Hernán Cortés

Définition

Mark Cartwright
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 30 juin 2022
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais, espagnol, néerlandais
The Conquistador Hernán Cortés (by Royal Academy, Madrid, Public Domain)
Le Conquistador Hernán Cortés
Royal Academy, Madrid (Public Domain)

Hernán Cortés (1485-1547) était un conquistador espagnol qui mena la conquête de l'empire aztèque au Mexique à partir de 1519. En prenant la capitale aztèque de Tenochtitlan en 1521, Cortés pilla la Mésoamérique et devint le premier dirigeant de la nouvelle colonie de la Nouvelle-Espagne.

Cortés était un meneur d'hommes doué, et il saisit toutes les opportunités qui se présentèrent à lui dans le Nouveau Monde. En utilisant des armes et des tactiques supérieures, combinées à la diplomatie pour compléter sa maigre force de conquistadores par des milliers de guerriers indigènes, Cortés put tout balayer devant lui. D'abord récompensé par la Couronne espagnole, Cortés se retrouva bientôt submergé par une nouvelle vague d'administrateurs coloniaux et par de constantes batailles juridiques où il fut accusé d'avoir outrepassé son autorité, d'avoir pris plus que son dû en butin et d'avoir fait preuve d'une violence et d'une terreur excessives à l'encontre des peuples indigènes.

Supprimer la pub

Advertisement

Enfance

Hernán Cortés de Monroy y Pizarro Altamirano vit le jour en 1485 à Medellin, en Estrémadure, en Espagne. Ses parents appartenaient à la petite noblesse, son père étant un hidalgo. Hernán étudia le droit à l'université de Salamanque à partir de 1499, mais à 19 ans, il décida de quitter l'Espagne et de tenter sa chance dans les colonies des Caraïbes. Après avoir dirigé une plantation dans l'est d'Hispaniola (Saint-Domingue) et travaillé comme notaire à Azúa de Compostela, il décida de participer à la conquête de Cuba en 1511. Sept ans plus tard, alors âgé d'une trentaine d'années, il eut envie de sa part de gloire et de célébrité. Peut-être pas uniquement en quête d'or, Cortés était un homme profondément religieux, et l'esprit d'évangélisation, pour lui, peut-être pas pour ses hommes, était une motivation supplémentaire pour ouvrir davantage ce Nouveau Monde.

Cortés était un chef capable de prendre des décisions impitoyables et de faire des paris extravagants.

Deux mondes en collision

Diego Velázquez (1465-1524), le gouverneur de Cuba, avait déjà envoyé plusieurs expéditions pour explorer la côte continentale de l'Amérique à partir de 1517, et celles-ci avaient rapporté d'étranges monuments de pierre anciens et des indigènes vêtus de couleurs vives auxquels ils avaient troqué de beaux objets en or. Le gouverneur organisa une autre expédition et choisit comme chef Hernán Cortés, qui l'avait servi comme alcalde, ou premier magistrat, à Santiago de Cuba. Onze navires furent chargés de 500 soldats et de 100 marins, tous des aventuriers et des chercheurs de trésors. À la dernière minute, conscient de l'ampleur des préparatifs de Cortés, Velásquez tenta de rappeler son lieutenant, mais il était trop tard. Cortés était peut-être le chef de l'expédition mais, comme l'explique l'historien S. Sheppard, il s'agissait certainement d'un effort collectif :

Supprimer la pub

Advertisement

Cortés n'était pas un général à la tête d'une armée professionnelle, c'était un gentleman qui ne prenait ses décisions qu'avec le consentement d'autres gentlemen. Tout au long de la campagne, son leadership n'avait d'autre fondement que le très fragile statut de premier parmi ses pairs, charisme qui dépendait entièrement de sa vision, de son charisme et de son succès. (30)

Aztec Empire Map
Carte de l'empire aztèque
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

Cortés était sans aucun doute un commandant charismatique qui inspirait ses hommes, et bien qu'il ait eu peu d'expérience militaire pratique, il était, de manière cruciale, un leader capable de prendre des décisions impitoyables et des paris extravagants pour maximiser ses opportunités dans une situation géopolitique fluide et en constante évolution. Comme le résume Sheppard : "Catholique fervent et bigame invétéré, croisé et opportuniste, renégat et impérialiste, Cortés était un homme aux multiples contradictions." (21)

