Anubis

Collecte de fonds pour traductions

Notre vision : Une éducation à l'Histoire gratuite pour tous, dans le monde entier et dans toutes les langues. C'est un objectif ambitieux, mais cela ne nous empêche pas d'y travailler. Pour y parvenir, nous devons traduire... beaucoup ! Faites un don aujourd'hui et aidez-nous à avoir un réel impact mondial. Merci beaucoup !
$1140 / $3000

Définition

Joshua J. Mark
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 25 juillet 2016
X

Texte original en Anglais : Anubis

Anubis, Egyptian Sarcophagus (by André, CC BY-SA)
Anubis, sarcophage égyptien
André (CC BY-SA)

Anubis est le dieu égyptien de la momification et de l'au-delà ainsi que le dieu patron des âmes perdues et des désespérés. Il est l'un des dieux les plus anciens d'Égypte, qui se développa probablement à partir du dieu chacal antérieur (beaucoup plus ancien) Wpwawet avec qui il est souvent confondu. On retrouve l'image d'Anubis sur les tombes royales de la Première Dynastie d'Égypte (vers 3150-2890 av. JC) mais il est certain qu'il existait déjà un culte en son honneur avant cette période pour qu'il soit ainsi invoqué sur les murs de ce tombeau à des fins de protection. On pense qu'il se développa en réponse aux chiens sauvages et aux chacals qui déterraient les cadavres fraîchement enterrés à un certain moment de la période Prédynastique en Égypte (environ 6000-3150 av. JC), car les Égyptiens croyaient qu'un dieu canin puissant était la meilleure protection contre les canidés sauvages.

Représentation et associations

Il est représenté comme un canidé noir, un hybride chacal-chien aux oreilles pointues, ou comme un homme musclé avec une tête de chacal. La couleur noire fut choisie pour son symbolisme, non pas parce que les chiens égyptiens ou les chacals étaient noirs. Le noir symbolise la décomposition du corps ainsi que le sol fertile de la vallée du Nil qui représentait la régénération et la vie. Le puissant canidé noir, alors, était le protecteur des morts qui s'assurait qu'ils recevaient les droits qui leur étaient dus à l'enterrement et se tenaient à leurs côtés dans l'au-delà pour aider à leur résurrection. Il était connu comme «le Premier des Occidentaux» avant la montée d'Osiris dans le Moyen Empire (2040-1782 av. JC) ce qui signifiait qu'il était le roi des morts (vu qu' «occidentaux» était le terme égyptien pour les âmes disparues dans l'au-delà qui se trouvait vers l'ouest, dans le sens du coucher du soleil). Dans ce rôle, il était associé à la justice éternelle et maintint cette association plus tard, même après avoir été remplacé par Osiris qui reçut alors le titre honorifique de «Premier des Occidentaux».

Supprimer la pub

Advertisement

Autrefois, Anubis était considéré comme le fils de Ra et Hésat (associé à Hathor), mais après son assimilation au mythe d'Osiris, il fut considéré comme le fils d'Osiris et de sa belle-sœur Nephthys. Il est le premier dieu représenté sur les murs des tombes et invoqué pour protéger les morts. Il est généralement représenté prenant soin du cadavre du roi, présidant à la momification et aux funérailles, ou debout avec Osiris, Thoth ou d'autres dieux lors de la pesée du cœur de l'âme dans la Salle de Vérité dans l'au-delà. Une image populaire d'Anubis est l'homme debout ou agenouillé avec la tête du chacal tenant la balance dorée sur laquelle le cœur de l'âme était pesé contre la plume blanche de la vérité. Sa fille est Qebhet (également connue sous le nom de Kabechet) qui apporte de l'eau fraîche aux âmes des morts dans la Salle de la Vérité et réconforte les nouveaux défunts. L'association d'Anubis avec Nephthys (connu sous le nom d'«ami des morts») et Qebhet souligne son rôle de longue date en tant que protecteur des morts et guide pour les âmes dans l'au-delà.

