Colonisation Grecque

Définition

Mark Cartwright
par , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié sur 07 mai 2018
X

Texte original en anglais: Greek Colonization

Temple of Hera, Selinus (by Mark Cartwright, CC BY-NC-SA)
Temple d'Héra, Sélinous
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

À partir de 800 av. JC environ, les cités-États de la Grèce antique, dont la plupart étaient des puissances maritimes, commencèrent à chercher des terres et des ressources au-delà des limites terrestres de la Grèce. En conséquence, elles fondèrent des colonies à travers la Méditerranée. Le commerce était généralement la première étape du processus de colonisation, puis, après que les populations locales eurent été soumises ou intégrées à la colonie, des villes furent établies.

Celles-ci pouvaient avoir divers degrés de contact avec la mère-patrie, mais la plupart devinrent des cités-états totalement indépendantes, parfois de caractère très grec, dans d'autres cas culturellement plus proches des peuples indigènes qu'elles côtoyaient et incluaient dans leur citoyenneté. L'une des conséquences les plus importantes de ce processus, en termes généraux, est que la circulation des biens, des personnes, des arts et des idées au cours de cette période permit de diffuser largement le mode de vie grec en Espagne, en France, en Italie, dans l'Adriatique, dans la mer Noire et en Afrique du Nord. Au total, les Grecs établirent donc environ 500 colonies, impliquant jusqu'à 60 000 colons grecs, de sorte qu'en 500 av. JC, ces nouveaux territoires représentaient finalement 40 % de tous les Grecs du monde hellénique.

Opportunités de commerce et de ressources

Les Grecs étaient de grands navigateurs et, parcourant la Méditerranée, ils étaient avides de découvrir de nouvelles terres et de nouvelles opportunités. Même la mythologie grecque comprend des récits d'exploration tels que Jason et sa quête de la Toison d'or et le plus grand des héros voyageurs, Ulysse (alias Odysseus). Les îles autour de la Grèce furent les premières à être colonisées. Par exemple, la première colonie de l'Adriatique fut Corcyra (Corfou), fondée par Corinthe en 733 av. JC (date traditionnelle), puis les prospecteurs cherchèrent plus loin. Les premiers colons, au sens général, étaient des commerçants et ces petits groupes d'individus qui cherchaient à exploiter de nouvelles ressources et à commencer une nouvelle vie loin de leur patrie de plus en plus compétitive et surpeuplée.

LE PROCESSUS DE COLONISATION ÉTAIT PROBABLEMENT PLUS PROGRESSIF ET ORGANIQUE QUE NE LE SUGGÈRENT LES SOURCES ANCIENNES.

Les comptoirs de commerce et les marchés libres (emporia) étaient les précurseurs des colonies proprement dites. Puis, du milieu du 8e siècle av. JC jusqu'au milieu du 6e siècle av. JC, les cités-États grecques (poleis) et les groupes individuels commencèrent à s'étendre au-delà de la Grèce avec des intentions plus délibérées et à plus long terme. Cependant, le processus de colonisation fut probablement plus progressif et organique que ne le suggèrent les sources anciennes. Il est également difficile de déterminer le degré exact de colonisation et d'intégration aux populations locales. Certaines régions de la Méditerranée virent s'établir des poleis entièrement grecques, tandis que dans d'autres régions, il n'y avait que des comptoirs commerciaux composés de résidents plus temporaires tels que des marchands et des marins. Le terme même de "colonisation" implique la domination des peuples autochtones, un sentiment de supériorité culturelle de la part des colonisateurs et une patrie culturelle spécifique qui contrôle et dirige l'ensemble du processus. Ce n'était pas nécessairement le cas dans le monde grec antique et, par conséquent, en ce sens, la colonisation grecque était un processus très différent, par exemple, des politiques de certaines puissances européennes aux XIXe et XXe siècles de notre ère. Il s'agit peut-être ici d'un processus mieux décrit comme un "contact culturel" (De Angelis dans Boyes-Stones et al, 51).