La civilisation aztèque (alias Mexica) s'épanouit à partir de 1345 environ en Mésoamérique et, au XVIe siècle, elle couvrait la majeure partie du nord du Mexique, soit une superficie d'environ 135 000 kilomètres carrés et une population d'environ 11 millions d'habitants. Les Aztèques utilisaient la coercition militaire, les otages et l'extraction de tributs pour maintenir la cohésion de leur fragile empire, mais ils n'avaient pas conquis tout le monde. Les Tarascans et les Tlaxcalans, en particulier, continuaient à tester les frontières de leur empire. Les Tlaxcalans et d'autres peuples s'avéreront des alliés précieux pour les Espagnols, car au fond, ils ne souhaitaient qu'une chose: la chute des Aztèques.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Cortés débarqua sur la côte de Tabasco, à Potonchan, sur le continent américain, en mars 1519. Le Vieux Monde était sur le point de rencontrer en personne les maîtres actuels de la Mésoamérique. Cortés et ses hommes n'avaient aucune idée de ce qui les attendait, mais pour s'assurer que personne ne pense à rentrer chez lui, Cortés ordonna l'échouage et la démolition délibérés de ses navires. Il s'agissait maintenant de conquérir ou de mourir.

La supériorité des armes en acier et à poudre, la cavalerie et les tactiques dynamiques permirent aux Espagnols de remporter des victoires faciles contre les peuples hostiles qu'ils rencontraient. Les armes et armures mésoaméricaines étaient primitives comparées à celles des Espagnols. Les Mésoaméricains disposaient d'épées et de massues à lames d'obsidienne tranchantes comme des rasoirs, d'arcs, de lances et de propulseurs de fléchettes, mais ces armes avaient peu d'impact sur les armures métalliques. En revanche, les épées espagnoles en acier, les longues piques, les arbalètes et les armes à poudre étaient d'une efficacité dévastatrice contre des guerriers protégés uniquement par des tissus de coton rembourrés et des boucliers en bois. La cavalerie s'avéra presque invincible contre un grand nombre d'attaquants mésoaméricains. Enfin, la tactique n'aidait pas les peuples indigènes, habitués à une guerre ritualisée où l'exhibition et la prise de captifs étaient prioritaires. Les officiers mésoaméricains étaient facilement identifiables avec leurs costumes extravagants, et ils étaient les premières cibles des Espagnols. Lorsque les officiers étaient tués, les soldats s'enfuyaient souvent dans la panique. Les guerriers mésoaméricains apprirent de nouvelles tactiques et se concentrèrent sur les embuscades en terrain accidenté afin de neutraliser les forces de la cavalerie, mais l'avantage militaire écrasant, malgré le nombre de guerriers indigènes bien supérieur, resta entre les mains des Espagnols.

Montezuma Meets Cortés
Montezuma rencontre Cortés
Unknown Artist (Public Domain)

La capture de Malintzin (alias Marina, Malinali ou La Malinche), une femme maya qui parlait le nahuatl des Aztèques et une langue maya locale, que l'un des hommes de Cortés connaissait bien, constitua un avantage important lors de ces premières rencontres. Les envahisseurs pouvaient désormais communiquer avec des alliés potentiels. Malintzin et Cortés eurent un fils ensemble, Don Martin. Cortés eut plus tard un autre fils, également appelé Martin (sa mère était Doña Juana Ramírez de Arellano, la fille d'un comte espagnol de Cuernavaca), mais c'est son enfant illégitime avec Malintzin que Cortés favorisa, l'accompagnant en Espagne et s'assurant qu'il soit investi comme chevalier dans le prestigieux ordre de Santiago.

Supprimer la pub

Advertisement

Cortés fit preuve de talent de diplomate en persuadant les Tlaxcalans de se joindre à lui dans sa guerre contre les Aztèques.

