Arrien

Définition

Donald L. Wasson
de , traduit par Babeth Étiève-Cartwright
publié le 30 novembre 2020
X
translations icon
Disponible dans ces autres langues: anglais
Anabasis of Alexander (by BEIC Digital Library, Public Domain)
Anabase d'Alexandre
BEIC Digital Library (Public Domain)

Lucius Flavius Arrianus, communément appelé Arrien (86 - c. 160 de notre ère) était un historien, philosophe et homme d'État grec originaire de Nicomédie, capitale de la province romaine de Bithynie. Arrien est reconnu comme l'un des auteurs les plus renommés de l'Empire romain du IIe siècle de notre ère pour ses travaux approfondis sur Alexandre le Grand (356-323 avant notre ère). Arrien modela son style d'écriture sur celui du philosophe et historien Xénophon, du IVe siècle avant Jésus-Christ. Il a été surnommé "le second Xénophon" grâce à son ouvrage Cynegeticus (Sur la chasse avec les chiens), une révision de la Cyropaideia de Xénophon. Une source donne même le nom complet d'Arrien comme étant Flavius Arrianus Xenophon.

Jeunesse

Comme pour les autres écrivains de son époque, une grande partie des débuts de la vie d'Arrien relève de la spéculation. On sait que sa famille était considérée comme riche et que son père était citoyen romain, mais on ignore quand et de qui il obtint cette citoyenneté. Dans sa jeunesse, Arrien fut nommé au sacerdoce de Déméter et de Koré (autre nom de Perséphone). Comme la plupart des jeunes garçons riches de l'époque, il reçut une éducation typique, étudiant la littérature et la rhétorique. En 108 de notre ère, il se rendit à Nicopolis, capitale de la province romaine d'Épire, pour étudier avec le philosophe stoïcien Épictète (c. 50 - c. 130 de notre ère). L'un de ses condisciples et ami de longue date était le futur empereur Hadrien (r. de 117 à 138). Arrien publiera plus tard ses notes des conférences d'Épictète dans deux ouvrages : Encheiridion et Discours. Comme beaucoup de livres et d'essais d'Arrien, ces ouvrages survécurent jusqu'au Moyen Âge et servirent de guide pour la vie monastique. Fort des leçons qu'il apprit d'Épictète, Arrien termina ses études en 112 de notre ère et se lança dans une carrière politique.

Supprimer la pub

Advertisement

Carrière politique

Il n'est que le deuxième Grec à avoir été nommé gouverneur d'une province romaine.

Comme une grande partie de son début de vie, la carrière d'Arrien après avoir quitté Épictète jusqu'à ce qu'il ne devienne consul est principalement conjecturale. Cependant, ses jours en politique et son ascension rapide dans le cursus honorum sont le résultat de son amitié étroite avec les empereurs Trajan (98-117 de notre ère) et Hadrien. Avant d'être consul suffectus avec un homme connu seulement sous le nom de Severus (129/ ou 130 de notre ère), il semble qu'il ait été questeur à l'âge de 25 ans et édile à 27 ans. D'autres sources indiquent qu'il était préteur et gouverneur de l'Andalousie, une province espagnole, vers 125 de notre ère. Des références dans l'un de ses ouvrages, Cynegeticus, ainsi que ses actions en tant que gouverneur de Cappadoce, indiquent la probabilité d'une carrière militaire ; il servit peut-être comme officier de cavalerie à la frontière du Danube. Il existe suffisamment de preuves pour montrer qu'il était membre du conseil privé du sénateur romain et gouverneur de la Grèce Gaius Avidius Ingranius à Delphes et qu'il participa au jugement d'un conflit frontalier.

