Antipater (Général macédonien)

Définition

Donald L. Wasson
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 14 juin 2016
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais
Greek Diplomatic Delegation (by The Creative Assembly, Copyright)
Délégation diplomatique grecque
The Creative Assembly (Copyright)

Antipater (c. 399-319 av. J.-C.) était un homme d'État macédonien et un fidèle lieutenant d'Alexandre le Grand et de son père Philippe II de Macédoine. En tant que régent en l'absence d'Alexandre, Antipater mata des rébellions et apaisa des soulèvements, prouvant ainsi sa loyauté inébranlable pendant plus d'une décennie. Malheureusement, un grave désaccord entre les deux hommes conduisit à ce qu'un commandant autrefois digne de confiance soit impliqué dans l'empoisonnement présumé de l'un des plus grands dirigeants de l'histoire.

Début de carrière

Antipater avait toujours été considéré comme un commandant digne de confiance, représentant Philippe à Athènes en 346 avant Jésus-Christ. Après la bataille de Chéronée en 338 av. J.-C., on lui confia la tâche d'accompagner le jeune Alexandre pour porter à la ville les cendres des Athéniens morts au combat. Après l'assassinat de Philippe par le mécontent Pausanias, un désaccord survint au sein de la noblesse pour savoir qui serait l'héritier légitime du trône de Macédoine. Lors d'une réunion présidée par Antipater, plusieurs nobles exprimèrent leur soutien à Amyntas, le fils de Perdiccas, le frère de Philippe. Certains de ces hommes n'appréciaient pas Alexandre uniquement parce que sa mère n'était pas une vraie Macédonienne. Cependant, Antipater et son collègue commandant Parménion, qui se trouvait alors en Asie Mineure, restèrent fidèles à Alexandre, si bien qu'à l'insistance d'Olympias, sa mère dévouée, Alexandre devint roi à l'âge de 20 ans.

Supprimer la pub

Advertisement

Les premières années de son règne ne furent pas faciles pour le jeune roi. Après la mort de son père, Alexandre vit non seulement ses capacités mais aussi la force du contrôle de la Macédoine sur la Grèce menacée. Alors que le jeune roi et son armée se déplaçaient vers le nord pour s'emparer de la Thrace en 335 av. J.-C., Antipater resta en Macédoine, où il faisait office d'adjoint. Alors qu'il se trouvait en Thrace, la nouvelle de la mort supposée d'Alexandre parvint jusqu'à la cité grecque de Thèbes qui se révolta. Lorsqu'ils entendirent parler de l'approche de l'armée macédonienne, ils supposèrent, à tort, qu'elle était sous le commandement d'Antipater. Erreur ! C'était Alexandre, et la ville allait souffrir. Le reste des cités-États grecques - à l'exception de Sparte - se rendirent rapidement compte de la véritable force d'Alexandre et se soumirent volontiers à son commandement.

Le régent d'Alexandre

Maintenant que la majeure partie de la Grèce était sous le contrôle des Macédoniens, le jeune roi se tourna vers l'est, vers la Perse, et prévit de traverser l'Hellespont pour atteindre l'Asie mineure, réalisant ainsi le rêve de son père. Cependant, avant de pouvoir réaliser sa vision, il devait être assuré de la loyauté de l'armée. Antipater accompagnait Alexandre lorsqu'il se présenta à une assemblée de troupes macédoniennes. Beaucoup de vétérans étaient fatigués de la guerre et la mort de Philippe signifiait que la guerre contre la Perse avait été abandonnée. Alors que le jeune roi se tenait devant eux et pleurait, il promit à chacun d'eux gloire et richesse. Ils jurèrent tous fidélité. Antipater et Parménion, cependant, exhortèrent Alexandre à revenir sur sa décision et à attendre la naissance d'un héritier pour s'assurer le trône. Il n'était pas du tout d'accord ; ce serait un déshonneur, selon lui, pour les forces de Macédoine d'attendre la naissance d'un enfant. Pour maintenir l'autorité en son absence, il laissa la Grèce et sa chère Macédoine entre les mains expertes d'Antipater en tant qu'hégémon. En 334 av. J.-C., Alexandre rassembla ses forces et passa en Asie Mineure. Le jeune roi ne reviendrait jamais.

Supprimer la pub

Advertisement

Alexander the Great, Marble Head
Alexandre le Grand, tête en marbre
Carole Raddato (CC BY-SA)

Outre son rôle d'hégémon ou de régent, Antipater fut désigné comme directeur de l'école des pages et se vit confier la lourde tâche de gérer les finances des forces militaires et navales. Cet immense pouvoir ne passa pas inaperçu aux yeux de l'omniprésente et bruyante Olympias, qu'Antipater considérait comme une "mégère à la langue acérée". Ses tentatives d'ingérence dans les affaires gouvernementales obligèrent Alexandre à intervenir.