Le souverain aztèque Moctezuma II (alias Montezuma, r. de 1502 à 1520) reçut très vite des nouvelles de ces envahisseurs gênants, mais il attendit prudemment l'évolution de la situation. Cortés, quant à lui, établit une garnison à Veracruz, sur la côte. Il ignora les instructions de retourner à Cuba et envoya une partie des trésors qu'il avait acquis, avec des lettres demandant le soutien royal, au roi d'Espagne, Charles V, empereur romain germanique (r. de 1519 à 1556). Il outrepassait là son autorité puisque, techniquement, c'est Velásquez qui détenait le droit d'adelantado, c'est-à-dire de conquérir des territoires au nom du roi. Un tollé général éclata à ce propos, qui se termina par le fait que Cortés, grâce à son trésor, fut autorisé à poursuivre sa conquête tandis que Velásquez fut démis de ses fonctions. Pendant ce temps, au Mexique, les conquistadors progressaient vers l'intérieur des terres en août 1519 et ils affrontèrent d'abord les Tlaxcala. Cortés fit alors preuve de talents de diplomate et parvint à persuader les Tlaxcalans de se joindre à lui dans sa guerre contre les Aztèques. Les Espagnols et leurs alliés avancèrent vers Tenochtitlan en novembre.

Moctezuma et La Noche Triste

Située sur la rive ouest du lac Texcoco, la capitale aztèque de Tenochtitlan comptait plus de 200 000 habitants, ce qui en faisait la plus grande ville des Amériques précolombiennes. Elle s'étendait sur 12 à 14 km² et était reliée à la rive occidentale du lac et à la campagne environnante par trois jetées (nord, est et ouest), qui comportaient des brèches traversées par des ponts amovibles pour permettre le passage des bateaux.

Headdress of Motecuhzoma II
Coiffe de Moctezuma II
Jonathan (Copyright)

Les conquistadores furent autorisés à entrer dans la ville tout sereinement le 8 novembre, et ils furent émerveillés par ses merveilles de grandes places, de temples-pyramides et de jardins flottants. Lorsque Cortés et Moctezuma se rencontrèrent, les relations furent d'abord amicales. Des cadeaux de valeur furent échangés entre les deux dirigeants. Cortés reçut un collier de crabes en or, et Moctezuma un collier de verre vénitien enfilé sur un fil d'or et parfumé au musc. Le souverain aztèque se méfiait peut-être de ces visiteurs, ayant entendu parler de leurs précédentes victoires militaires, mais il ne semblait pas savoir quoi faire d'eux. La diplomatie, en tout cas, fit long feu un peu plus tard, lorsque Cortés prit Moctezuma en otage le 14 novembre. Les Espagnols voulaient un trésor, et le souverain aztèque fut obligé de se soumettre au roi d'Espagne. Il y eut d'autres vexations comme l'installation d'un crucifix au sommet de la pyramide sacrée aztèque, le Templo Mayor.

Supprimer la pub

Advertisement

Cortés devait maintenant faire face à ses propres problèmes. Sa rivalité avec Velázquez n'étant pas encore résolue, le gouverneur de Cuba avait envoyé une force sous le commandement de Pánfilo de Narváez à Veracruz pour appréhender Cortés. Cortés fut obligé de quitter Tenochtitlan et de faire face à ces concurrents pour les trésors à venir, et c'est ainsi qu'en mai 1520, il laissa Tenochtitlan aux mains d'une petite force espagnole sous le commandement de Pedro de Alvarado. Alvarado et ses hommes se montrèrent plutôt insensibles aux conventions aztèques lorsqu'ils tentèrent imprudemment d'interrompre une cérémonie de sacrifice humain et massacrèrent ensuite des membres de la noblesse aztèque. Les Aztèques se soulevèrent et tuèrent un certain nombre de ces intrus. Pendant ce temps, Cortés vainquit Narváez et persuada les hommes qui avaient survécu de se joindre à lui. Ils retournèrent tous à Tenochtitlan le 24 juin, où une poignée d'Espagnols résistaient encore.