L'établissement de colonies à travers la Méditerranée permit l'exportation de produits de luxe tels que la poterie grecque, le vin, l'huile, la métallurgie et les textiles, ainsi que l'extraction de richesses de la terre - bois, métaux et agriculture (notamment les céréales, le poisson séché et le cuir) - et elles devinrent souvent des centres de commerce lucratifs et une source d'esclaves. Une ville fondatrice (metropolis) pouvait également créer une colonie afin d'établir une présence militaire dans une région particulière et ainsi protéger les routes maritimes lucratives. En outre, les colonies pouvaient constituer un pont vital vers les possibilités de commerce intérieur. Certaines colonies réussirent même à rivaliser avec les plus grandes villes fondatrices; Syracuse, par exemple, finit par devenir la plus grande polis de tout le monde grec. Enfin, il est important de noter que les Grecs n'avaient pas le champ libre pour eux seuls, et que des civilisations rivales établirent également des colonies, notamment les Étrusques et les Phéniciens, et parfois, inévitablement, des guerres éclataient entre ces grandes puissances.

Magna Graecia

Les cités grecques furent rapidement attirées par les terres fertiles, les ressources naturelles et les bons ports d'un "Nouveau Monde" - l'Italie du Sud et la Sicile. Les colons grecs finirent par soumettre la population locale et par imprimer leur identité à la région, à tel point qu'ils l'appelèrent "Grande Grèce" ou Megalē Hellas, et qu'elle devint le plus "grec" de tous les territoires colonisés, tant sur le plan culturel que sur celui du paysage urbain, les temples doriques étant le symbole le plus frappant de l'hellénisation. Parmi les poleis les plus importantes en Italie, on peut citer :

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

  • Cumes (la première colonie italienne, fondée vers 740 av. JC par Chalcis et Kyme).
  • Naxos (734 av. JC, Chalcis)
  • Sybaris (vers 720 av. JC, Achaïe/Troezen)
  • Croton (vers 710 av. JC, Achaïe)
  • Tarente (706 av. JC, Sparte)
  • Rhêgion (vers 720 av. JC, Chalcis)
  • Elée (vers 540 av. JC, Phocée)
  • Thurii (vers 443 av. JC, Athènes)
  • Héraclée (433 av. JC, Tarente)

En Sicile, les principales colonies étaient les suivantes

  • Syracuse (733 av. JC, fondée par Corinthe)
  • Gela (688 av. JC, Rhodes et Crète)
  • Sélinous (vers 630 av. JC)
  • Himera (vers 630 av. JC, Messana)
  • Akragas (vers 580 av. JC, Gela)
LA SITUATION GÉOGRAPHIQUE DE CES NOUVELLES COLONIES AU CENTRE DE LA MÉDITERRANÉE LEUR PERMETTAIT DE PROSPÉRER EN TANT QUE CENTRES COMMERCIAUX ENTRE LES PRINCIPALES CULTURES DE L'ÉPOQUE.

La situation géographique de ces nouvelles colonies au centre de la Méditerranée signifiait qu'elles pouvaient prospérer en tant que centres commerciaux entre les principales cultures de l'époque : les civilisations grecque, étrusque et phénicienne. Et elles prospérèrent, à tel point que les écrivains racontèrent les vastes richesses et les modes de vie extravagants qu'on y trouvait. Empédocle, par exemple, décrivit les citoyens choyés et les temples raffinés d'Akragas (Agrigente) en Sicile comme suit : "les Akragantiniens se réjouissent comme s'ils devaient mourir demain, et construisent comme s'ils allaient vivre éternellement". Les colonies établirent même des colonies dérivées et des comptoirs commerciaux et, de cette façon, répandirent l'influence grecque plus loin, y compris sur la côte adriatique de l'Italie. Même l'Afrique du Nord vit des colonies s'y établir, notamment Cyrène par Théra vers 630 av. JC, et il devint donc évident que les colons grecs ne se limiteraient pas à la Grande-Grèce.

Greek and Phoenician Colonization
Colonisation grecque et phénicienne
Kelly Macquire (CC BY-NC-SA)

Ionie

Les Grecs créèrent des colonies le long de la côte égéenne de l'Ionie (ou de l'Asie Mineure) à partir du 8ème siècle av. JC. Les colonies importantes comprenaient Milet, Ephèse, Smyrne et Halicarnasse. Athènes revendique traditionnellement d'être le premier colonisateur de la région, qui présenta également un grand intérêt pour les Lydiens et les Perses. La région devint un foyer d'activités culturelles, en particulier dans les domaines des sciences, des mathématiques et de la philosophie, et produisit certains des plus grands esprits grecs. L'art et les styles architecturaux, également assimilés à l'Est, commencèrent à influencer la mère-patrie; des caractéristiques telles que les chapiteaux palmés de colonnes, les sphinx et les motifs expressifs de poteries "orientalisantes" inspirèrent les architectes et les artistes grecs à explorer des voies artistiques entièrement nouvelles.

