empereur. Hérodien ajoute : "Laissant les cadavres exposés dans la rue, les prétoriens se saisirent de Gordien César et le proclamèrent empereur, puisqu'à ce moment-là ils ne trouvèrent aucun autre candidat pour cette fonction."

Supprimer la pub

Advertisement

Gordien III, né en 225 de notre ère, n'avait que treize ans lorsqu'il monta sur le trône impérial ; cependant, en raison de son âge, il ne reçut que peu ou pas d'autorité réelle et la plupart des pouvoirs restèrent entre les mains du Sénat romain. Heureusement pour Gordien et pour l'empire, un homme qui avait gravi les échelons militaires et occupé plusieurs fonctions impériales exerça une influence considérable sur le jeune empereur, surtout après avoir été nommé commandant de la garde prétorienne. Il s'appelait Gaius Furius Sabina Aquila Timesitheus (alias Timésithée). Son influence s'accrut davantage lorsque Gordien épousa sa jeune fille Furia Sabinia Tranquillina en 241 de notre ère.

Bimetallic Medallion of Emperor Gordian III
Médaillon bimétallique de l'empereur Gordien III
Osama Shukir Muhammed Amin (Copyright)

Malheureusement pour le jeune empereur, son court règne sera marqué par des troubles considérables. Il remporta une petite victoire, mais les soldats qui avaient tué son oncle et son grand-père furent tous expulsés de l'armée, ce qui laissa l'Afrique du Nord mal protégée. En raison du nombre réduit de légions en Afrique, en 240 de notre ère, Marcus Asinius Sabinianus, le nouveau gouverneur d'Afrique, se déclara empereur ; cependant, son ascension autoproclamée ne dura pas longtemps, le gouverneur de la Maurétanie voisine la supprima rapidement. Ensuite, et surtout, des problèmes se préparaient à l'Est : le nouveau roi perse Chapour Ier commença à se faire appeler le roi des rois d'Iran et des pays hors-d'Iran. Il envahit audacieusement la province romaine de Syrie et menaça la capitale d'Antioche. Malheureusement, en raison d'une bataille continue avec les Goths le long du Danube, l'armée romaine ne fut pas en mesure de répondre à l'attaque. Après avoir réprimé la rébellion, Timesithée mobilisa ses troupes et, avec l'aide de la flotte romaine, se déplaça vers l'est, sauvant ainsi Antioche. Non seulement les Perses furent vaincus à Rhesaina, en Mésopotamie, mais les Romains furent également en mesure de reprendre les villes de Carrhes et de Nisibe.

Avant que d'autres mesures puissent être prises contre les Perses, Timesithée tomba malade et mourut. Son successeur, Philippe l'Arabe, un commandant de la Garde et principal suspect dans la mort de Timesithée, se nomma régent du jeune empereur. Lorsque Gordien III choisit de marcher sur la capitale perse de Ctésiphon, Philippe résista ; il avait compris que le trône impérial était à sa portée. Selon l'Historia Augusta, Philippe fomenta un complot contre l'empereur : "Philippe répandit parmi les soldats la rumeur selon laquelle Gordien était jeune et ne pouvait pas gérer l'Empire, et qu'il valait mieux que quelqu'un qui puisse commander l'armée et comprendre les affaires publiques gouverne."

Supprimer la pub

Advertisement

Lorsque Philippe refusa de suivre ses ordres, Gordien, en colère, donna le choix aux troupes : lui ou Philippe. En raison de leur manque de confiance dans l'empereur de dix-neuf ans, elles choisirent Philippe. Le 25 février 244, Gordien III fut tué près de la ville de Zaitha sur l'Euphrate ; son corps fut ramené à Rome et l'on dit au Sénat que l'empereur était mort de causes naturelles. La mémoire de Gordien III est relatée dans l'Historia Augusta:

C'était un garçon léger, beau, séduisant, agréable à tous, joyeux dans sa vie, éminent dans les lettres ; en rien, en effet, si ce n'est dans son âge, il n'était pas qualifié pour l'empire. Avant la conspiration de Philippe, il était aimé du peuple, du sénat et des soldats comme aucun prince ne l'avait jamais été auparavant.

On dit qu'après avoir tué l'empereur, Philippe "... l'appelait divin, même parmi les soldats avec lesquels il avait manigancé sa conspiration, et l'adorait avec un mélange d'esprit sérieux et d'astuce d'étranger". Philippe l'Arabe négocia rapidement une paix avec les Perses et retourna à Rome où il fut officiellement acclamé comme nouvel empereur de l'empire.

Supprimer la pub

Publicité

Bibliographie

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Donald L. Wasson
Donald a enseigné l'Histoire ancienne, médiévale et américaine au Lincoln College (Normal, Illinois). Il a toujours été et sera toujours un étudiant en histoire, depuis qu'il apprit au sujet d'Alexandre le Grand. Il est impatient de transmettre ses connaissances à ses élèves.

Citer cette ressource

Style APA

Wasson, D. L. (2013, novembre 25). Empereurs Gordiens [Gordian Emperors]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-12360/empereurs-gordiens/

Style Chicago

Wasson, Donald L.. "Empereurs Gordiens." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le novembre 25, 2013. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-12360/empereurs-gordiens/.

Style MLA

Wasson, Donald L.. "Empereurs Gordiens." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 25 nov. 2013. Web. 05 juil. 2022.

Adhésion