Dans les hostilités toujours en cours, Moctezuma avait été remplacé par Cuitláhuac en tant que nouveau chef aztèque après que Cortés l'ait bêtement libéré de son emprisonnement. Cuitláhuac avait immédiatement pris la tête des Aztèques à la place de son frère captif et désormais déshonoré. Cuitláhuac organisa une guerre totale contre les conquistadores. Lorsque les Espagnols tentèrent d'utiliser Moctezuma pour ramener le calme, l'ancien chef fut frappé par une pierre et tué le 30 juin. Les Espagnols se retrouvèrent piégés dans le palais royal d'Axayácatl. Cortés réussit à fuir la ville lors d'une bataille nocturne en cours le 30 juin 1520. Cette retraite sanglante est connue sous le nom de Noche Triste ("Triste nuit"). Les Espagnols s'étaient extirpés de la ville en utilisant des ponts en bois temporaires construits pour traverser les nombreux canaux de la ville, mais le prix de la liberté était élevé. Cortés avait perdu la moitié de ses hommes, la plupart de ses meilleurs chevaux et les huit tonnes de butin qu'il avait accumulées depuis son arrivée en Mésoamérique.

Le siège de Tenochtitlan

Avant d'atteindre la sécurité du territoire de Tlaxcala, Cortés dut d'abord gagner une grande bataille près d'Otumba, le 7 juillet lors de laquelle les Aztèques tentèrent une fois pour toutes d'anéantir les envahisseurs étrangers. Après plusieurs autres campagnes, et après avoir reçu des renforts par la mer, plusieurs villes furent capturées, notamment Texcoco le 31 décembre 1520. Le plan de Cortés était maintenant d'assiéger Tenochtitlan, mais déjà un autre ennemi, bien plus terrible, avait balayé la population aztèque. Les mois de septembre et novembre précédents avaient été marqués par une épidémie dévastatrice de variole qui avait tué jusqu'à 50 % de la population. Les Aztèques avaient également un nouveau chef, Cuauhtémoc, après que Cuitláhuac ait lui aussi succombé à la maladie d'importation. En avril 1521, Cortés commença son siège. Sa force comprenait 700 fantassins, 118 arbalétriers et arquebusiers, 86 chevaux et 18 canons de campagne. Plus important encore, les Espagnols avaient des alliés autochtones, dont au moins 100 000 Tlaxcalans.

Supprimer la pub

Advertisement

Surmontant les déficiences de leurs armes, les guerriers aztèques se battirent avec férocité et courage, comme l'ont noté les Espagnols eux-mêmes. Le 28 avril 1521, Cortés déploya sa carte maîtresse et sa merveille logistique : une flotte de 13 navires de guerre spécialement construits sur le lac Texcoco. Ces navires, jamais vus auparavant par les Mésoaméricains, avaient été construits à partir des grands navires dont Cortés avait ordonné le naufrage deux ans auparavant et de nouveaux équipements en provenance de Veracruz. Ils avaient été construits en préfabriqué afin de pouvoir être transportés par voie terrestre jusqu'au lac. Avec ces navires, Cortés put contrer les milliers de canots indigènes et bloquer les trois principales chaussées qui reliaient la ville aux bords du lac Texcoco. Chaque brigantin transportait 25 hommes plus six portant des arbalètes et des arquebusiers. Les navires espagnols étaient escortés par une grande flotte de canots manœuvrés par leurs alliés de Texcoco.

Tout au long des mois de mai et juin, hommes, chevaux et navires attaquèrent sans relâche les positions aztèques, les forçant à se regrouper en un groupe de plus en plus petit au centre même de Tenochtitlan. Lors d'une bataille, Cortés fut lui-même brièvement capturé avant que ses hommes ne le sauvent. D'autres eurent moins de chance et se retrouvèrent victimes de sacrifices. Pourtant, Cortés persista, faisant systématiquement sauter les bâtiments à mesure qu'il intensifiait le siège. Finalement, le 13 août, après 93 jours de résistance et après avoir manqué de nourriture et d'armes pendant longtemps, Cuauhtémoc se rendit. S'ensuivirent des atrocités indescriptibles, des actes de vengeance et des pillages sauvages.