Heureusement, Antipater n'était pas seul, car il disposait d'une armée de 12 000 membre de la phalange, de 1 000 Compagnons (ou hétaires, des cavaliers), de 500 cavaliers armés légers et du pouvoir de convoquer la milice des cités-États grecques. Malgré la demande constante de renforts, Antipater réussit à amasser un total de plus de 40 000 fantassins et cavaliers, et il en aura bientôt besoin. Sparte, qui n'avait jamais rejoint la Ligue de Corinthe, profita de l'absence d'Alexandre pour déclencher une révolte dans le Péloponnèse.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Outre son rôle d'hégémon ou de régent, Antipater se vit confier la lourde tâche de gérer les finances des forces militaires et navales.

En 331 avant J.-C., à peu près au moment où Alexandre se préparait à faire face à Darius à Gaugamèles, le roi Agis III de Sparte se joignit aux forces d'Élis, d'Arcadie et d'Achée et déclara la guerre à Macédoine. Le roi de Sparte avait négocié secrètement avec la Perse, sollicitant son aide. Il avait prévu de rencontrer les commandants de Darius, Autophradatès et Pharnabaze sur l'île de Siphnos pour discuter d'une alliance, mais la défaite perse à la bataille de Gaugamèles mit fin à toute discussion. Pendant ce temps, Antipater fut entraîné dans la bataille contre Memnon, le gouverneur militaire de Thrace qui cherchait à obtenir l'indépendance de la Macédoine. Conscient du soulèvement en Thrace, Alexandre ordonna à Antipater de trouver rapidement un accord avec le gouverneur. Antipater étant engagé ailleurs et incapable d'affronter Agis lui-même, il envoya le commandant Corrhages s'occuper de la rébellion d'Agis. Malheureusement, Corrhage fut vaincu et tué.

N'ayant guère d'autre choix, Antipater conclut un accord avec Memnon et se dirigea vers le sud. Curieusement, Memnon (aucun rapport avec le commandant perse du même nom) finit par envoyer plusieurs milliers de troupes thraces pour aider Alexandre. Antipater et Agis se rencontrèrent à Megalopolis, une ville située au nord de Sparte. Le commandant macédonien fut victorieux, anéantissant toute résistance spartiate. Le roi spartiate vaincu fut porté hors du champ de bataille par ses troupes, il mourut d'un coup de lance. Les Spartiates et leurs alliés subirent plus de 5 300 pertes, tandis que 3 500 Macédoniens tombèrent au combat. Lorsqu'Alexandre entendit parler de la victoire, il la considéra comme insignifiante.

Conflit avec Olympias

Bien qu'Antipater et Alexandre aient eu des différends, rien n'était comparable à l'antipathie intense qui existait entre Antipater et Olympias. Alors qu'il n'appréciait pas son ingérence, la mère d'Alexandre pensait qu'Antipater abusait de son pouvoir de régent et se comportait davantage comme un roi. Leur médisance constante donna lieu à un défilé de lettres remplies d'accusations à Alexandre depuis la Macédoine. Bien sûr, le roi était partagé entre son amour pour sa mère et son respect pour Antipater. Dans ses Campagnes d'Alexandre, l'historien Arrien écrit : "En effet, les récits de son comportement donnèrent lieu à une remarque souvent citée d'Alexandre, selon laquelle elle lui faisait payer un prix élevé pour ses neuf mois de séjour dans son ventre" (368).

Supprimer la pub

Advertisement

Olympias
Olympias
Walters Art Museum (CC BY-SA)

Écoutant davantage sa mère que son commandant, Antipater fut remplacé comme régent par le commandant Cratère en 324 avant J.-C. et reçut l'ordre de se présenter devant le roi à Babylone. Antipater n'apprécia pas cet ordre, qu'il considérait comme un arrêt de mort. Refusant de se présenter lui-même, il envoya son fils Cassandre qui plaida vaillamment en faveur de son père. Bien qu'ils aient tous deux été étudiants sous la direction d'Aristote, Alexandre n'apprécia pas la présence du jeune homme. La tension entre les deux hommes s'accrut lorsque Cassandre, sans le savoir, rit en voyant un certain nombre de Perses se prosterner devant le roi - une vieille coutume perse appelée proskynèse. Voyant là un signe de manque de respect total, Alexandre se mit en colère et frappa la tête de Cassandre contre un mur voisin. Cet incident le hantera jusqu'à la fin de sa vie. Des années plus tard, chaque fois que Cassandre voyait une statue ou une peinture d'Alexandre, il s'évanouissait. Pour certains, l'incident serait considéré comme insignifiant, juste un autre accès de colère d'Alexandre, si ce n'était pour ce qui allait se passer ensuite.

La mort d'Alexandre

Alors qu'il se trouvait à Babylone, Alexandre tomba extrêmement malade après une fête nocturne - une maladie dont il ne se remettrait jamais. Le 10 juin 323 avant Jésus-Christ, le grand Alexandre mourut. Un débat sur la cause de sa mort existe encore aujourd'hui. Était-ce la malaria, une ancienne blessure, son alcoolisme ou, comme beaucoup le pensent, un empoisonnement ? Les rumeurs entourant cette dernière cause invitèrent le nom d'Antipater dans la discussion. A-t-il volontairement participé à un complot visant à empoisonner Alexandre ? A-t-il ordonné à son fils Iolas, l'échanson du roi, d'administrer la dose fatale, car n'était-ce pas l'amant de Iolas qui avait invité le roi à la fête ?