Weighing the Heart, Book of the Dead
Pesée du cœur, Livre des morts
Jon Bodsworth (Public Domain)

Nom et rôle dans la religion

Le nom «Anubis» est la forme grecque de l'Anpu égyptien (ou Inpu) qui signifiait «pourrir» signifiant son association précoce avec la mort. Il avait beaucoup d'épithètes en plus du «Premier des Occidentaux» et était également connu sous le nom de «Seigneur de la Terre Sacrée» (faisant référence à la zone du désert où se trouvaient les nécropoles), «Celui qui est sur sa montagne sacrée» (en référence aux falaises autour d'une nécropole donnée où les chiens sauvages et les chacals se rassemblaient), « Souverain des Neuf Arcs » (référence à l'expression utilisée pour les ennemis traditionnels de l'Égypte qui étaient représentés comme neuf captifs s'inclinant devant le roi), «Le chien qui avale des millions» (se référant simplement à son rôle de dieu de la mort), «Maître des secrets» (puisqu'il savait ce qui attendait au-delà de la mort), «Celui qui est dans le lieu d'embaumement» (indiquant son rôle dans le processus de momification), et «Président du pavillon divin» faisant référence à sa présence dans la cabine d'embaumement et la chambre funéraire.

Supprimer la pub

Advertisement

Comme l'indiquent ses divers épithètes, Anubis était au cœur de tous les aspects de l'expérience de mort d'un individu dans le rôle de protecteur et se tenait même avec l'âme après la mort en tant que juge et guide justes. L'érudit Geraldine Pinch commente à ce sujet, écrivant : «Anubis aidait à juger les morts et lui et son armée de messagers punissaient ceux qui violaient les tombes ou offensaient les dieux» (104). Il s'occupait tout particulièrement du contrôle des pulsions de ceux qui cherchaient à semer le désordre ou à s'aligner avec le chaos. Pinch écrit :

Une histoire enregistrée au premier millénaire avant notre ère raconte comment le méchant dieu Set s'était déguisé en léopard pour approcher le corps d'Osiris. Il fut saisi par Anubis et marqué sur tout le corps avec un fer chaud. Selon le mythe égyptien, c'est ainsi que le léopard a obtenu ses taches. Anubis l'a ensuite écorché vif et portait sa peau sanglante comme avertissement pour les malfaiteurs. À cette époque, Anubis commandait une armée de messagers démons qui infligaient la souffrance et la mort (105).

Anubis, Thoth, & Horus
Anubis, Thot et Horus
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Au début de la période dynastique (vers 3150-2613 av. JC) et l'ancien royaume (c. 2613-2181 av. JC) Anubis était le seul Seigneur des Morts et juge juste de l'âme, mais à mesure que le mythe d'Osiris devint de plus en plus populaire, ce dernier dieu prit de plus en plus les attributs d'Anubis. Anubis resta cependant un dieu très populaire, et il fut ainsi assimilé au mythe d'Osiris, abandonnant ses origines et son histoire antérieures et faisant de lui le fils d'Osiris et de Nephthys, né de leur aventure. Selon cette histoire, Nephthys (la femme de Set) fut attirée par la beauté d'Osiris (frère de Set) et se transforma pour lui apparaître sous la forme d'Isis (la femme d'Osiris). Osiris coucha avec Nephthys et elle tomba enceinte, mais abandonna Anubis peu de temps après sa naissance dans la crainte que l'affaire ne soit découverte par Set. Isis découvrit toute l'histoire et partit à la recherche de l'enfant et, quand elle le trouva, elle l'adopta. Set eut également vent de leur aventure, et cela serait la raison pour laquelle il tua Osiris.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Outre son rôle de Seigneur des Morts, Anubis était régulièrement considéré comme le «bras droit» d'Osiris et l'assistait dans le jugement des âmes des morts.

Après son assimilation au mythe d'Osiris, Anubis était régulièrement considéré comme le protecteur et le «bras droit» d'Osiris qui gardait le corps du dieu après la mort, supervisait la momification et aidait Osiris dans le jugement des âmes des morts. Anubis était régulièrement sollicité (comme en témoignent les amulettes, les peintures de tombes et les œuvres écrites) pour la protection et la vengeance; en particulier comme allié puissant dans l'application des malédictions placées sur les autres ou pour se défendre contre de telles malédictions.