Aztec victims of smallpox
Victimes aztèques de la variole
Unknown author (Public Domain)

Des cendres du désastre de Tenochtitlan naquit la nouvelle capitale de la colonie de la Nouvelle-Espagne, et Cortés en fut le premier gouverneur en mai 1523. La capitale était tombée, mais les Espagnols devraient encore faire campagne dans d'autres parties de l'empire aztèque en ruine jusqu'en 1525. Cortés avait personnellement mené une campagne contre les Huaxtèques en 1522. Au fur et à mesure que le mode de vie mésoaméricain était systématiquement réprimé et que les terres étaient distribuées aux conquérants, Tenochtitlan, avec son grand lac asséché, se transformait progressivement en Mexico, capitale du vice-roi de la Nouvelle-Espagne, désormais dirigée par Don Antonio de Mendoza.

Honduras

Bien que Cortés ait offert un précieux butin à la couronne espagnole, il eut du mal à gagner en estime à plus long terme. Se lassant rapidement de l'administration, il revint à l'exploration et à la conquête en 1523-4, lorsqu'il organisa une expédition au Honduras dirigée par Cristóbal de Olid (né en 1492). De Olid était un compagnon de longue date de Cortés, mais, de concert avec Diego Velázquez, il trahit son ancien commandant et s'érigea en souverain indépendant du Honduras. Cortés réagit en envoyant Francisco de las Casas chercher et arrêter Olid pour trahison, mais il se ravisa et quitta Mexico pour le Honduras en octobre 1524. La route terrestre était difficile car elle traversait le Guatemala, un territoire encore sauvage et inexploré. Lorsqu'il arriva à destination, Cortés découvrit qu'Olid avait déjà été jugé et exécuté. Cortés établit ensuite la nouvelle ville de Navidad de Nuestra Señora, introduisit le bétail dans la région et nomma un gouverneur.

Hernán Cortés by Weiditz
Hernán Cortés de Weiditz
Christoph Weiditz (Public Domain)

Mort et héritage

Cortés passa ensuite du temps en Espagne où il arriva en mai 1528 avec des trésors et 40 Aztèques pour impressionner la cour. Il persuada Charles Quint de lui accorder de grands domaines aux Amériques, le titre de marquis de la vallée d'Oaxaca et le droit de conserver un douzième de toute richesse acquise. Cependant, Cortés était déjà en train d'entrer dans l'histoire. Les conquistadores, désormais âgés et peu nombreux, qui avaient tout risqué pour la gloire, avaient été remplacés par des bureaucrates professionnels et des prêtres évangélisateurs. Lorsqu'il retourna à Mexico au cours de l'été 1530, Cortés se vit interdire l'accès à sa propre demeure par le nouveau gouverneur Gonzalo Nuño de Guzmán (d. 1558). Cortés fut obligé de vivre dans sa résidence secondaire à Cuernavaca. Il se retrouva également mêlé à de nombreux procès intentés par ses rivaux et ses anciens partisans, convaincus que leur chef avait pris beaucoup plus que sa juste part de butin pendant la conquête. Il dut également répondre des mauvais traitements qu'il avait infligé aux peuples indigènes, qui allaient de la mutilation sans ménagement des envoyés de la paix aux massacres à grande échelle.

Heureusement pour Cortés, il restait encore quelques poches de territoires inconnus, et Charles Quint lui avait promis qu'il pourrait être "gouverneur des îles qu'il pourrait découvrir dans la mer du Sud [océan Pacifique]" (Cervantès, 240). Au début des années 1530, il laissa donc derrière lui toute la paperasserie de la Nouvelle-Espagne et prit la tête d'une expédition pour explorer la côte pacifique du Mexique et peut-être trouver la route vers l'Asie et les îles aux épices que Christophe Colomb (1451-1506) recherchait. Cortés navigua vers le nord jusqu'à la péninsule de Basse-Californie et, pensant qu'il s'agissait d'une île, il la nomma Santa Cruz. En 1540, il retourna en Espagne et, sans se laisser décourager par le fait qu'il avait maintenant une cinquantaine d'années, Cortés fit campagne en Algérie pour la couronne espagnole en 1541.