D'autres furent également mis en cause : Cassandre aurait apporté le poison de Macédoine, caché dans le sabot d'une mule, et Aristote l'aurait préparé. Le philosophe et ancien précepteur rendait Alexandre responsable de la mort de Callisthène, l'historien de la cour, qui avait été soupçonné dans un précédent complot visant à tuer le roi. Tout le monde n'était cependant pas convaincu de ces accusations. L'historien Arrien, qui n'a jamais cru aux rumeurs, écrit,

Supprimer la pub

Advertisement

Je sais que beaucoup d'autres choses ont été écrites sur la mort d'Alexandre ; par exemple, qu'Antipater lui a envoyé un médicament qui avait été trafiqué et qu'il l'a pris, avec des résultats fatals. Aristote est censé avoir inventé ce médicament... et Cassandre, le fils d'Antipater, l'aurait apporté... et c'est Iollas (sp), le frère cadet de Cassandre, qui l'aurait donné à Alexandre... Je les mets à part et ne m'attends pas à ce qu'on les croie. (394 -395)

L'historien Plutarque a écrit dans ses Vies grecques la réaction d'Olympias à cette affaire en déclarant que, sur la base des informations qu'elle avait reçues cinq ans après la mort de son fils, elle avait fait "mettre à mort un certain nombre d'hommes" et dispersé les restes exhumés du corps de Iolas parce que c'était lui qui avait administré le poison (380).

La guerre lamiaque

Alexandre mourut sans avoir désigné d'héritier ou de successeur. Bien que Perdiccas ait possédé la chevalière du roi et ait pris le contrôle du corps, des factions se développèrent rapidement. Bien que ces factions changèrent au cours des trois décennies suivantes, Antipater et son fils se rangèrent d'abord du côté des commandants Ptolémée I et Antigone I. Lorsque chaque commandant revendiqua une partie de l'empire d'Alexandre, Antipater prit le contrôle de la Macédoine. Cependant, la paix intérieure ne dura pas longtemps. Des troubles éclatèrent à la fin de l'année 323 avant J.-C. avec l'engagement d'Antipater contre Athènes et l'Aétolie dans la guerre hellénique ou lamiaque.

Alexander Sarcophagus
Détail du sarcophage d'Alexandre
James Carnehan (CC BY)

La guerre fut initialement provoquée par Léosthène, un Athénien qui, bien qu'ayant été élevé en Macédoine, détestait les Macédoniens. S'alliant aux Thessaloniciens et à la Ligue hellénique, il convainquit sa ville natale d'Athènes d'entrer en guerre contre la Macédoine. La coalition faillit vaincre la Macédoine. Excellent commandant, Léosthène coinça Antipater à Lamia en Thessalie. Cratère, le remplaçant d'Antipater en Macédoine, vint à l'aide d'Antipater, et le siège de Lamia fut brisé.

Supprimer la pub

Advertisement

Lors de la bataille qui s'ensuivit à Crannon en 322 avant J.-C., le commandant athénien fut tué, ce qui mit fin à la guerre. Lorsqu'Athènes commença à parler des conditions de la paix, Antipater insista sur le fait que seul le vainqueur fixait les conditions et que chaque cité-État grecque devait négocier ses propres conditions. Pour l'anecdote, l'orateur athénien Démosthène, qui s'était montré si virulent à l'encontre de Philippe et d'Alexandre, fut contraint de s'enfuir d'Athènes et de se suicider par la suite.

Mort et héritage

Antipater mourut en 319 avant Jésus-Christ à l'âge de 80 ans. Son fils Cassandre, comme toujours, resta à ses côtés. Malheureusement, Cassandre ne fut pas nommé héritier. Au lieu de cela, Antipater choisit le commandant Polyperchon car il pensait que son fils était trop jeune pour s'opposer avec succès aux autres régents. Les deux hommes ne parviendraient jamais à s'entendre et se battraient âprement au cours de la décennie suivante. Cassandre finit par prendre le contrôle de la Macédoine et, avant sa propre mort en 297 avant J.-C., exécuta non seulement la femme d'Alexandre, Roxanne, et son fils, Alexandre IV, mais aussi Olympias, toujours aussi présente et virulente.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Donald L. Wasson
Donald a enseigné l'Histoire ancienne, médiévale et américaine au Lincoln College (Normal, Illinois). Il a toujours été et sera toujours un étudiant en histoire, depuis qu'il apprit au sujet d'Alexandre le Grand. Il est impatient de transmettre ses connaissances à ses élèves.

Citer cette ressource

Style APA

Wasson, D. L. (2016, juin 14). Antipater (Général macédonien) [Antipater (Macedonian General)]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-10601/antipater-general-macedonien/

Style Chicago

Wasson, Donald L.. "Antipater (Général macédonien)." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le juin 14, 2016. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-10601/antipater-general-macedonien/.

Style MLA

Wasson, Donald L.. "Antipater (Général macédonien)." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 14 juin 2016. Web. 05 juil. 2022.

Adhésion