Après son mandat de consul, il fut nommé par l'empereur Hadrien gouverneur/légat de la province de Cappadoce, au nord de l'Asie Mineure, de 131 à 137 de notre ère. Il ne fut que le deuxième Grec à avoir été nommé gouverneur d'une province romaine. En tant que gouverneur, il se vit confier le commandement de deux légions romaines, ce qui indique qu'il avait peut-être une certaine expérience militaire. Cette compétence fut mise à l'épreuve lorsqu'il empêcha une bataille avec les Alans, une tribu de la région d'Asie centrale du Kazakhstan dont les actions menaçaient les provinces romaines et parthes. Leur tentative d'invasion de la Cappadoce en 133 de notre ère fut déjouée sans qu'une goutte de sang ne soit versée. Arrien relatera plus tard son affrontement avec les Alans dans son Ektaxis kata Alanon (Formations de combat contre les Alans). Il y donne des conseils aux autres commandants romains sur les méthodes essentielles pour combattre les nomades. Il écrivit un deuxième livre, partiellement perdu, vers 136/7 de notre ère, sur la tactique militaire, Ars tactica. Il y traite de l'organisation militaire des armées macédoniennes et hellénistiques ainsi que des exercices de cavalerie romains actuels.

Supprimer la pub

Advertisement

Roman Empire in 117 CE
Empire romain en 117 de notre ère
Andrei nacu (Public Domain)

Au début de son mandat de gouverneur, il effectua une vaste tournée au nord, le long des rives de la mer Noire, pour inspecter les garnisons militaires de la région. De retour dans sa capitale, il ordonna le creusement d'un nouveau canal autour de l'établissement civil situé à l'extérieur du fort, afin de protéger le port. Écrivant sous la forme d'une série de lettres à l'empereur Hadrien, Arrien fit part de ses découvertes dans 25 livres intitulés Le Périple du Pont-Euxin. Les lettres étaient écrites en latin au lieu de son grec attique habituel. En 137 de notre ère, Arrien se retira dans la ville d'Athènes. Ne se considérant jamais Romain, mais bel et bien Grec, il obtint la citoyenneté athénienne et fut introduit dans les mystères éleusiniens, un culte centré sur les déesses grecques Déméter et Perséphone. Plus tard, il fut nommé archonte ( 145/6 de notre ère) ou premier magistrat de la ville. Ce fut sa dernière aventure en politique. Il existe peu d'informations sur sa mort. Après avoir été magistrat à Athènes, sa carrière politique s'acheva et il semble avoir disparu. Il semblerait qu'il soit mort vers 160 de notre ère, mais cela ne peut être vérifié.

Carrière d'écrivain

Le "second Xénophon" nON seulement imitA le Grec ancien dans son Cynégétique mais BASa également sa biographie d'Alexandre sur les sept livres de l'Anabase de Xénophon.

On ignore quand Arrien écrivit la majorité de ses livres. Que ce soit avant, pendant ou après sa retraite, Arrien n'a jamais nié l'influence de Xénophon ainsi que des historiens grecs Hérodote (vers 484 - 425/413 avant J.-C.) et Thucydide (vers 460/455 - 399/398 avant J.-C.) dans ses livres. Le "second Xénophon" non seulement imita les anciens Grecs dans son Cynégétique, mais il basa également sa biographie d'Alexandre sur les sept livres de l'Anabase de Xénophon. Malheureusement, la plupart des œuvres d'Arrien sont soit perdues, soit sous forme de fragments. Il est l'auteur des Bithyniaca, huit livres, aujourd'hui perdus, sur l'histoire de la Bithynie depuis les temps mythiques jusqu'à la conquête par Rome. Pour démontrer la diversité de ses intérêts, il écrivit même un livre sur la météorologie, malheureusement, il est également perdu.

Vous aimez l'Histoire?

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite!

Outre son Enchiridion et les huit livres (dont quatre ont survécu) de Diatribai (Discours d'Épictète), il écrivit également douze livres sur ses conversations avec Épictète (Homiliai Epiktetou). Il fut l'auteur de plusieurs biographies, dont celle de Dion de Syracuse qui se battit pour le leadership en Sicile mais finit par être assassiné, et celle de l'homme d'État Timoléon de Corinthe qui font également partie des œuvres perdues. Enfin, il écrivit 17 livres sur l'histoire de la guerre des Parthes ou Parthica, dont dix détaillent la guerre de l'empereur Trajan de 115 à 117 de notre ère. On suppose que ces livres furent utilisés par Dion Cassius dans ses écrits.