Viceroyalty of New Spain, c. 1800
Vice-royauté de Nouvelle-Espagne, vers 1800
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

Hernán Cortés mourut de dysenterie à Castilleja la Vieja en Espagne le 2 décembre 1547. Le grand aventurier était sur le point de repartir pour le Nouveau Monde. Dans son testament, le conquistador avait exprimé le désir d'être enterré sur les terres qu'il avait conquises, plus précisément dans un monastère de Coyoacán. Ces souhaits furent ignorés et ses restes furent enterrés dans un monastère près de Séville. Puis, en 1556, la dépouille de Cortés fut transférée dans l'église de San Francisco de Texcoco au Mexique. Ne reposant guère en paix, la dépouille fut ensuite transférée dans un palais, puis dans une église franciscaine de Mexico. En 1794, Cortés se déplaça à nouveau lorsque ses ossements furent inhumés à l'Hospital de Jesús Nazareno de Mexico, puis déplacés au XIXe siècle dans une église voisine, la Jesús Nazareno e Immaculada Concepción, où ils reposent aujourd'hui. Les titres de Cortés furent hérités par son plus jeune (et seul fils légitime), qui devint le Marqués del Valle de Oaxaca et donc propriétaire d'une vaste encomienda.

Hernán Cortés était considéré comme un héros de son vivant, un homme qui avait conquis de nouvelles terres, apporté des richesses à la Couronne et balayé une religion païenne qui impliquait des sacrifices humains à grande échelle, ouvrant ainsi la voie à la propagation du christianisme. À une époque plus moderne, comme tous les autres conquistadores, Cortés est aujourd'hui considéré plus sobrement comme un opportuniste et un impérialiste dont la soif d'or et le goût pour l'évangélisation ont contribué à la destruction systématique de la culture mésoaméricaine, un homme personnellement responsable de la mort de dizaines de milliers d'indigènes.

Supprimer la pub

Publicité

Questions et réponses

Pour quoi Hernán Cortés est-il célèbre ?

Le conquistador Hernán Cortés est célèbre pour avoir conquis l'empire aztèque de 1519 à 1521.

Comment Hernán Cortés a-t-il changé le monde ?

Hernán Cortés a changé le monde en conquérant la Mésoamérique pour la Couronne espagnole. Cette conquête a entraîné la destruction totale de la culture et des peuples mésoaméricains. En outre, la conquête a inspiré d'autres conquistadors à essayer de l'imiter en Amérique du Sud.

Nommez cinq faits concernant Hernán Cortés.

Cinq faits concernant Hernán Cortés : il a conquis l'empire aztèque ; il a fondé la colonie de la Nouvelle-Espagne ; il possédait de vastes domaines avec des ouvriers et des esclaves ; il a reçu le titre de marquis du roi d'Espagne ; et il a exploré la côte Pacifique de l'Amérique jusqu'en Californie.

Comment Hernán Cortés a-t-il conquis l'empire aztèque ?

Hernán Cortés a conquis l'empire aztèque en utilisant des armes supérieures en acier et à poudre à canon, grâce à la cavalerie que les Aztèques n'avaient jamais vue auparavant, et en persuadant les rivaux des Aztèques et leurs peuples sujets de se soulever et de rejoindre le camp espagnol.

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth s'est consacrée à la traduction après avoir enseigné l'anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l'anglais et l'italien et a 25 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation. Elle aime voyager et découvrir l'histoire et le patrimoine d'autres cultures.

Auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur, chercheur, historien et éditeur à plein temps. Il s'intéresse particulièrement à l'art, à l'architecture et à la découverte des idées que toutes les civilisations peuvent nous offrir. Il est titulaire d'un master en philosophie politique et est le directeur d'édition de WHE.

Citer cette ressource

Style APA

Cartwright, M. (2022, juin 30). Hernán Cortés [Hernán Cortés]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-12267/hernan-cortes/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Hernán Cortés." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juin 30, 2022. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-12267/hernan-cortes/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Hernán Cortés." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 30 juin 2022. Web. 28 sept. 2022.

Adhésion