Bien qu'Anubis soit très bien représenté dans les œuvres d'art tout au long de l'histoire égyptienne, il ne joue pas un rôle majeur dans de nombreux mythes. Son rôle de Seigneur des Morts, avant son assimilation au mythe d'Osiris, était statique car il n'exerçait qu'une seule fonction solennelle qui ne se prêtait pas à l'élaboration. En tant que protecteur des morts, qui inventa la momification et donc la préservation du corps, il semble avoir été considéré comme trop occupé pour s'impliquer dans le genre d'histoires racontées sur les autres dieux égyptiens. Les histoires sur Anubis sont tout à l'instar de celle que Geraldine Pinch raconte ci-dessus.

Le culte du Dieu

Les prêtres d'Anubis étaient des hommes et portaient souvent des masques du dieu faits de bois lors des rituels. Le centre culte du dieu était en Haute-Égypte à Cynopolis («la ville du chien»), mais il y avait des sanctuaires pour lui dans tout le pays et il était universellement vénéré dans toutes les régions du pays. L'érudit Richard H. Wilkinson écrit :

Supprimer la pub

Advertisement

La chapelle d'Anubis dans le temple d'Hatshepsut à Deir el-Bahri était peut-être le prolongement d'un sanctuaire antérieur du dieu dans cette région et fournit un excellent exemple de l'importance continue du dieu longtemps après son assimilation au culte d'Osiris. Parce qu'il aurait préparé la momie d'Osiris, Anubis devint le dieu patron des embaumeurs et dans la nécropole memphite, une zone associée aux embaumeurs il semble être devenu une sorte de point central pour le culte d'Anubis à la fin de la période et des temps ptolémaïques et a été appelé «l'Anubeion» par les égyptologues modernes. Il existe des masques du dieu, et les prêtres représentant Anubis lors de la préparation de la momie et des rites funéraires portaient peut-être ces masques à tête de chacal pour personnifier le dieu; ils étaient certainement utilisés à des fins processionnelles car cela est représenté de manière représentative et est mentionné dans les textes tardifs. Les nombreuses représentations bidimensionnelles et tridimensionnelles d'Anubis qui ont survécu dans des contextes funéraires indiquent la grande importance du dieu dans cet aspect de la religion égyptienne et les amulettes du dieu étaient également communes (190).

Roman Statue of Anubis
Statue romaine d'Anubis
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Bien qu'il ne joue pas un rôle majeur dans de nombreux mythes, sa popularité était immense et, comme pour beaucoup de divinités égyptiennes, il a survécu à d'autres périodes par association avec les dieux d'autres terres. Les Grecs l'associèrent à leur dieu Hermès qui guidait les morts jusqu'à l'au-delà et, selon l'égyptologue Salima Ikram,

[ Anubis] s'associa à Charon à la période gréco-romaine et à Saint-Christophe au début de la période chrétienne... Il est probable qu'Anubis est représenté tel un super-canidé, combinant les attributs les plus saillants des types de canidés multiples, plutôt que d'être juste un chacal ou un chien. (35-36)

Ce «super-canidé» offrait aux gens l'assurance que leur corps serait respecté à la mort, que leur âme serait protégée dans l'au-delà et qu'ils recevraient un juste jugement pour l'œuvre de leur vie. Ce sont les mêmes assurances recherchées par les gens de nos jours, et il est facile de comprendre pourquoi Anubis était un dieu si populaire et durable. Son image est toujours parmi les dieux les plus reconnaissables de tous les dieux égyptiens, et les répliques de ses statues et peintures tombales restent extrêmement populaires aujourd'hui, en particulier parmi les propriétaires de chiens.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Joshua J. Mark
Écrivain indépendant et ex-Professeur de Philosophie à temps partiel au Marist College de New York, Joshua J. Mark a vécu en Grèce et en Allemagne, et a voyagé à travers l'Égypte. Il a enseigné l'histoire, l'écriture, la littérature et la philosophie au niveau universitaire.

Citer cette ressource

Style APA

Mark, J. J. (2016, juillet 25). Anubis [Anubis]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-11903/anubis/

Style Chicago

Mark, Joshua J.. "Anubis." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juillet 25, 2016. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-11903/anubis/.

Style MLA

Mark, Joshua J.. "Anubis." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 25 juil. 2016. Web. 02 déc. 2021.

Adhésion