The Discourses of Epictetus
Les discours d'Épictète
Codex Bodleianus (Public Domain)

Cependant, sa plus grande œuvre fut celle sur Alexandre le Grand - les sept livres Anabase. Décrivant l'ascension d'Alexandre sur le trône de Macédoine jusqu'à sa mort en 323 avant J.-C., ils constituent un hommage au grand tacticien militaire. Parce qu'il les considérait comme les plus fiables, Arrien fonda sa biographie sur les œuvres de Ptolémée Ier (366-282 avant J.-C.) et d'Aristobule (vers 375-301 avant J.-C.). Dans son introduction aux Campagnes d'Alexandre, l'historien J. R. Hamilton écrit que "... le portrait d'Arrien est plus que la somme de ses sources car il possède une personnalité distincte qui lui est propre et que nous pouvons déceler le plus clairement dans son attitude envers la religion et la morale" (27). Alexandre est vu à la fois comme un grand chef et un conquérant, un homme à l'ambition sans limite. Arrien décrit ses sentiments à l'égard d'Alexandre :

Je crois qu'à cette époque, aucune nation, aucune ville, aucun individu n'était hors de portée du nom d'Alexandre ; jamais dans le monde entier il n'y en a eu un autre comme lui, et par conséquent je ne peux que penser qu'une puissance plus qu'humaine était concernée par sa naissance... (cité dans Hamilton, 398).

Reconnaissant le respect et l'admiration d'Arrien pour Alexandre, Hamilton ajoute que l'historien passa sous silence le côté moins attrayant du grand chef. Arrien écrivit également un ouvrage complémentaire - l'Inde en sept livres - qui traite des voyages de la marche de Néarque de l'Inde à Suse. Enfin, Arrien écrivit sur les guerres des Diadoques, la bataille des successeurs pour l'empire d'Alexandre de 323 à 319 avant J.-C. dans ses Événements après Alexandre. Malheureusement, cet ouvrage fait partie des œuvres perdues d'Arrien.

Supprimer la pub

Advertisement

Bien que de nombreuses œuvres d'Arrien soient aujourd'hui perdues, des parties ou des fragments ont survécu jusqu'à nos jours. L'ouvrage sur Alexandre était le chef-d'œuvre d'Arrien et reste une excellente source d'information pour quiconque s'intéresse à la vie et à l'époque de l'un des plus grands chefs militaires de l'histoire.

Supprimer la pub

Publicité

Traducteur

Babeth Étiève-Cartwright
Babeth a enseigné l’anglais au British Council de Milan. Elle parle couramment le français, l’anglais et l’italien et a 25 ans d’expérience dans le domaine de l’éducation. Elle aime voyager et découvrir la langue, l’histoire et le patrimoine culturel des différents pays qu'elle visite.

Auteur

Donald L. Wasson
Donald a enseigné l'Histoire ancienne, médiévale et américaine au Lincoln College (Normal, Illinois). Il a toujours été et sera toujours un étudiant en histoire, depuis qu'il apprit au sujet d'Alexandre le Grand. Il est impatient de transmettre ses connaissances à ses élèves.

Citer cette ressource

Style APA

Wasson, D. L. (2020, novembre 30). Arrien [Arrian]. (B. Étiève-Cartwright, Traducteur). World History Encyclopedia. Extrait de https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-10171/arrien/

Style Chicago

Wasson, Donald L.. "Arrien." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. modifié le novembre 30, 2020. https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-10171/arrien/.

Style MLA

Wasson, Donald L.. "Arrien." Traduit par Babeth Étiève-Cartwright. World History Encyclopedia. World History Encyclopedia, 30 nov. 2020. Web. 15 août 2022.

Adhésion