France et Espagne

La principale polis colonisatrice du sud de la France était Phocée, qui établit les importantes colonies d'Alalia et de Massalia (vers 600 av. JC). La cité établit également des colonies, ou du moins mit en place un vaste réseau commercial, dans le sud de l'Espagne. Les poleis notables établies ici étaient Emporion (par Massalia et avec une date de fondation traditionnelle de 575 av. JC mais plus probablement plusieurs décennies plus tard) et Rhóde (Roses moderne). Les colonies d'Espagne avaient une culture moins typiquement grecque que celles d'autres régions de la Méditerranée, la concurrence avec les Phéniciens était féroce, et la région semble avoir toujours été considérée, du moins selon les sources littéraires grecques, comme une terre lointaine et éloignée par les Grecs continentaux.

La mer Noire

La mer Noire (Pont-Euxin pour les Grecs) fut la dernière zone d'expansion coloniale grecque, et c'est là que les poleis ioniennes, en particulier, cherchèrent à exploiter les riches zones de pêche et les terres fertiles autour de l'Hellespont et du Pontus. La ville fondatrice la plus importante était Milet, à qui l'on attribuait dans l'Antiquité un nombre peut-être exagéré de 70 colonies. Les plus importantes d'entre elles étaient :

  • Kyzikos (ou Cyzique fondée en 675 av. JC)
  • Sinope (vers 631 av. JC)
  • Panticapée (ou kertch vers 600 av. JC)
  • Olbia (vers 550 av. JC)

Mégare était une autre ville mère importante et fonda Chalcédoine (vers 685 av. JC), Byzance (668 av. JC) et Héraclée Pontique (560 av. JC). Finalement, la quasi-totalité de la mer Noire fut entourée de colonies grecques, même si, comme ailleurs, il fallut recourir à la guerre, aux compromis, aux mariages mixtes et à la diplomatie avec les peuples autochtones pour assurer la survie des colonies. À la fin du VIe siècle av. JC en particulier, les colonies fournissaient tribut et armes à l'Empire perse et recevait une protection en retour. Après l'échec de l'invasion de la Grèce par Xerxès en 480 et 479 av. JC, les Perses se désintéressèrent de la région, ce qui permit aux grandes polis comme Héraclée Pontique et Sinope d'accroître leur puissance par la conquête des populations locales et des petites polis voisines. La prospérité qui en résulta permit également à Héraclée de fonder ses propres colonies dans les années 420 av. JC sur des sites tels que Chersonèse en Crimée.

Dès le début de la guerre du Péloponnèse en 431 avant notre ère, Athènes s'intéressa à la région et y envoya des colons pour y établir des garnisons. La présence physique athénienne fut de courte durée, mais l'influence athénienne sur la culture (en particulier la sculpture) et le commerce (notamment des céréales de la mer Noire) fut plus durable. Avec le retrait final d'Athènes, les colonies grecques furent laissées à elles-mêmes et durent faire face seules à la menace des puissances voisines telles que les Scythes et, finalement, la Macédoine et Philippe II.

Greek & Phoenician Colonies
Colonies grecques et phéniciennes
Benowar et al. (GNU FDL)

Relation avec la mère-patrie

La plupart des colonies étaient construites sur le modèle politique de la polis grecque, mais les types de gouvernement incluaient ceux que l'on trouvait en Grèce même - oligarchie, tyrannie et même démocratie - et ils pouvaient être très différents du système de la ville fondatrice, la ville mère. Une forte identité culturelle grecque était également maintenue par l'adoption des mythes fondateurs et de caractéristiques de la vie quotidienne aussi répandues et typiquement grecques que la langue, l'alimentation, l'éducation, la religion, le sport et le gymnase, le théâtre avec ses pièces caractéristiques de tragédie et de comédie grecques, l'art, l'architecture, la philosophie et la science. À tel point qu'une ville grecque d'Italie ou d'Ionie pouvait, du moins en apparence, ressembler à n'importe quelle autre ville de Grèce et se comporter de la même manière. Le commerce facilita grandement l'établissement d'un mode de vie "grec" commun. Des biens tels que le vin, les olives, le bois et la poterie étaient exportés et importés entre les poleis. Les artistes et les architectes eux-mêmes se déplaçaient et installaient des ateliers en dehors de leur polis d'origine, de sorte que les temples, les sculptures et les céramiques étaient reconnaissables comme grecs dans toute la Méditerranée.

Les colonies établirent bien évidemment leurs propres identités régionales, d'autant plus qu'elles comprenaient très souvent des populations indigènes aux coutumes particulières, de sorte que chaque région des colonies avait ses propres idiosyncrasies et variations. En outre, en raison des changements fréquents dans les qualifications requises pour devenir citoyen et du déplacement forcé des populations, les colonies étaient souvent plus diversifiées culturellement et plus instables politiquement qu'en Grèce même, et les guerres civiles étaient donc plus fréquentes. Néanmoins, certaines colonies obtinrent des résultats extraordinaires, et beaucoup finirent par surpasser les superpuissances grecques fondatrices.

Silver Stater, Metapontum
Statère en argent, Metapontum
Mark Cartwright (CC BY-NC-SA)

Les colonies formaient souvent des alliances avec des poleis voisines partageant les mêmes idées. À l'inverse, il y avait aussi des conflits entre les colonies qui cherchaient à s'établir en tant que poleis puissantes et totalement indépendantes, sans aucun contrôle de la cité-état fondatrice. Syracuse en Sicile est un exemple typique d'une grande polis qui cherchait constamment à étendre son territoire et à créer son propre empire. Les colonies qui établissaient ensuite leurs propres colonies et qui frappaient leur propre monnaie ne faisaient que renforcer leur indépendance culturelle et politique.

Bien que les colonies aient pu être farouchement indépendantes, on attendait d'elles qu'elles soient des membres actifs du monde grec au sens large. Cela pouvait se manifester par la fourniture de soldats, de navires et d'argent pour les conflits panhelléniques tels que ceux contre la Perse et la guerre du Péloponnèse, par l'envoi d'athlètes aux grands jeux sportifs dans des lieux comme Olympie et Némée, par l'érection de monuments aux victoires militaires à Delphes, par la garantie d'un passage sûr aux voyageurs étrangers sur leur territoire, ou par l'exportation et l'importation d'idées intellectuelles et artistiques telles que les œuvres de Pythagore ou des centres d'études comme l'académie de Platon qui attiraient des savants de tout le monde grec. Ensuite, en période de troubles, les colonies pouvaient également être aidées par leur polis fondatrice et leurs alliés, même si cela pouvait n'être qu'un prétexte pour les ambitions impériales des grands États grecs. L'expédition sicilienne d'Athènes en 415 av. JC, lancée pour aider la colonie de Ségeste, officiellement du moins, en est un exemple classique.

Trade Routes in the Ancient Mediterranean
Routes commerciales dans l'ancienne Méditerranée
Simeon Netchev (CC BY-NC-SA)

Il y avait aussi le mouvement physique des voyageurs au sein du monde grec qui est attesté par des preuves telles que la littérature et le théâtre, les dédicaces laissées par les pèlerins sur des sites sacrés comme Épidaure, et la participation à d'importants festivals religieux annuels comme la Dionysia d'Athènes.

Les différentes colonies avaient évidemment des caractéristiques différentes, mais l'effet collectif de ces habitudes que nous venons de mentionner fit en sorte qu'une vaste zone de la Méditerranée acquit suffisamment de caractéristiques communes pour être décrite à juste titre comme "monde grec". De plus, l'effet fut durable car, aujourd'hui encore, on peut voir des aspects communs de la culture partagée par les citoyens du sud de la France, de l'Italie et de la Grèce.

À propos du traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

A propos de l'auteur

Mark Cartwright
Mark est un auteur d'articles historiques installé en Italie. Il s'intéresse plus particulièrement à la poterie, à l’architecture, aux mythologies du monde et à la découverte des idées partagées par toutes les civilisations. Il est titulaire d’un Master en philosophie politique et éditeur en chef de WHE.

Citer ce travail

Style APA

Cartwright, M. (2018, mai 07). Colonisation Grecque [Greek Colonization]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Récupéré de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-11220/colonisation-grecque/

Style Chicago

Cartwright, Mark. "Colonisation Grecque." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. Dernière modification mai 07, 2018. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-11220/colonisation-grecque/.

Style MLA

Cartwright, Mark. "Colonisation Grecque." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 07 mai 2018. Web. 25 janv. 2022.

Adhésion